Navigation – Plan du site

Éric Fassin, Carine Fouteau, Serge Guichard, Aurélie Windels, Roms & riverains. Une politique municipale de la race

Morgane Fillion-Nicollet
Roms & riverains
Eric Fassin, Carine Fouteau, Serge Guichard, Aurélie Windels, Roms & riverains. Une politique municipale de la race, Paris, La Fabrique, 2014, 227 p., ISBN : 978-2-35872-057-1.
Haut de page

Texte intégral

1Dans un contexte où le « problème rom » a envahi le discours politique et les affaires médiatiques, cet ouvrage montre comment les pouvoirs publics en délèguent la prise en charge aux communes ; une prise en charge qui est en fait un déni du problème et consiste en son éloignement spatial. Associant chercheur, journaliste et acteurs de terrain, l’ouvrage conjugue analyses, récits d’expériences et témoignages de roms, composant ainsi une publication marquée par un militantisme certain.

2L’Union romani internationale a choisi le terme générique « Rrom » pour englober l’ensemble hétérogène des populations appartenant aux gens du voyage et aux communautés tsigane, gitane, sinté, manouche, pirdo ou yénishe. Les Rroms forment la plus grande minorité ethnique d’Europe et, par cette appartenance supposée, ils sont sujets à la discrimination sous toutes ses formes (exclusion, préjugé…). On estime le nombre de Rrom sur le territoire français à 400 000. Mais la catégorie « rom migrant » ou « rom » dont il est question dans cet ouvrage et qui pose « problème » par sa visibilité est estimée à 20 000 personnes, originaires des pays d’Europe centrale (Roumanie, Bulgarie…).

3On le sait, une partie de la population rom migrante vit dans des bidonvilles aux abords des villes de France, dans des squats ou à même la rue. Elle rencontre divers problèmes d’intégration, notamment en matière de scolarisation et d’insertion professionnelle. Les roms feraient tache dans le paysage, ils seraient des « délinquants », à la source de nombreux problèmes, et on ne pourrait de toute façon pas les intégrer du fait de leur culture tellement différente. Tels sont les stigmates qui façonnent le « culturalisme politique » des roms. Au fil du texte, les auteurs montrent que les pratiques et les propos discriminatoires à leur encontre sont devenus banals, justifiés par un mode de vie soi-disant ancré dans leur culture et inadapté au nôtre.

4Les auteurs expliquent comment le gouvernement, aidé par les élus et les maires, met en place cette politique de rejet qui s’avère être un harcèlement quotidien pour la population « rom ». Ils montrent que les lois ne sont pas respectées ou sont, au mieux, contournées de façon discriminante. En effet, les autorités usent d’intimidation et d’acharnement pour que ces populations décident d’elles-mêmes de partir. L’exemple des amendes pour défaut de plaque d’immatriculation ou pour pneus lisses sur leurs vélos exprime bien à quel niveau la discrimination se dessine. Les refus d’inscription d’enfants dans les écoles sont constants, malgré la loi de l’obligation scolaire sur le territoire français de tout mineur de moins de 16 ans. Le ramassage des ordures aux abords des camps est aussi un droit à faire valoir puisqu’il fait partie de ces problèmes récalcitrants qui rendent la vie dure aux habitants du camp et qui prêtent à l’attaque des « riverains en colère ».

5Le premier chapitre, écrit par Éric Fassin, professeur et chercheur à l’IRIS, analyse cet acharnement à créer un « problème rom » à caractère racial et culturel plutôt que de résoudre une problématique liée à cette vague d’immigration, aussi limitée soit-elle. Dans cette atmosphère ségrégative, imprégnée de croyances collectives, et relayée à outrance par les médias et les politiques, l’État opère depuis quelques années une politique d’expulsion, qui passe aussi par le démantèlement des camps roms. Telle est donc la réponse la plus courante à la « question rom » ; pourtant des alternatives existent et certaines communes les ont adoptées (village d’insertion, aire de stationnement gérée…).

