Navigation – Plan du site

Maja Suderland, Inside concentration camps. Social life at the Extremes

Célia Poulet
Inside Concentration Camps
Maja Suderland, Inside Concentration Camps. Social Life at the Extremes, Polity, 2013, 300 p., EAN : 9780745663357.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le terme de « projet » est délibérément préféré à celui d’objet, pour resituer, dans le sillage des (...)
  • 2 Le présent ouvrage est la traduction en anglais de l’ouvrage originalement publié en allemand.
  • 3 On pense, notamment, aux travaux de Primo Levi, où l’on trouve autant la trace de la destruction de (...)

1Le livre de Maja Suderland, professeure de sociologie à l’université de Darmstadt est un livre important, parce qu’il a une qualité qui tend à se faire rare à l’heure de l’hyperspécialisation disciplinaire : appréhender son projet1 de recherche par un regard complexe, ancrant la sociologie dans une réflexion historique et anthropologique, focalisée sur les variances et les invariants culturels — nous entendons par là le dispositif social de production et de reproduction culturelle. Après une courte préface et un mot de la traductrice2, l’ouvrage s’ouvre sur une citation de Robert Antelme : « [Il n’y a aucun] moyen pour que vous ne deveniez vraiment personne pour tout le monde », qui semble synthétiser l’ambition de l’ouvrage. En effet, Maja Suderland propose, dans la continuité des travaux de Zygmunt Bauman ou encore de Hannah Arendt, de montrer ce que l’Holocauste dit de la normalité dans les sociétés occidentales. Les camps de concentration nazis ont été décrits fréquemment sous le prisme de l’horreur ; ils ont également poussé au constat d’une réorganisation de la vie sociale dans des conditions où tout fondement moral du lien social semblait mis à mal3. Plus rarement, à notre connaissance, ces deux dimensions ont été conjointement appréhendées dans une étude à la méthode scientifique rigoureuse, afin de toucher à une connaissance anthropologique de la vie concentrationnaire.

  • 4 « Basic concepts » dans le livre.

2La question de recherche de l’auteure interroge la permanence de ce qu’elle appelle, à la suite de Paul Neurath, les « concepts de base » de la société4. L’hypothèse défendue est celle d’une rupture dans les règles de la vie sociale induite par les conditions extrêmes de la vie carcérale, sans néanmoins que les fondements de la stratification sociale de la société civile soient remis en cause. Le fondement du lien social, dans les approches classiques de la société inspirée par la réflexion contractualiste, c’est l’envie des membres de vivre ensemble, qu’en est-il alors en situation de cohabitation forcée en dehors de toute forme d’appartenance commune ? De la même manière, l’ « odeur de la mort » (p. 105), soigneusement cachée et enfermée dans les sociétés modernes, est le quotidien des reclus ; or, si la culture est pour Bauman, une « stratégie de vie », comment survit-elle quand l’inéluctable mortalité des agents sociaux est dévoilée en permanence comme un spectacle forcé ?

3L’étude sociologique de l’Holocauste permet d’ouvrir une « fenêtre » sur les sociétés occidentales, un « test des possibilités cachées de la société moderne » (p. 12). Et, en premier lieu, sur la société du Troisième Reich et son lien avec les camps de concentration, objet du second chapitre du livre. L’auteure rappelle que l’enracinement des théories nazies s’inscrit dans le terreau fertile des conséquences de l’humiliation allemande suite à la défaite de 1918, et que le développement de l’anticapitalisme, de l’antisémitisme et de l’anticommunisme, et du programme hitlérien de relance économique était relativement partagé par l’ensemble de la population allemande — y compris parmi les futurs prisonniers. Ainsi, les camps de concentration et d’extermination sont aussi un développement des camps de travailleurs forcés mis en place avant la guerre pour fournir à l’Allemagne la main d’œuvre dont elle avait besoin. Ils sont également un laboratoire médical prodiguant autant de cobayes humains que nécessaire aux chercheurs nazis. Maja Suderland rappelle ainsi que les camps ont été élaborés avec l’adhésion idéologique d’une large partie de la population et qu’ils ne peuvent s’appréhender comme une réalité parallèle à la vie sociale « normale » de la société allemande.

  • 5 Il est question dans l’ouvrage d’ « ethnic criteria », faisant référence par exemple à l’appartenan (...)

