Navigation – Plan du site

Jean-Louis Favre, Une histoire populaire du 13e arrondissement de Paris

Renaud Bécot
Une histoire populaire du 13e arrondissement de Paris
Jean-Louis Favre, Une histoire populaire du 13e arrondissement de Paris. "Mieux vivre ensemble", L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2014, 180 p., ISBN : 978-2-343-02350-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir notamment l’ouvrage de Clerval Anne, Paris sans le peuple, Paris, La Découverte, 2013. Compte (...)

1À l’heure où plusieurs recherches décrivent une capitale en proie à la gentrification1, le choix d’étudier la rémanence d’un « quartier populaire » dans Paris peut surprendre. C’est pourtant cette démarche qui fonde l’originalité de l’ouvrage de Jean-Louis Favre, pour qui « le 13e arrondissement a changé, mais certains quartiers gardent une mémoire du monde populaire » (p. 10). L’analyse se découpe en deux mouvements distincts : la première partie se concentre sur l’histoire de l’arrondissement, en se fondant sur l’usage de sources secondaires, alors que la seconde partie se concentre sur l’étude des conditions de vie dans un quartier populaire du Sud de l’arrondissement en mobilisant des entretiens réalisés auprès d’associations du quartier.

  • 2 La démarche de l’auteur ne se réfère pas explicitement aux recherches qui se réclament de « l’histo (...)

2Le recours à l’histoire permet d’éclairer les processus actuels de construction des identités vécues par les habitants. C’est en ce sens qu’il faut comprendre l’approche d’« histoire populaire »2 invoquée par l’auteur – mais qu’il ne définit pas explicitement. Dans sa démarche, cette notion renvoie d’abord à l’histoire d’un quartier, qui se distingue de l’ensemble urbain dans lequel il s’inscrit en accueillant les industries et les travailleurs rejetés du centre-ville au cours du XIXe siècle. De plus, cette approche traduit un choix méthodologique consistant à placer la parole des habitants au centre de l’analyse.

3En remontant au XVIe siècle, l’analyse historique débute par l’évocation des usages successifs de la vallée de la Bièvre : cette rivière traversait en effet de part en part l’espace qui allait devenir le 13e arrondissement3. Les rives, progressivement aménagées pour accueillir des industries, sont ainsi présentée comme « la source du développement » de ce territoire. L’implantation industrielle accélérée (raffineries de sucre, tanneries, teintureries, compagnies de production de gaz, etc.) conduit à la constitution officielle du 13e arrondissement de Paris en 1860. Métamorphosée en cloaque, la rivière est progressivement recouverte à la fin du XIXe siècle. Cette période est analysée comme un moment de mutation dans la structure économique de l’arrondissement : les activités artisanales entament un déclin, pendant qu’une industrie plus lourde se développe (à commencer par l’usine de production automobile Panhard).

4Sous l’effet de cette évolution et de l’accroissement de la concentration urbaine, les caractéristiques sociologiques de l’arrondissement évoluent. Entre le milieu du XIXe siècle et la décennie 1930, la population des quartiers les plus défavorisés du Sud de l’arrondissement est multipliée par trois. Le développement des œuvres sociales en faveur des plus démunis devient ainsi l’objet d’un investissement, voire d’une concurrence, entre groupes aux intérêts distincts. Ainsi, les patronages catholiques développent un secteur d’animation culturelle, la municipalité assure la gratuité de la plupart des repas dans les cantines scolaires en 1911 et les familles industrielles financent des établissements de santé.

5Au lendemain de la seconde guerre mondiale, l’auteur pointe un basculement dans la structure de l’emploi de l’arrondissement. En 1955, le secteur tertiaire occupe autant de salariés que le secteur secondaire, auparavant majoritaire. Cette évolution s’accentue sous l’effet des mesures de décentralisation, qui conduisent les industries lourdes à quitter le 13e arrondissement : ainsi des usines Panhard, qui cessent leur activité en 1970. Simultanément, l’urbanisation désordonnée héritée du XIXe siècle est bouleversée par des mesures de rénovation urbaine. L’auteur explore ainsi l’impact social du plan général de démolition du début de la décennie 1960, concernant plus de 80 000 habitants, soit près de la moitié de l’arrondissement. Ces opérations conduisent notamment à la démolition des habitats précaires sur le tracé du périphérique de Paris, ainsi qu’à l’opération de construction de vingt-huit tours dans le quartier Olympiades.

6Selon Jean-Louis Favre, les aspects bénéfiques de ces travaux « concernent essentiellement les classes moyennes » (p. 57). Il déplace alors la focale vers le quartier de Maison-Blanche, au Sud de l’arrondissement, qui « va rester très populaire sans connaître “les trente glorieuses” » (p. 36). Ce quartier accueille de nombreux travailleurs migrants, dont les conditions de vie et de travail demeurent précaires. Le taux de chômage reste élevé jusqu’à nos jours et l’auteur rappelle que le revenu moyen par habitant demeure l’un des plus faibles de la capitale4. Cette précarité, renforcée par une relative absence de représentation politique des intérêts des habitants, conduit à une situation sanitaire critique : certains quartiers connaissent ainsi des taux de morbidité nettement supérieurs à la moyenne de la capitale, jusque dans les années 1990. C’est dans ce contexte que renaît l’action associative, que l’auteur évoque dans la seconde partie de son ouvrage.

