Skip to navigation – Site map

Hervé Terral, L’Occitanie en 48 mots

Colette Milhé
L'Occitanie en 48 mots
Hervé Terral, L'Occitanie en 48 mots, Puylaurens, IEO Edicions, 2014, 218 p., ISBN : 978-2-85910-519-8.
Top of page

Full text

1Hervé Terral, sociologue de l’éducation à l’université Toulouse le Mirail, est l’auteur de plusieurs livres touchant aux questions occitanes. Il propose dans cet ouvrage de « faire mieux connaître la civilisation d’oc, celle d’hier, celle d’aujourd’hui, au lecteur quel qu’il soit » (p. 11), du simple curieux au militant convaincu.

  • 1 L’auteur définit ainsi le terme : « Paratge dérive de par, égal : les hommes sont égaux et seul le (...)

2Pour ce faire, il a choisi la forme du dictionnaire puisque le livre rassemble 48 articles (en fait 49), rangés dans l’ordre alphabétique. Cette forme autorise donc plusieurs types de lecture, linéaire ou entrée par mots. L’auteur n’indique pas ce qui a présidé au choix de ces mots-là. On peut cependant les classer sommairement en quelques grandes catégories : « art de vivre » (gastronomie, chants populaires, jeux traditionnels, taureaux…), religion (protestants, juifs, croisades…), histoire, fêtes, arts (littérature, chanson, arts visuels…), « mythologie occitane » (Cathares, Montségur, paratge1…), militantisme occitaniste…

3Terral recourt pour l’essentiel à des sources bibliographiques diverses (littéraires, historiques, militantes…) et construit ses articles de différentes manières. Il peut par exemple se placer dans une perspective historique, situant des phénomènes (le catharisme, les troubadours…) puis exposant les appropriations symboliques postérieures qui en sont faites. Ainsi, écrit-il : « Aujourd’hui les cathares sont partout… et nulle part, puisqu’ils ont été exterminés entre le XIIet le XIIIsiècle ! » (p.46). Dans certaines entrées, l’auteur « cerne » le mot par une succession de citations. Dans un autre registre, il liste des personnages (musiciens, cinéastes, peintres, savants, hommes politiques…) nés en Occitanie.

  • 2 Mouvement né en 1854, pour l’essentiel littéraire, dont le chef de file était Frédéric Mistral, pri (...)

4Dans ce livre érudit, dont le style fluide rend toutefois la lecture accessible, l’auteur évite un écueil de taille par rapport à son ambition scientifique : écrire un ouvrage militant. S’il connaît parfaitement l’histoire du militantisme, des félibres2 aux occitanistes, et les conflits violents qui opposent ou opposèrent les deux tendances (voire les conflits internes), Terral évite de s’y immiscer, d’abord en adoptant une perspective historique, ensuite en avouant lire indifféremment dans les deux graphies (la graphie félibréenne proche de celle du français, la graphie classique utilisée par les occitanistes s’appuyant sur celle des troubadours) Ce point peut apparaître comme une hérésie à certains puisque le choix d’une graphie est un des marqueurs de l’engagement dans un camp ou dans un autre et la graphie cristallise en grande partie le conflit entre les deux mouvances… Ensuite, Terral ne plaque pas un discours prêt à l’emploi mais le déconstruit parfois. Par exemple la remise au goût du jour de la littérature des Troubadours (XIe au XIIIe siècle) est l’œuvre des Romantiques au XIXe siècle : « Comme l’Ecosse chère à Ossian […] l’Occitanie devint une terre bénie pour les Romantiques » (p. 183). De même le Catharisme est valorisé par ces mêmes romantiques puis par les félibres et les occitanistes).

5Soulignons toutefois que, comme l’auteur n’expose pas clairement son projet, qui n’est pas plus explicité par la juxtaposition d’articles, on ne sait pas bien si c’est lui qui caractérise « la civilisation occitane » (qu’entend-il par là ?) entre autres par les Troubadours et les Cathares ou si ce sont les Occitans, ou encore les militants de l’Occitanie, qui se réfèrent à ces critères. Cela pose un certain nombre de problèmes, inhérents à l’idée même d’Occitanie, car il s’agit de phénomènes très localisés, à mettre en regard avec l’immensité du territoire (33 départements). Plus largement, ceci montre la difficulté à unifier un vaste ensemble qui n’a jamais eu de réalité étatique ou politique et dont l’unité linguistique n’est pas admise par tous. Terral en a conscience en évoquant dans son article « Occitanie » la pertinence du choix du terme : « Le problème majeur de cet ensemble est, bien évidemment, celui de son unité, de la conscience et de la reconnaissance de son unité à vrai dire » (p. 168).

6La forme même du livre ne contribue pas vraiment à le doter d’une cohérence : d’abord, un classement thématique aurait pu amener davantage de cohésion que le classement alphabétique. Ensuite, le projet de l’auteur, présenter la civilisation occitane, repose sur l’idée latente qu’elle existe et présente donc une unité. Plusieurs articles ne manqueront pas alors d’engendrer de la perplexité : les viticulteurs bordelais se reconnaîtront-ils dans les luttes de leurs confrères languedociens ? Les références multiples à Toulouse, où réside l’auteur, parleront-elles aux autres régions ? Les conflits récurrents entre militants motivés par des accusations centralistes permettent d’en douter… Mais en plus, certaines tentatives apparaîtront « tirées par les cheveux » : citons par exemple l’article « Jeux traditionnels » : « L’Occitanie ne se limite pas aux sports consacrés […], même si ceux-ci y tiennent toute leur place – structurante des identités locales » (p. 110). Terral énumère alors les grands clubs de foot, rugby et basket (en omettant au passage Antibes) ; or, rien ne lie en particulier les basketteurs rivaux de Pau-Orthez et de Limoges, surtout pas une quelconque occitanité !

7Cet exemple illustre un autre problème de taille : une certaine prétention à l’exhaustivité se manifeste par une tendance au catalogage et à l’empilement. On retrouve ainsi au fil des pages une liste de plasticiens, de cinéastes, d’hommes politiques… dont le seul lien avéré avec l’occitanité, pas toujours assumée d’ailleurs, est d’être nés au-dessous de la Loire. Peut-être eût-il été plus fécond de s’attacher plus spécifiquement à ceux qui se revendiquent ou se disent occitans, pour exprimer ce lien qui fait vivre l’idée de civilisation occitane, sans se départir de l’exigence scientifique.

8« L’enjeu de ce travail est, on le voit, vaste, un peu démesuré peut-être. Ce sera au lecteur de faire son miel (ou sa critique) en toute liberté. Cela va de soi… Et encore mieux en le disant » (p. 12). Terral invite donc à l’expression. Pour conclure, certains articles, par le foisonnement des détails ou des digressions, reposant souvent sur de l’implicite ou de l’ironie, ne sont pas très clairs pour le simple curieux. Par contre, le livre regorge d’informations et la multitude de références sera une mine pour qui veut faire une recherche sur tel point particulier.

Top of page

Notes

1 L’auteur définit ainsi le terme : « Paratge dérive de par, égal : les hommes sont égaux et seul le consentement entraîne l’obéissance et l’harmonie » (p. 172).

2 Mouvement né en 1854, pour l’essentiel littéraire, dont le chef de file était Frédéric Mistral, prix Nobel en 1904.

Top of page

References

Electronic reference

Colette Milhé, « Hervé Terral, L’Occitanie en 48 mots », Lectures [Online], Reviews, 2014, Online since 02 June 2014, connection on 11 December 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14805

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page