Skip to navigation – Site map

Bernard Andrieu et Gilles Boëtsch (dir.), Corps du monde. Atlas des cultures corporelles

Cécile Campergue
Corps du monde
Bernard Andrieu, Gilles Boëtsch (dir.), Corps du monde. Atlas des cultures corporelles, Paris, Armand Colin, 2013, 203 p., Préface de Lilian Thuram, ISBN : 978-2-200-27961-5.
Top of page

Full text

1Cet ouvrage collectif, dirigé par Gilles Boëtsh, anthropobiologiste au CNRS et Bernard Andrieu, philosophe à l’Université de Lorraine, tous deux spécialistes connus des questions relatives au corps et à l’apparence, est destiné au grand public et s’attache à présenter les pratiques relatives au corps à travers huit thématiques, dans différentes aires culturelles. Préfacée par Lilian Thuram, c’est une belle édition illustrée de photographies couleurs présentant quarante contributions de spécialistes : ethnologues, sociologues, historiens et philosophes.

2Bernard Andrieu et Gilles Boëtsh rappellent dès l’introduction que le corps n’est plus simplement hérité et reçu : il est devenu une véritable construction sociale qui doit être transformée pour répondre à des critères esthétiques, souvent normalisés par la publicité mondialisée. Ce corps et son façonnage font écho aux valeurs culturelles de l’individu qui ne répondent pas forcément à la globalisation et à l’uniformisation des modes de vie. Le corps est à la fois un médiateur avec le divin, le cosmos, le monde surnaturel, et le lieu de l’expression identitaire et esthétique, en rapport avec les codes et les normes culturels en vigueur dans un environnement donné. Cette singularité des pratiques corporelles a influencé les auteurs, qui n’ont pas souhaité adopter une approche « exotique » afin d’éviter l’ethnocentrisme et ont choisi de mobiliser des spécialistes sur des terrains à la fois occidentaux et non occidentaux.

3Avec huit thématiques définies, c’est à une véritable cartographie géoculturelle que les auteurs nous convient. Pour chaque thème, cinq chercheurs présentent son approche sous un angle singulier, dans des contextes fort contrastés. La première partie, intitulée « Corps et cosmos », nous présente le corps en rapport avec les éléments qui font l’objet de croyances de nature symbolique ; par exemple le corps initié du chaman mais aussi le rapport des Inuits avec le cybermonde. La partie « Transformations » nous raconte la peau, l’apparence et le genre comme signes d’expression identitaire, avec comme exemples la dépigmentation volontaire, le modelage des corps des femmes au Brésil par la chirurgie esthétique et le tatouage Maori. La rubrique « Alimentation » nous amène à questionner les variations d’apparence corporelle liées au poids, en nous montrant les limites de la globalisation d’un corps mince. La corpulence valorisée en Polynésie contraste par exemple avec les figures de la minceur en Angleterre. La situation de l’obésité de certains Indiens Pima qui ont adopté une vie « sédentaire » avec une alimentation faite de restauration rapide et de produits du supermarché illustre l’influence de l’environnement sur la génétique (les Indiens Pima qui vivent en montagne et qui ont conservé une alimentation « traditionnelle » ne souffrent pas d’obésité). Le chapitre « Sexualité » nous renvoie à la différenciation sexuelle des hommes et des femmes, en explorant la pureté des jeunes filles tunisiennes, le troisième sexe à travers l’exemple des raerae (travestis) tahitiens mais aussi le sadomasochisme et le cybersexe. La partie consacrée à l’« Esthétisation » questionne l’apparence et l’identité, avec le maquillage des femmes en Chine, en lien avec le capital social, le tatouage, la recherche d’un corps jeune, beau et en pleine santé. La « marchandisation » du corps est lue à travers le commerce d’organes en Chine, le cas des mères porteuses ou encore l’exemple de Miss America. Dans la partie « Le corps à l’épreuve », c’est le corps malade, à l’identité malmenée, que l’on analyse, comme celui des athlètes chinois, ou les corps invisibles dans les souterrains de Las Vegas. « Le corps de demain » est illustré par les « handicapés bioniques », dont le corps est augmenté de prothèses sophistiquées, le corps irradié ou bien encore à travers les nanotechnologies qui questionnent les rapports entre corps-machine et, plus globalement, l’impact des nouvelles technologies sur nos représentations du corps.

4Corps instrument, corps-outil, siège de l’identité et de l’esthétique, symbole de réussite, de pouvoir ou de richesse, le corps est aussi synonyme d’aliénation, de soumission et de contraintes. Le corps est l’objet de multiples représentations et pratiques, au Nord comme au Sud, à l’Est comme à l’Ouest, qui ne cessent d’évoluer au cours du temps.

5Cet ouvrage, en rendant compte de la diversité culturelle des pratiques corporelles contemporaines, témoigne aussi de la singularité de ces pratiques et questionne donc les limites de l’uniformisation mondiale. Bien que l’ouvrage soit destiné au grand public et non aux spécialistes, certaines contributions pourront néanmoins intéresser les étudiants en sciences humaines et sociales qui travaillent sur la question corporelle.

Top of page

References

Electronic reference

Cécile Campergue, « Bernard Andrieu et Gilles Boëtsch (dir.), Corps du monde. Atlas des cultures corporelles », Lectures [Online], Reviews, 2014, Online since 27 May 2014, connection on 22 September 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14779

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page