Navigation – Plan du site

Fabienne Brugère, Le sexe de la sollicitude

Vanina Mozziconacci
Le sexe de la sollicitude
Fabienne Brugère, Le sexe de la sollicitude, Lormont, Le Bord de l'eau, 2014, 168 p., ISBN : 978-2-35687-2838.
Haut de page

Texte intégral

1Pour cette nouvelle édition d’un ouvrage paru originellement en 2008 au Seuil, Fabienne Brugère précise dans la préface qu’il s’agit d’un travail dont l’origine peut être marquée par la publication d’un article dans la revue Esprit en 2006, article qui nouait déjà la question de la sollicitude à celle du féminisme. Dans Le sexe de la sollicitude, elle reprend l’histoire de la philosophie pour mettre au jour les différents enjeux – anthropologiques, éthiques, politiques – impliqués par une revalorisation de la sollicitude.

2Autant qu’un objet à définir – notamment pour le distinguer de ses faux amis que sont par exemple la compassion, la charité ou la pitié – la sollicitude apparaît dans le texte de Fabienne Brugère comme un prisme à travers lequel revoir l’histoire de la pensée occidentale et certaines oppositions fondamentales, telles que celles entre individualisme et holisme ou morale et éthique. En effet, penser la sollicitude implique de reprendre notre modèle anthropologique. Le premier chapitre de l’ouvrage critique ainsi la conception de l’individu comme un être indépendant et qui fait de la dépendance un phénomène ponctuel ou marginal. Sans choisir une tradition contre une autre, ce qui renforcerait les dualismes et les oppositions (sollicitude contre individualisme, corps contre esprit, sentiments contre raison...), la philosophe tente de reprendre les valeurs des Lumières, en particulier la possibilité pour chacun de se libérer des préjugés et des autorités arbitraires, tout en faisant une place à une certaine dimension de la vie humaine qui a eu tendance à être minorée ou refoulée, à savoir l’interdépendance des individus. En effet, Fabienne Brugère écrit un livre qui est « d’abord un manifeste en faveur d’une modernité issue de l’esprit des Lumières qui croit à la possibilité de l’émancipation des êtres humains » (p. 18), mais c’est précisément au nom de cet esprit que la « fausse universalité » mérite d’être critiquée au profit d’un « universel concret ». Mettre en question l’individualisme, c’est également s’en prendre à une conception de la morale qui se fonde sur l’idée de qualités inhérentes à l’individu plutôt que sur celle de dispositions qu’il exercerait, une telle conception se développant en termes d’intentions plutôt que d’attention à autrui. La sollicitude se comprend à partir des relations, qui sont premières, car elle « ne vient ni de moi, ni d’autrui » (p. 28) et ne se produit pas entre des sujets préalablement constitués et identifiés. C’est une véritable conversion du regard qu’exige la pensée de la sollicitude, qui consiste à ne pas considérer « les hommes et leurs moments » mais « les moments et leurs hommes », pour reprendre l’expression d’Erving Goffman.

3En passant par des figures aussi diverses que – entre autres – Judith Butler, Donald Winnicott, Alejandro Iñárritu, Martha Nussbaum, David Hume ou Aristote, le premier chapitre se propose donc de décrire une nature humaine plus réaliste, car de la justesse de cette description dépendent une éthique et une politique adaptées. Il s’agit de dépeindre l’humain de façon à ne pas transformer des idéaux en faits – en considérant par exemple l’autonomie des individus comme un horizon et non comme un donné. Cela passe par une reconnaissance de l’importance des contextes dans la possibilité d’agir, rappelant que « toute réalisation de soi suppose des conditions d’émergence » (p. 53). C’est bien en cela que la sollicitude est du côté de l’éthique plutôt que de la morale : car elle n’est pas application de préceptes, du haut vers le bas, mais réflexion enracinée dans les existences singulières. Or, ce sens du contexte et des conditions implique d’être sensible et lucide vis-à-vis du pouvoir qui rend les relations asymétriques, hiérarchiques, voire abusives.

  • 1 Voir Dorlin Elsa, « Dark Care : de la servitude à la sollicitude », in Patricia Paperman et Sandra (...)

