Navigation – Plan du site

Leonore Davidoff et Catherine Hall, Family Fortunes. Hommes et femmes de la bourgeoisie anglaise, 1780-1850

Samuel Coavoux
Family Fortunes
Leonore Davidoff, Catherine Hall, Family Fortunes. Hommes et femmes de la bourgeoisie anglaise (1780-1850), La Dispute, coll. « Le genre du monde », 2014, 440 p., trad. fr. par Christine Wünscher, révision d'Isabelle Clair, avant-propos d'Eleni Varika,, ISBN : 978-2-84303-123-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Edward P. Thompson, La formation de la classe ouvrière anglaise, Paris, EHESS, Seuil, 1988.

1L’histoire de la stratification sociale ne raconte pas seulement les mutations de la répartition des richesses entre groupes sociaux. Family Fortunes est un ouvrage sur la naissance et l’institution de la bourgeoisie anglaise qui prête un intérêt particulier à la construction des frontières entre hommes et femmes. Publié pour la première fois en 1987, il s’inscrit dans la lignée critique de La formation de la classe ouvrière anglaise1 pour décliner systématiquement les différentes dimensions constitutives d’un groupe social, la bourgeoisie : son rapport à la religion, son organisation économique et ses relations de genre. La force de l’analyse proposée réside dans ce que ces trois objets ne sont jamais isolés les uns des autres. Par ailleurs, nulle priorité explicative n’est accordée à l’un ou l’autre. Ça n’est pas simplement l’idéologie religieuse qui produit l’accumulation des richesses et l’exclusion des femmes ; ni l’exclusion des femmes de la sphère publique qui se trouve justifiée par l’idéologie religieuse et les mutations économiques. Ce sont ces trois dimensions, ensemble, qui produisent la classe bourgeoise dans l’Angleterre du tournant du XIXe siècle.

2L’ouvrage prend son appui empirique dans l’étude des trajectoires familiales au sein de la bourgeoisie urbaine de Birmingham et de celle, plus rurale, de l’Essex, entre la fin du XVIIIe et le début du XIXe siècle. Le terme de bourgeoisie traduit en français celui de « middle-class ». Il s’agit d’une couche intermédiaire entre le peuple, d’une part, et l’aristocratie et la grande bourgeoisie, d’autre part. Elle est composée de travailleurs indépendants, artisans, entrepreneurs, commerçants, professions intellectuelles (écrivains, enseignants, pasteurs), ou encore fermiers propriétaires de ses terres. Ce choix de traduction, défendu par les éditrices de la version française, est parfaitement justifié : cette « middle-class » n’est pas la « classe moyenne », qui naît bien plus tard, dans la société fordiste. L’ouvrage se concentre en particulier sur deux familles, l’une, industrielle et commerçante, de drapiers de Birmingham, l’autre intellectuelle, d’écrivains religieux de l’Essex. Les auteurs proposent une anthropologie historique appuyée sur de nombreuses sources : testaments, témoignages, littérature moraliste, etc. À travers la succession des formes d’organisation domestique et économique au sein de chaque génération, ces sources mettent en lumière trois processus : la séparation entre la sphère du travail et la sphère domestique, l’invisibilisation du travail féminin et la distinction des genres.

3La bourgeoisie anglaise se caractérise d’abord par sa piété et son assiduité aux tâches religieuse. Elle veut ainsi se distinguer à la fois de l’aristocratie, considérée comme débauchée, et du peuple. L’engagement religieux est une marque de respectabilité et justifie la réussite sociale. Le succès économique peut se lire, à cette lumière, comme un signe d’élection divine et de mérite. Cet engagement sert également des objectifs pratiques. La paroisse est en effet un lieu de sociabilité de premier plan. Les commerçants et les industriels y recrutent clients et partenaires ; et, pour les jeunes gens, elle constitue l’un des seuls espaces mixtes dans lesquels ils peuvent côtoyer l’autre sexe.

4La religion réaffirme la distinction des sexes dans sa doctrine comme dans ces pratiques. L’idéologie protestante anglaise de la fin du XVIIIe siècle associe les hommes à l’industrie, au travail, au commerce et à la sphère publique, tandis qu’elle assimile les femmes aux tâches domestiques et parentales, à la tenue du ménage et à la sphère privée. Elle n’est pourtant pas sans paradoxes : la même religion prône le retrait du monde pour tous, et associe ce retrait au féminin, posant un problème d’identité virile aux hommes prenant une retraite rurale et pieuse après une vie d’activité, ou encore aux ecclésiastiques. Mais les différences genrées sont marquées au sein même de la pratique religieuse. Dans les paroisses, le rôle de représentation publique revient aux hommes tandis que le rôle invisible d’organisation pratique échoit aux femmes. Celles-ci ne peuvent prendre la parole ou faire entendre leurs voix, mêmes lorsqu’elles comptent parmi les principaux donateurs. Le mariage des pasteurs est particulièrement bien vu : il doit dégager l’homme de religion des soucis domestiques, délégués à sa femme. Mais dans ces familles pieuses, les femmes doivent faire avec le plafond de verre qui limite leur activité religieuse. La vocation religieuse des femmes est contrariée par l’impossibilité d’exercer une profession religieuse, sinon, au prix d’une certaine déconsidération, celle d’écrivain moraliste.

