Navigation – Plan du site

Peter Baldwin, Le Narcissisme des petites différences. États-Unis et Europe : stéréotypes et faits

Claire Chabot
Le narcissisme des petites différences
Peter Baldwin, Le narcissisme des petites différences. États-Unis et Europe : stéréotypes et faits, Genève, Markus Haller, coll. « Modus vivendi », 2013, 443 p., Préface de Dominique Schnapper ; Traduit de l'anglais par Frédérique Guérin et Margaret Rigaud, ISBN : 978-2-940427-18-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Baldwin Peter, The Politics of Social Solidarity: Class Bases of the European Welfare State, 1875-1 (...)

1En 1985, Andy Warhol disait que « chacun a son Amérique à soi, et puis des morceaux d’une Amérique imaginaire qu’on croit être là mais qu’on ne voit pas ». C’est là tout le problème d’un pays que l’Europe pense connaître et qui se révèle aussi subtil que ses caricatures sont grossières. D’une simple remarque, Peter Baldwin a fait un livre. Né en 1956, Baldwin est historien et professeur à l’Université de Californie. Spécialisé dans l’étude de l’histoire européenne des XIXe et XXe siècles, il a notamment publié une étude sur l’État providence européen entre ces deux siècles1. Baldwin livre aujourd’hui une riche étude comparative des sociétés européennes et américaines.

2Avec Le Narcissisme des petites différences – expression empruntée à Freud – Baldwin s’attaque à un pan considérable et quasiment inexploré de la recherche comparative. Étude aussi bien qu’essai, cet ouvrage cherche à mettre des mots sur les différences réelles qui séparent l’Europe des États-Unis. L’objectif est clair et ambitieux : Baldwin vise à déconstruire les stéréotypes entourant les liens entre Europe et Amérique, comme autant de prénotions caricaturales qu’il faut parvenir à briser. La thèse est limpide : Baldwin affirme que les antagonismes entre l’Europe et son cousin d’outre-Atlantique ne sont pas aussi importants qu’on le pense, voire qu’ils sont bien minces en regard des idées couramment répandues.

  • 2 Les données proviennent des organismes suivants : OMS, ONU, OCDE, UNESCCO, UNICEF, FMI, Banque mond (...)

3Pour illustrer cette thèse, l’ouvrage prend le parti de parcourir le pan le plus large possible des domaines de la vie sociale. En se fondant sur des enquêtes, études et données les plus récentes, tirées d’une multitude d’organismes2, le livre offre une comparaison quantifiée sur les thèmes fondamentaux qui organisent les sociétés occidentales. Économie, santé, rôle de l’État, criminalité, culture, environnement, société civile, nationalisme, religion, immigration et inégalités, tout est passé au crible de la comparaison entre États-Unis et Europe : « Ce n’est donc pas un aspect particulier des relations transatlantiques que je désire étudier, mais leur entière gestalt ». Cette analyse permettrait in fine de constater la porosité de la supposée frontière culturelle entre Europe et États-Unis, tout comme elle met également en avant la méconnaissance quasiment instituée du Vieux Continent à l’égard de l’Amérique.

4La démonstration démarre avec l’économie, domaine qui illustre a priori la plus forte disparité entre les deux mondes. S’il reste exact que le capitalisme et la finance bénéficient de plus de liberté aux États-Unis, il ne faut pas conclure a contrario que les choses sont forcément meilleures en Europe. Car si 70 % des Américains sont favorables au libre-échange, les Britanniques, les Italiens et les Suédois le sont autant, voire plus. Par ailleurs, même si les salaires américains se situent en bas de la tranche des revenus européens, les salariés les moins bien payés sont en Grèce, au Portugal et en Espagne, où ils reçoivent des salaires plus bas que les plus bas salaires des États-Unis.

