Navigation – Plan du site

Association professionnelle des métiers de la création (dir.), Se lancer dans un parcours artistique

Vincent Seveau
Se lancer dans un parcours artistique
APMC (dir.), Se lancer dans un parcours artistique, Les Impressions nouvelles, coll. « Les métiers de la création », 2014, 304 p., ISBN : 978-2-87449-197-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 À l’instar d’une précédente publication : Bureau d'études de SmartBe (dir.), L'artiste, un entrepre (...)

1L’identité professionnelle de l’artiste est aussi complexe à définir pour les chercheurs qu’elle est problématique à construire individuellement pour les acteurs. À partir de ce constat, les auteurs de cette publication collective tentent de cerner un moment clé de cette identification : celui de l'entrée dans une vie artistique socialement attestée. Insistant sur le caractère individuel et personnel des activités artistiques, ils décrivent le « devenir artiste » sous les traits d'un « parcours ». Mettant l’accent sur les institutions qui garantissent la possibilité d’en vivre, ils analysent les supports de la « carrière artistique ». L’ambition de l’ouvrage est de décrire les dispositifs légaux, les représentations et les structures (privées ou publiques) par lesquels un individu s’approprie progressivement une identité d’artiste. Édité par une société mutuelle pour artistes (Smart), le livre contient différents types de ressources. De par la teneur théorique de certains textes, il s'adresse aux chercheurs s'intéressant aux groupes professionnels, aux politiques culturelles et aux arts. En offrant méthodes et conseils, il vise particulièrement les aspirants-artistes. Inscrivant son horizon dans le champ des politiques culturelles, il formule aussi des suggestions, voire des propositions politiques. L’ensemble est complété par des extraits d’entretiens avec des artistes et par des illustrations. Ce livre s’appuie donc sur une réflexion collective continue mais hétérogène1. Pour respecter cette logique, notre lecture suit l’organisation du volume, dont chaque partie aborde une question spécifique.

  • 2 Voir Kris Ernst et Kurz Otto, La légende de l’artiste. Un essai historique, (trad. Laure Cahen-Maur (...)

2La première partie, « Comment devient-on artiste ? », contient deux enquêtes d’observation et d’entretiens, auprès de musiciens pour l’une, d’étudiants et d’enseignants des Beaux arts pour l’autre. Ces enquêtes sont reliées par deux textes plus théoriques qui mettent en perspective les tensions pratiques résultant de la valorisation de l’autodidaxie et de l’institutionnalisation des enseignements artistiques. Ces textes sont complétés par une présentation de données chiffrées concernant l’entrée dans la vie active d’étudiants diplômés d’une école supérieure d’art belge. Le titre de cette partie marque la teneur critique des contributions qui la composent. En affirmant implicitement qu’on ne naît pas artiste, les auteurs relativisent les attributs généralement associés à la figure de l’artiste : engagement vocationnel, autodidaxie, innéité du don2. Cette volonté critique sert une ambition plus pragmatique. La déconstruction du « mythe artistique » permet de montrer comment il fonctionne, ne serait-ce qu’a contrario, par la démythification menée conjointement par les chercheurs et les artistes : « Les stéréotypes profanes laissent place à la culture professionnelle » (p. 82). L’analyse empirique et théorique des parcours professionnels des artistes suppose la prise en charge des croyances qui donnent corps à ce mythe à travers « les mécanismes institutionnels, sociaux, idéologiques qui sous-tendent les réalités de la vie artistique » (p. 46). Alors, la vocation n’est plus uniquement une idéologie mais aussi potentiellement une ressource psychologique et stratégique pour l’artiste. L’autodidaxie n’est plus simplement un thème biographique mais la condition historiquement déterminée de l’artiste qui se doit, à l’instar du chercheur et du philosophe, de (se) chercher toujours et partout. Le don artistique n’est plus seulement source du talent individuel mais aussi critère de démarcation entre ceux qui y croient encore (profanes) et ceux qui n’y croient plus « vraiment » (professionnels).

3La seconde partie est consacrée aux aides permettant de « se lancer ». Elle expose et met en perspective les politiques publiques et les institutions (privées et publiques) qui subventionnent la création dans trois pays : la France, la Belgique et les Pays-Bas. Les textes de cette partie sont, en tout ou partie, « à vocation pratique ». Cette partie cible les jeunes créateurs mais met plus largement en question la continuité des parcours en fonction des aides existantes. Les modalités d’attribution des aides reposent sur la représentation théorique et politique du déroulement d’une carrière artistique. Les dispositifs de subvention renvoient à des objectifs : le développement international, la clarification de l’identité professionnelle de l’artiste, la place accrue des intermédiaires, la gestion politique d’une demande culturelle à déterminer et à évaluer. En s’intéressant à la continuité des parcours artistiques, les auteurs interrogent aussi la continuité des politiques publiques. Le « libéralisme répressif » observé aux Pays-Bas par Pascal Gielen met en relief la distorsion entre autonomie et contrainte qui sous-tend ces politiques. D’un côté, l’indépendance de l’artiste est valorisée et justifie la baisse de subventions publiques directes. De l’autre, les politiques transfèrent à des agents privés la tâche de mesurer les bénéfices matériels et immatériels des produits artistiques et intellectuels. Ce transfert découle de l’idéologie du marché libre. Les effets de cette idéologie affectent la condition artistique dans sa dimension critique et politique, qui consiste à montrer que « tout ce qui est peut toujours être différent » (p. 167). Selon l’auteur, au-delà de l’engagement par les œuvres, l’artiste peut et doit agir en activiste en faisant exister un autre modèle économique et social. Les valeurs de l’économie sociale et solidaire sont un support contre-idéologique pour la création de modèles d’échange et de service alternatifs.

