Navigation – Plan du site

Jean-François Bayart, Le plan cul. Ethnologie d’une pratique sexuelle

Guillaume Brie
Le plan cul
Jean-François Bayart, Le plan cul. Ethnologie d'une pratique sexuelle, Paris, Fayard, 2014, 200 p., ISBN : 978-2-213-68133-7.
Haut de page

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, Jean-François Bayart vise à saisir la production de styles de vie au travers des pratiques sexuelles auxquelles s’adonnent deux jeunes hommes, âgés d’une vingtaine d’années, qui entretiennent des relations avec plusieurs partenaires. Le regard ethnologique que porte l’auteur sur les pratiques relatées par ses deux interviewés lui permet de soutenir l’idée selon laquelle « le sexe démontre au quotidien que nos sociétés sont multidimensionnelles » (p. 20). D’emblée, on pourrait être surpris par le choix de l’objet d’étude lorsqu’on connaît les nombreux travaux de ce spécialiste de politique comparée, notamment sur la formation de l’État dans le contexte de la globalisation en Afrique subsaharienne. Mais la recherche s’étend souvent par capillarité entre des domaines en apparence différents et on retrouve, au fur et à mesure des analyses, le politologue/africaniste que l’on pensait avoir perdu.

2Tout d’abord, les multiples conduites sexuelles dans lesquelles s’engagent Hector et Grégoire montrent de quelle manière l’individu peut faire tenir ensemble des logiques différentes qui, par un jugement partiel et surplombant, pourraient faire l’objet d’une installation dans un discours nosographique comme, par exemple, un supposé manque de maturité ou encore une instabilité affective. Or, ces successions d’évènements ne répondent pas, comme le souligne l’auteur, à « une détermination d’ordre psychique ou biologique » (p. 56). Au contraire, les pratiques sexuelles des deux hommes s’inscrivent dans un registre éminemment politique et social et elles nous montrent « l’exercice de la liberté et de la domination dans une situation historique précise » (p. 150).

  • 1 L’heccéité signifie le fait qu’une chose est une chose particulière, un événement – ici le plan cul (...)
  • 2 Gagnon John H., Les scripts de la sexualité : essais sur les origines culturelles du désir, Paris, (...)

3Sur un plan théorique, les références nombreuses à Gilles Deleuze permettent à Jean-François Bayart d’étayer la thèse selon laquelle le désir des deux protagonistes n’est pas à concevoir comme une réponse à un manque mais comme une production et une affirmation. Le concept deleuzien d’heccéité1 lui permet de montrer en quoi ces deux individualités sont complexes, leurs multiples postures supposant un principe d’individuation difficile à cerner. Pour autant, l’auteur n’en conclut pas à une créativité et à une autonomie des sujets sans inscription dans le social. Autrement dit, notre condition d’être social est un facteur essentiel dans la formation de nos représentations, de nos opinions et de nos pratiques. Par exemple, la représentation érotique de la fessée évoquée par Hector – qui raconte un fantasme et décrit ses pratiques SM soft – permet de comprendre dans quelle mesure la fessée correspond à un jeu de rôle répondant à une « mise en scène stéréotypée de la punition » (p. 112). L’évocation de cette pratique et son analyse en tant qu’elle « réactive des “ valeurs faites corps” » (p .113) montrent comment la fessée s’inscrit dans ce que John Gagnon2 et William Simon désigneraient comme un « script culturel » – celui de la punition – qui rend possible toute une activité fantasmatique chez Hector. De ce point de vue, et pour le dire comme Gagnon et Simon, la conduite sexuelle d’Hector se déplie dans un système de conventions partagées qui lui permet de participer à un acte complexe impliquant une forme de dépendance mutuelle avec ses partenaires.

  • 3 Combessie Philippe, « Le pluripartenariat sexuel : une communauté interstitielle ? », in I. Sainsau (...)
  • 4 Bourdieu Pierre, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 6, n (...)
  • 5 Ibid., p. 71.

