Navigation – Plan du site

Laurence Fontaine, Le marché. Histoire et usages d’une conquête sociale

Guillaume Garner
Le Marché
Laurence Fontaine, Le Marché. Histoire et usages d'une conquête sociale, Paris, Gallimard, coll. « NRF Essais », 2014, 464 p., ISBN : 9782070143580.
Haut de page

Texte intégral

1Spécialiste reconnue d’histoire économique de l’époque moderne, Laurence Fontaine se propose de replacer la notion de marché dans son histoire afin d’éclairer son statut ambigu : d’un côté, le marché est considéré comme l’archétype et la cause des maux de l’économie contemporaine (notamment à travers les dérives des marchés financiers) ; d’un autre côté, il représente dans les pays en voie de développement une voie de sortie de la précarité, en particulier pour les plus pauvres et les femmes, ce qui donne tout son sens aux efforts visant à développer l’accès de ces couches sociales modestes au crédit.

2Composé de sept chapitres et d’un « envoi » consacré au « marché comme bien public », l’ouvrage repose sur un aller-retour constant entre un passé — celui des trois siècles (XVIe-XVIIIe siècles) de l’époque moderne — et le présent. Mobilisant de nombreuses études de cas, l’auteure défend une triple thèse : la première, que le marché est un outil d’enrichissement et de libération pour les catégories les plus fragiles (les pauvres, les femmes, les minorités religieuses) ; la deuxième, qu’il ne peut jouer ce rôle qu’à condition d’être soumis à une régulation stricte qui garantisse son statut de bien public et empêche toute appropriation privée du marché ; la troisième, que le marché engendre la démocratie car il implique le contrôle par tous des décisions des instances politiques. Ce faisant, L. Fontaine se réfère à Adam Smith (auteur en 1776 des Recherches sur la Nature et les Causes de la Richesse des Nations). Avec raison, elle souligne le caractère politique du discours de dernier, qui cherche à convaincre le législateur de mettre en place les conditions d’avènement d’une économie de marché. Comme Smith, elle souligne que l’Ancien Régime serait caractérisé par une opposition entre une économie de marché ouverte et une économie à statuts. Dans la première, les individus sont mus par la recherche du profit (ou des revenus nécessaires à leur subsistance) et disposent pour ce faire de droits égaux tandis que dans la seconde, ces capacités d’agir sont liées à l’appartenance à un ordre privilégié (noblesse, clergé) ou à la possession d’un privilège, comme c’est le cas des corporations artisanales. Ces deux économies politiques sont incompatibles : l’aristocratie en particulier refuse le marché car ce dernier ne reconnaît pas sa supériorité sociale (p. 152), tandis que les corporations sont un facteur d’exclusion sociale (p. 300) et de stagnation économique (p. 275-276).

  • 1 Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIIIe siècle, Paris, Armand (...)

3Il convient ici de resituer cet ouvrage dans les débats sur l’histoire du marché qui impliquent à la fois historiens et sociologues. En premier lieu, l’auteure rejette l’idée, formulée par Karl Polanyi, d’une rupture intervenue vers 1800, c’est-à-dire d’un « désencastrement » du marché de son environnement politique, social et culturel. Il existe selon elle une continuité entre l’époque moderne et l’époque actuelle, qui réside notamment dans la volonté des acteurs de s’enrichir grâce à l’échange marchand de biens ou de prestations de services, et qui justifie le rapprochement entre Ancien Régime et époque actuelle qui structure l’ouvrage. Une autre cible du livre est Fernand Braudel qui distingue trois types d’économies1 : la « vie matérielle », marquée par le poids de l’autoconsommation et de l’économie de subsistance, l’ « économie de marché », caractérisée par des échanges relativement transparents et concurrentiels, et le « capitalisme » reposant sur l’élimination de la concurrence, la recherche du monopole et l’exploitation par certains acteurs de rapports de force favorables. Pour l’auteure, cette tripartition est inopérante car l’échange marchand est présent dans chacune de ces sphères et il n’y a en particulier pas lieu d’opposer économie de marché et capitalisme (p. 16).

4Sur bien des points, cette étude propose des mises au point fondamentales. Elle rappelle d’abord que l’économie d’Ancien Régime est une économie de l’échange et de la circulation. Les analyses sur l’importance de la confiance, de la réputation et de la religion comme outils d’une régulation informelle qui pallie le sous-encadrement institutionnel du commerce sont également très éclairantes, de même que l’étude des incertitudes pesant sur l’échange et le commerce à l’époque moderne. Le chapitre 7, consacré à la bulle spéculative de la « tulipomanie » (qui affecte les Provinces-Unies en 1636-1637), a le mérite de mettre en valeur le rôle décisif des prédicateurs calvinistes hostiles à la domination économique croissante exercée par les membres de certaines minorités religieuses (notamment les marchands mennonites).

  • 2 Philippe Minard, « Corporations », in: Alessandro Stanziani (dir.), Dictionnaire historique de l’éc (...)