5Au-delà de l’activité et de la profession religieuses, toutes les formes de participation directe des femmes à la sphère économique disparaissent peu à peu. Jusqu’au XVIIIe siècle, dans les familles bourgeoises, ateliers, boutiques et logement sont accolés, et parfois confondus. Tâches domestiques et travail industriel ou commercial se confondent, tout comme les comptabilités du ménage et de l’entreprise. Les femmes aident leur mari et dirigent employés et apprentis en son absence. Le tournant du XIXe est le moment d’une séparation entre sphère productive et sphère domestique. À Birmingham, la bourgeoisie s’éloigne du centre-ville et construit, en banlieue, des pavillons cossus. Les bourgeois cherchent à la campagne une retraite propice au recueillement religieux et à l’isolement familial. Les hommes, désormais, quittent le domicile le matin et y reviennent le soir ; les femmes demeurent à la maison et ne participent plus directement à la vie de l’entreprise.

6La participation indirecte des femmes demeure cependant importante. Elles apportent par exemple des capitaux aux entreprises des hommes de la famille. Mais elles sont désormais tenues à l’écart de l’activité économique. Les femmes finançant une entreprise le font sous forme de prêts, lors que les hommes sont associés à l’entrepreneur. Les capitaux des femmes sont confiés à des hommes de la famille, des hommes d’affaires ou des notaires, et non gérés par elles-mêmes, comme le sont ceux des hommes, ce qui confirme leur exclusion de la sphère économique. L’évolution des mœurs interdit peu à peu aux femmes des activités auparavant courantes, et désormais inappropriées : le voyage à cheval ou à pied, la participation au marché (ce qui prive les fermières d’un lieu essentiel de sociabilité professionnelle), etc. Au début du XIXe, l’enseignement est la dernière carrière à laquelle les femmes peuvent aspirer.

7L’absence de perspectives professionnelles rend alors le mariage plus attirant pour les femmes. L’idée que l’activité domestique des femmes constitue leur profession s’impose. Au foyer, elles assurent d’abord un rôle maternel. Les auteurs rappellent que les femmes mariées passent plus de dix ans dans un état de maternité continuelle, entre grossesses et soins aux plus jeunes enfants, bien que les filles aînées puissent également assumer en partie ces tâches. Le mari est la figure d’autorité morale de la famille. Sa participation aux tâches domestiques est limitée par la représentation chrétienne de la virilité, même une fois l’homme retiré des affaires. Ainsi, c’est le jardinage, une activité d’extérieur, qui est privilégié par les hommes sur les tâches d’intérieur, féminines.

8En quelques générations, la bourgeoisie montante a ainsi relégué ses femmes dans l’espace domestique. Privées de participation à l’activité économique, à la religion instituée, à la science même (les clubs sont alors réservés aux hommes), les femmes doivent désormais se consacrer à la maternité et à la tenue du foyer. C’est un mode de vie qui s’invente en même temps qu’une classe sociale. De ce point de vue, l’analyse de Davidoff et Hall intéresse très largement les sciences sociales. Comme travail d’histoire sociale, fondé sur une recherche empirique minutieuse, au raisonnement particulièrement bien articulé, elle constitue un apport important à l’étude de l’évolution de la stratification sociale. Outre ces qualités, cet ouvrage résonne fortement avec les travaux contemporains sur le genre, la sphère publique et la sphère privée, en mettant en lumière l’invention de configurations pratiques de séparation des sexes.

Haut de page

Notes

1 Edward P. Thompson, La formation de la classe ouvrière anglaise, Paris, EHESS, Seuil, 1988.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Coavoux, « Leonore Davidoff et Catherine Hall, Family Fortunes. Hommes et femmes de la bourgeoisie anglaise, 1780-1850 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 28 mai 2014, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14781

Haut de page

Rédacteur

Samuel Coavoux

Doctorant en sociologie, École normale supérieure de Lyon, Centre Max Weber. Membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page