Navigation – Plan du site

Alexis Jenni, Nicolas Delalande (dir.) et Ivan Jablonka (dir.), Le monde au XXIIe siècle

Élodie Hommel
Le monde au XXIIe siècle
Alexis Jenni, Le monde au XXIIe siècle. Utopies pour après-demain, Paris, PUF, coll. « La vie des idées.fr », 2014, 116 p., ISBN : 978-2-13-063140-8.
Haut de page

Texte intégral

1Comment imaginez-vous le monde au XXIIe siècle ? Quels progrès aimeriez-vous voir accomplis, et comment ? Ce sont les questions qu’ont posées Nicolas Delalande et Ivan Jablonka aux chercheurs d’aujourd’hui, dans le cadre d’un dossier intitulé « Le monde en 2112 », publié sur laviedesidees.fr en 20121. Les réponses rassemblées, qui prennent la forme de récits d’anticipation, complétées d’une nouvelle futuriste inédite d’Alexis Jenni2, sont ici publiées sous forme imprimée suite au succès du dossier.

  • 3 Le phalanstère, imaginé par Charles Fourier (1772-1837) est un modèle d’organisation sociale caract (...)

2En introduction, les deux rédacteurs en chef de laviedesidées.fr reviennent sur les liens entre récit utopique et critique sociale. Évoquant les parangons du genre, tels le phalanstère de Charles Fourier ou L’An 2440 de Louis-Sébastien Mercier3, ils soulignent la capacité de l’utopie, ou de la dystopie, à imaginer le futur pour mieux réfléchir le présent. Pourquoi alors les sciences sociales ne s’empareraient-elles pas de la forme narrative pour rendre compte de leurs réflexions et interrogations ? Ainsi, les contributions qui composent cet ouvrage se présentent comme les analyses d’historiens du futur sur le monde d’aujourd’hui et ses évolutions, encore à venir… De cette manière, jouant sur le double sens du terme « utopie », à la fois type de récit et société idéale, ces anticipations permettent de décrire des progrès souhaités pour le futur, mais aussi les conditions de leur réalisation et les raisons de leur nécessité : pour expliquer les révolutions de demain, il faut commencer par décrire les problèmes d’aujourd’hui, et la fiction futuriste devient ainsi un prétexte plaisant à l’analyse sociologique.

3Le recueil s’ouvre sur le texte le plus littéraire : « C’est quoi, loin ? », une nouvelle d’Alexis Jenni qui met en scène un futur hyper-connecté, où les individus ne se rencontrent plus mais interagissent uniquement en ligne, restant cloîtrés chez eux et vivant tous les aspects de leur existence par réalité virtuelle. Dans ce monde cloisonné, une jeune fille sort pour la première fois de sa chambre et découvre le vertige de l’espace et de la distance… Purement fictionnelle donc, cette contribution laisse toutefois transparaître l’inquiétude liée à la généralisation du recours au numérique dans les communications et la crainte d’une dissolution du réel dans le virtuel. Autour de la question de la distance, et sur un ton plus optimiste, le récit de Michel Parent, « Paris à grande vitesse », présente une capitale métamorphosée par la révolution des transports et des habitudes de circulation. L’occasion d’inventer de nouveaux modes de déplacement, de présenter des innovations qui existent déjà comme les véhicules électriques automatiques, et de rêver à leur généralisation.

4La lutte contre les inégalités est au cœur du récit de Jean Gadrey, « Quand les écarts de revenus furent enfin plafonnés », qui imagine l’adoption de ce principe dans un futur relativement proche. Si l’idée elle-même n’est pas nouvelle, l’intérêt de cette contribution réside dans l’analyse minutieuse qui en est faite, revenant sur les précédents historiques, pesant le pour et le contre, s’interrogeant concrètement sur des modalités de mise en œuvre efficaces. Parallèlement, « La révolution du tirage au sort » d’Yves Sintomer questionne elle aussi les inégalités, mais cette fois-ci en matière d’accès au pouvoir démocratique. S’inspirant de l’exemple du groupe messin d’Europe Écologie-Les Verts, qui a tiré au sort ses candidats aux élections cantonales de 2011, le politologue suggère l’extension de ce principe, qui permettrait, en ouvrant au plus grand nombre l’accès aux mandats électoraux, de maximiser l’implication démocratique des citoyens.

5Dans sa contribution « Pourquoi nous avons aboli le mariage », François de Singly développe les raisons qui auraient poussé la société du milieu du XXIe siècle à supprimer cette institution millénaire : affranchir les relations sociales du poids des représentations genrées, appliquer l’égalité de tous, indépendamment du sexe, à la vie privée autant qu’au monde professionnel, notamment en généralisant l’habitat individuel, laissant chacun libre de la gestion de son intérieur et de ses finances. La liberté de l’individu dans la sphère privée est également le sujet du texte de Jacques Rodriguez, le seul de l’ouvrage qui ne prend pas la forme d’une fiction mais analyse un récit de Samuel Butler, Erewhon, qui met lui-même en scène une société fictive, où la santé est la valeur morale suprême et où les malades sont considérés comme des criminels. Le sociologue fait alors le lien entre ce cas extrême et l’actuelle hyper-injonction à la bonne santé, qui diabolise les comportements à risques, interrogeant ainsi les contours de la responsabilité individuelle de chacun dans son propre bien-être physique.

