Navigation – Plan du site

Jean-François Bert et Jérôme Lamy (dir.), Michel Foucault. Un héritage critique

Alexandre Klein
Michel Foucault : un héritage critique
Jean-François Bert, Jérôme Lamy (dir.), Michel Foucault : un héritage critique, Paris, CNRS, 2014, 416 p., ISBN : 9782271081469.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Éric Aeschimann, « Pourquoi Michel Foucault est partout », Le Nouvel observateur, 21 décembre 2013. (...)
  • 2 Voir à ce propos le récent ouvrage : Hervé Oulc’hen (dir.), Usages de Foucault, Paris, PUF, coll. « (...)

1Trente ans après sa mort, l’ombre imposante du philosophe Michel Foucault (1926-1984) plane encore sur de nombreuses recherches, particulièrement dans le domaine des sciences humaines et sociales (SHS). Pour certains, il y serait même devenu omniprésent1. En effet, des travaux politiques ou juridiques aux recherches sur le genre ou la prison, en passant les études postcoloniales, l’anthropologie, l’ethnologie, la sociologie, l’architecture, l’histoire, les cultural studies, la philosophie ou les STS, celui qui appela à user de son œuvre comme d’une boîte à outils fait aujourd’hui l’objet d’usages multiples, se voyant même parfois usé jusqu’à la corde. Si nul ne doute du succès certain de la pensée de Foucault, reprise et citée abondamment, tant pour être critiquée, encensée, que justement commentée, rares sont ceux qui peuvent prétendre à une vue globale des emprunts, déplacements, transferts, usages, utilisations ou hommages auxquels ses travaux et réflexions sont soumis. Il convenait donc, au-delà de la présentation des possibles usages contemporains de la pensée et des concepts foucaldiens2, de se situer par rapport à ce corpus devenu aujourd’hui un pôle méthodologique incontournable, notamment pour les SHS morcelées de la fin du XXe siècle et du début du XXIe siècle.

2C’est ce que proposent dans cet ouvrage Jean-François Bert, sociologue spécialiste de l’œuvre de Foucault désormais installé à l’université de Lausanne, et Jérôme Lamy, historien et sociologue des sciences rattaché à l’université de Versailles-St-Quentin-en-Yvelines, en établissant, avec un collectif d’experts, une cartographie des reprises et usages des propositions foucaldiennes dans les SHS. Ils entendent plus précisément « faire le point » sur le morcellement actuel des usages de Foucault afin d’en « dessiner les lignes de force » (p. 23), d’en saisir les voies de redéploiement, d’en comprendre la réorganisation territoriale. Loin de la simple compilation ou de l’inventaire à visée exhaustive des travaux actuels, il s’agit pour eux de « disséquer les généalogies intellectuelles, remonter les diagonales conceptuelles, sonder les provignements théoriques » afin de proposer « une capture des nervures les plus saillantes de cette irruption des propositions de Foucault dans les problématiques des sciences humaines et sociales » (p. 30-31). Pour éclairer les rapports complexes que les textes du philosophe entretiennent et ont entretenus avec les SHS, tout en maintenant la perspective critique qui était la sienne, les responsables de ce collectif ont choisi de construire leur volume de manière plurielle, afin de rendre compte de l’éclatement dont la pensée foucaldienne fait l’objet. Face à une œuvre semblable aux morceaux d’un miroir brisé, renvoyant dans différentes directions et avec différentes intensités les rayons lumineux qui s’y posent, leur ouvrage se devait d’épouser « les effets kaléidoscopiques de la réception diffractée du philosophe » (p. 32). Il se compose pour ce faire d’articles aux formats variés – présentations courtes, analyses développées, entrées conceptuelles ou même entrevues – s’organisant en six parties distinctes.