  • 3 Becker Howard, Les ficelles du métier. Comment conduire sa recherche en sciences sociales, (trad. J (...)

4La troisième partie analyse plus directement le moment de transition « décisif » qu’est l’entrée en parcours professionnel. Le premier article détaille les trois statuts possibles pour l’artiste en Belgique (indépendant, salarié, fonctionnaire). Le second décrit la continuité de la logique « par projet », entre l’apprentissage dans une école de théâtre et les expériences de travail postérieures. Le troisième texte analyse la manière dont les réalités concrètes de l’activité impliquent une transition vers des représentations professionnelles3 de l’activité. La dernière contribution de cette partie propose une typologie des phases de la carrière, du débutant au professionnel influant. Les textes qui composent cette partie proposent différentes variables liées à l’activité : le statut fiscal, les modalités d’acquisition de compétences en formation, la réflexivité contre le « mythe », la délimitation de savoirs, savoir-faire et savoir-être. Ce faisant, les articles contribuent à établir un ensemble de critères généralisables pour fixer les moments d’une carrière et permettre l’évaluation d’un parcours artistique typique.

5La quatrième partie soulève l’importance de la connaissance du contexte spécifique des projets artistiques. Le premier texte étudie des structures collectives d’accompagnement ouvertes aux artistes : les « laboratoires artistiques ». Les auteurs notent la distance qui peut exister entre la qualité du projet et la rhétorique de son porteur. Ils insistent sur la nécessité de disposer de critères de sélection des projets à assister dans ce type de structures. La réflexivité des artistes est ici relativisée au profit de celle des intermédiaires. Le second texte analyse les segments de la culture musicale « pop » entre underground, mainstream et mainstream alternatif. Ce faisant, son auteur exemplifie la réflexivité professionnelle dans sa dimension la plus habituelle qui consiste, pour chaque acteur, à se tenir au courant des catégories du champ auquel il participe. À partir d’extraits d’entretiens, le dernier texte présente les modalités d’apprentissage et d’acquisition de compétences spécifiques en jeu dans l’expatriation des artistes. Ce dernier texte met ainsi en relief les valeurs de la pluralité transnationale au niveau du parcours individuel.

  • 4 Boltanski Luc et Chiapello Ève, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, coll. « NRF essa (...)

6Comme instrument pratique, ce livre offre des clés de compréhension, des « ficelles » et des propositions concrètes aux aspirants-artistes, formateurs, intermédiaires et responsables politiques. D’un point de vue théorique, il permet surtout de prendre la mesure des difficultés axiologiques à penser l’art comme une activité professionnelle. Il rend compte d’une logique de solidarisation des activités artistiques entre elles, mais aussi avec les activités scientifiques, notamment (par l’importance accordée à la réflexivité comme donnée professionnelle). Cette logique se retrouve dans la proposition, portée par la Smart, de considérer plus généralement les activités artistiques comme des « activités par projet », qui supposent un haut degré d’autonomie et qui recèlent un fort potentiel d’innovation et de réalisation personnelle. L’utilisation du concept de projet dans un sens si général peut pourtant paraître ambigüe. Forgé par la sociologie critique4, le concept devient ici une « devise » du travailleur. Il conviendrait pourtant d’en distinguer la dimension critique et la dimension idéologique. Dans ce livre, le concept de projet oppose un point de vue « réaliste » aux représentations fantasmatiques de l’art. Mais d’un autre côté, il incite collectivement à nuancer l’idée de « carrière » artistique. De ce point de vue, l’ouvrage exhorte aussi les non-artistes à « se lancer » collectivement dans une refondation de leurs représentations de l’activité artistique, voire de toute activité « par projet ». L’ensemble de cette publication exprime donc aussi un vœu ou un pari : celui de contribuer à construire un univers politique culturel et artistique adossé aux valeurs de l’économie sociale et solidaire (pluralisme, réflexivité, innovation, coopération). Reste à savoir comment ces valeurs et celles de l’art peuvent être compatibles.

Haut de page

Notes

1 À l’instar d’une précédente publication : Bureau d'études de SmartBe (dir.), L'artiste, un entrepreneur ?, Les Impressions nouvelles, coll. « Les Métiers de la Création », 2011. Compte rendu de Stéphane Héas pour Lectures : http://lectures.revues.org/8289.

2 Voir Kris Ernst et Kurz Otto, La légende de l’artiste. Un essai historique, (trad. Laure Cahen-Maurel), Paris, Éditions Allia, coll. « Galerie », 2010. Heinich Nathalie, L’élite artiste. Excellence et singularité en régime démocratique, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des sciences humaines », 2005.

3 Becker Howard, Les ficelles du métier. Comment conduire sa recherche en sciences sociales, (trad. Jacques Mailhos et Henri Peretz), Paris, La Découverte, coll. « Guides. Grands repères », 2002, p. 46.

4 Boltanski Luc et Chiapello Ève, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, coll. « NRF essais », 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Seveau, « Association professionnelle des métiers de la création (dir.), Se lancer dans un parcours artistique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 20 mai 2014, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14650

Haut de page

Rédacteur

Vincent Seveau

Docteur en sociologie, Université Paul-Valéry, Montpellier III, IRSA-CRI (LERSEM, EA 4584).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page