5L’ouvrage invite également au débat sur plusieurs questions. La première d’entre elles porte sur l’opposition à l’époque moderne entre économie ouverte et économie à statuts. Une série de travaux a souligné qu’elle mérite d’être fortement nuancée, tout le constat de la fermeture et du misonéisme des corporations artisanales contrastant avec le dynamisme économique des entrepreneurs2.

  • 3 Contrairement à ce qui est affirmé (p. 16), Braudel ne situe pas la naissance du capitalisme au XIX(...)

6Une deuxième question concerne le principe de l’aller-retour entre époque moderne et monde contemporain. Comme chez Braudel, les ruptures de l’organisation économique et sociale des sociétés occidentales intervenues aux XIXe et XXe siècles ne sont pas véritablement prises en compte3. Or l’Occident, ainsi qu’une partie du monde non-occidental) a vécu durant ces deux siècles des transformations économiques et sociales majeures, marquées par l’émergence du capitalisme industriel et financier, de sociétés de classes dans lesquelles le travail salarié s’est imposé comme forme prédominante de revenu. Par conséquent, la domination économique n’est plus aujourd’hui exercée par des groupes ou des individus bénéficiant d’un statut privilégié, mais par des multinationales à la recherche de positions de monopole ou d’oligopole.

  • 4 C’est le sens de l’opposition entre croissance « smithienne » et croissance « schumpetérienne ». Sm (...)

7Ceci fragilise la thèse d’une identité entre marché et capitalisme : alors que le vendeur de rue de Bombay est bien à la recherche de revenus monétaires afin, comme le souligne L. Fontaine, de consommer des biens de plus en plus nombreux et diversifiés, la logique du capitalisme est différente et repose sur l’accumulation du capital et des profits — ce que l’auteure démontre dans sa description des dérives du capitalisme financier. De ce point de vue, il n’est pas certain qu’Adam Smith soit la référence la plus adaptée car celui-ci décrit moins « le capitalisme industriel » (p. 276) qu’une économie de l’échange dans laquelle la croissance est tirée par la consommation plus que poussée par une offre en expansion4.

8Une autre interrogation concerne l’idée selon laquelle le marché favorise la démocratie, notamment en raison des liens unissant citoyenneté et consommation (pp. 363-365). Le cas de l’Angleterre dans la première moitié du XIXe siècle en est un contre-exemple parmi d’autres, et surtout la mise en place de régimes démocratiques ayant pris place précisément pendant la période enjambée par l’ouvrage — les XIXe et XXe siècles. Considérons la situation des femmes, à laquelle l’ouvrage consacre de nombreuses analyses : c’est moins la généralisation du marché que l’action de mouvements collectifs (sociaux et politiques) qui a permis des progrès tels que la réglementation de leur travail, leur accès à l’éducation ou au suffrage universel. L. Fontaine souligne avec force le pouvoir que le marché confère aux consommateurs (p. 340) : si on peut partager ce constat, on peut douter que ce pouvoir suffise à permettre l’avènement ou la consolidation d’un régime démocratique. Convaincant dans son plaidoyer en faveur d’une régulation économique contraignante, l’ouvrage défend sur la signification historique du marché des thèses dont la généralité est à discuter, mais qui ont le mérite d’appeler au débat.

Haut de page

Notes

1 Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIIIe siècle, Paris, Armand Colin, 1979, 3 vol.

2 Philippe Minard, « Corporations », in: Alessandro Stanziani (dir.), Dictionnaire historique de l’économie-droit, XVIIIe-XIXe siècles, Paris, Libraire générale de droit et de jurisprudence, 2007, pp. 103-113.

3 Contrairement à ce qui est affirmé (p. 16), Braudel ne situe pas la naissance du capitalisme au XIXe siècle, mais plutôt au Moyen Âge et étudie une période qui se termine dans les années 1840 : voir Michel Morineau, « De Werner Sombart à Fernand Braudel : le Capitalisme ininterrogé », in : Gérard Gayot, Jean-Pierre Hirsch (dir.), La Révolution française et le développement du Capitalisme. Actes du colloque de Lille 19-21 novembre 1987, Revue du Nord, n° 5 hors-série, 1989, pp. 47-67.

4 C’est le sens de l’opposition entre croissance « smithienne » et croissance « schumpetérienne ». Smith écrit la Richesse des Nations dans la première moitié des années 1770, à une époque où la première industrialisation n’en est encore en Angleterre qu’à ses débuts : voir Patrick Verley, L’échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, Paris, Gallimard, 1997, notamment pp. 105–107.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Garner, « Laurence Fontaine, Le marché. Histoire et usages d’une conquête sociale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 06 juin 2014, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14862

Haut de page

Rédacteur

Guillaume Garner

Maître de conférences en histoire moderne à l’ENS Lyon ; membre de l’UMR 5190 LARHRA.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page