3La première aborde les influences et les héritages de Foucault, que ce soit ses rapports avec la phénoménologie husserlienne puis merleau-pontienne, que détaille habillement Philippe Sabot, la place de la psychologie dans son œuvre, que tente difficilement de préciser Thomas Béraud en la liant avec son évolution personnelle et intellectuelle, ou encore les relations ambivalentes qui l’associent à l’histoire et dont Jean-François Bert donne un intelligent aperçu.

4La seconde partie revient sur les grands axes méthodologiques développés par Foucault au cours de son œuvre, puisque c’est en leur sein que se sont tissées les relations les plus ténues et les plus intenses avec les SHS. C’est tout d’abord leur archéologie – qui après s’être forgée dans le creuset de l’histoire de la médecine, a pris son envol en questionnant la naissance même des sciences humaines – qui est rapidement problématisée par Frédéric Fruteau de Laclos, avant d’être aussi succinctement que délicatement mise en perspective par Philippes Artières. C’est ensuite l’épistémè que Jean Zoungrana réinscrit dans la perspective structuraliste et dans le dialogue avec Claude Lévi-Strauss desquels elle a émergé. Puis c’est avec l’épistémologie historique, notamment celle du maître Georges Canguilhem, que Julien Lamy fait raisonner la méthode foucaldienne, afin de situer où s’arrête la dette et où commence l’originalité. Enfin, Frédéric Gros donne un très rapide aperçu de la notion de problématisation, précisant d’ailleurs davantage le concept que sa puissance heuristique et méthodologique pourtant massive en SHS, ce qui semble inaugurer la partie suivante de l’ouvrage.

5Cette troisième section se consacre en effet à définir, décrire et contextualiser un certain nombre de concepts centraux de l’œuvre foucaldienne. Martin Saar remet tout d’abord en perspective historique et sociologique le concept essentiel de pouvoir. Puis c’est le couple conceptuel discipline/sécurité qui fait l’objet de nécessaires ajustements et précisions, apportés avec aisance par Ferhat Taylan. Carlos Lévy présente ensuite une très utile réinscription des travaux foucaldiens sur la parrèsia dans le contexte des pensées antiques et des études qui leur sont aujourd’hui consacrées. Vincent Barras revient par la suite sur le triptyque conceptuel « politique, médecine et santé » dont il explicite la pertinence pour l’histoire de la médecine contemporaine, en en retraçant la genèse dans les conférences de Rio sur la médecine sociale. Après quoi, la notion d’infamie qui fait l’objet d’une analyse originale d’Anne Simonin : en détaillant sa situation au carrefour de la littérature et du droit, elle parvient à valoriser son épaisseur conceptuelle et sa portée heuristique complexe. Enfin, Pascale Laborier s’attarde sur la notion de gouvernementalité – dont on sait le succès dans les SHS aujourd’hui – pour en préciser la genèse et ainsi en cerner les enjeux et les limites.

6Pour rendre compte de la diversité des usages actuels de la pensée foucaldienne, la quatrième partie de l’ouvrage compile des articles qui font le bilan de certains emplois de la pensée du philosophe dans diverses disciplines avec d’autres articles qui en présentent des interprétations inédites. Ainsi, la pertinence des références et outils foucaldiens y est abordée dans le domaine des études religieuses par Philippe Chevallier, puis dans l’analyse de la patrimonialisation de l’horlogerie suisse par l’ethnologue Hervé Munz. Laurent Jeanpierre revient ensuite sur les usages des notions de « biopouvoir » et de « biopolitique » faits depuis 30 ans en SHS, et sur les déplacements et questionnements qui en résultèrent. Jérôme Lamy s’interroge dans l’article suivant sur la géographie des savoirs – c’est-à-dire la persistance des références spatiales, dont le concept d’hétérotopie, dans l’œuvre foucaldienne – et sur ces différentes réceptions, particulièrement en STS. Les deux directeurs du volume s’associent ensuite pour rendre compte de l’histoire politique des corps engagée par Foucault et de ses réinvestissements conceptuels par les gender et les queer studies. Luca Paltrinieri réalise par la suite un bilan du rapport de Foucault à l’histoire de la démographie, en revenant sur le concept de population avant de détailler les prises et reprises dont ces analyses ont pu faire l’objet après la mort du philosophe. Finalement, pour clore cette partie, le philosophe Alain Brossat intervient, de manière particulièrement critique, sur l’invitation faite par Foucault à user de ses livres et concepts et sur la réception de cet appel par la scène intellectuelle et universitaire française.

