Navigation – Plan du site

Fabienne Le Houérou (dir.), Périples au Maghreb. Voyages pluriels de l’Empire à la Postcolonie

Alain Messaoudi
Périples au Maghreb
Fabienne Le Houérou (dir.), Périples au Maghreb. Voyages pluriels de l'Empire à la Postcolonie XIXe-XXIe siècle, Paris, L'Harmattan, coll. « Mondes en mouvement », 2012, 322 p., ISBN : 978-2-296-96220-0.
Haut de page

Texte intégral

1Ce livre entend mettre en regard des phénomènes migratoires traversant l’espace méditerranéen et généralement étudiés séparément : migrations de travailleurs africains vers l’Europe, migration saisonnière de touristes européens vers l’Afrique, avec, dans un cas comme dans l’autre, la possibilité d’une transformation du séjour temporaire en domiciliation permanente, et des effets sur la société d’accueil. Ce choix d’observer ensemble des phénomènes généralement disjoints se reflète aussi dans celui d’aborder conjointement des migrations datées de la période coloniale et d’autres postérieures aux indépendances politiques des États d’Afrique du Nord, en s’interrogeant, sous les auspices des postcolonial studies, sur d’éventuelles continuités.

2La mise en œuvre de ce programme ambitieux n’apparaît malheureusement pas bien maîtrisée, faute d’une définition précise des termes en usage (tour, périple, voyage, mobilité...), ce qui laisse s’installer une polysémie qui, si elle peut parfois susciter des idées nouvelles par des rapprochements inattendus, est le plus souvent source de confusion. L’introduction générale, allusive sur la genèse du livre, dégage mal le projet. La conclusion est plus décevante encore, avec un usage excessif des guillemets et des anglicismes qui frisent parfois le ridicule (« l’université est souvent disconnected des grandes discussions intellectuelles », p. 318).

3Après une note liminaire sur André Martel dont on comprend mal la place, les dix-sept contributions, abusivement présentées comme autant de chapitres, sont de taille et de qualité inégales, et parfois artificiellement reliées. La plupart d’entre elles se rapportent à des voyages temporaires qui ne sont pas directement liés au travail – fait exception le témoignage d’André Martel qui, jeune agrégé d’histoire, choisit d’être affecté à Tunis à la veille de l’indépendance du pays –, voyages de découverte de l’Afrique, mais aussi de l’Europe. Le premier cas de figure est illustré par une analyse argumentée de huit relations de voyages en Algérie composées par des touristes français entre 1879 et 1904, et publiées avec une diffusion modeste : elles révèlent plus qu’on ne l’imaginerait les tensions de la société coloniale (Colette Zytnicki). Jean-Robert Henry rappelle la dimension initiatique du voyage pour les jeunes gens, à travers l’intéressant témoignage du périple en Afrique qu’il a réalisé en 1963. La signification des voyages de « retour au pays d’origine » de Français nés en Afrique du Nord est interrogée par Geneviève Falgas pour la Tunisie et, pour l’Algérie, de Gisèle Seimandi (sous la forme d’un récit autobiographique) et Belkacem Ayache (qui se fonde sur un documentaire télévisé sans pour autant l’analyser). Le second cas de figure est envisagé via l’analyse de récits autorisés de voyages en France, composés par des notables musulmans encadrés par les autorités coloniales, que ce soient, en 1852, Slimane Ben Siam de Miliana et Mohamed Saïd Ben Ali de Chellata, dont les textes sont publiés à Alger en arabe dans le journal officiel al-Mubachir (Idir Hachi), ou, en 1929, les élèves marocains de l’école d’officiers de Meknès, sous la forme d’exercices scolaires (Mohammed Benhlal).