4Bayart montre que les plans cul que développent ou auxquels se livrent Hector et Grégoire constituent une « individuation sans sujet », c’est-à-dire « une manière d’exister par séquences disparates, par sensations, par plans précisément, sans trop se penser soi-même » (p. 50). Le « caractère interstitiel » de leurs pratiques sexuelles n’est pas sans rappeler une partie des travaux de Philippe Combessie sur le pluripartenariat sexuel au féminin3. En effet, on peut voir de quelle manière ces individus parviennent à segmenter leurs sphères de vie et à construire un espace de liberté à partir duquel ils organisent une vie sexuelle. Comme pour une partie des personnes interviewées par Combessie, Hector vit une existence multiple. Il mène une relation affective avec sa compagne et s’adonne par ailleurs à des pratiques sexuelles avec d’autres partenaires, femmes ou hommes, sans que la première en soit informée. De plus, ces récits de pratiques – auxquels une large place est accordée dans le texte – permettent à l’auteur la discussion de points théoriques importants. La notion d’identité est déconstruite et son caractère fictif mis au jour. Les références à Pierre Bourdieu, et notamment sa critique de l’écriture biographique4, montrent comme il est vain de chercher des relations intelligibles entre les différentes expériences décrites pas les interviewés, de surcroît à partir de l’entretien de recherche où l’agent rapporte des évènements vécus à l’intersection d’autres événements. « Les évènements biographiques se définissent comme autant de placements et de déplacements dans l’espace social »5, écrit Bourdieu. Le présupposé selon lequel « la vie » constitue un ensemble cohérent et orienté et qui s’organise comme une histoire est battu en brèche notamment par la manière dont l’auteur présente ses données et précise que l’enquête ethnographique a consisté à recueillir des récits de pratiques et non des récits de vie. Autrement dit, les analyses donnent à voir des individus, non pas façonnés par un ensemble stable de principes, mais socialisés à une pluralité de contextes et habités par une multiplicité de schèmes d’action ou d’habitudes. Cette forme individualisée et intériorisée de vie sexuelle qui paraît multiple suggère l’idée selon laquelle il est heuristique de proposer une analyse des logiques sociales individualisées. L’annexe méthodologique du livre, qui s’intitule « Pour des biographies sans sujet », indique très utilement la posture intellectuelle empruntée par l’auteur. Loin de s’intéresser au vécu pour le vécu – comme cette notion de sens commun que représente l’histoire de vie –, Bayart propose bien au contraire de comprendre l’historicité des formes de subjectivité dans le rapport à son « dire-vrai » et en relation avec les pratiques effectives des sujets. Ainsi, penser le monde d’aujourd’hui dans sa complexité permet à Bayart de s’inscrire dans la continuité de ses recherches antérieures et de montrer non seulement que le plan cul constitue une récusation pratique de l’illusion identitaire, mais aussi que le sexe tient le rôle de l’invisible dans nos sociétés, comme la sorcellerie en Afrique.

5Néanmoins, au regard des styles de vie de Grégoire et d’Hector, on peut penser que le rapport au « dire-vrai » trouve ses conditions de possibilité auprès d’individus dotés de capitaux économiques ou culturels qui vivent à plein ces pratiques sexuelles et entretiennent une distance réflexive avec celles-ci. On apprend très succinctement que Grégoire « joue de sa distinction vestimentaire pour séduire » et semble impressionner « très favorablement » un steward « par ses origines sociales » (p. 65-66). De façon générale, l’analyse de ces comportements sexuels gagnerait à être située dans des rapports sociaux de classe afin de mieux comprendre l’effet clivant entre les agents concernant leur vie sexuelle – autrement dit en faisant l’hypothèse que ces pratiques sexuelles ne se distribuent pas aléatoirement dans l’espace social.

Haut de page

Notes

1 L’heccéité signifie le fait qu’une chose est une chose particulière, un événement – ici le plan cul – en tant que présence et ouverture au monde comme mode d’individuation, c’est-à-dire à une manière d’être en perpétuel devenir.

2 Gagnon John H., Les scripts de la sexualité : essais sur les origines culturelles du désir, Paris, Payot, 2008.

3 Combessie Philippe, « Le pluripartenariat sexuel : une communauté interstitielle ? », in I. Sainsaulieu, M. Salzbrunn, L. Amiotte-Suchet (dir.), Faire communauté en société. Dynamique des appartenances collectives, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010, p.89-101.

4 Bourdieu Pierre, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 6, n° 1, 1986, p. 69-72.

5 Ibid., p. 71.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Brie, « Jean-François Bayart, Le plan cul. Ethnologie d’une pratique sexuelle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 11 juin 2014, consulté le 20 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14889

Haut de page

Rédacteur

Guillaume Brie

Docteur en sociologie, chercheur associé au laboratoire d’analyses socio-anthropologiques du contemporain (Lasco) du centre de recherches Sophiapol (EA3932) à l’Université Paris Ouest.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page