7La cinquième partie se recentre sur le rapport direct, et peut-être plus unitaire, des SHS à Foucault en présentant différents axes et points de confrontation entre l’œuvre du philosophe et les grands noms ou courants de ce domaine d’études. Ahmed Boubeker nous rappelle ainsi l’importance de Foucault dans le développement des postcolonial studies et l’influence de la réception américaine du philosophe dans le développement de ce champ disciplinaire encore peu reconnu en France. S’en suit, sous les plumes de Lamy et Bert, la mise en dialogue de Foucault avec les sociologues, Norbert Elias d’une part et Pierre Bourdieu de l’autre. Enfin, Luce Giard retrace mots à mots l’influence de Foucault sur Michel de Certeau, en suivant les notes, références, allusions présentes dans le corpus et la bibliothèque du philosophe jésuite.

8Finalement, la sixième et dernière partie présente, à la manière d’une clôture réflexive, trois entrevues avec des chercheurs ayant connus, utilisés, commentés ou critiqués Foucault. La philosophe Judith Butler revient tout d’abord, dans un court entretien, sur sa réception du philosophe français puis sur le dépassement conceptuel et de perspective qu’elle opéra par rapport à ses analyses. L’historien Roger Chartier apporte ensuite quelques succinctes informations sur l’impact de Foucault sur son travail et plus largement sur l’histoire culturelle. Le véritable entretien, digne de ce nom en termes de longueur et de contenu, est celui mené avec l’historien des sciences Simon Schaffer, dans lequel il précise les étapes et les enjeux de la réception anglo-saxonne de Foucault, puis la marque des analyses du philosophe sur sa propre œuvre.

9À l’exception de ces dernières entrevues – trop courtes (notamment deux d’entre elles) pour véritablement remplir leur fonction d’ouverture – qui laisseront au pire un goût d’inachèvement et au mieux un désir de complément, nul doute que cet ouvrage satisfera entièrement les lecteurs de tout ordre. Il a en effet la grande qualité de traiter avec intelligence une problématique complexe pouvant aisément glisser vers d’abusives généralités ou d’excessives caricatures. C’est au contraire toujours avec finesse que sont abordées les relations de Foucault aux SHS, et surtout des SHS à Foucault, et ce, notamment, grâce à l’habile mutualisation des points de vues de spécialistes du philosophe et de praticiens des SHS, grâce à cette combinaison de regards transversaux. La plume fluide des différents contributeurs assure à l’ensemble une unité stylistique assez surprenante pour un collectif et qui rend la lecture aussi agréable que le propos accessible. Plus qu’un énième collectif difficilement ordonné, cet ouvrage est un ensemble cohérent, unitaire et de qualité. L’introduction, aussi claire qu’invitante, problématise aisément les enjeux précis de l’étude, tout en en contextualisant habilement l’intérêt. Les différents articles ne cèdent jamais à la facilité ni à l’autopromotion, mais semblent bien avoir été écrits pour s’insérer dans un projet global et bien défini. La présence récurrente des deux directeurs du volume, par le biais des articles qu’ils rédigent, seuls ou à deux, pour présenter des thématiques non abordées par les spécialités conviés, joue le rôle de fil rouge dans l’architecture originale de leur ouvrage, et participe ainsi de l’unité et de la cohérence du volume.

