Navigation – Plan du site

Anne-Sophie Lamine (dir.), Quand le religieux fait conflit. Désaccords, négociations ou arrangements

Anne-Laure Zwilling
Quand le religieux fait conflit
Anne-Sophie Lamine (dir.), Quand le religieux fait conflit. Désaccords, négociations ou arrangements, Presses universitaires de Rennes, coll. « Sciences des Religions », 2014, 240 p., ISBN : 978-2-7535-2869-7.
Haut de page

Texte intégral

1Notre époque associe volontiers les mots « religieux » et « conflit ». Cet ouvrage, fruit d’un programme de recherche ANR, tente de prendre en compte la spécificité sociale des conflits dans lesquels le facteur religieux joue un rôle majeur, à travers le regard de sociologues. L’introduction de l’ouvrage évoque les différentes facettes des conflits liés au religieux, rappelant leur lien complexe aux énonciations des identités individuelles et collectives. À partir de divers terrains d’étude, les auteurs ont analysé la façon dont se jouent les conflits liés au religieux que l’on rencontre à trois niveaux : celui de la régulation publique du religieux, celui des conflits entre groupes et celui des conflits internes à un groupe. Il s’agit certes de comprendre ces conflits et d’en étudier les modes de gestion, mais surtout de cerner la contribution du facteur religieux à ces différentes dynamiques conflictuelles.

2La première des quatre parties de l’ouvrage s’intéresse à la place des pouvoirs publics et des instances de régulation du religieux dans ce type de conflits. Françoise Lorcerie revient ainsi sur l’histoire de la politisation de l’islam en France. Elle expose les mécanismes d’élaboration d’une contre-identification collective, et montre les progrès et les lenteurs de l’inclusion institutionnelle de l’islam en France, qu’elle décrit comme une oscillation entre altérité radicale et institutionnalisation. Claire Donnet relate avec précision les aléas de la construction de la grande mosquée de Strasbourg. Cet exposé d’une réalité locale est l’occasion d’analyser et de décrire les mécanismes et enjeux de la représentativité légale de l’islam, et de montrer comment organisations musulmanes et pouvoirs locaux sont entrés en concurrence dans un processus de normalisation par « l’islam civil ». Enfin, l’article de Jean-François Husson permet d’ouvrir cette partie à travers un exemple qui n’est ni français ni musulman : celui du mouvement libre penseur en Belgique. La description du système belge de financement public de communautés de conviction, qui soutient plutôt le « vivre côte à côte » que le « vivre ensemble », interroge la gestion française de la pluralité religieuse.

3La deuxième partie porte l’attention sur ce qui se passe dans les établissements et services publics, mettant en évidence la façon très pragmatique dont se déploient les nombreux ajustements mis en œuvre pour la gestion du fait religieux. Rachel Sarg s’intéresse aux conflits liés au religieux dans trois établissements carcéraux alsaciens. Ces conflits peuvent apparaître entre détenus, avec l’institution, ou encore lorsque l’administration ne parvient pas à gérer les demandes religieuses de nouveaux entrants. En prison, l’affiliation religieuse constitue souvent une ressource d’affirmation identitaire, et l’administration use d’ajustements, d’adaptations ou d’aménagements dans sa gestion des conflits. D’ailleurs, l’ajustement de l’administration aux demandes d’origine religieuse peut contribuer in fine à maintenir la cohérence de l’institution. À partir de deux exemples concrets de traitement du fait religieux par les élus locaux à Lyon, l’un concernant les cantines scolaires et l’autre celui des cimetières, Dounia Bouzar dégage des orientations éthiques pour une bonne gestion des conflits religieux. La recherche d’un compromis est pragmatique, et l’élargissement de la norme générale se fait dans la recherche de la plus grande inclusion de tous. Clémentine Vivarelli analyse deux marqueurs de la laïcité au quotidien en milieu scolaire : le port de signes religieux et le jeûne de ramadan. Ces marqueurs révèlent l’ambiguïté de la prise en compte symbolique du religieux dans l’espace scolaire, reflet de l’ambivalence axiologique de la laïcité. Irène Becci et Brigitte Knobel mettent au jour l’existence de zones grises dans la gestion de l’assistance spirituelle en prison (en Suisse, Allemagne et Italie). Celle-ci est assurée par un encadrement traditionnel, les aumôneries catholiques et protestantes. Sur ce modèle, les administrations pénitentiaires organisent la prise en charge des détenus membres d’autres confessions religieuses reconnues, comme les Témoins de Jéhovah ou les musulmans. Les autres croyances ne sont en revanche pas prises en compte par les administrations, qui ne les considèrent pas comme religieuses. Cette « zone grise » concentre les difficultés et potentialités de conflits religieux, ce qui incite à élargir le champ de la réflexion et à les prendre en compte dans l’analyse du religieux en prison.