4Des différentes expériences des sportifs qui, depuis 1951, en participant aux jeux méditerranéens, se déplacent, en fonction du lieu des compétions, vers le sud ou vers le nord de la Méditerranée, et du sens qu’a pour eux ce voyage, on sait peu de choses (Driss Abbassi). Plus que le voyage, c’est la situation touristique qui est au centre des contributions de Baptiste Buob et de Fabienne Le Houérou. Le premier, en révélant l’importance du système de la commission dans l’économie touristique de la médina de Fès et celle de la métaphore de la chasse dans la relation entre guides et touristes, donne la contribution la plus aboutie du volume. On est moins convaincu par la conclusion de la seconde qui croit déceler, à travers la thalassothérapie, le développement en Tunisie d’une pratique de « nouveaux échanges entre classes moyennes » européennes et maghrébines (p. 207) – sans que ces dernières soient précisément définies. Une contribution sur le développement des centres de relaxation en Tunisie, et ce qu’il dit, par contraste avec le traditionnel hammam, des rapports entre les sexes (Stéphane Héas et Hafsi Bedhioufi), s’écarte du propos principal de l’ouvrage.

5Dans les quelques textes centrés sur les populations maghrébines installées en Europe, il est question de mobilité plutôt que de voyage. Kamel Chachoua voit se rejouer un passé colonial traumatique – une exécution collective sommaire par des soldats de l’armée française dans un village de Kabylie en 1956 –, à travers le témoignage poignant, mais qu’on aurait aimé voir commenté plus précisément, d’un enfant de l’immigration algérienne. Johan Leman propose une analyse comparée de deux trajectoires emblématiques. D’une part, celle de musulmans qui, installés en Belgique, se convertissent discrètement à l’évangélisme chrétien, pour se détacher d’une islamité qui les gêne tout en conservant une religion.D’autre part, la trajectoire de chrétiens sociologiques qui, après avoir vécu dans un environnement social marqué par la présence d’immigrés marocains, se convertissent à l’islam, ce qu’ils présentent comme un retour à la religion naturelle et ce qui répondrait à une quête de solidarité communautaire. Paola Abenante met en évidence, chez un Égyptien envoyé en 1993 à Rome pour y fonder une unité de la confrérie Burhâniyya, la capacité à imposer son autorité et à faire entériner par les anciens membres d’origine italienne sa façon d’exprimer corporellement sa foi en récitant ses litanies.

  • 1 Michèle Baussant, Pieds-noirs. Mémoires d’exils, Paris, Stock, 2002.
  • 2 Eric T. Jennings, À la cure, les coloniaux ! Thermalisme, climatisme et colonisation française, 183 (...)
  • 3 « “Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme”. Les conversions religieuses sont-elles de (...)

6Les deux dernières contributions du volume – soit le compte rendu d’une « recherche action » autour de la mise en valeur d’un grenier du Haut Atlas marocain par Jean-Paul Cheylan et Liliane Dumont et l’interprétation de la permanence de traits anciens, qui serait spécifique au parler des femmes en Tunisie, par Simona Silvestri – confirment le sentiment d’une absence de ligne directrice claire. On peut rapporter à ce manque – l’ouvrage ne comporte pas de bibliographie d’ensemble – le silence fait sur des travaux qui auraient sans doute pu être cités ici ou là, qu’il s’agisse de ceux de Michèle Baussant sur la construction d’une mémoire collective en migration ou en exil1, de ceux d’Eric T. Jennings sur le tourisme thermal à l’époque coloniale2 ou encore de Loïc Le Pape sur les conversions3. On reste finalement partagé quant à l’intérêt d’un ouvrage qui, malgré ses défauts, permet de faire connaître des recherches qui peuvent retenir l’attention sur un espace de circulations partagées entre Maghreb et Europe.

Haut de page

Notes

1 Michèle Baussant, Pieds-noirs. Mémoires d’exils, Paris, Stock, 2002.

2 Eric T. Jennings, À la cure, les coloniaux ! Thermalisme, climatisme et colonisation française, 1830-1962, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011.

3 « “Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme”. Les conversions religieuses sont-elles des bifurcations ? », in Marc Bessin, Claire Bidart, Michel Grossetti (dir.), L’enquête sur les bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, 2010, p. 212-223.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Messaoudi, « Fabienne Le Houérou (dir.), Périples au Maghreb. Voyages pluriels de l’Empire à la Postcolonie  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 12 juin 2014, consulté le 22 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14911

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page