Navigation – Plan du site

François-Ronan Dubois, Introduction aux Porn Studies

Guillaume Garnier
Introduction aux Porn Studies
François-Ronan Dubois, Introduction aux Porn Studies, Bruxelles, Les Impressions nouvelles, coll. « Réflexions faites », 2014, 128 p., ISBN : 978-2-87449-200-6.
Haut de page

Texte intégral

1Partant des débats qui entourent la pornographie et sa consommation (la pornographie est-elle sexiste ? Ou bien féministe ? Qu’en est-il de la moralité et de la législation ?…), François-Ronan Dubois, agrégé de lettres modernes et doctorant en littérature française, s’interroge sur les porn studies discipline novatrice originaire des États-Unis, qui s’est récemment imposée comme essentielle pour apporter un discours compétent sur la pornographie. Les porn studies s’emparant des formes et des supports qui définissent la pornographie (dans sa forme la plus simple : est pornographique tout document qui représente explicitement au moins un acte sexuel), souhaitent autant étudier les représentations sexuelles, que réfléchir à l’origine de ces représentations et à leur impact sur les pratiques.

2Cette nécessité de l’approche « scientifique » de la pornographie naît d’un contexte bien particulier où s’opposent un discours de dénonciation, majoritaire dans l’opinion et souvent superficiel, et un contre-discours, « en marge du discours commun, une autre conception tout aussi mouvante et imprécise, qui prend le contrepied des condamnations systématiques et peu circonstanciées » précédemment évoquées (p. 12). Depuis les années 1970, des sociologues, des psychologues, des juristes, des philosophes, des spécialistes de cinéma et de littérature se sont donc penchés avec intérêt sur les représentations de pratiques sexuelles, non sans voir naître de nouvelles polémiques avec l’avancée de leurs réflexions. L’auteur entend alors, avec modestie, s’emparer des principaux débats et enjeux qui entourent les porn studies pour les clarifier et les faire connaître aux néophytes curieux du sujet. En cela, il est évident que l’auteur réalise son objectif.

  • 1 À noter que cette dernière forme joue un rôle très spécifique dans les sociétés actuelles, dans la (...)

3Trois chapitres construits avec logique donnent corps à cette démarche. Le premier, intitulé « Les formes de la pornographie », présente un aperçu de la diversité de la pornographie, sachant qu’il est très difficile d’être exhaustif dans ce domaine et de proposer une définition et une typologie capables de satisfaire tous les spécialistes. Trois formes de représentations de la pornographie sont recensées par l’auteur : le texte (manuel sexuel ou fiction pornographique), l’image fixe (sans doute le mode de représentation sexuelle le plus ancien) et l’image animée, notamment le cinéma pornographique étudié par Linda Williams dans Hard Core1. De nombreuses questions de fond sont soulevées, en particulier sur les limites qui permettent de considérer qu’une production humaine devient pornographique. La partie historique, réduite délibérément pour les exigences de l’exercice et appelant à une synthèse collective, est essentielle pour comprendre l’évolution des supports pornographiques. Néanmoins, l’usage plus systématique de références bibliographiques manque à cette partie. Remontant au plus ancien document découvert à ce jour représentant explicitement un coït hétérosexuel – le papyrus de Turin datant du XIIe siècle avant l’ère chrétienne –, l’auteur traverse l’histoire de la pornographie pour nous rappeler les différentes formes qu’elle a pu épouser. Par exemple, le recours à la photographie au milieu des années 1830 procède d’un véritable bouleversement dans la représentation et la consommation de la pornographie, qui a mené au développement de magazines pornographiques à la fin du XIXe siècle, d’abord en France, puis en Grande-Bretagne et aux États-Unis. Les nus photographiques qui paraissent dans ces revues (on peut évoquer Playboy dont le premier numéro paraît en 1953) « deviennent des enregistrements du réel et préparent le terrain aux théories de l’identification entre la scène pornographique et la pratique sexuelle de celui qui la regarde » (p. 24). Quant au cinéma, il s’empare lui aussi très précocement du sujet de représentations sexuelles très explicites, avec le court-métrage français de Pirou et Léar, Le Coucher de la Mariée, en 1896.

4Le chapitre 2, « cœur du présent ouvrage » comme le souligne dès les premières lignes François-Ronan Dubois, revient sur les origines et les fondements des porn studies, champ d’étude qui n’échappe pas aux débats, qu’ils soient internes au milieu académique ou qu’ils surgissent dans l’espace public. L’essentiel de la polémique se déroule aux États-Unis, notamment dans le contexte spécifique où les censeurs de la pornographie s’opposent au premier des dix amendements de la constitution américaine, qui garantit la liberté d’expression. L’auteur traite ainsi de la perte d’influence (mais non la disparition) de l’antipornographisme. Dans ces débats, les féministes jouent un grand rôle. Jusque dans les années 1970, les activistes féministes considéraient la pornographie comme l’un des « nombreux avatars de la domination patriarcale, l’exemple même de l’oppression de la femme par l’homme dans la société » (p. 60), mais à la fin des années 1970 et au début des années 1980, un féminisme pro-sexe s’est constitué, en réaction à la lutte systématique du féminisme dominant contre tous les aspects de la sexualité, dont la pornographie. Du point de vue de ce courant pro-sexe, la pornographie n’est pas un mal en soi ; au regard de la morale traditionnelle, elle serait même un progrès, dans la mesure où elle accorderait une place médiatique à la sexualité féminine, cantonnée d’ordinaire au devoir de reproduction.

