Navigation – Plan du site

Norbert Amsellem, Le travail et ses dehors. Porosité des temps, pluralité des vies

Sarah Van Hollebeke
Le travail et ses dehors
Norbert Amsellem, Le travail et ses dehors. Porosité des temps, pluralité des vies - Un débat sociologique, Paris, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2013, 252 p., ISBN : 978-2-343-01666-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour reprendre l’intitulé du réseau thématique (GT 48 ARTS) récemment créé au sein de l’Association (...)
  • 2 Cf. dossier de la revue Travail, genre et société intitulé « Maudite conciliation » coordonné par H (...)
  • 3 Cf. ouvrage Conciliation travail/famille : attention travaux par Magali Ballatore : http://rsa.revu (...)
  • 4 À ce propos, le lecteur est invité à lire l’ouvrage de Bernard Fusulier, (2011), Articuler vie prof (...)

1Au croisement de différentes entrées sociologiques (travail, genre, famille, action et politiques publiques…), la question de « l’articulation vie professionnelle/vie familiale et recomposition des temps sociaux »1 est devenue un champ d’études à part entière. Celui-ci interroge la redéfinition en profondeur des modalités de prise en charge du travail de production et d’entretien des biens et des personnes, qui est au cœur des transformations et des réformes en cours dans le travail, la famille et l’organisation temporelle de l’ensemble des activités sociales. Il se décline souvent autour du thème de la « conciliation travail/famille », lequel fait l’objet d’une certaine polarisation interprétative, puisqu’il est par exemple dénoncé par Héléne Périvier et Rachel Silvera comme un piège pour les femmes2, alors que pour Chantal Nicole-Drancourt3 ou Bernard Fusulier4 par exemple, il s’agit d’une nouvelle problématique qui touche aux fondements de l’organisation sociale, et ce faisant de la transformation des univers de travail et familiaux en particulier.

2Comme le titre de l’ouvrage l’indique, Norbert Amsellem entre dans le débat par le rôle que joue le travail dans la structuration sociale et dans celle des temps de vie. Il part de la proposition selon laquelle le travail, malgré sa dégradation, garde un rôle central dans la société et continue d’être un temps dominant qui polarise les autres temps sociaux. Ce rôle s’observe aussi dans les « processus de structuration des identités individuelles et sociales ». L’auteur soutient que le travail « survit » comme « principe d’identification et de reconnaissance sociale », même si les activités en dehors peuvent elles aussi être socialement structurantes et « constitutives de formes d’organisation sociale ou d’actions collectives émancipatrices ». Étudiant plus spécifiquement les rapports subjectifs au travail, tenant compte de la vie hors-travail, il complexifie néanmoins son propos et distingue trois cas de figure, qui sont autant de rapports différents entre travail et hors-travail : le « désinvestissement » du travail qu’il associe à un investissement exclusif de la vie hors-travail ; le « surinvestissement », c’est-à-dire la polarisation de toutes les activités autour du travail ; et enfin, l’« ambivalence » où ni le travail, ni la vie hors-travail ne mobilise le désir profond du sujet.

3Conçu comme une actualisation de la thèse de sociologie de l’auteur, réalisée sous la direction de Robert Castel à l’EHESS (École des hautes études en sciences sociales), cet ouvrage est divisé en six chapitres au travers desquels sont discutés trois modèles de conceptualisation sociologique du rapport entre travail et hors travail. Le premier modèle suppose l’existence d’une discontinuité entre les expériences vécues du travail et les pratiques de temps libre. Cette vision ressort des analyses pionnières de Georges Friedmann, pour qui le loisir remplit une fonction de compensation et de divertissement par rapport aux frustrations et à l’aliénation ressenties et engendrées par le travail salarié, rationalisé dans le cadre du fordisme. Toutefois, il reconnaît que certaines activités de la vie hors-travail sont également traversées par des obligations et des contraintes, qu’elles soient familiales, sociales ou économiques. Il conclut alors que le loisir est compensateur seulement pour un petit nombre de travailleurs. Pour les autres, l’aliénation ressentie au travail se reproduirait dans les loisirs, la vie ou les comportements hors-travail. Cela produirait une « double dépossession » rendant impossible, pour l’individu, de s’exprimer et de se réaliser à la fois dans le travail, la vie hors-travail, et les loisirs. Le second modèle correspond à l’approche développée par Joffre Dumazedier, en rupture avec la vision précédente d’une action du travail sur le loisir. La thèse défendue ici est celle d’une continuité et d’une action réciproque entre le travail et le loisir. Le loisir comme temps non contraint et libéré du travail, opposé à un temps marqué par les obligations et les nécessités de la vie quotidienne, qui constituent l’autre versant des temps libres, n’est pas qu’un phénomène compensateur de l’émiettement du travail moderne. C’est aussi un fait socio-culturel déterminant, qui a une incidence sur le travail lui-même, sur les relations sociales, sur la structure sociale, sur la culture, etc.

