Navigation – Plan du site

Tsuyoshi Kida, Geste et appropriation. Acculturation non verbale des étrangers

Arthur Mary
Geste et appropriation
Tsuyoshi Kida, Geste et appropriation. Acculturation non verbale des étrangers, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, coll. « Langues et langage », 2014, 270 p., ISBN : 9782853999021.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Tsuyoshi Kida, Geste et appropriation. Acculturation non verbale des étrangers, Presses Universitai (...)
  • 2 Id.

1Le titre de l’ouvrage laissait supposer qu’il serait davantage question d’anthropologie ; mais publié dans la collection « Langues et langage » aux presses universitaires de Provence, cette étude s’inscrit en fait clairement dans le champ des sciences du langage en proposant une focalisation extrêmement pointue sur la dimension gestuelle des pratiques discursives d’étrangers en situation d’apprentissage de la langue de leur pays d’accueil. L’auteur affirme que les comportements sont riches d’enjeux culturels et que leur observation est une occasion d’« examiner des principes constructifs de la culture »1. L’étude tentera de saisir non pas une culture gestuelle liée à une aire géographique, mais décrire et comprendre les mécanismes à l’œuvre dans le renouvellement d’une culture gestuelle à l’occasion d’une migration à l’étranger. Par l’étude de l’appropriation de gestes, on pourrait ainsi apporter un éclairage sur la « formation culturelle et la logique de l’assimilation culturelle en général »2.

  • 3 Cf. Desmond Morris, Peter Collett, Peter March, Mary O’Shaughnessy, Gestures and their origins and (...)
  • 4 Cf. Cornelia Müller, « Semantic structure of motional gestures and lexicalization patterns in Spani (...)
  • 5 Cf. Sotaro Kita, « Language and thought interface: A study of spontaneous gestures and Japanese mim (...)

2Cette étude universitaire est structurée en deux grandes parties : la première, intitulée « Approche historique », propose au lecteur de parcourir les grandes traditions rhétoriques occidentales depuis l’Antiquité, de mobiliser quelques considérations ethnographiques et d’apporter des éléments de méthodologie pour l’étude de l’appropriation gestuelle. Ainsi, une large présentation de la littérature est-elle dépliée : les rhétoriques antiques sont convoquées (tout spécialement Cicéron et Quintilien), ainsi que la philosophie des speech acts d’Austin, les travaux de pédagogie entourant l’enseignement des langues étrangères, des philosophies du geste (Aristote, Saint-Augustin, Condillac, Bacon, Leibniz, Herder…) ou les études comparatives synchroniques interculturelles (notamment celle de Morris et col.3 établissant une carte de la distribution de gestes en Europe, ou celles de Müller4 comparant les gesticulations de locuteurs espagnols et allemands et de Kita5 comparant japonais et anglais, qui concluent à la dépendance du comportement gestuel à la structure linguistique). Cette première moitié de l’ouvrage est passionnante et fait jouer une érudition certaine de l’auteur ; on regrettera cependant que ce qui y est énoncé ne serve pas à l’étude proprement dite de la seconde partie. Celle-ci s’intitule « Approche empirique » et constitue le cœur du travail de Tsuyoshi Kida : y est détaillé le dispositif d’observation des gestes de sujets en situation d’apprentissage d’une langue (le français ou le japonais) lors d’échange avec un interlocuteur — la méthodologie, précisément détaillée, est expérimentale et le dispositif se donne les moyens d’être reproductible. L’observation est méticuleuse et requiert un appareillage descriptif complexe pour retranscrire les innombrables nuances dans l’accomplissement d’un geste (l’auteur n’hésite pas à recourir à des illustrations). On sera sensible au souci de l’auteur de conduire une investigation à la fois quantitative et qualitative. Sans doute, le lecteur non-spécialiste s’y perdra-t-il un peu. Dans des chapitres conclusifs, l’auteur avance un certain nombre de thèses déduites du dispositif expérimental ; son propos s’élargit sur des considérations plus anthropologiques que linguistiques.