5Le mythe de l’Amérique des laissés-pour-compte et de l’Europe des salariés prospères s’effrite encore plus lorsque l’on sait que seuls 1,4 % des employés américains vivent avec le salaire minimum tandis que 5 % des Portugais et 15 % des Français sont dans ce cas. L’économie américaine n’est donc pas plus sauvage et efficace que l’économie européenne n’est particulièrement protectionniste et régulée.

6En ce qui concerne d’autres domaines de l’État-providence, comme la politique sociale, Baldwin estime qu’avant redistribution des richesses, les États-Unis « sont au départ une économie qui produit moins de pauvreté que la plupart des pays européens ». En d’autres termes, ce sont principalement les impôts et les prestations sociales qui font augmenter le taux de pauvreté américain et le hissent au-delà des taux de pauvreté européens. De même, selon Baldwin, les prestations d’assurance chômage sont faibles aux États-Unis (200 $ PPA par habitant), mais elles restent supérieures à celles de certains pays européens, comme l’Italie (un peu plus de 100 $ PPA par habitant) ou la Grèce (environ 100 $).

7Autre point méconnu, celui de la criminalité. Pour Baldwin, celle-ci reste un fléau aux États-Unis, où le taux est d’environ 5,5 homicides pour 100 000 habitants, contre un taux inférieur à 1 en Norvège, au Danemark, en Islande ou en Allemagne. Toutefois, l’auteur souligne qu’un tel fléau n’est pas directement lié à la détention d’armes à feu : si 97% des Américains ont une arme, 69% des Finlandais et 61% des Suisses en ont également une. En définitive, explique Baldwin, la criminalité aux États-Unis reste encore affaire de pauvreté puisqu’elle se concentre presque uniquement dans les zones défavorisées du pays. Pour Baldwin, « Il suffit d’omettre le quart monde noir des statistiques pour que le taux d’homicides aux États-Unis descende au niveau européen ».

8En matière d’éducation, la situation aux États-Unis est, bon an mal an, légèrement supérieure à la situation européenne. Les dépenses américaines pour l’éducation dépassent de 60% les dépenses de certains pays d’Europe, comme l’Allemagne ou la Scandinavie, et les États-Unis comptent près de 40% de diplômés, contre moins de 35% en Suède, moins de 25% en France (!) et à peine plus de 10% en Italie. Baldwin en conclut donc : « En ce sens, les adultes sont plus instruits aux États-Unis qu’en Europe ».

9En matière d’inégalités, les propos de Baldwin nuancent également le fossé entre Europe et États-Unis. Si la proportion de personnes démunies est effectivement plus importante aux États-Unis, le revenu médian des Américains s’élevait en l’an 2000 à 24 119 $ PPA et était ainsi supérieur de 40% au revenu moyen de six pays européens, qui était de 16 735 $ PPA. Par ailleurs, les disparités du PIB par habitant varient aux États-Unis entre 65% et 332%, mais Baldwin souligne que ces disparités sont plus fortes au Royaume-Uni, où le PIB varie entre 60% et 446%, et qu’« elles sont presque aussi grandes en France » (entre 77% et 316%). Tout le propos de Baldwin tend ainsi à démontrer l’existence de différences qui ne sont pas si fortes qu’il n’y paraît.

10On referme ce livre avec un sentiment mitigé. Il faut d’abord saluer le travail entrepris par Baldwin ainsi que sa posture inhabituelle pour une recherche en sciences sociale. Traiter la quasi-totalité des domaines afférents à la vie sociale dans une perspective comparatiste est un parti pris ambitieux et courageux. On salue également la fluidité de l’expression et la vivacité de l’écriture, ponctuée de traits d’humour qui rendent la lecture agréable. Il faut encore reconnaître à Baldwin la richesse de son ouvrage, qui combine une multitude d’informations sur l’Europe et les États-Unis, tout en livrant une réflexion passionnante sur la nature de ces différences.

