Navigation – Plan du site

Xavier Crettiez, Pierre Piazza (dir.), « Iconographies rebelles. Sociologie des formes graphiques de contestation ». Cultures & Conflits, n°91/92, automne/hivers 2013

Marie Peretti-Ndiaye
Iconographies rebelles
Xavier Crettiez, Pierre Piazza (dir.), « Iconographies rebelles », Cultures & Conflits, n° 91-92, 2013, 170 p., Paris, L'Harmattan, ISBN : 978-2-343-02618-3.
Haut de page

Texte intégral

1Ce numéro de Cultures & Conflits coordonné par Xavier Crettiez et Pierre Piazza étudie une parole politique protestataire, délivrée par des « murs bavards » sur des terrains aussi diversifiés que le Venezuela, la Corse, la Sardaigne, la Syrie ou le Pays Basque, et envisagée au prisme de l’iconographie contestataire.

  • 1 Alexandre Dézé envisage l’image comme un « acte de communication ». De ce fait, l’expression « disc (...)
  • 2 La définition de l’ « image fixe » sur laquelle il s’appuie : « représentation de quelque chose, ac (...)

2La première contribution d’Alexandre Dézé permet d’envisager les interrogations méthodologiques que soulève l’analyse de cette parole et ses implications épistémologiques, notamment en termes de scientificité. Deux dimensions apparaissent particulièrement problématiques à cet égard : « les propriétés polysémiques du discours iconique »1 et le caractère nécessairement pluridisciplinaire de leur analyse. Si Alexandre Dézé invite à convier les apports de la sémiologie aux analyses sociologiques, historiques ou anthropologiques, il n’en insiste pas moins sur la spécificité de l’iconographie rebelle. Cette spécificité réside dans la manière dont elle met en jeu des rapports sociaux et s’offre donc, en premier lieu, aux questionnements sociologiques. Car le caractère contestataire de l’image fixe2 n’est pas une propriété ontologique ; il apparaît plutôt d'un point de vue phénoménologique au gré des « investissements politiques et symboliques » qui se combinent dans des contextes particuliers. Quelles normes adopter pour permettre à cette analyse de répondre aux critères de scientificité ? L’auteur expose plusieurs impératifs : c’est l’image, et non la « tradition écrite » qui doit constituer le point de départ de l’analyse ; elle doit être décrite et interprétée (avec les outils de l’iconologie et de la sémiologie) pour mettre en exergue ses dénotations et ses connotations. À ce dernier niveau, l’auteur invite à contrôler les hypothèses élaborées « par une enquête auprès de l’émetteur et des récepteurs ». La « grille d’analyse des images fixes » qu’il propose dans son article présente de manière synthétique les différents points à prendre en considération lors de ces étapes.

  • 3 Il s’appuie, dans cette optique, sur un corpus constitué de « la production iconographique des deux (...)

3La contribution de Philippe Buton permet, quant à elle, d’envisager les oscillations entre ruptures symboliques et « continuités graphiques » qui modèlent « l’iconographie révolutionnaire » d’extrême-gauche en France au fil de l’histoire3. De ces tensions, qui s’enracinent dans la rivalité entre les premiers communistes modernes et les « traîtres réformistes », découlent réinterprétations graphiques, captations et nouvelles créations. Alors que l’usage du rouge dans l’iconographie communiste relèverait d’une « tentative de captation de l’héritage socialiste du XIXe siècle », celui de la faucille, du marteau ou de l’étoile rouge s’inscrirait en rupture. Ces tensions structurantes évoluent au gré des poussées nationalistes, telle celle qui accompagne la montée du Front populaire au cours des années 30, et des rapports avec les groupes d’extrême-gauche en marge de l’échiquier politique.

4Centrée sur la manière dont les créations iconographiques peuvent échapper aux mouvements politiques, l’article de Francesca Cozzolino inscrit les fresques murales à caractère politique, dites murales, dans une réflexion sur la manière dont les rapports sociaux influent sur les pratiques culturelles. À partir d’une étude portant sur la production et la réception de ces œuvres, elle montre comment leur caractère protestataire s’est érodé au profit de dimensions plus mémorielles et patrimoniales jusqu’à devenir un argument touristique.