  • 6 Tsuyoshi Kida, op. cit., p. 11.
  • 7 « Il semble que la culture gestuelle ait pour spécificité d’être différente d’un système strictemen (...)
  • 8 Id., p. 226.

3Par « geste », l’auteur entend « tout mouvement et forme des bras (y compris les mouvements manuels)6 » en mettant de côté les mouvements du reste du corps (expression du visage, buste, etc.) ; et il est rapidement précisé que les gestes participent à la communication sans pour autant qu’on puisse y voir un système sémiotique autonome (il n’y a généralement pas de « signifiant gestuel »). Ce qui pourra frapper le lecteur, c’est l’extrême précision dans la description du geste et la multiplication de ses catégorisations possibles (pêle-mêle : gestes déictiques, physiographiques, iconographiques, kinétographiques, métaphoriques, emblématiques, discursifs, batoniques, idéographiques, gesticulations simples, entières, enchaînées, complexes, superposées…, synchronie conceptuelle, discursive, métadiscursive, anticipation conceptuelle, discursive, métadiscursive, désynchronie, gesticulation sans production verbale, retard gestuel, etc.). Cette précision semble fournir un gage d’objectivité alors que l’objet d’étude avoisine la subjectivité par excellence : le sujet-locuteur. Et l’auteur conçoit bien que ce qu’il nomme « culture gestuelle » ne repose pas sur un système sémiotique précisément repérable et analysable7. Nous croyons donc deviner une difficulté de cette étude : comment objectiver ce qui est par définition subjectif, en constant renouvellement, se dérobant à mesure qu’il s’énonce ? (Mais au fond, voilà une difficulté qui traverse plus largement les sciences humaines.) Cette difficulté n’est d’ailleurs pas étrangère à une autre : ce qui peut se déduire du cas particulier que Tsuyoshi Kida étudie (à savoir l’appropriation gestuelle de Japonais en France) est-il généralisable à d’autres situations d’acculturation (par exemple les gestes de Malgaches en pays Udmurt) ? Dans la mesure où le dispositif d’observation ne recourt pas aux traits culturels des deux cultures en présence, on croit d’abord comprendre que le processus d’acculturation gestuelle serait un phénomène indépendant des cultures se rencontrant ; les chapitres de synthèse et de conclusion dissipent toutefois ce possible malentendu : le processus d’acculturation gestuelle est bien pris dans des coordonnées culturelles (« [Le] comportement [d’un individu se déplaçant à l’étranger] est influencé non seulement par la culture en place, mais aussi par l’aspect symbolique qu’il projette sur cette culture et sur la communauté d’accueil »8). L’ouvrage se confronte à deux hypothèses qui se sont dégagées de la revue de la littérature : l’appropriation de gestes privilégie-t-elle spontanément les gestes à visée conceptuelle favorisant la compréhension de l’interlocuteur (hypothèse exogène) ou est-ce les spécificités socio-psychologiques du locuteur qui orientent le renouvellement de la culture gestuelle (hypothèse endogène) ? Pour ce qui est des résultats, ils sont détaillés et précis (selon les multiples dimensions des gestes, selon le niveau de maîtrise de la langue étrangère, selon la ville de provenance, selon des éléments de biographie, etc.).

  • 9 Cf. « Le japonais », Le tour du monde des concepts (sous la dir. de Pierre Legendre), Paris, Fayard (...)

