Navigation – Plan du site

Michael Collyer (dir.), Emigration Nations. Policies and Ideologies of Emigrant Engagement

Jérémy Guedj
Emigration Nations
Michael Collyer (dir.), Emigration Nations. Policies and Ideologies of Emigrant Engagement, Palgrave Macmillan, coll. « Migration, Diasporas and Citizenship », 2013, 368 p., EAN : 9781137277091.
Haut de page

Texte intégral

1Nul meilleur exemple que celui inaugurant l’ouvrage ne pouvait être choisi pour traduire la complexité des enjeux abordés, souvent noyés dans l’entrelacs de notions aussi délicates que brûlantes : dans Ulysse, l’écrivain irlandais James Joyce, qui connut lui-même les réalités de l’exil, prête à trois de ses protagonistes une discussion sur la nation. Selon l’un d’eux, il s’agissait d’un peuple vivant dans un même espace. Affirmation aussitôt balayée d’un revers de main par ses interlocuteurs, aux yeux desquels la nation ne répondait à aucun impératif territorial ; un même peuple pouvait vivre sous des cieux différents. Au-delà de l’anecdote, Michael Collyer entend montrer combien la question de l’émigration s’accompagne d’une certaine rigidité intellectuelle dans les mentalités, hier et aujourd’hui.

  • 1 Pour deux exemples de recherches ces dernières années, voir Gabriel Schaeffer, Diaspora Politics. A (...)

2Emigration Nations. Policies and Ideologies of Emigrant Engagement répond donc à un objectif ambitieux, celui d’interroger à nouveaux frais ce que l’on pourrait appeler la spatialité de l’État-nation par le biais de l’émigration, en prenant garde de ne surtout pas confondre extra-territorialisation et déterritorialisation. La distinction a toute son importance. Disons-le sans plus tarder : le pari est plus que rempli même si, comme c’est la règle pour tout bon ouvrage, ce dernier trace de nouveaux sillons de recherche non moins ambitieux, faisant office de pistes conclusives pour le moment. C’est que l’ouvrage s’inscrit dans un courant scientifique en plein renouvellement, visant à intégrer l’émigration dans toute prise en compte des phénomènes migratoires – on appréciera tout particulièrement l’hommage appuyé rendu à Abdelmalek Sayad. Emigration Nations ne saurait cependant constituer une redite, tant son objet est clairement circonscrit aux politiques et modalités de l’engagement relatives aux émigrés1.

3Douze études de cas nationales (Albanie, Éthiopie, Inde, Irlande, Italie, Mexique, Maroc, Nouvelle-Zélande, Nigéria, Portugal, Turquie, Grande-Bretagne) – ne glosons pas ici sur les choix retenus, réducteurs par essence – apportent leur pierre à une entreprise remarquablement introduite par Michael Collyer. Outre l’apport documentaire (les données graphiques et les bibliographies de sections constituent une somme précieuse) et même si une inévitable impression de redondance se fait parfois sentir, on ne peut que louer l’effort notionnel mené par tous les auteurs ou presque, notamment sur la Diaspora, le transnationalisme ou la morphologie mouvante de l’État, chacun faisant toujours la part entre la réalité, les représentations et les discours. Il y a donc plus qu’une simple collection d’études isolées. On ne saurait ici que vainement prétendre à toute exhaustivité ou même représentativité. Signalons cependant que la variété des cas abordés, qui se recoupent souvent en des points cruciaux, permet d’avoir une vision panoramique du phénomène. C’est ainsi avec intérêt que le lecteur prend connaissance, au fil des pages, de certaines relectures de situations connues mais réexplorées ou au contraire plus rarement travaillées. De fait, le rapport du pays de Dante avec ses « italiani all’estero » dans une perspective diachronique – de la création du Commissariato generale dell’emigrazione en 1901 à celle d’un ministère chargé des Italiens expatriés cent ans plus tard, en 2001 – permet de saisir, y compris pour les périodes les plus récentes, les contours d’un véritable nationalisme diasporique (Guido Tintori). Moins connu se révèle en revanche l’exemple de l’Éthiopie, pays où l’émigration constitue un phénomène récent, remontant au milieu des années 1970. Existe-t-il dès lors une « diaspora » éthiopienne ? La question se pose et de nombreux éléments conduisent à répondre positivement, mais l’addition de communautés éthiopiennes conscientes de leur origine partagée ne suffit pas à en faire une diaspora. À ce titre, l’on pourra remarquer que certains termes font l’objet d’un usage non précisé.

