Navigation – Plan du site
Du convivialisme comme volonté et comme espérance

Du convivialisme comme volonté et comme espérance

« Du convivialisme comme volonté et comme espérance », Revue du MAUSS, n° 43, 1er semestre 2014, 240 p., Paris, La Découverte, ISBN : 978-2-7071-7891-6.
Notice publiée le 22 mai 2014

Présentation de l'éditeur

En juin 2013 paraissait un petit livre intitulé Manifeste convivialiste. Déclaration d'interdépendance. Signé par 64 intellectuels français ou étrangers (rejoints par une cinquantaine d'autres), il a déjà été traduit, au moins sous sa forme abrégée, dans une dizaine de langues. Sa parution montre qu'il est possible de surmonter les clivages trop nombreux, qui condamnent à l'impuissance tous ceux qui s'opposent pratiquement ou/et intellectuellement au règne du capitalisme rentier et spéculatif.
Qu'est-ce qui réunit ces auteurs d'inspirations idéologiques très variées ? Trois certitudes au moins : 1) qu'il y a urgence à mettre en avant et à expliciter tout ce qui unit plutôt que ce qui sépare ; 2) que nous ne pouvons plus espérer faire reposer l'adhésion à la démocratie sur de forts taux de croissance du PIB, devenus improbables ou délétères ; 3) que notre défi principal n'est pas tant d'imaginer des solutions techniques, économiques et écologiques à la crise, que d'élaborer une nouvelle pensée du politique au-delà du libéralisme, du socialisme, de l'anarchisme et du communisme. Il s'agit, en somme, de faire renaître l'espérance pour qu'elle puisse nourrir la volonté.

Haut de page