  • 4 Fella Adimi, « François Burgat, Bruno Paoli (dir.), Pas de printemps pour la Syrie. Les clés pour c (...)

5C’est à un autre type d’enjeu que renvoie le répertoire iconographique de la révolte syrienne qu’étudie Cécile Boex. Face à la désinformation orchestrée par le gouvernement syrien, la lutte sémantique s’organise. L’auteure en étudie les manifestations à partir de quatre aspects : « le cadrage, la mise en scène virtuelle des manifestations, l’acte de défi et la reconquête de l’espace public ». Il s’agit, ainsi, de mettre en évidence la manière dont la production des opposants au régime syrien est enracinée dans des modes d’action collective dont elle reprend et/ou renouvelle les schèmes interprétatifs. Contrairement aux autres contributions, cet article inclut une réflexion sur les « nouvelles technologies de l’image », peut-être parce qu’il s’agit d’une forme de contestation plus aisément observable au vu des difficultés d’accès au théâtre syrien4 mais surtout car « la vidéo confère une visibilité et une longévité aux graffitis, souvent effacés le jour même par les forces de sécurité ».

6La fonction de l’iconographie étudiée par Xavier Crettiez au Pays Basque apparaît, quant à elle, plus liée au marquage identitaire de l’espace public. Ce marquage relève de pratiques politiques par le bas ; il est saisi à partir du « recueil comptable de plus d’un millier de traces iconographiques nationalistes » dans un territoire « binational ». Après une présentation historicisée des registres, des outils et des thématiques de cette iconographie où l’on notamment découvre la prégnance d’une « culture péri-urbaine de type hip-hop », Xavier Crettiez s’intéresse aux stratégies dont témoignent ces usages. Le cadrage idéologique réalisé par les « entrepreneurs de causes », qui est à la fois connexion avec d’autres combats, amplification du cas basque, extension à d’autres luttes (écologiques, anti-spéculatives, etc.) et transformation (du nationalisme à l’altermondialisme, par exemple), est analysée du point de vue de son efficacité en tant que « filtre culturel de la réalité sociale et politique » et, en définitive, de ralliement au mouvement nationaliste.

  • 5 Cette recherche a donné lieu à la publication d’un ouvrage (Xavier Crettiez et Pierre Piazza, Murs (...)
  • 6 Plus de 90% des routes nationales corses ont été, soulignent les auteurs, parcourues.
  • 7 Pour les auteurs, cela concerne 21% des graffitis recensés.
  • 8 Les « propos menaçants racistes ou xénophobes » constituent, quant à eux, 16,7% du corpus.

7À cette contribution succède la présentation d’une recherche portant sur la « protestation iconographique nationaliste » menée par Xavier Crettiez et Pierre Piazza5 sur le terrain corse. La démarche qui la sous-tend inclut un relevé quasi-systématique6 des graffitis présents sur les routes corses et une étude de réception. La classification présentée dans la première partie de la contribution permet de prendre la mesure de « la dimension directement politique » des graffitis7, d’envisager leur visibilité, leur « fonction de mobilisation élective » et leur caractère belliciste. En se référant aux travaux d’Anthony Obserschall, les auteurs soulignent la fonction cognitive de ce répertoire guerrier et conflictuel qui tend vers le refus de l’État, des institutions et, plus largement, de la « légalité publique »8. Parallèlement, ce répertoire promeut de nouvelles normes d’action collective. Quelle en est, dans l’île, la réception ? L’analyse des données quantitatives recueillies à cette égard (226 répondants au questionnaire) montre avant tout le caractère banal, pour les insulaires, de telles inscriptions.

