Navigation – Plan du site

Gilbert de Terssac, Truong An Quoc et Michel Catlla (dir.), Viêt-Nam en transitions

Sophie Louey
Viêt-Nam en transitions
Gilbert de Terssac, Truong An Quoc, Michel Catlla (dir.), Viêt-Nam en transitions, Lyon, ENS Éditions, coll. « De l'Orient à l'Occident », 2014, EAN : 9782847885262.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour un bilan général sur le Viêt-Nam et sur l’économie du pays depuis la réunification voir : Dela (...)

1Le livre s’ouvre sur une préface de Daniel Weissberg, citant une formule vietnamienne populaire et ironique, selon laquelle le pays serait passé d’une économie « de subvention » à une économie « du marché ». Force est de constater que le parti pris de l’ouvrage n’est pas de statuer sur l’état général ou le devenir du Viêt-Nam mais bien plutôt de se pencher sur les dynamiques de transition économiques, sociales et politiques en cours qui traversent ce dernier1. Ainsi, la notion de « transitions » fait référence à un stade de modification d’une société, durant lequel des ajustements ont lieu à force d’adhésions, d’oppositions et de compositions.

2Après des années de forte croissance, le Viêt-Nam tend aujourd’hui à voir son économie ralentir. Depuis le lancement du Doi Moi (la politique du Renouveau) en 1986 à l’issue du VIe congrès du parti communiste vietnamien, le pays, embrassant le socialisme de marché, a suivi la Chine dans son mode de développement économique. L’ensemble des politiques qui en ont résulté est, pour les auteurs, un vecteur de réformes par le contrôle étatique étroit de l’économie et des politiques publiques. Néanmoins, dans le même temps, l’État se désengage, notamment avec la suppression des coopératives.

3Fruit de collaborations de recherches franco-vietnamiennes, développées à partir de quatre workshops entre 2006 et 2010, le livre comprend (outre la préface, l’introduction et la conclusion) une dizaine de contributions. La diversité des approches proposées participe à une compréhension de la complexité des tableaux sur lesquels « se jouent » les transitions d’un territoire. Ainsi, différents champs des sciences humaines sont exploités : économie, genre, parenté, politique, santé, travail et urbanisme.

4Pour les coordinateurs de l’ouvrage, si ces « transitions » participent à l’amélioration de la qualité de vie des individus à une échelle nationale, il n’en demeure pas moins que les contrastes entre les localités sont importants. Ainsi le clivage urbain/rural reste fort car si seulement 6% de la population des villes vit dans la pauvreté, ce taux s’élève à 35% pour les populations rurales.

5Les transitions sont abordées sous le prisme d’un triptyque d’acteurs : les individus, les groupes d’individus et les institutions. C’est autour de ces trois figures que s’organisent les contributions. Le premier volet concerne les dynamiques individuelles. Le monde rural apparaît dans plusieurs chapitres. Tout d’abord, Olivier Teissier livre une enquête sur l’organisation des villages à partir de trois unités : la forme du noyau conjugal (famille nucléaire), la forme de la parentèle (famille élargie) et la forme du quartier (réseaux de relations de proximité). Ces unités fonctionnent en interdépendance. Ensuite concernant les couples, Mai Van Hai met en évidence une transformation dans les modalités d’union. En effet, l’endogamie géographique tend à disparaitre. Le mariage, auparavant arrangé, est devenu majoritairement volontaire. L’auteure distingue trois évolutions correspondant à trois périodes historiques. Durant la première, qui est l’époque coloniale (1941-1959), les unions entre hommes et femmes se font pendant l’adolescence et le lien n’est entériné que par la reconnaissance de la communauté. Au cours de la seconde période, qui correspond à la république démocratique (1960-1985), malgré le passage du Nord Viêt-Nam au socialisme et la poursuite de la guerre, la mise en œuvre de lois matrimoniales et familiales engendre l’officialisation de nombreux mariages. Progressivement, la reconnaissance juridique se superpose à celle de la communauté. Pendant la dernière période relevée, le Doi Moi (1986-2000), les mariages se font plus tardifs. L’augmentation du niveau de vie des familles favorise la scolarisation des enfants. Ces derniers, en poursuivant leurs études, accèdent plus tardivement que les générations précédentes à leur indépendance économique et familiale. Touchés de plein fouet par les réformes étatiques, et parfois chassés de leurs terres, les paysans se mobilisent. C’est pourquoi Christophe Gironde s’intéresse aux effets des réformes agraires. Il dresse une typologie de quatre positions face aux redistributions de terres. Les paysans « opportunistes », utilisent leur réseau de connaissances parmi les anciens et actuels responsables du système de répartition, obtiennent des terres qui leur permettent de poursuivre leur activité en toute quiétude. Le gain de nouvelles terres permet même à ces propriétaires de diversifier leurs productions et ainsi de s’assurer un meilleur rendement. Les paysans « conservateurs », dont la position est plus difficile à maintenir, sont contraints d’exercer des activités extérieures pour compléter leurs revenus. Après avoir essayé de « tenir », certains finissent par vendre leurs terres et partir travailler en ville : ce sont les « résignés ». D’autres abandonnent leur activité agricole et se reconvertissent dans le commerce. Le constat de la recherche de « composition » face à l’imposition de nouvelles politiques agricoles est aussi présent par l’étude de Nguyen Duc Truyen sur les zones rurales. Mais ces compositions prennent parfois les traits de mobilisations, notamment lors de la confiscation de terres par l’État en vue de construire des entreprises.

