Navigation – Plan du site

Vincent Platini, Lire, s’évader, résister : essai sur la culture de masse sous le IIIͤ Reich

Éric David
Lire, s'évader, résister
Vincent Platini, Lire, s'évader, résister. Essai sur la culture de masse sous le IIIe Reich, Paris, La Découverte, coll. « Sciences humaines », 2014, 220 p..
Haut de page

Texte intégral

1En général, les ouvrages relatifs à l’Allemagne hitlérienne prêtent rarement à la légèreté de ton : le sujet est souvent traité de manière pesante et dramatisé. Toutefois, il serait erroné aussi de croire à l’idée d’un IIIe Reich monolithique dans lequel « un peuple forcené [aurait marché] derrière un seul homme vers un massacre programmé ». Le propos de Vincent Platini, enseignant et chercheur à l’Université Libre de Berlin, n’est ici évidemment pas d’atténuer les atrocités commises en ce temps mais plutôt d’introduire un aspect souvent négligé de la culture de masse sous le règne nazi : le divertissement populaire. Le propos semblera décalé. Mais c’est en cela que repose notamment l’intérêt du livre. Comme le note l’auteur, « on se distrait en effet beaucoup sous le IIIe Reich » ; et ni la guerre ni l’État totalitaire « n’ont […] enseveli la société de consommation ». Au contraire, ajoute l’historien, « l’industrie culturelle en Allemagne reste un marché ouvert », notamment aux importations. Riche de références en littérature policière - jusqu’à rendre parfois le livre touffu -, cet opus invite à étudier les « produits » culturels significatifs du IIIe Reich. La production et la consommation de la culture de masse ont certes été mises au pas et l’âme populaire mise sur écoute pour être corrigée. Mais cette astreinte, qui a aussi connu des ratés permettant des dissidences, des échappatoires et des subversions inattendues, induit l’idée, finalement, que « le Reich n’est pas à penser comme une aire fortifiée (et) hermétique ».

2En effet, loin d’être monocorde, la production culturelle du IIIe Reich s’est troublée de dissonances souvent ignorées, même s’il est vrai que le régime ne pouvait faire l’économie du divertissement populaire, garantie d’une certaine stabilité. Toutefois, ce divertissement fut aussi un vecteur d’instrumentalisation. Films et romans policiers (Kriminalromane ou Krimis) ne se contentent pas, à l’époque, de refléter les mesures disciplinaires du régime mais les prolongent en incorporant un système de valeurs (Weltanschauung), de craintes et de surveillance. Sous des dehors anodins, la culture de masse a donc pu influencer le peuple, le façonner, confirmant ici « le pouvoir normatif de l’industrie culturelle ». Mais le propos vise aussi à démontrer, à travers les Krimis, que si le divertissement a servi l’idéologie au pouvoir, il ne lui a jamais été complètement docile. Outre le fait qu’il ne s’agissait pas de prodiguer une leçon de morale politique mais d’abord de divertir le public, le souci de gagner de l’argent a aussi tempéré la rigueur idéologique, expliquant ainsi la survie du Krimi, un genre déconsidéré qui a conduit parfois les autorités à des négligences ouvrant la voie à une « contre-communauté de lecture ».

3Ces négligences ne sauraient toutefois faire oublier la politique de contrôle culturel basée sur le regroupement et la centralisation économique et institutionnelle via les Konzern, destinés à renforcer la chaîne de commandement et à homogénéiser la production. Malgré des mesures répressives, l’appareil coercitif fut pourtant loin d’être parfaitement réglé tant sur le plan structurel qu’individuel. La mise au pas était présente, mais tous les domaines ne furent pas assujettis en même temps et avec le même zèle. La radio sera rigoureusement contrôlée, comme le cinéma. Le livre, lui, bénéficiera de plus de largesses. Une partie du divertissement populaire sera en effet considérée par le régime comme en marge de la sphère politique, car jugée trop kitsch : ainsi des romans populaires et des Krimis. Le divertissement populaire a longtemps semblé apolitique, et le régime qui considérait ce dernier comme léger, inoffensif, et anodin, a fourni indirectement un terrain propice au camouflage idéologique. Même si dans la seconde moitié des années 1930 les pressions sont plus fortes, les acteurs du marché culturel s’accommodent des nouveaux impératifs et du personnel en place: de négociations en petites tolérances, la mise au pas est chaloupée. Il faut dire que le régime a besoin de saltimbanques pour divertir le public, et qu’il est dans son intérêt d’accompagner et promouvoir un amusement sain : « le bon roman de divertissement est pour les bibliothèques de prêt aussi nécessaire que le pain quotidien », dit-on. Aussi, après quelques répugnances et écarts idéologiques, le pouvoir nazi investit donc le divertissement populaire : d’abord par impératif commercial ; mais aussi pour le moral des civils et des militaires, vital en temps de guerre.