6Le récit de Jean Bérard, « La grande évasion », présente les souvenirs d’un directeur de prison, qui a assisté et contribué à l’obsolescence progressive du système carcéral. Critiquant les politiques de pénalisation, qui conduisent à la surpopulation des prisons sans régler les problèmes de délinquance, cette contribution suggère une transformation radicale du système répressif, avec une réduction des peines, la multiplication des travaux d’intérêt général ainsi que des politiques de prévention et d’accompagnement, la dépénalisation des questions de drogue et d’immigration. Surtout, elle invite à penser la question de la délinquance de manière plus globale, en ne la restreignant pas à un problème individuel, mais en la replaçant dans un contexte social inégalitaire sur lequel il faudrait agir. Penser globalement, c’est aussi l’idée qui sous-tend le récit de Matthieu Calame, « De l’incongruité des pratiques agricoles et alimentaires au XXIsiècle », retour d’une société qui a adopté l’agriculture durable et une consommation à la fois responsable, saine et appétissante, sur nos propres habitudes contemporaines en matière alimentaire et agricole, jugées sur-consommatrices, non rationnalisées et intenables à long terme.

7En conclusion, soulignons l’originalité de cet ouvrage, qui condense en une centaine de pages une multitude de suggestions et d’interrogations qui ne demandent qu’à être approfondies. Le détour par la forme fictionnelle permet à la fois une lecture plaisante, souvent même amusante quand la critique se fait ironie mordante4, et une invitation à la réflexion. En mettant en scène le futur, ces récits invitent à penser rétrospectivement le présent, et les évolutions qui pourraient mener au monde imaginé. Qu’ils penchent du côté de l’utopie, ou qu’ils adoptent les accents inquiets de la dystopie, ces textes analysent, au travers du regard des historiens du futur, les germes de ce futur dans le présent. Ils permettent ainsi de faire découvrir les études actuelles des chercheurs en sciences sociales, que ce soit sur la famille, sur les inégalités ou encore sur la délinquance, mais aussi de mettre en valeur des initiatives et des idées méconnues, comme le recours au tirage au sort dans le processus électoral et l’habitat solidaire5, qui mériteraient d’être diffusées et débattues. À l’inverse de l’idée répandue dans les études littéraires, selon laquelle l’utopie présenterait un état des choses parfait, statique et immuable, les récits de cet ouvrage imaginent le résultat, non définitif et sujet à discussion, d’un processus évolutif, avec ses avancées et ses reculs, sur lequel ils reviennent, dans une logique dynamique. Si toutes les suggestions mises en scène ne sont pas forcément applicables immédiatement, elles méritent pourtant qu’on y prête attention, qu’on prenne le temps d’y méditer, d’en débattre, de les diffuser dans le débat public. C’est ce à quoi nous invite ce livre.

Haut de page

Notes

1 http://www.laviedesidees.fr/Le-monde-en-2112.html.

2 Écrivain, Alexis Jenni a remporté le Prix Goncourt 2011 pour son roman L’art de la guerre, Paris, Gallimard.

3 Le phalanstère, imaginé par Charles Fourier (1772-1837) est un modèle d’organisation sociale caractérisé par un habitat collectif respectant la liberté et les désirs de chacun. L’an 2440, rêve s’il en fut jamais, publié par Louis-Sébastien Mercier en 1770, est un récit d’anticipation présentant une société future conforme à l’idéal des philosophes des Lumières.

4 Voir par exemple la contribution de Jean Gadrey : « Celui que des sociologues de l’époque appelaient “le président des riches” (l’histoire a oublié son nom […]) » (p. 32).

5 Sur le tirage au sort, voir l’exemple islandais : http://agora.is/2011/09/when-ordinary-citizens-rewrite-their-constitution/ ; Sur les habitats collectifs, voir : Anne Labit, Karine Chaland, « L’habitat « solidaire » entre personnes âgées : une pratique émergente, un concept à construire », université de Toulouse 2, LISST, Vivre le vieillir, 11-13 mars 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élodie Hommel, « Alexis Jenni, Nicolas Delalande (dir.) et Ivan Jablonka (dir.), Le monde au XXIIe siècle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 06 juin 2014, consulté le 20 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14912

Haut de page

Rédacteur

Élodie Hommel

Doctorante en sociologie, ENS de Lyon, Centre Max Weber.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page