4La seconde partie de l’ouvrage présente de façon minutieuse les enjeux théoriques et méthodologiques de l’enquête. Les matériaux choisis induisent d’eux-mêmes une posture originale : prenant acte de l’âge avancé des derniers survivants des camps de par le monde et du fait que ceux-ci ont par ailleurs souvent été sollicités pour raconter leur histoire, mais voulant surtout éviter que l’entretien sociologique ne soit appréhendé comme un témoignage, Maja Suderland préfère une approche par les textes autobiographiques disponibles. En continuité avec l’approche de Bourdieu, la littérature est ici analysée comme contenant les « conditions de possibilité » de la réalité sociale (p. 48). L’enjeu est de faire émerger de l’expérience extrême de la vie concentrationnaire l’ « essence » de l’expression du sujet individuel, fondement des sociétés modernes, ou, pour le dire autrement, comment les prisonniers expriment les territoires du « soi » et importent leur habitus de genre, d’appartenance nationale et/ou « ethnique »5, et de classe dans le camp de concentration. En effet, « même les prisonniers dans les camps de concentration nazis (contrairement aux intentions de leurs bourreaux) constituaient des espaces sociaux parce que le monde social les a « produits » et qu’il était ainsi ‘inclus’ en eux en tant qu’habitus […], on peut donc supposer que ces critères incorporés et ces ‘principes de division’ étaient les seuls disponibles pour les prisonniers » (p. 97).

5Ainsi, le camp de concentration apparaît comme une synthèse historique de différentes formes de pouvoir décrites par Foucault, notamment dans Surveiller et Punir. Il est l’incarnation de la punition du régicide potentiel en toute forme de criminalité ou de défiance, réelle ou non, envers le pouvoir : en ce sens les « ennemis du peuple » sont punis dans leur chair, comme l’est Damiens dans les premières pages de Surveiller et Punir. Mais, de l’autre, la structure concentrationnaire vise, par le travail forcé industrialisé, à détruire ce qui est l’incarnation même de la modernité : l’individualité, la différenciation sociale des agents les uns par rapport aux autres.

  • 6 « The Social World of the Nazi Concentration Camps ».
  • 7 « Arbeit macht frei ».
  • 8 S’apparentant de ce fait également à une forme de torture, puisque les infections aux pieds étaient (...)

6La troisième partie de l’ouvrage, intitulée « le monde social des camps de concentration nazis »6, est articulée en deux temps, le premier étant concentré l’étude de l’organisation de la vie à l’intérieur du camp. L’entrée dans le camp correspond à une série de rites de passage d’homme libre à détenu : annihilation du temps (la peine est sans fin connue, malgré l’inscription sur les portiques d’entrée de la devise « le travail rend libre »7), annihilation du statut social et des indicateurs du genre (destruction des vêtements, confiscation des biens personnels, rasage intégral du corps y compris pour les femmes etc.) et surtout effacement du nom pour le remplacer par un matricule. De la même manière, la vie du camp est régie aussi bien par des rituels immuables hérités du modèle militaire (appel, règlement des marches par de la musique) que par l’imprévisible, permettant l’expression publique arbitraire de la violence des SS (torture et exécutions publiques) ainsi qu’une incohérence généralisée visant à empêcher toute forme d’intégrité du sujet de s’exprimer (allant jusqu’à l’impossibilité d’avoir deux chaussures symétriques pour un même détenu)8.

7Néanmoins, l’investissement des zones d’ombre dans l’organisation militaire de la vie du camp permet le développement d’une vie sociale et économique dont l’existence est pour une part tolérée par les agents administratifs. On peut citer le cas des marchés noirs, mais également les évènements culturels (musique, théâtre etc.) ayant lieu en plein cœur du camp. Cela révèle le maintien d’un socle idéologique commun aux détenus, pourtant issus de cultures différentes et poussés à enfiler les vêtements des Übermenschen, les « sous-hommes », mais aussi d’appartenances communautaires. Une anecdote racontée par Charlotte Delbo, prisonnière politique française à Auschwitz, dit l’importance de la langue partagée lors d’une organisation clandestine d’une représentation du Malade Imaginaire, où les françaises du camp retranscrivent de mémoire la pièce pour la jouer devant leurs codétenues. Ces formes d’adaptations secondaires, au sens de Goffman, permettent aux prisonniers de reconstituer un monde commun, mais aussi de se distinguer : l’essence de la modernité, cette « libido sociale » dont parle Bourdieu s’exprime dans les multiples manières trouvées par les détenus de se différencier les uns des autres.

  • 9 Rose pour les homosexuels, étoile jaune pour les juifs, rouge pour les prisonniers politiques, viol (...)

8Le second temps de la description du « monde social » concentrationnaire réside en l’analyse de la société des prisonniers à proprement parler. En effet, Maja Suderland montre que la classification imposée aux prisonniers par le système des triangles9, non seulement n’efface pas les lignes de démarcation sociale entre les individus (notamment définies par leur habitus et leur capital culturel), mais aussi que dans une certaine mesure, ces catégories sont elles-mêmes un prolongement de catégories sociales partagées par les détenus. La solidarité entre détenus trouve ses propres limites non pas seulement dans les conditions drastiques de vie dans le camp, mais aussi et peut-être surtout par l’import de barrières sociales infranchissables issues de la vie « libre ». « La formation de communautés dans le camps prenait place en général au sein de groupes ayant déjà des affiliations à l’extérieur des camps » (p. 190) : ainsi les détenus homosexuels font l’objet de préjugés défavorables tant du côté des SS que des autres détenus, de même que les Juifs et les Juifs éveillent une relative méfiance globalement partagée, indépendamment de la classification nazie incarnée par les triangles de couleur.