4D’ailleurs, en 1936, la politique du livre menée par le ministère de la Propagande ne se fait pas par la contrainte. Si le régime ne peut de toute façon tout surveiller, il s’agit en la matière moins de réprimer que d’orienter judicieusement les esprits : « un pouvoir bien intégré se passe d’ordre formel ». Dès lors, comment apprendre au public à bien lire ? Les vides, les silences, les implicites vont se révéler essentiels dans l’assujettissement culturel. En effet, l’œuvre (littéraire) ne détenant pas de signification immuable et préalablement définie, l’indétermination du texte est un appel porteur de sens qui offre « un curieux balancement entre contrôle et liberté de la réception ». La lecture est certes rigoureusement encadrée par les institutions qui auscultent et corrigent les goûts du public. Mais en même temps, ce contrôle n’est pas subordonné à une ligne artistique claire : le régime cultive un flou oppressant qui conduit les lecteurs à intérioriser les normes idéologiques et à donner un sens nazi aux romans et aux films.

5L’évolution des Krimis est inséparable des bouleversements historiques et discursifs concernant la justice, la police, le crime. Après la chute de Weimar, les figures criminelles ont été remaniées et l’imaginaire de l’Unterwelt (la pègre) bouleversé. Un élément notable du discours nazi est d’ailleurs sa défiance envers la « science criminelle », défiance qui se ressent dans la production culturelle. Si le crime peut être expliqué par plusieurs facteurs (social, moral ou médical), il ne doit toutefois pas être excusé : la criminologie doit ainsi tendre à la punition. A cet égard, la figure criminelle s’élargit et l’ennemi intérieur se racialise. Désormais, le criminel « biologique » a des racines multiples qui peuvent l’apparenter aussi bien à une lignée héréditaire de Juifs que de Tziganes. Face à ces nuisibles se dresse alors une nouvelle figure de policier. Le IIIe Reich, soucieux de donner l’image d’une justice dynamique, efficace, et conquérante change ses héros. Après 1933, les romans et films criminels se font à la gloire de la police (unifiée et toute-puissante) et du policier, héros incontournable détrônant la figure - typiquement anglo-saxonne - du détective privé devenu indésirable de par sa sophistication. Pourquoi ? En quête d’une vérité organique, les nazis pensent que le monde n’est pas à raisonner mais à saisir par une certaine sensibilité. Et cette critique de la raison est décisive pour le Krimi. Alors que le roman à énigme - d’inspiration anglaise - procède par rétrospection et déduction, et que le polar noir américain procède par prospection et se joue au présent, le Krimi du IIIe Reich se fonde plutôt sur la persuasion. Dans l’enquête allemande, par exemple, le doute est banni : la pratique récurrente de l’aveu, le souci de ne laisser aucun élément dans l’ombre, et la simplification de l’intrigue et du langage indiquent que le genre policier ne doit pas semer le trouble mais conforter la Weltanschauung germanique. Exit les circonlocutions et ratiocinations, apanage des criminels et des juifs : le Krimi refuse l’intellectualisation pour l’action qui, pour être efficace, ne peut s’encombrer de considérations morales ou juridiques. Le Krimi a pour objet le policier (et non le criminel) et doit satisfaire des attentes : donner une image sans fard de la réalité de la lutte contre le crime et montrer que la volonté de punir l’emporte sur celle de savoir (l’enquêteur n’explique pas le crime, il élimine le criminel).

6Le roman policier instaure donc de nouveaux modes de surveillance et de nouvelles conceptions de la justice. Comme le note avec pertinence Platini, « le contrôle social s’impose bien plus sûrement dans les consciences par de petites intimidations quotidiennes que par des démonstrations de force ». Il en va ainsi du Krimi qui se doit de vanter la culture de proximité et faire preuve de « réalisme germanique ». Mais la grande majorité des romans policiers du Reich ne se dérouleront pas dans l’aire nazie : si l’on veut parler de crime, il faut le faire ailleurs car, rappelons-le, le crime est désormais exclu du Reich. Avec ce déplacement du Krimi sous d’autres latitudes, c’est aussi toute une tactique littéraire usuelle pour les œuvres recelant une critique du régime que l’on entrevoit.

7Combinant histoire politique et histoire littéraire, ce livre nous offre un regard original sur une Allemagne hitlérienne qui, bien qu’agonisant sous les bombes, persiste à maintenir le divertissement populaire, faisant par exemple fonctionner coûte que coûte en 1944 l’industrie filmique ! Mais la richesse de l’étude réside également dans son accroche spécifique: le roman policier. Qui aurait pu songer, en effet, par le prisme du Krimi et de ses représentations, que la culture de masse puisse participer au maintien du régime ?  Et a contrario, qu’elle contribue par son éclectisme et son foisonnement, ses vides et ses silences à fragiliser l’image d’un régime parfaitement réglé ? C’est donc en fin limier que Vincent Platini dévoile avec sérénité et distanciation un pan méconnu du IIIe Reich, pan qui ne manquera pas de susciter l’intérêt des historiens des idées et des sociologues de la réception.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric David, « Vincent Platini, Lire, s’évader, résister : essai sur la culture de masse sous le IIIͤ Reich », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 23 mai 2004, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14733

Haut de page

Rédacteur

Éric David

Docteur en Sociologie politique (Université Paris Ouest Nanterre), Ministère de l’éducation nationale (Paris)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page