4C’est précisément cette lucidité qui invite à la vigilance face à ce que Fabienne Brugère qualifie de « piège » dans la valorisation de la sollicitude. Il serait en effet aisé de passer de cette valorisation à la glorification d’une féminité essentialisée, célébration dangereuse d’une « nature » féminine qui viendrait renforcer le confinement des femmes aux espaces et aux travaux de soin. Mais comment passer « d’une sollicitude subie et imposée par des rapports de domination à une sollicitude choisie et revendiquée » (p. 73) ? Le deuxième chapitre s’attache d’abord à montrer en quel sens précis on peut qualifier la sollicitude de féminine ; le « féminin » étant alors historiquement situé et construit socialement et ne relevant pas d’une essence ou d’une nature immuable, sa construction étant elle-même intimement liée à celle de la séparation entre sphère publique et sphère privée. Or, pour faire entrer la sollicitude dans une éthique, il convient d’abord de la déboîter d’un certain modèle, qui est celui de la complémentarité femmes/hommes (modèle qui fut par exemple mobilisé lors des débats sur la parité politique en France). Cela est notamment l’occasion de constater que, si l’adoption par les femmes des normes traditionnellement masculines a pu être une stratégie féministe pertinente à un moment donné (comme le montre la pensée de Simone de Beauvoir), la tendance inverse, à savoir une démocratisation de valeurs traditionnellement « féminines », correspond peut-être mieux aux enjeux du temps présent (notamment parce que la distribution inégalitaire du care témoigne d’autres dominations1). Toutefois, il n’est pas certain que celle-ci n’entre pas en conflit, au moins localement, avec certains acquis de la pensée féministe. Ainsi, si la défense de l’avortement a été principalement théorisée sur le principe « mon corps, mon choix », principe qui n’est peut-être pas sans lien avec une forme d’individualisme possessif, l’adoption d’un modèle relationnel impliquerait une justification différente. C’est notamment ce qui conduit Fabienne Brugère à affirmer que « l’interdépendance [est] à comprendre en termes assez proches des prescriptions de la loi du 17 janvier 1975 […] qui justifie l’avortement par l’état de détresse des femmes » (p. 108). Le droit à l’avortement est compris par l’auteure comme « une reconnaissance par la loi du souci de soi des femmes, de ce que peut être l’impossibilité existentielle d’assumer une vie nouvelle, à cause même de la manière dont apparaissent tous les fils qui tissent quotidiennement une histoire personnelle » (p. 108). La récente suppression de la notion de « détresse » dans le texte de loi, saluée par un certain nombre de féministes, montre que l’adoption de ce nouveau paradigme est loin d’aller de soi.

5Il ne serait toutefois pas pertinent de faire des « éthiques du care » une position féministe peu soucieuse des marges de manœuvre des individus, à opposer par exemple aux théories queer qui s’attachent à penser les résistances et les subversions. Ainsi, l’auteure envisage même de les lier à partir de la notion de « trouble », qu’elle juge pertinente pour critiquer le modèle de la complémentarité qui enferme la sollicitude et celles qui la portent. Le care et le queer auraient également en commun la mise en question du sujet politique « femme » pour le féminisme, sujet à pluraliser afin de dénoncer précisément les différentes « hiérarchies injustes, ce qui suppose bien sûr de rejoindre d’autres combats contre la domination qui concernent la classe sociale ou l’origine ethnique » (p. 114).

  • 2 Voir Bubeck Diemut, « Feminism in political philosophy : Women’s difference », in Miranda Fricker e (...)

6Donner une dimension politique à la sollicitude – problématique envisagée dans le troisième et dernier chapitre – passerait alors par une autre compréhension du tissu social au sein duquel doivent être écouté-e-s en priorité « les victimes de l’Histoire, les opprimés, les anciens esclaves, les populations déplacées, exterminées ou niées dans leur existence collective » (p. 133). Une telle démarche ne va pas sans rappeler les pensées du privilège épistémologique accordé aux plus dominé-e-s2. Elle permet d’éviter de confondre politisation du care avec généralisation à l’échelle politique de la caring attitude, synonyme d’une transformation de la société en Big Mother où celles et ceux qui dirigent veillent sur les individus en cherchant à les infantiliser. La sollicitude ne doit ainsi pas se dénaturer en une « politique compassionnelle » mais doit donner lieu à des « solutions d’aide locales, différenciées et appropriées aux situations de vulnérabilité ou de souffrance, aux institutions concernées et aux populations impliquées » (p. 143). Cela implique de mieux voir le proche, et notamment celles et ceux qui travaillent au plus proche de nous et sont pourtant invisibles, à savoir les pourvoyeuses et les pourvoyeurs de soin.

7Défendre un « féminisme ordinaire » comme le fait Fabienne Brugère implique une attention aux expériences féminines minutieuse et débarrassée de la grille de lecture sexiste traditionnelle ; mais le passage d’une telle description à la recherche de repères éthiques voire politiques n’est pas sans obstacles et sans pièges. Les écueils de l’essentialisation, du pater/maternalisme et de la romantisation de la domination peuvent toutefois être évités à condition de maintenir l’exigence d’un funambulisme entre les termes des différentes oppositions : pas de justice sans sollicitude, pas de sollicitude sans justice.

Haut de page

Notes

1 Voir Dorlin Elsa, « Dark Care : de la servitude à la sollicitude », in Patricia Paperman et Sandra Laugier (dir.), Le Souci des autres. Éthique et politique du care, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2006, p. 87-97.

2 Voir Bubeck Diemut, « Feminism in political philosophy : Women’s difference », in Miranda Fricker et Jennifer Hornsby (dir.), The Cambridge Companion to Feminism in Philosophy, Cambridge, Cambridge University Press, 2000, p. 185-204.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vanina Mozziconacci, « Fabienne Brugère, Le sexe de la sollicitude », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 27 mai 2014, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14765

Haut de page

Rédacteur

Vanina Mozziconacci

Doctorante en philosophie à l’ENS de Lyon (Triangle, UMR 5206), professeure agrégée et coresponsable du laboratoire junior GenERe.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page