  • 10 On renverra sur cette question aux travaux fondateurs de Max Weber.

9Parallèlement, l’incorporation du genre devient une forme ressource permettant aux individus de sauvegarder leur identité. Ainsi, le rapport à la défiguration du corps, par l’amaigrissement, le rasage des cheveux et l’uniformisation vestimentaire, est traduit par un sentiment de honte pour les femmes et par un sentiment d’impuissance chez les hommes : c’est véritablement non pas l’effacement des appartenances sociales qui sont en jeu ici, mais bien au contraire leur révélation extrapolée, disant une part de l’essence de la socialisation. Ce qui peut correspondre dans la société civile à des inégalités, devient ici une ressource pour faire ressembler le monde carcéral au monde « normal ». La formation d’élites (les Kapo par exemple, mais également le respect accordé aux lettrés), la désignation d’ennemis (les Juifs, les Tsiganes, les homosexuels par exemple) sont des processus sociaux qui contribuent à faire sens pour les détenus. La « libido sociale » repose, pour Maja Suderland, sur une réalité enfouie des sociétés modernes : celle de l’existence atavique d’une pensée par castes, catégories sociales définies par la frontière non pas seulement entre le « plus » et le « moins », l’ « avoir » et le « non-avoir », mais aussi et surtout par la définition de groupes sociaux purs et impurs. Ainsi que l’écrit l’auteure, « même si nous n’associons pas historiquement le terme de ‘caste’ dans les sociétés occidentales, des recherches récentes montrent que l’idée sociale derrière le concept de caste trouve très probablement son origine en Europe » (p. 258)10.

  • 11 Il s’agit de la définition de Durkheim proposée dans les Règles de la méthode sociologique.

10La lecture de l’ouvrage est, d’une certaine manière, éprouvante. Non pas par la violence du sujet, paradoxalement, tant celui-ci est traité avec distance scientifique, mais au contraire, parce que le regard de l’auteur met en lumière la continuité du vivant au cœur même des camps de la mort. La force de la survie n’est pas seulement celle des membres à assurer leur propre salut, ni même la coopération et les formes de solidarité développée. Ce sont véritablement la survie de la société comme connaissance — nous employons ce terme en son sens étymologique — et son incorporation dans l’esprit et la chair de ses membres qui sont au cœur de l’ouvrage. Sociologie de la connaissance, sociologie du corps comme support du lien social et comme mémoire ; en vertu de ce regard, il serait injuste de parler de microsociologie à propos de cet ouvrage. Nous parlerons bien plus volontiers d’une approche sociale de l’intime et de l’intimé comme expression de cet « être psychique d’un genre nouveau » qu’est la société11.

Haut de page

Notes

1 Le terme de « projet » est délibérément préféré à celui d’objet, pour resituer, dans le sillage des travaux d’Edgar Morin, l’importance de la subjectivité du chercheur dans l’élaboration de ce qu’il observe. Par cette précaution lexicale, on cherche à, précisément, ne pas objectiver ni essentialiser ce sur quoi se pose le regard scientifique.

2 Le présent ouvrage est la traduction en anglais de l’ouvrage originalement publié en allemand.

3 On pense, notamment, aux travaux de Primo Levi, où l’on trouve autant la trace de la destruction de la dignité humaine dans les camps que les ressources mises en place par les prisonniers, parfois même avec la complicité relative de certains officiers SS, pour y survivre.

4 « Basic concepts » dans le livre.

5 Il est question dans l’ouvrage d’ « ethnic criteria », faisant référence par exemple à l’appartenance religieuse (Juifs) ou « culturelle » (Tsiganes).

6 « The Social World of the Nazi Concentration Camps ».

7 « Arbeit macht frei ».

8 S’apparentant de ce fait également à une forme de torture, puisque les infections aux pieds étaient légions.

9 Rose pour les homosexuels, étoile jaune pour les juifs, rouge pour les prisonniers politiques, violet pour les témoins de Jéhovah etc.

10 On renverra sur cette question aux travaux fondateurs de Max Weber.

11 Il s’agit de la définition de Durkheim proposée dans les Règles de la méthode sociologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Célia Poulet, « Maja Suderland, Inside concentration camps. Social life at the Extremes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 23 mai 2014, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14742

Haut de page

Rédacteur

Célia Poulet

Docteur en sociologie, ATER à l’Université de Clermont-Ferrand. Chercheur associé au LAMES/MMSH (Aix-Marseille Université)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page