  • 3 À l’exception de l’article de Thomas Béraud qui tente de rattacher l’intérêt de Foucault pour la ps (...)
  • 4 Foucault Michel, « Qu’est-ce que la critique ? », Compte-rendu de la séance du 27 mai 1978, Bulleti (...)
  • 5 Foucault Michel, « Introduction à l’Anthropologie de Kant », Kant, E., 1797, Anthropologie du point (...)
  • 6 Foucault Michel, Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard, 1 (...)

10Combinant un souci constant du lecteur à des analyses intellectuelles parfois audacieuses, mais toujours parfaitement maîtrisées, l’ensemble forme un tout harmonieux, riche, et particulièrement pertinent pour les spécialistes et amateurs de Foucault comme de SHS. Mais ce qui fait surtout la force de cet ouvrage, et qui en assure également l’unité, ainsi que le souligne le singulier du sous-titre (un héritage critique), c’est la constante ambition critique qui s’y déploie. En effet, les différents héritages de Foucault dans les SHS sont bien unis, ici, par une volonté affichée de se désassujettir des carcans disciplinaires et de leurs objets imposés, mais également de la figure même de Foucault. Ce dernier n’est en effet pas, dans ces pages, un auteur à commenter ou à analyser pour sa personne3, mais avant tout, et ainsi qu’il le souhaitait, un pôle discursif à l’égard duquel il convient de se situer pour faire naître des espaces dialogiques décalés ou déplacés. En s’insérant dans de tels espaces d’interrogation de « la vérité sur ses effets de pouvoir et [du] pouvoir sur ses discours de vérité »4, autrement dit en revendiquant cette posture critique que Foucault avait adoptée et pensée, les auteurs de ce volume participent en fait de la production de la « vraie critique »5, celle-là seule qui devait être à même de permettre aux SHS de se départir de l’illusion anthropologique qui assoupit leur regard depuis leur naissance6. En questionnant donc les SHS par le biais de la pensée foucaldienne et Foucault à la lumière de ces disciplines, le présent volume, loin d’offrir un regard rétrospectif comme pourrait le laisser entendre la notion d’héritage, ouvre en fait la voie à un potentiel renouvellement de la réflexion sur les SHS ainsi qu’à une problématisation à nouveau frais de la place de la philosophie dans l’analyse anthropologique. C’est à ce titre, parce qu’il dessine ainsi l’avenir de la pensée de l’homme par l’homme, qu’il devrait à terme s’imposer dans les bibliothèques de nombreux chercheurs comme un ouvrage important.

Haut de page

Notes

1 Éric Aeschimann, « Pourquoi Michel Foucault est partout », Le Nouvel observateur, 21 décembre 2013. http://bibliobs.nouvelobs.com/essais/20131220.OBS0394/pourquoi-michel-foucault-est-partout.html.

2 Voir à ce propos le récent ouvrage : Hervé Oulc’hen (dir.), Usages de Foucault, Paris, PUF, coll. « Pratiques théoriques », 2014, dont nous avons réalisé la recension pour Lectures : http://lectures.revues.org/13912.

3 À l’exception de l’article de Thomas Béraud qui tente de rattacher l’intérêt de Foucault pour la psychologie à la place de la psychologie dans sa propre vie, mais qui, de ce fait même, passe à côté de son objet et de son analyse.

4 Foucault Michel, « Qu’est-ce que la critique ? », Compte-rendu de la séance du 27 mai 1978, Bulletin de la société française de philosophie, t. LXXXIV, 1990, p. 35-63 ; ici, p. 39.

5 Foucault Michel, « Introduction à l’Anthropologie de Kant », Kant, E., 1797, Anthropologie du point de vue pragmatique, Paris, Vrin, 2009, trad. fr. M. Foucault, p. 11-79 ; ici, p. 78.

6 Foucault Michel, Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard, 1966, p. 314-398 notamment.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Klein, « Jean-François Bert et Jérôme Lamy (dir.), Michel Foucault. Un héritage critique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 22 mai 2014, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14713

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page