Navigation – Plan du site

Eberhard Kienle, Laurence Louër (dir.), « Économie politique des soulèvements arabes », Critique internationale, n° 61, octobre-décembre 2013

Nicolas Lepoutre
Economie politique des soulèvements arabes
Eberhard Kienle, Laurence Louër (dir.), « Economie politique des soulèvements arabes », Critique internationale, n° 61, octobre-décembre 2013, 206 p., Les Presses de Sciences Po, ISBN : 978-2-7246-3314-6.
Haut de page

Texte intégral

1Alors que la couverture médiatique des « printemps arabes » se concentre aujourd’hui, dans une vision dichotomique, sur les affrontements entre « islamistes » d’un côté et « laïcs » de l’autre, la question des causes de ces soulèvements tend à être laissée de côté. À en croire E. Kienle et L. Louër qui ont coordonné ce numéro de Critique internationale, ces soulèvement sont généralement considérés comme le simple résultat de la dégradation des conditions de vie des populations arabes, provoquée notamment par la crise économique de 2008. L’objectif affiché du dossier est de dépasser cette vision mécanique des événements et de ne pas « réduire les développements politiques aux seules variables économiques » (p. 12). Il s’agit au contraire de complexifier l’analyse grâce à une approche fondée sur « l’économie politique », c’est-à-dire d’étudier les interactions entre ces deux termes. Les auteurs entendent ainsi apprécier la part de l’un et de l’autre dans les soulèvements et prolongent par ailleurs l’étude aux politiques socioéconomiques adoptées dans ces pays depuis 2011. Pour ce faire, les contributions proposées adoptent systématiquement une perspective comparatiste, proposant en définitive un panorama, certes non exhaustif mais tout de même assez large, des pays arabes touchés par des soulèvements.

2Les six articles du dossier permettent en premier lieu d’étudier le rôle du contexte socioéconomique dans le déclenchement des soulèvements arabes. Les contributions de Kienle et Louër et de El Meehy rappellent qu’une souffrance sociale ne débouche pas forcément sur une révolution et que ce sont bien les classes moyennes, et non les plus pauvres, qui ont soutenu le mouvement. Si la causalité était d’ordre purement économique, on pourrait difficilement expliquer que des pays aussi riches que le Bahreïn soient affectés par la vague contestataire, tandis que le Liban n’est guère touché. A. El Meehy montre en réalité que les soulèvements en Tunisie, en Égypte et à Bahreïn s’expriment tous les trois, à un degré variable, à travers des revendications politiques. Prenant l’exemple de la Tunisie, il explique ainsi que si le mouvement de contestation a été initié d’abord à l’échelle locale et pour des motifs économiques, après l’immolation par le feu d’un jeune vendeur de fruits et légumes à Sidi Bouzid, il s’est propagé ensuite au reste du pays dans un cadre politique, afin de protester contre la répression policière et de réclamer plus de libertés. Dépasser cette perception des printemps arabes comme de simples émeutes de la faim ne revient toutefois pas à nier toute importance aux facteurs socioéconomiques – et c’est là l’intérêt de la démarche du dossier. Kienle et Louër et Heydemann montrent ainsi que les protestataires ne dénoncent pas tant la dégradation des conditions de vie en tant que telle que la rupture du pacte tacite établi entre les régimes et les populations. Les régimes autoritaires du monde arabe, qu’ils soient de tradition socialiste ou libérale (à l’exception des cas marocains et libanais traités par M. Catusse), tirent une partie de leur légitimité de leur rôle de protection économique et sociale, une protection garantie notamment, historiquement, par l’existence d’un secteur public très développé. Or la politique d’ouverture économique (infitah), engagée à des degrés divers depuis la fin du XXe siècle, a profondément bouleversé les relations entre États et sociétés puisque l’emploi privé n’est pas parvenu à compenser l’atrophie du secteur public. Le chômage frappe dès lors particulièrement la jeunesse, notamment les diplômés de l’enseignement supérieur, provoquant une forte frustration. Cette perte d’un cadre protecteur apparaît d’autant plus insupportable que le « capitalisme des copains » a permis aux cercles proches du pouvoir d’engranger des bénéfices très importants et que la corruption est perçue comme rampante.

3La libéralisation des économies arabes met également en lumière l’importance de croiser l’étude des dynamiques « par le bas », au niveau de la population, avec celle des dynamiques « par le haut », au sein de l’appareil d’État. Ainsi, L. Louër montre que les réformes économiques ont créé des tensions importantes au cœur même des élites dirigeantes égyptiennes et bahreïnies : elles ont en effet permis la montée en puissance de jeunes gardes réformatrices (le prince héritier au Bahreïn, le fils du raïs en Égypte), réduisant inversement les prérogatives des vieilles gardes et des soutiens traditionnels du régime. Ces conflits ont ouvert des opportunités pour les contestataires, comme le montre la coalition formée entre l’aile réformatrice du régime bahreïni et une partie de l’opposition dès 2006. C’est pourquoi les printemps arabes relèvent autant des « crises de régime » que de la « crise du pacte social ».

