Navigation – Plan du site

Baptiste Brossard, Se blesser soi-même - Une jeunesse autocontrôlée

Audrey Arnoult
Se blesser soi-même
Baptiste Brossard, Se blesser soi-même. Une jeunesse autocontrôlée, Paris, Alma Éditeur, coll. « Essai sociologie », 2014, 343 p., ISBN : 978-2-36279-110-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Actuellement sociologue au Centre Maurice Halbwachs (ENS-EHESS-CNRS).

1Dans cet ouvrage, Baptiste Brossard1 propose une analyse sociologique et empirique de l'automutilation. L'étude s'appuie sur des entretiens en face-à-face et des échanges par mail ou messagerie instantanée avec 68 enquêtés, rencontrés dans des établissements de santé mentale pour adolescents ou sur des forums consacrés à l'automutilation.

2La première partie (« Une partie d'autocontrôle ») envisage l'automutilation comme « une pratique qu'utilisent les individus pour s'autocontrôler (se calmer, ne pas péter les plombs, ne pas tout casser) et ainsi préserver l'ordre des interactions » (p. 30). Dans un premier temps, l'auteur s'intéresse à l'entrée dans la conduite déviante. Il propose de considérer la première fois comme un « moment biographique » autrement dit « le croisement, à un moment donné, d'une intention, d'une circonstance et d'un passage biographique » (p. 42). Il montre aussi que, contrairement à certaines idées reçues, les nouvelles technologies ne sont pas un facteur de diffusion de ces pratiques mais constituent un support d'informations pour des personnes qui s'automutilent déjà.

3Baptiste Brossard analyse ensuite la sensation de dépendance qui apparaît au cours de la trajectoire de l'automutilation. Face à un mal-être quotidien, le soulagement que procurent les blessures conduit à en augmenter la fréquence tout en faisant évoluer les méthodes (recherche de certaines sensations, choix du procédé, etc.). Les enquêtés entrent alors dans un processus d'apprentissage dont l'auteur souligne la dimension sociale malgré le cadre solitaire de ces pratiques.

4Le sociologue s'intéresse ensuite à la parole sur l'automutilation. Prenant le contrepied des études psychiatriques, il défend l'idée que ces jeunes n'ont pas de difficulté à parler puisqu'ils produisent des discours sur Internet. Les stratégies de dissimulation qu'ils adoptent ne sont pas synonymes de timidité mais visent à préserver l'ordre des relations sociales qu'il s'agisse du cadre familial, scolaire ou encore hospitalier. L'auteur souligne à nouveau la dimension sociale de cette pratique qui s'accompagne d'« un travail d'anticipation quasi stratégique » (p. 114) puisque la personne doit penser au retentissement que peut avoir la découverte de ses blessures, selon les configurations sociales.

5La trajectoire de l'automutilation peut à tout moment d'arrêter. L'auteur montre que ce sont des contraintes pratiques et émotionnelles qui peuvent mettre fin aux blessures auto-infligées. Un suivi psychologique peut apporter des améliorations mais l'auteur se montre réservé sur l'effet des thérapies. Parfois, c'est la présence de l'entourage qui conduit à arrêter l'automutilation. Le déclic constitue lui aussi un facteur explicatif. En effet, cette pratique étant majoritairement une conduite juvénile, « l'arrêt par déclic désigne peut-être, pour certains enquêtés, une évolution de leur positionnement en termes d'âge : en finir avec l'adolescence » (p. 128). Enfin, le sociologue souligne que l'arrêt des blessures auto-infligées n'est pas nécessairement synonyme d'un mieux-être, cette pratique pouvant être remplacée par d'autres conduites déviantes.

6Il se focalise ensuite sur « L'automutilation au quotidien ». Les blessures auto-infligées sont envisagées comme une succession d'étapes, chacune reposant sur des motivations et des émotions différentes. A travers plusieurs témoignages, le sociologue détaille les « composantes » du processus de l'automutilation, processus qui n'est pas mécanique (la situation embarrassante, l'autonomisation de la pensée, le choix de se couper ou la recherche d'une équivalence, la préparation et le soin de la blessure). La réflexion sur la recherche d'équivalences est particulièrement intéressante en ce qu'elle montre le rôle que joue la socialisation primaire et secondaire dans une pratique solitaire (Internet est à ce titre qualifié de « réservoir d'équivalences »).

7Un dernier chapitre précise cette analyse (« Des manières de se blesser »). L'auteur montre que loin d'être « un » geste univoque, l'automutilation revêt des modalités et des significations différentes qui s'inscrivent dans l'histoire de chacun. Marie se coupe pour évacuer ce qu'elle considère comme « sale » dans son corps. Fanny privilégie l'intensité de la douleur quelle que soit la façon d'y parvenir. Cécilia veut faire cesser les sensations déréalisantes qui la submergent. Elianor se punit des erreurs qu'elle estime avoir commises. Pour conclure, l'auteur propose un parallèle entre l'automutilation et les rites de purification puisque les blessures auto-infligées rendent possible « le passage d'un état perçu comme anormal ou déviant à un autre état plus conforme » (p. 178). L'automutilation serait un « ensemble d'innovations rituelles visant à pallier une pénurie de "rites de purification" dans le monde social » (p. 180).