4La troisième partie de l’ouvrage rassemble des analyses ciblées de conflits, liés à la diversité interne des groupes religieux ou résultant de tensions entre groupes religieux. Christine Rodier étudie les rapports parfois tendus d’un groupe de consommateurs halal, tant avec d’autres adeptes de cette pratique alimentaire qu’avec des non-pratiquants. Les tensions sont suscitées par les modalités diverses selon lesquelles s’articulent les choix de consommation et l’environnement, diversité qui révèle la pluralité des modes de déclinaison de l’appartenance à l’islam. Mira Niculescu s’intéresse aux recompositions contemporaines qui s’opèrent chez des juifs qui se tournent vers le bouddhisme. Le phénomène de ces juifs-bouddhistes, qui composent individuellement entre religion héritée et religion adoptée, a pris de l’importance aux États-Unis mais reste encore marginal en France, où il pourrait émerger prochainement. Le judaïsme français reste cependant moins ouvert à la double appartenance, et les institutions du judaïsme mettent en place diverses stratégies normatives pour résister à ce mouvement. Hui-Yeon Kim aborde la pluralité religieuse sous l’angle de la cohabitation de plusieurs nationalités dans un même groupe religieux, à partir de la diversité ethnique d’une Église pentecôtiste parisienne. Les tensions entre appartenance nationale et appartenance religieuse mettent en relief les dynamiques d’échanges symboliques entre groupes religieux. Sébastien Fath étudie la réaction des milieux évangéliques à la votation sur la construction de minarets en comparant les réactions en France et en Suisse : si les réactions sont variées, toutes privilégient la logique de cosmopolitisation : les évangéliques des deux pays ont donc intégré la notion du pluralisme sociétal et démocratique.

5La dernière partie explore les façons dont les frontières symboliques de la société peuvent être mises en évidence par ce qui se passe aux marges du religieux. Yannick Illy s’intéresse à la régulation institutionnelle des arts martiaux, confrontés à l’exigence de conformité à un système normatif en dehors duquel ils ne sauraient être reconnus (la « sportivisation »). Il montre que certains arts martiaux, pour lesquels l’entraînement physique s’inscrit dans le développement spirituel global de l’individu, sont pris en tension entre cette rationalisation institutionnelle et la « spiritualisation » de leurs pratiques. Nathalie Luca étudie le marketing multiniveau – méthode de vente directe par tous les moyens relationnels existants (visite, réunion, démarchage à domicile etc.). Si ce marketing est souvent perçu négativement en France, c’est à cause de la confusion qu’il peut entraîner entre relations affectives ou amicales et rapport économique, mais surtout parce que l’enthousiasme qu’il suscite chez ceux qu’il recrute peut évoquer le religieux dans son expression charismatique. Dans le dernier article, Marie Balas étudie l’ONG catholique Sant’Egidio, basée à Rome, dont le projet est la prière, l’évangélisation, les œuvres caritatives et la paix. Ce mouvement se fait le porte-parole de la réconciliation des religions en proposant une mise en scène euphémisée de la pluralité religieuse.

6En conclusion, Anne-Sophie Lamine dresse une typologie des conflits, qui peuvent être liés aux pratiques religieuses, liés aux autorités et institutions, ou suscités par des actes ou discours antireligieux (notons que les conflits liés à l’éducation religieuse ne sont pas abordés dans l’ouvrage). L’auteure évoque les analyses sociologiques utilisables : décrire les conflits, en distinguant conflits de valeurs et conflits d’intérêts et, au-delà, de visions du monde ; différencier les formes de conflits (concurrence, dépendance, frustration). Ces approches permettent d’analyser les conflits en termes de stratégies et de groupes d’intérêt, en termes de frontières (symboliques et sociales) entre les groupes et enfin en termes d’interactions socialisantes.

7Il est difficile de dégager de ce livre une conclusion d’ensemble. L’ouvrage portant essentiellement sur la France, l’islam y est très fréquemment pris en compte. Par leur finesse, les contributions évitent la simplification trop rapide de ce qu’est le conflit religieux. Au contraire, grâce à la diversité des lieux et des modalités traités tout comme celle des niveaux d’analyse, l’ouvrage rend totalement justice à l’étendue et à la complexité de la question. Les différentes contributions mobilisent de nombreuses ressources théoriques (analyse institutionnelle, étude des rapports d’autorité, sociologie politique, enjeux de pouvoir, régulation, rapport à la norme…), combinant même parfois deux approches, et les angles d’étude sont très divers, allant par exemple de la typologie à l’analyse comparative. Cette variété illustre l’une des difficultés de l’étude du religieux : l’extrême diversité des lieux et des modalités de sa manifestation. Il n’a certainement pas été facile de rassembler et d’organiser un tel ensemble, et l’ouvrage n’échappe pas complétement au caractère hétéroclite inhérent à ce type de projet. Ce faisant, il offre cependant une belle illustration de la variété et de la complexité des rapports aux normes religieuses. Cela prouverait, s’il le faut, combien il faut se garder de toute vision essentialiste. En effet, comprendre les conflits, même religieux, nécessite de prendre en compte l’irréductible ambiguïté des comportements humains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Laure Zwilling, « Anne-Sophie Lamine (dir.), Quand le religieux fait conflit. Désaccords, négociations ou arrangements », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 03 juin 2014, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14837

Haut de page

Rédacteur

Anne-Laure Zwilling

Ingénieur de recherche CNRS à l’UMR 7354 Droit, Religion, Entreprise, Société (Strasbourg), coresponsable de l’équipe 2 « religions au miroir du pluralisme ». Champs d’intérêt : les minorités religieuses en France et en Europe ; les religions et leurs textes fondateurs.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page