7Le récit historique s’éclipse alors derrière une analyse plus ethnographique, dans laquelle les témoignages des acteurs du quartier Maison-Blanche sont abondamment mobilisés. L’auteur explore successivement l’action institutionnelle et associative en faveur de l’insertion sociale et professionnelle des habitants, avant de s’intéresser plus précisément aux préoccupations des « jeunes sans travail régulier ». Au travers des paroles rapportées, trois grands enjeux percent de l’expérience des habitants du quartier. En premier lieu, le travail (et son absence) constitue l’inquiétude centrale, autour de laquelle se structurent les récits des habitants. Le déclin des principaux pôles industriels apparaît comme le facteur essentiel dans la transformation des identités associées au quartier : comme le souligne une enquêtée, « avant, c’était une “cité ouvrière”, maintenant c’est un lieu ». Le rapport, souvent conflictuel, aux institutions publiques (en particulier l’école et la police) apparaît étroitement lié à cette image d’une population fortement affectée par le chômage. Les dispositifs successifs mis en œuvre par le ministère de la Ville depuis le début des années 1990 (zones prioritaires, plans de cohésion sociale, etc.) sont présentés comme autant de mesures qui ont permis, ponctuellement, de retisser des liens fragiles (et éphémères) entre ces institutions publiques et la population. En plusieurs occasions, ces initiatives se sont appuyées sur des relais dans le quartier. De fait, les associations apparaissent comme les acteurs essentiels de l’animation locale. Non seulement elles contribueraient à inventer une sociabilité plus conviviale, mais surtout, elles favoriseraient l’actualisation des identités liées à ce quartier populaire.

  • 5 Voir Le Roux Thomas, « Une rivière industrielle avant l’industrialisation : la Bièvre et le fardeau (...)

8Le lecteur sera parfois dérouté par le chemin qu’emprunte l’auteur lorsqu’il s’attache à fournir de longues citations des enquêtés, au risque de restreindre les références aux études universitaires récentes sur l’histoire de la capitale. Or, l’usage de l’historiographie récente aurait parfois permis de mieux éclairer les interactions entre la capitale et le 13e arrondissement, pour dessiner une image plus nette des caractères spécifiques à ce dernier. Par exemple, alors que la présence de la Bièvre est présentée comme le facteur décisif dans l’évolution de l’arrondissement, l’industrialisation de ses rives est rarement évoquée comme la conséquence d’une progressive régulation des pollutions, qui a conduit les industries du centre de la capitale à se déplacer vers les espaces périphériques5.

9Ces remarques n’entament en rien l’originalité de l’ouvrage : en s’imprégnant du sentiment d’urgence sociale exprimé par les acteurs du quartier, l’auteur éclaire finalement les modalités par lesquelles ces habitants inventent de nouvelles sociabilités à partir d’un imaginaire irrigué par l’histoire (réelle ou mythifiée) de leur arrondissement. En concluant qu’ils seraient « orphelins d’une culture ouvrière », l’auteur pointe deux modalités de renouvellement d’une identité partagée au cœur de ce quartier. D’une part, il perçoit dans la jeunesse précarisée « un détachement de la nouvelle classe populaire, tant par sa condition que par sa conscience en construction » (p. 166). D’autre part, il suggère que l’action associative contribue au renouvellement d’une culture populaire locale. Ainsi, bien que l’auteur constate l’existence de certaines formes de gentrification, il suggère que l’histoire de ce quartier populaire continue de s’écrire au présent, en inventant les contours d’un « mieux vivre ensemble » irrigué par un imaginaire historique propre à cet arrondissement.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment l’ouvrage de Clerval Anne, Paris sans le peuple, Paris, La Découverte, 2013. Compte rendu d’Aurélie Le Floch pour Lectures : http://lectures.revues.org/12813.

2 La démarche de l’auteur ne se réfère pas explicitement aux recherches qui se réclament de « l’histoire populaire », à commencer par Zinn Howard, Une histoire populaire des États-Unis. De 1492 à nos jours, Paris, Agone, 2002.

3 Une carte du tracé de la Bièvre est disponible sur : http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7952/img-5.png.

4 Voir la carte des revenus moyens par quartier en France sur http://www.comeetie.fr/galerie/francepixels/#.

5 Voir Le Roux Thomas, « Une rivière industrielle avant l’industrialisation : la Bièvre et le fardeau de la prédestination, 1670-1830 », Géocarrefour, vol. 85, n° 3, 2010, p. 193-207. En ligne : http://geocarrefour.revues.org/7952.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Renaud Bécot, « Jean-Louis Favre, Une histoire populaire du 13e arrondissement de Paris », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 26 mai 2014, consulté le 19 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14748

Haut de page

Rédacteur

Renaud Bécot

Doctorant en histoire à l’EHESS et ATER à l’Université Rennes II.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page