8Introduite par le récit du « procès de Colomb » qui s’est tenu à Caracas le 12 août 2004 et durant le lequel des artistes mirent en scène la condamnation de la statut de Christophe Colomb pour le génocide des Amérindiens, la contribution de Fabrice Andreani s’intéresse, quant à elle, aux capacités performatives de la contestation iconographique vénézuélienne et à ses liens avec le chavisme. Nourrie par l’analyse d’un corpus de 1000 photographies et une enquête qualitative, cet article invite à considérer les clivages de la société vénézuélienne.

9L’ouvrage se clôture par une reprise de la communication de Pierre Piazza concernant l’iconographie anti-biométrique en France. Cette dernière s’insère dans une vaste tradition. À la fin du XIXe siècle, caricatures et autres dessins humoristiques dénoncent les déviances auxquelles pourraient conduire les méthodes prônées par Alphonse Bertillon tandis que l’obligation de se munir d’une « carte d’identité de Français » pour les habitants de la Seine est, dans les années 20 au cœur des polémiques. Dans les années 80, c’est l’informatisation de cette identité qui suscite les craintes. Pierre Piazza montre comment cet héritage sémantique est réinvesti par la contestation « anti-biométrique ». Il souligne le caractère aujourd’hui central de l’image.

  • 9 Cette dernière permet, en effet, d’envisager la réussite, ou non, des ambitions idéologiques des «  (...)

10En légitimant ces objets ou « espaces mineurs dans et par lesquels prend forme une parole publique » ce dossier sur l’iconographie rebelle ouvre des perspectives novatrices en matière d’analyse des mobilisations contestataires tout en révélant des pratiques plurielles. À ce propos, l’on peut souligner, à la suite d’Alexandre Dézé, l’intérêt d’articuler une analyse en termes d’émission et de diffusion à une analyse centrée sur la réception9. Si la volonté d’historiciser le travail de production des images traverse la majeure partie des contributions de manière particulièrement féconde, l’on peut toutefois regretter que les études de réception ne soient pas plus présentes dans ce numéro.

Haut de page

Notes

1 Alexandre Dézé envisage l’image comme un « acte de communication ». De ce fait, l’expression « discours iconique » renvoie au message délivré par l’image, à un moment donné, dans un contexte particulier, sachant que « le sens protestataire qui peut être assigné aux images dépend tout à la fois des usages qui en sont faits, du contexte de leur utilisation et des schèmes culturels des récepteurs ».

2 La définition de l’ « image fixe » sur laquelle il s’appuie : « représentation de quelque chose, accompagnée ou non d’éléments textuels, et qui peut s’inscrire sur différents supports » est inspirée de Jean-Paul Gourévitch (Jean-Paul Gourévitch, L’image en politique. De Luther à Internet, Paris, Hachette Littérature, 1998, p. 11) 

3 Il s’appuie, dans cette optique, sur un corpus constitué de « la production iconographique des deux principaux mouvements révolutionnaires du XXe siècle » : le communisme et le « gauchisme ».

4 Fella Adimi, « François Burgat, Bruno Paoli (dir.), Pas de printemps pour la Syrie. Les clés pour comprendre les acteurs et les défis de la crise (2011-2013) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 17 avril 2014

5 Cette recherche a donné lieu à la publication d’un ouvrage (Xavier Crettiez et Pierre Piazza, Murs rebelles. L’iconographie nationaliste en Corse, Euskadi et Iralande du Nord, Paris, Karthala, 2013).

6 Plus de 90% des routes nationales corses ont été, soulignent les auteurs, parcourues.

7 Pour les auteurs, cela concerne 21% des graffitis recensés.

8 Les « propos menaçants racistes ou xénophobes » constituent, quant à eux, 16,7% du corpus.

9 Cette dernière permet, en effet, d’envisager la réussite, ou non, des ambitions idéologiques des « entrepreneurs de causes » protestataires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Peretti-Ndiaye, « Xavier Crettiez, Pierre Piazza (dir.), « Iconographies rebelles. Sociologie des formes graphiques de contestation ». Cultures & Conflits, n°91/92, automne/hivers 2013  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 19 mai 2014, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14648

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page