4D’un pays à l’autre, la similitude des temporalités s’avère frappante : l’Irlande et le Mexique modifient leur discours à l’égard de l’émigration pratiquement au même moment, avec le nouveau millénaire. Mais rien n’est linéaire. Alan Gamlen, scrutant le cas de la Nouvelle-Zélande, montre que ce glissement n’a rien d’ « historique » mais correspond plus concrètement au tournant néo-libéral engagé dans ce pays depuis les années 2000. D’où une « stratégie diasporique » naissante. C’est au contraire une évolution politique toute différente mais concomitante qui a conduit l’Irlande, dès la veille des années 2000, à institutionnaliser les relations entre l’État et sa diaspora : dans un souhait de profond examen des contours de la nation irlandaise, les Accords du Vendredi Saint – également connus sous le nom de Belfast Agreement –, en 1998, ne pouvaient faire l’économie d’une réflexion sur les Irlandais éloignés de leur pays, voire de celui de leurs parents, dans leur souhait de mettre fin à plusieurs décennies de troubles, précisément liés aux questions identitaires. Mais, comme le montre Breda Gray, dix ans plus tard, la prise en compte du poids de la diaspora irlandaise obéit à des considérations nettement moins symboliques, puisqu’elles ont trait au prosaïsme de l’économie nationale, à laquelle on souhaite associer toutes les forces de l’Irlande. Autre exemple, le Portugal réoriente sa politique à l’égard des candidats au départ avec le xxie siècle, alors que se développent de nouveaux circuits migratoires, constitutifs d’une ère de mouvements lusophone, à destination de l’Angola et du Brésil. Ainsi José Carlos Marques et Pedro Góis évoquent même un « nouveau modèle », insistant sur les complexes corrélations existant entre l’évolution de la diaspora portugaise et celle du pays d’origine.

5Aucun aspect de ces relations politiques – et administratives – entre les États et leurs expatriés n’est d’ailleurs laissé dans l’ombre, comme les célébrations de l’émigration dans des pays aussi divers que le Mexique, l’Inde, l’Éthiopie, le Nigéria ou, pour s’en tenir à quelques exemples, l’Irlande. Car si l’ouvrage s’attache principalement au domaine politique, il ne peut faire l’économie des difficiles questions d’identité et d’identification. Particulièrement intéressante se révèle à ce titre l’analyse que James Hampshire propose de l’émigration britannique, privée d’ « identité diasporique ».

6Ces éléments ne donnent qu’une maigre idée de la richesse et des questionnements foisonnants qui nourrissent ce livre parfaitement édité et donnant la parole à des chercheurs de nationalités et disciplines diverses. Gageons qu’il contribuera au dialogue entre des traditions historiographiques séparées par des frontières parfois elles aussi tenaces…

Haut de page

Notes

1 Pour deux exemples de recherches ces dernières années, voir Gabriel Schaeffer, Diaspora Politics. At Home Abroad, Cambridge, Cambridge University Press, 2003 ; Stéphane Dufoix, Catherine Guerassimoff, Anne de Tinguy (dir.), Loin des yeux, près du cœur. Les États et leurs expatriés, Paris, Presses de Sciences-Po, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérémy Guedj, « Michael Collyer (dir.), Emigration Nations. Policies and Ideologies of Emigrant Engagement », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 02 juin 2014, consulté le 19 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14812

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page