4On pourra regretter que ne soit pas donné plus de poids à certains traits culturels dans le processus d’appropriation gestuelle. Ainsi, la notion de kotoage et le tabou qui lui est attaché (le Japon est le lieu où il est défendu de « hausser le mot » par le geste ou l’intonation) sont certes mentionnés mais l’on n’en tire guère de conséquences pour l’étude de l’appropriation à proprement parler, ce qui est dommage. D’autre part, puisqu’il s’agit d’observer le corps en mouvement de locuteurs japonais, on regrettera que ne soit pas fait mention de comment se conçoit le corps dans la culture japonaise. Pour le dire brièvement, il existe deux termes en japonais : le karada (体) est le corps en tant que support existentiel de la personne et le shintai (身体) est le corps tel qu’il peut être l’objet d’une spécialité (par exemple de l’anatomie, mais aussi de l’analyse gestuelle). C’est ce second terme, à en croire Osamu Nishitani9, qui a servi à traduire la notion occidentale de corps (dans son opposition à l’esprit). Alors, l’étude de Tsuyoshi Kida porte-t-elle sur le karada ou sur le shintai ? S’inscrit-elle dans une tradition occidentale qui envisage de travailler sur le corps dans sa matérialité en mouvement mais distingué de l’esprit qui l’anime ? Si l’analyse du geste en éléments observables prend le corps pour un objet, alors on en conclura que Geste et appropriation traite du shintai anonyme de locuteurs rencontrés ; si en revanche l’ouvrage tente de saisir la dimension vivante et parlante du corps et du mot, c’est-à-dire pris dans l’existence, c’est du karada qu’il s’agit mais il demeure en partie insaisissable. Au vrai, je crois que ce travail se situe quelque part entre ces deux notions : le souci de scientificité de l’auteur permet une saisie du premier, mais fait honneur au second la rigueur pointant ce qui néanmoins échappe aux analyses quantitatives et qualitatives et que seul le recours aux biographies des locuteurs ayant participé à cette étude permet d’entendre un peu.

5En conclusion, Tsuyoshi Kida propose, à grands traits et non sans prendre quelques précautions, de qualifier la culture gestuelle japonaise de « constative » et la culture gestuelle française de « performative » en reprenant la distinction que proposait Austin.

Haut de page

Notes

1 Tsuyoshi Kida, Geste et appropriation. Acculturation non verbale des étrangers, Presses Universitaires de Provence, coll. « Langues et langage », 2014, p. 19.

2 Id.

3 Cf. Desmond Morris, Peter Collett, Peter March, Mary O’Shaughnessy, Gestures and their origins and distribution, London, Jonathan Cape-Lanham (MD)/New York, Stein and Day-Madison Books, 1979.

4 Cf. Cornelia Müller, « Semantic structure of motional gestures and lexicalization patterns in Spanish and German descriptions of motion-events », Chicago Linguistic Society, 30(1), p. 281-295.

5 Cf. Sotaro Kita, « Language and thought interface: A study of spontaneous gestures and Japanese mimetics », PhD Thesis, University of Chicago, Department of Psychology, Department of Linguistics, 1993.

6 Tsuyoshi Kida, op. cit., p. 11.

7 « Il semble que la culture gestuelle ait pour spécificité d’être différente d’un système strictement établi sur le modèle du signe, signifié et signifiant, mais plutôt d’être une sorte de système semi-ouvert qui repose sur une dynamique culturelle, modelée et remodelée au cours de l’histoire d’une société et/ou d’un individu » (Kida, op. cit., p. 72) ou encore : « Les gestes des étrangers non constituent, à la différence d’une langue, pas un système de communication structuré, autonome ou « fermé ». Il n’est pas un signe au sens sémiotique du terme, dans la mesure où, à la différence de la langue des sons articulés et de la langue des signes, il n’y a pas de convention sociale e qui lie arbitrairement l’image visuelle, ou « signifiant gestuel » au « signifié ». Le geste des étrangers est donc un moyen de communication qui ne repose pas sur un système sémiotiquement autonome » (id., p. 15).

8 Id., p. 226.

9 Cf. « Le japonais », Le tour du monde des concepts (sous la dir. de Pierre Legendre), Paris, Fayard, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arthur Mary, « Tsuyoshi Kida, Geste et appropriation. Acculturation non verbale des étrangers », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 16 juin 2014, consulté le 20 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14949

Haut de page

Rédacteur

Arthur Mary

Psychologue clinicien, docteur en psychologie clinique et psychopathologie, chercheur associé au LIRCES (Laboratoire Interdisciplinaire Récits, Cultures et Sociétés, EA-3159, Université de Nice-Sophia Antipolis), attaché temporaire d’enseignements et de recherche au LCPI (Laboratoire des Cliniques Psychopathologiques et Interculturelles, Université de Toulouse-Le Mirail), étudiant en philosophie et en anthropologie (Université Toulouse-Le Mirail).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page