11Toutefois, on reste sceptique devant la démonstration de Baldwin et certaines zones de l’ouvrage qui restent trop floues. On regrette de tourner les pages du livre sans jamais vraiment savoir comment a été construite la méthodologie qui a permis à la fois le recueil des données et leur analyse. Tout ce que l’on sait de manière claire est que Baldwin a cherché à compiler la plus grande masse de données statistiques possible pour permettre une comparaison fiable. Mais comment a-t-il procédé de manière précise, voilà une autre question en suspens.

12L’autre regret découle précisément du premier. Car si on ne sait pas comment ont été utilisées les données, on ne sait pas non plus jusqu’à quel point celles-ci ont été utilisées avec impartialité. Tout comme les données qualitatives, il est aisé d’orienter la statistique pour qu’elle exprime ce que l’on a envie qu’elle dise. Nous ne prétendons pas que Baldwin manque d’objectivité, mais nous regrettons de ne pouvoir en trouver le gage.

  • 3 François Clémenceau, 2009, Vivre avec les Américains, Paris, L’Archipel, coll. « Des hommes et des (...)

13On ne peut s’empêcher, par ailleurs, de questionner le réel objectif de l’ouvrage : s’agit-il vraiment de comparer Europe et États-Unis ? Car le livre semble également traversé par l’objectif plus implicite de démontrer que ces derniers ne méritent pas l’image controversée que les médias européens dessinent d’eux. Si cet objectif latent n’est pas moins louable que l’objectif annoncé, les deux semblent en revanche incompatibles. Baldwin affirme que l’économie américaine n’est pas plus dérégulée ou favorable au libre-marché que l’économie européenne. C’est peut-être vrai, mais ce n’est en tout cas pas en Europe que McDonald’s, le géant du fast food, disposait il y encore quelques années d’une trentaine de ses restaurants en zones hospitalières en échange de généreux contrats de financements3.

14En matière de criminalité, Baldwin confond également une réalité avec une autre. S’il rappelle que le crime est un fléau bien plus important aux États-Unis qu’en Europe, il nuance dans le même temps le rôle supposé des armes à feu dans ce phénomène en rappelant les proportions des européens qui en possèdent une chez eux. Il ne faut cependant pas oublier que posséder une arme chez soi ne signifie pas qu’on l’utilise.

15Il est vrai que les États-Unis sont la cible de critiques souvent infondées ou basées sur une claire méconnaissance du pays. En ce sens, l’ouvrage de Baldwin rend justice à une culture bien plus riche et subtile que ne le laissent transparaître les images de hamburgers, de suprématistes blancs, de road movies ou de pistolets mitrailleurs que l’on aperçoit dans les médias. Pour autant, Baldwin oublie de dire de manière claire que, pour comprendre les États-Unis quand on est européen, il ne faut pas tant s’exercer à la comparaison que s’exercer à désapprendre entièrement ce que l’on sait sur ce pays.

16En fin de compte, on recommande la lecture de cet ouvrage pour sa posture ambitieuse et novatrice. C’est l’un des premiers du genre à oser une comparaison à une échelle aussi large et exhaustive. Le lecteur prendra plaisir à lire cet ouvrage, en gardant à l’esprit son manque de précision et parfois de neutralité.

Haut de page

Notes

1 Baldwin Peter, The Politics of Social Solidarity: Class Bases of the European Welfare State, 1875-1975, Cambridge, Cambridge University Press, 1992.

2 Les données proviennent des organismes suivants : OMS, ONU, OCDE, UNESCCO, UNICEF, FMI, Banque mondiale, Eurostat, Sutton Trust, World Values Survey, OIT, Centre international de recherche sur le cancer, Association internationale pour l’étude de l’obésité, Institut des ressources mondiales, Agence internationale de l’énergie, Programme international d’enquêtes sociales.

3 François Clémenceau, 2009, Vivre avec les Américains, Paris, L’Archipel, coll. « Des hommes et des pays », p. 51

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Chabot, « Peter Baldwin, Le Narcissisme des petites différences. États-Unis et Europe : stéréotypes et faits », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 20 mai 2014, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14654

Haut de page

Rédacteur

Claire Chabot

Doctorante et chargée de cours en sociologie à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page