6C’est donc le rapport à la population rom qui conduit à leur rejet, sur un mode quelque peu irrationnel ; « hors du commun, hors des communes » est l’intitulé explicite de la seconde partie. Quelques exemples sont racontés, depuis la découverte d’un « problème », qui déclenche le processus d’évacuation, jusqu’à sa pseudo résolution, c'est-à-dire son déplacement. Lorsqu’une évacuation est conduite, une partie des habitants du camp sont renvoyés en Roumanie – le plus souvent, ils reviennent quelques semaines plus tard, chassés par une plus grande pauvreté. Les autres partent à la recherche d’un nouvel abri dans une autre commune. Selon la circulaire du 12 août 2012, un diagnostic doit être effectué en préalable ; il permet de recenser les habitants et de statuer sur leur future prise en charge (obligation de quitter le territoire français, hébergement d’urgence…). C’est ainsi que quelques habitants sont parfois sélectionnés pour être orientés vers des dispositifs de villages d’insertion.

7Sous la plume de la journaliste Aurélie Windels, le troisième chapitre traite du rapport entre les roms et leur voisinage. L’analyse met en lumière l’instrumentalisation du terme de « riverains » dans le discours des élus locaux, relayés par les médias. L’appellation de « riverain » semble en effet réservée aux seuls habitants qui sont opposés à la présence de roms dans leur commune. Peu nombreux mais bruyants, ces « riverains » forcément « en colère » éludent la masse des autres « voisins », quant à eux silencieux. C’est en s’appuyant sur cette catégorie des riverains en colère que nombre d’élus légitiment leur rejet et leur discrimination des roms. Évacuer un camp rom est en effet plus simple que de remédier au chômage qui touche leur ville. En fait, ces riverains en colère seraient moins nombreux qu’ils ne le font croire, et leur colère n’est pas irrémédiable. Car les raisons qui la nourrissent sont souvent « orchestrées » par les politiciens, s’appuyant sur les médias et sur l’imaginaire collectif. On l’a dit, le trop plein d’ordures, par exemple, dépend du ramassage des poubelles dont la charge revient légalement à la commune. La complaisance envers les riverains en colère a pour effet d’anéantir les actions positives menées à l’égard des roms tout en relayant leur stigmatisation. La parole ne serait que rarement donnée aux autres, simples « voisins », pour qui l’arrivée des roms n’est pas un problème en soi et qui, au contraire, font bon voisinage.

8Serge Guichard, ancien élu devenu militant pour la cause des roms, a vécu le contre-coup de ses démarches en faveur des roms d’un bidonville de Palaiseau. En effet il s’est impliqué dans des actions d’assainissement du camp et a apporté son soutien en matière d’intégration, ce qui n’a pas plu au maire. Il nous raconte son expérience dans le chapitre « politiser/dépolitiser ». Ses actions et celles de l’Association de solidarité en Essonne avec les familles roumaines roms (Asefrr) sont la preuve que des mouvements solidaires, des associations ou des voisins sont le tremplin de l’intégration des roms au sein de la commune.

9L’ouvrage accorde enfin un chapitre aux « mots des roms », qui viennent témoigner de cet acharnement démesuré à leur encontre et de la déshumanisation dont ils sont victimes. On comprend mieux ces familles à la recherche d’un avenir meilleur, sans cesse assignées à des stigmates qu’elles rejettent totalement. Si les roms sont conscients que quelques-uns d’entre eux « salissent » leur image, ils sont aussi remplis d’incompréhension quant au traitement qu’ils subissent de la part de la population, des forces de l’ordre et surtout des représentants du gouvernement.

10De façon pertinente, l’annexe retrace « la chronologie du pire », rappelant certaines déclarations, certains propos choquants sur la population rom qui émaillent le discours politique, cloîtré dans un « culturalisme » certain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Morgane Fillion-Nicollet, « Éric Fassin, Carine Fouteau, Serge Guichard, Aurélie Windels, Roms & riverains. Une politique municipale de la race », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 02 juin 2014, consulté le 15 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14816

Haut de page

Rédacteur

Morgane Fillion-Nicollet

Étudiante en master 1 intervention et politique sociale, Paris XII.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page