  • 2 Elles occupent 56% des emplois informels, exercent d’avantage dans la rue et gagnent en moyenne 50% (...)

6Le second volet, consacré aux dynamiques collectives, met en avant la manière dont des pratiques partagées par des groupes d’individus (travailleurs, consommateurs) se transforment par la mise en œuvre de politiques publiques (en particulier économiques). Nguyên Thi Thiêng, Patrick Gubry et Lê Thy Huong décrivent les redoutables défis urbanistiques des villes de Hanoi et Hô Chi Minh Ville, en termes d’infrastructures de circulation et de logement. Ainsi, les individus quittent quotidiennement le foyer familial, plus tôt le matin, en raison de l’augmentation du temps de déplacement vers leur lieu d’activité (travail, études, etc.). En effet, d’une part ils vivent plus loin de ce lieu et d’autre part les voies de circulation routières sont constamment engorgées. Mireille Razafindrakoto, Jean-Pierre Cling et François Roubaud s’intéressent quant à eux à l’économie informelle, qui concerne au Viêt-Nam 12 millions d’emplois. Le travail informel prend ici la forme d’une activité privée, au sein d’une entreprise individuelle ou familiale, qui ne procure aucune protection sociale. Exercés dans des conditions précaires, ces emplois sont instables, particulièrement pour les femmes2.

7Muriel Figuié, Nicolas Bricas et Paule Moustier exposent la façon dont l’accès aux denrées alimentaires – qui était difficile en situation de pénurie – et le pouvoir d’achat des populations ont été améliorés par le développement de l’agriculture et par l’arrivée de la grande distribution. Cette évolution a engendré une sensibilité accrue des individus quant aux risques sanitaire alimentaires, passant par une plus grande attention portée à la qualité, à la conservation et à l’hygiène des produits alimentaires. Sophie Bernard dresse un portrait de la grande distribution en montrant que l’émergence récente de ce mode d’approvisionnement nécessite, pour les consommateurs, l’apprentissage (parfois maladroit) de nouvelles pratiques d’achat (ne pas déballer les produits, suivre une file d’attente pour procéder aux achats, déposer ses articles sur une caisse etc.). C’est en 1998, à Hô Chi Minh Ville, que s’implante le premier hypermarché du pays. D’autres ouvertures de magasins suivent, elles s’inscrivent dans le courant des réformes d’ouverture économique. L’auteure évoque ces lieux comme « une curiosité touristique » pour la population. Des familles se rendent ainsi dans les magasins, pour découvrir ces espaces, très différents des traditionnels marchés. Sophie Bernard observe que les actions des vietnamiens, en position de « clients de supermarchés », sont susceptibles de paraître inappropriées à un observateur familier des modes d’achat en grande surface. Néanmoins ces pratiques résultent en fait de modes de socialisation différents des standards occidentaux.

  • 3 Ainsi l’auteur emploie à plusieurs reprises le terme « inacceptable ».