8La seconde partie de l'ouvrage propose une interprétation de l'automutilation en termes de « technique de positionnement social » : « par quels mécanismes, des insatisfactions (souvent familiales et scolaires) ont-elles rendu signifiant pour certaines personnes, le recours à une pratique à la fois potentiellement discrète, donnant lieu à une sensation de transgression, et délibérément auto-agressive ? ». Pour répondre à ce questionnement, l'auteur analyse la position sociale de l'enquêté ainsi que celle des membres de sa famille, l'automutilation étant alors envisagée comme une pratique utilisée quand surgissent des difficultés « à gérer les répercussions de leur position sociale » (p. 193).

9Il étudie d'abord la mise en scène de la discrétion, la discrétion étant entendue au sens de conserver une apparence normale. À partir de quelques cas, l'auteur montre comment les attentes parentales pèsent sur ces adolescents qui recourent à l'automutilation en fonction de la représentation qu'ils se font de la place qu'ils occupent ou pensent devoir occuper au sein de leur famille.

10Puis, l'auteur s'interroge sur le lien entre la prédisposition à l'automutilation et les problèmes relationnels mentionnés par les enquêtés. La réflexion s'appuie sur deux entretiens menées avec Camille et Marjorie. Qu'il s'agisse de difficultés à s'intégrer dans le cadre scolaire ou d'un décalage lié aux origines sociales de la famille, l'automutilation constitue un recours face à la sensation d'être différente. Ainsi, pour Baptiste Brossard, le fait de se concevoir comme une personne atypique, en décalage avec « plusieurs mondes, permet, presque naturellement, de recourir à des comportements eux-mêmes atypiques produisant une sensation de transgression » (p. 242).

  • 2 La notion d'illusio est définie comme suit : « un principe organisateur de l'action, la croyance qu (...)

11La section suivante envisage la prédisposition à la déviance au prisme de la crise existentielle, théorisée à partir de la notion bourdieusienne d'« illusio »2. C'est le témoignage de Vanessa qui permet à l'auteur de tisser ce lien entre blessures auto-infligées et crise existentielle comprise comme une chute de l'illusio. De nature timide, la jeune fille supporte mal l'isolement dans lequel elle se trouve à l'adolescence et éprouve le besoin de fuguer. Cet impératif, auquel s'ajoute un stress scolaire important, la conduit à partir quelques jours. L'auteur montre que ce souhait d'une autre vie ne s'appuie sur aucun objectif concret. La jeune fille ne dispose pas de modèles et d'idéaux susceptibles d'orienter sa trajectoire. Ce constat permet à l'auteur de faire l'hypothèse que la crise existentielle surviendrait quand il n'y a pas d'identification possible à un groupe de référence et ce, dans un contexte de non-encadrement collectif du mal-être.

12Le sociologue se focalise ensuite sur le corps, pensé comme le lieu du mal-être ce qu'il traduit par la notion de « corporéisation du mal-être ». Plusieurs entretiens permettent de montrer le lien entre la difficulté à concevoir son identité de genre et l'automutilation. Elodie refuse la féminité telle que ses parents voudraient lui imposer : son corps « se transforme en champ de bataille, incarne les pressions des différents acteurs sociaux et, éventuellement, devient le lieu de l'auto-agressivité » (p. 283). Antoine perçoit de façon négative sa masculinité : attaquer son corps serait alors une façon de punir ce qu'il n'aime pas en lui. Chez Tiffany, les automutilations s'intensifient au fur et à mesure que cet homme féminise son style vestimentaire. Dans ces témoignages, le refus des stéréotypes de genre est aussi un refus « des attentes familiales en matières de positionnement social ».

13Pour terminer, l'auteur étudie les liens entre abus sexuels et automutilation, engageant à ne pas réduire les blessures auto-infligées à une conséquence de ces violences sexuelles. Ainsi, l'abus sexuel est envisagé comme un « événement corporel (qui) conduit les victimes à redéfinir la façon dont ils se voient eux-mêmes et dont les autres les voient » (p. 303). S'il favorise la corporéisation du mal-être, la trajectoire de l'automutilation est aussi dépendante du statut de l'agresseur (membre de la famille ou non).

  • 3 Ce processus conduit progressivement à privilégier la maîtrise de soi à l'expression des pulsions.

14Pour conclure, l'auteur rappelle l’hypothèse qui sous-tend son analyse : « nos corps sont aussi les façades par lesquelles nous tenons l'ensemble des injonctions sociales auxquelles nous sommes exposés », l'automutilation constituant une façon - minoritaire - de faire face à ces injonctions. En ce sens, elle s'intègre au processus de civilisation mis en lumière par Norbert Elias3 et les adolescents qui s'automutilent incarneraient « un idéal radicalisé de civilisation » (p. 341). L'approche de l'automutilation proposée dans cet ouvrage est originale mais également surprenante pour un lecteur habitué aux interprétations d'ordre psychologique de cette conduite. Elle nous rappelle que si la souffrance psychique est bien individuelle, elle comporte aussi toujours une dimension sociale.

Haut de page

Notes

1 Actuellement sociologue au Centre Maurice Halbwachs (ENS-EHESS-CNRS).

2 La notion d'illusio est définie comme suit : « un principe organisateur de l'action, la croyance que le jeu social vaut la peine d'être joué et que les règles du jeu sont évidentes » (p. 245).

3 Ce processus conduit progressivement à privilégier la maîtrise de soi à l'expression des pulsions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Arnoult, « Baptiste Brossard, Se blesser soi-même - Une jeunesse autocontrôlée », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 14 juin 2014, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14930

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page