5Le processus juridique qui entoure la pornographie participe aussi à attiser les conflits, alors que pour les censeurs, il s’agirait plutôt de les apaiser. Dans ce passage particulièrement bien traité, François-Ronan Dubois montre combien, aux États-Unis, la judiciarisation de la pornographie entraîne de nombreuses polémiques, notamment autour du respect du premier amendement sur le droit à la liberté d’expression, que les opposants cherchent à contourner. Ces derniers tentent de prouver que la pornographie n’est pas un discours protégé par le premier amendement, mais qu’elle représente plutôt un danger parce qu’elle peut inciter à la violence (stratégie la plus courante). Dans ce but, une expertise psychopathologique, d’une rigueur a priori scientifique, est souvent requise par les censeurs de la pornographie, afin de montrer que la consommation de la pornographie joue un rôle causal dans les comportements sexuels déviants, notamment les comportements violents. Pour autant, ces approches psychopathologiques connaissent des limites dans la mesure où elles échouent à démontrer une relation de cause à effet entre consommation de pornographie et délinquance sexuelle, mais aussi parce qu’elles ne réussissent pas à percer dans d’autres pays, notamment en France où leur influence est quasi inexistante.

  • 2 William Linda (dir.), Porn Studies, Durham, Duke University Press, 2004.

6Mais il ne faut pas croire que l’argumentation est aux seules mains des antipornographes : les recherches cinématographiques sont pour l’essentiel gouvernées par un discours pro-pornographique, qui a mené à partir des années 1990 la charge contre le féminisme antipornographique. L’auteur s’appuie à nouveau sur l’ouvrage référence de Linda Williams, qui amorce un renouveau méthodologique dans les études sur la pornographie, et qui a sans doute influencé les réflexions d’une nouvelle génération de chercheurs pluridisciplinaires, réunis autour de la publication en 2004 de Porn Studies2, « preuve savante de l’impossibilité de réduire la pornographie à un non-discours ou même à un discours d’un genre inférieur, et comme une discipline susceptible de retravailler la morale sexuelle » (p. 80). Consécration de ces nouvelles vues, le nouveau journal académique également intitulé Porn Studies, publié pour la première fois en 2012-2013 – et dont un nouveau numéro doit paraître en 2014 –, souhaite faire de cette discipline une référence qui couvrirait tous les champs d’étude de la pornographie.

7La troisième et dernière partie, plus courte que les deux précédentes, présente « Les conséquences d’un savoir pornographique ». Tout d’abord, l’auteur montre avec force que les études pornographiques reposent sur les hypothèses et les conclusions d’un ensemble de philosophes qui ont réfléchi sur les conditions de la morale et de la sexualité. Michel Foucault, en analysant les discours passés, a ainsi repris l’analyse de Nietzsche sur le renversement moral. La morale a été créée pour être utile à un groupe ; lorsque qu’un groupe contrôle les discours qui régulent une société, ce qui lui est utile devient la morale. Ces éléments servent d’ailleurs comme fondement à la pensée de Judith Butler, philosophe étasunienne dont l’œuvre est surtout consacrée à la double question du genre et de l’orientation sexuelle.

8La sexualisation de la société contemporaine est une autre conséquence, que l’auteur aborde avec attention. Il s’agit de bien distinguer la vision propre au post-nietzschéisme, qui comprend la sexualisation comme une production toujours plus spécialisée de discours sur la sexualité, s’opposant aux commentateurs extérieurs qui la définissent comme une augmentation continuelle des représentations sexuelles dans la sphère médiatique (télévision, cinéma, publicité, magazines…). Cela entraînerait notamment une normalisation des représentations sexuelles, avec le risque de rendre acceptables un certain nombre de pratiques, et au contraire d’en exclure d’autres.

9Dans un dernier temps, l’auteur s’interroge sur le rapport à l’éthique de ces études pornographiques, dont le principe fondamental est celui de la diversité. L’éthique du savoir pornographique tend donc à multiplier les possibilités de pratiques sexuelles plutôt qu’à les restreindre (outre les éthiques féministes qui refusent les pratiques communes impliquant une domination). François-Ronan Dubois montre aussi que cette éthique peut être qualifiée de « positivité a priori », car elle s’intéresse en priorité aux critères d’exclusion. En fait, regarder de la pornographie d’un œil informé, ce serait alors améliorer son être dans le dessein de mener une vie meilleure. En opposition aux censeurs de la pornographie, certains chercheurs des porn studies pensent que ce n’est plus à la société d’intégrer en son sein de nouveaux désirs et de nouveaux plaisirs, mais au sujet individuel. Il s’agit pour chacun de décider de son propre désir, et donc d’écarter les pratiques sexuelles qui lui paraissent mauvaises. En conclusion de son ouvrage, François-Ronan Dubois rappelle les enjeux des porn studies et tout le travail qu’il reste à entreprendre dans le domaine des études sur les représentations sexuelles. Par des propos clairs et une réflexion bien amenée sur les objets et les perspectives des porn studies, l’auteur apporte incontestablement sa pierre à l’édifice.

Haut de page

Notes

1 À noter que cette dernière forme joue un rôle très spécifique dans les sociétés actuelles, dans la mesure où elle contribue à diffuser une « pornutopie » chez les consommateurs de pornographie, c'est-à-dire la représentation réaliste d’une utopie sexuelle. Williams Linda, Hard Core: Power, Pleasure and the Frenzy of the Visible, Berkeley, University of California Press, 1999.

2 William Linda (dir.), Porn Studies, Durham, Duke University Press, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Garnier, « François-Ronan Dubois, Introduction aux Porn Studies », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 26 mai 2014, consulté le 18 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14749

Haut de page

Rédacteur

Guillaume Garnier

Docteur en histoire moderne et contemporaine, auteur de « L’oubli des peines ». Une histoire du sommeil, Presses Universitaires de Rennes, 2013.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page