4Les chapitres suivants font émerger un troisième modèle soutenu par des auteurs contemporains, tels que Christian Lalive d’Epinay, Gilles Pronovost ou Roger Sue, autour de la question de la « rupture des temps sociaux », liée aux transformations récentes de la société salariale. Certains de ces auteurs font le postulat d’une séparation et d’une autonomisation croissante des deux sphères d’activité et de leurs logiques respectives. La conception la plus radicale de cette vision renvoie à l’idée du déclin progressif du travail au profit du temps libre, ce dernier devenant ainsi le « temps social dominant ». Cette restructuration des temps sociaux s’accompagnerait d’un passage de l’ethos du travail et du devoir à celui de la réalisation de soi et de l’autonomie individuelle. Lorsque les valeurs exprimées dans le temps libéré sont transposées et investies dans le monde du travail, on parle alors d’une « inversion des valeurs sociales ». Avec d’autres auteurs, Norbert Amsellem conteste cette thèse. Pour lui, le temps de travail continue de structurer les activités et les emplois du temps domestique ou du temps de loisir. Toutefois, il reconnait que la flexibilité croissante du travail et la réduction du temps qui y est consacré ont eu une incidence sur l’articulation des temps de vie de chaque individu, puisqu’ils ont rendu leurs frontières de plus en plus poreuses et floues. Ainsi, plutôt que de parler de disparition ou d’effacement, il parle de « décentrement subjectif du travail », voire de débordement du travail sur la vie hors travail.

5En somme, en analysant les rapports entre différentes sphères d’activité à partir de l’expérience subjective, l’articulation des temps sociaux doit être comprise comme une tentative de conciliation entre eux, sans qu’aucun ne parvienne à coloniser les autres. Cette approche permet notamment d’expliquer les transformations récentes des politiques de conciliation emploi-famille (crèches, congés parentaux). Le propos présenté dans cet ouvrage se fonde sur un travail minutieux de dépouillement de données primaires et secondaires : enquêtes empiriques, sondages, revue partielle de la littérature, etc. Néanmoins, on regrettera le manque de clarté qui affecte la structure de l’ouvrage. Celui-ci prend la forme d’une juxtaposition de fiches synthétiques. Un tel empilage est d’autant plus problématique qu’il n’est pas suivi d’un travail de généralisation et de conclusion plus conséquent, qui aurait permis à l’auteur de faire émerger ce qu’il estime être les enjeux principaux. Le foisonnement d’informations et de références en tous genres est de nature à déstabiliser le lecteur, qui aura bien du mal à distinguer les arguments des auteurs de référence mobilisés de ceux amenés par l’auteur lui-même. Au-delà de ces faiblesses, il s’agit là d’une lecture qui permet de se familiariser avec certains débats théoriques qui animent la sociologie du travail, ainsi que de percevoir partiellement la pluralité des approches analysant les rapports entre travail et hors-travail. On s’étonnera, cependant, de l’absence d’intérêt de l’auteur pour la problématique des inégalités de genre, pourtant capitale pour comprendre l’articulation de la vie professionnelle avec la vie familiale.

Haut de page

Notes

1 Pour reprendre l’intitulé du réseau thématique (GT 48 ARTS) récemment créé au sein de l’Association Française de Sociologie. Voir : http://www.afs-socio.fr/GT48

2 Cf. dossier de la revue Travail, genre et société intitulé « Maudite conciliation » coordonné par Hélène Périvier et Rachel Silvera et recensé par Sandy Torres : http://lectures.revues.org/5204

3 Cf. ouvrage Conciliation travail/famille : attention travaux par Magali Ballatore : http://rsa.revues.org/209

4 À ce propos, le lecteur est invité à lire l’ouvrage de Bernard Fusulier, (2011), Articuler vie professionnelle & vie familiale : Étude de trois groupes professionnels : les infirmières, les policiers et les assistants sociaux, Presses Universitaires de Louvain : Louvain-la-Neuve, ainsi que de nombreux articles tels que Bernard Fusulier, 2013, « Travail/famille : un tandem possible ? », Revue de l’Observatoire, vol. 78, p.5-10.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Van Hollebeke, « Norbert Amsellem, Le travail et ses dehors. Porosité des temps, pluralité des vies  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 04 juin 2014, consulté le 17 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14841

Haut de page

Rédacteur

Sarah Van Hollebeke

Sociologue, assistante de recherche pour le Groupe interdisciplinaire de Recherche sur la Socialisation, l’Éducation et la Formation de l’Université catholique de Louvain (GIRSEF-UCL)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page