4Le dossier ne se limite toutefois pas à l’étude des déclencheurs des révolutions arabes mais entend également mesurer les conséquences socioéconomiques de ces soulèvements. Si les auteurs ne peuvent émettre que de premières conclusions provisoires, celles-ci n’en sont pas moins riches d’enseignement. Ainsi, ils soulignent la faible capacité transformatrice des printemps arabes et avancent plusieurs explications. L’étude de Kienle sur les programmes des partis islamistes tunisiens et égyptiens montre que ces derniers défendent en définitive une économie capitaliste « orthodoxe », qui ne diffère guère des pratiques des dirigeants précédents, et ce d’autant plus que leur base électorale très diverse nuit à leur capacité de décision et de réforme. La comparaison effectuée par S. Heydemann sur les politiques adoptées par des régimes en transition ou « survivants » est particulièrement éclairante : elle montre en effet que les politiques sont restées identiques. Tous les régimes ont d’abord décidé d’adopter une politique de redistribution des deniers publics, afin de tenter d’apaiser les tensions, puis, face à la dégradation de la situation économique et aux pressions des bailleurs de fonds internationaux dont l’intervention s’est avérée nécessaire pour financer les budgets, ils ont réorienté leur politique et réduit fortement les diverses subventions accordées à la population. Cette similitude des politiques publiques s’explique également par la nature même des transitions en cours dans le monde arabe : il ne s’agit pas de véritables changements de régime mais plutôt d’une « décapitation » de ceux-ci. Le cas est très clair en Égypte, par exemple, où l’armée, acteur économique majeur, s’est accommodée de la chute de Hosni Mubarak, auquel elle reprochait sa dérive dynastique, mais est parvenue à s’assurer que personne (y compris le Frère musulman Mohamed Morsi, lorsqu’il est devenu président) ne puisse remettre en cause son empire économique et donc réformer véritablement le système. S. Heydemann souligne enfin la forte capacité d’adaptation des régimes autoritaires, bien plus souples et réactifs qu’ils ne sont habituellement présentés. Si les premiers résultats socioéconomiques des printemps arabes peuvent apparaître décevants, il convient toutefois d’attendre les évolutions à moyen et long termes pour juger véritablement de la portée de ces révolutions.

  • 1 Farhad Khosrokhavar estime même que c’est la dimension socioéconomique de ces soulèvements qui tend (...)

5Ce numéro s’avère donc être une importante contribution à l’étude des soulèvements arabes. Il nous semble toutefois quelque peu exagéré d’affirmer que ces soulèvements ont unanimement été perçus comme de simples émeutes de la faim. Il ne s’agit en effet pas des premiers travaux mettant en avant les facteurs politiques dans leur déclenchement1. Par ailleurs, le nom même attribué à ces événements – les « printemps arabes » – fait directement référence au « printemps des peuples » européen de 1848, porté par des revendications éminemment politiques. La démarche comparatiste donne toutefois à cette analyse tout son intérêt, et ce d’autant plus que les rédacteurs prennent soin de toujours justifier la mise en perspective de pays a priori très différents. Si l’on ne peut évidemment reprocher au dossier de manquer d’exhaustivité, il apparaît toutefois que le cas jordanien aurait pu utilement être évoqué pour prolonger l’analyse. Le royaume hachémite est en effet marqué par une situation économique dégradée, d’importantes restrictions budgétaires et de fortes tensions au sein du régime (notamment quant à la place de la population d’origine palestinienne dans l’économie et la société jordanienne) : il s’agirait de comprendre dès lors les raisons du relatif essoufflement de la contestation en 2013, alors que la crise s’est plutôt aggravée avec l’afflux de nombreux réfugiés syriens.

Haut de page

Notes

1 Farhad Khosrokhavar estime même que c’est la dimension socioéconomique de ces soulèvements qui tend à être négligée tandis les revendications politiques seraient surestimées, ce qui ne l’empêche pas de souligner, comme les auteurs de ce dossier, les interactions entre les deux facteurs. Voir son article : Farhad Khosrokhavar, « Les révolutions arabes : révolutions de justice sociale et de liberté », Cultures & Conflits, n° 83, 2011, p. 108-112.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Lepoutre, « Eberhard Kienle, Laurence Louër (dir.), « Économie politique des soulèvements arabes », Critique internationale, n° 61, octobre-décembre 2013 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 16 juin 2014, consulté le 21 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14934

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page