8Le troisième volet de l’ouvrage porte sur les dynamiques institutionnelles. Truong An Quoc et Gilbert de Terssac interrogent la manière dont les étudiants jeunes diplômés des années 2000 se sont adaptés au retrait de l’État en matière d’insertion professionnelle. Cette situation s’explique par la situation actuelle, qualifiée « d’intermédiaire » par les auteurs. L’État mène des politiques entre maintien de contrôle et retrait. Auparavant l’État était pourvoyeur d’emplois, les jeunes diplômés n’avaient pas à chercher du travail. Désormais les jeunes diplômés s’engagent dans la recherche d’un emploi. Les diplômés réalisent des ajustements entre leurs attentes et le « possible » en matière d’employabilité. Ces ajustements sont conditionnés par leur volonté forte de concilier vie professionnelle et vie personnelle (temps de travail, faible distance entre domicile et lieu de travail, absence de mobilité pour l’exercice du travail). Les jeunes souhaitant rapidement entrer dans la vie active, ils choisissent le premier emploi qui se présente, qui correspond rarement à leur niveau de qualification. Concernant les politiques de santé, l’étude de Myriam de Loenzien décrit la façon dont l’État s’est emparé de l’épidémie de sida comme d’un problème de santé publique. Dès le milieu des années 2000, les hôpitaux assurent la prise en charge et le suivi des personnes touchées par le virus. Le Thi Quy livre une enquête accablante sur les violences à l’encontre des femmes. Son dispositif méthodologique permet de croiser des données indirectes sur ce phénomène difficile à mesurer frontalement. La contribution, d’un ton résolument engagé3, revendique la mise sur l’agenda politique de ce problème social de santé publique. Ces violences sont un sujet tabou, à risques, et politique. Sur le plan institutionnel l’État se refuse à publiciser ces phénomènes de violences conjugales. Sur le plan local la dénonciation des actes de violence peut avoir de fortes conséquences sur les victimes elles-mêmes. Ces dernières, en divulguant ces maux, se risqueraient dès lors à entacher la réputation de la famille et à nuire à l’équilibre de celle-ci. Les inégalités au sein même du couple sont importantes : la contraception incombe aux femmes, elles réalisent les travaux « légers » (élevage, éducation, travaux domestiques) alors que les hommes effectuent les travaux « lourds » (travail dit « professionnel », relations sociales, prise des décisions). Les activités féminines, bien que génératrices de ressources, ne sont pas reconnues comme telles. Alain Henry clôt cette partie en rappelant que la culture est un processus « en action » et qu’aucune valeur n’est jamais figée dans la tradition.

9En conclusion, cet ouvrage apparaît intéressant à double titre. D’une part, il prouve la richesse de la mise en œuvre de programmes de recherches internationaux par l’apport de données empiriques particulièrement riches et complémentaires. D’autre part, il renseigne sur les manières dont s’opèrent des transformations sur un territoire encore récemment catégorisé – comme bien d’autres États de l’Asie du Sud – comme un pays « en développement ». Le Viêt-Nam a successivement été marqué par la colonisation, par une longue guerre et par une réunification somme toute récente, à l’échelle historique (1976). Mêlant enquêtes qualitatives et quantitatives, ces contributions dressent un portrait mouvant du Viêt-Nam contemporain, saisi dans ses « particularités ». Selon les auteurs, les transitions s’effectuent dans une double dimension : horizontale (elles touchent tous les secteurs) et verticale (elles touchent tous les acteurs). Elles ne se bornent pas à l’imposition de mesures descendantes (politiques étatiques vers la population), elles se manifestent aussi par des circulations ascendantes (mobilisations individuelles ou collectives vers les structures organisationnelles et/ou étatiques).Les auteurs placent donc au cœur de leurs approches la notion d’« acteurs », comme producteurs de structures, insistant ainsi sur le fait que les « transitions » résultent d’abord de dynamiques humaines avant de devenir structurelles.

Haut de page

Notes

1 Pour un bilan général sur le Viêt-Nam et sur l’économie du pays depuis la réunification voir : Delalande Philippe, Viêt-Nam un dragon en puissance, Paris, L’Harmattan, 2007 ; Mazier Jacques, L’économie vietnamienne en transition. Les facteurs de la réussite, Paris, L’Harmattan, 1998.

2 Elles occupent 56% des emplois informels, exercent d’avantage dans la rue et gagnent en moyenne 50% de moins que les hommes.

3 Ainsi l’auteur emploie à plusieurs reprises le terme « inacceptable ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Louey, « Gilbert de Terssac, Truong An Quoc et Michel Catlla (dir.), Viêt-Nam en transitions », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 16 juin 2014, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14948

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page