Navigation – Plan du site

Yves Dupont, L’université en miettes. Servitude volontaire, lutte des places et sorcellerie

Simon Ridley
L'Université en miettes
Yves Dupont, L'Université en miettes. Servitude volontaire, lutte des places et sorcellerie, Montreuil, L'Échappée, coll. « Pour en finir avec », 2014, 308 p., ISBN : 978-2-915830-81-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Olivier Beaud, Alain Caillé, Pierre Encrenaz, Marcel Gauchet, François Vatin, Refonder l'université (...)
  • 2 Alain Caillé, « Refonder l’université : une réponse à Matthieu Hély », Lectures, Les notes critique (...)

1Dans sa note critique de Refonder l'université. Pourquoi l'enseignement supérieur reste à reconstruire1, Matthieu Hély concluait qu’« une analyse critique de la rhétorique gestionnaire, nourrie des travaux autour du New Public Management et de ses usages, reste donc à écrire ». L’auteur Alain Caillé lui répondait que « la course générale à “l’excellence” ne fera pas de quartiers. […] Seule aurait pu s’y opposer une communauté universitaire suffisamment vivace. Or, pour n’avoir pas su s’affirmer pendant les grèves [CPE et LRU], ce qui en subsistait est en train de voler en éclats »2. C’est justement cette communauté universitaire que vient analyser Yves Dupont dans son essai intitulé L’université en miettes. Servitude volontaire, lutte des places et sorcellerie.

2L’essai débute par un questionnement sur la pertinence d’un écrit supplémentaire portant sur la « crise » de l’université ; celle-ci n’est-elle pas plutôt un remaniement réalisé avec la complicité de nombreux protagonistes du monde de l’enseignement et de la recherche ? Yves Dupont élabore sa ligne de pensée originale : le choix « d’établir une comparaison systématique entre crises de sorcellerie et crise de l’université » (p. 23-24). Ceci permet à l’auteur, dans les dix chapitres qui composent l’ouvrage, de toucher à des questions aussi fondamentales que la liquidation du monde paysan, celle de de la communauté universitaire, ou encore le culte du progrès.

3Le premier chapitre offre un panorama assez large d’une évolution globale de la société face aux risques – réels ou imaginaires, naturels ou humains – qui poussent, selon l’auteur, à une forme de rationalisation : la gestion du risque. Celle-ci n’est manifestement pas très efficace dans la mesure où les catastrophes naturelles et les accidents industriels se sont multipliés au cours de ces dernières décennies. Yves Dupont souligne le fait qu’il ne faut pas négliger le rôle des universités dans la mise en place d’une nouvelle norme qui se situe désormais dans la rationalisation du social et de ses dispositifs. « C’est le développement d’une étrange collaboration entre les enseignants-chercheurs suroccupés, atomisés, taraudés par leur désir de reconnaissance et leur soumission à un appareil de mobilisation et d’évaluation permanentes des structures et des hommes, qui constitue aujourd’hui, tant par l’adhésion et la servitude volontaire qu’il suscite chez les uns que par la fatigue psychique, les formes de burn-out et le ressentiment qu’il engendre chez les autres, le cœur de la “crise” des universités et des sociétés en général » (p. 43).

  • 3 Institut national de la recherche agronomique.

4Dans les deux chapitres suivants, l’auteur fait part de ses mémoires de jeunesse à l’université de Caen, vers la fin des années 1960, dans le département de sociologie naissant sous l’égide de Claude Lefort. C’est à partir de son propre témoignage qu’il se livre à une critique des universités et des étudiants d’aujourd’hui. Il relate ensuite son expérience de chercheur à l’INRA3 pour expliciter les points communs entre « la liquidation programmée des paysanneries et la destruction tout aussi programmée des universités » (p. 91).

  • 4 L’auteur en présente une liste exhaustive dans les notes présentes en fin d’ouvrage, avec une insis (...)

5L’auteur s’appuie sur de nombreux travaux portant sur la sorcellerie4 et, de nouveau, sur son expérience personnelle. Sa rencontre avec Claude C., paysan breton qui se disait ensorcelé, le conduit à s’éloigner de manière irréversible du monde de la recherche académique car elle lui permet de comprendre le rôle de la sorcellerie en tant que système complexe mais efficace de régulation sociale, que s’attache à détruire une conception capitaliste et industrielle du monde.

  • 5 La réforme LMD « License Master Doctorat » a mis en place une harmonisation des cursus universitair (...)

6Les quatre chapitres qui suivent exposent les causes de la liquidation de la communauté universitaire et ses conséquences. Yves Dupont critique l’injonction à la modernisation de l’institution universitaire considérée comme archaïque, présente notamment dans les écrits de Claude Allègre et de Jacques Attali, qui vient favoriser « la destruction de l’espace public et de l’institution, fondements essentiels, pourtant, de toute démocratie » (p. 104). Le processus de Bologne qui se concrétise par la réforme LMD5 est ensuite passé au crible. Son corollaire, « l’invasion des nouvelles technologies », fer de lance de la modernisation, mène l’auteur à dresser un constat accablant de l’enseignement à l’ère du numérique. Ainsi, il déclare que « les relations entre maître et disciple, le cours magistral, la parole publique et la discussion sont à leur tour frappés d’obsolescence » (p. 176). Les comportements des enseignants-chercheurs sont aussi remis en cause pour leur servitude. Le mode de recrutement souvent arbitraire et la compétition intense favorisent la destruction de la communauté de pairs, remplacée par des réseaux qui fonctionnent sur le modèle du renvoi d’ascenseur. Yves Dupont estime que ce qui manque aujourd’hui à l’université, c’est justement la régulation sociale dont les « désorceleurs » sont emblématiques. « Comme dans les crises de sorcellerie, à partir des années 1965-1970, la vie quotidienne dans les universités a été progressivement colonisée par la peur d’être à n’importe quel moment et, soit directement soit indirectement, l’objet de rumeurs, d’attaques ou de manœuvres visant la neutralisation ou, pire encore, l’anéantissement des autres » (p. 199).

7Dans l’avant-dernier chapitre, l’auteur élargit son horizon de pensée et questionne le culte du progrès technoscientifique. Le débat s’ouvre ici aux questionnements portant sur l’avenir de l’espèce humaine. Le concept de honte prométhéenne, emprunté à Günther Anders, serait le socle sur lequel est bâtie l’injonction du développement technologique illimité et a fortiori le transhumanisme qui n’en est qu’un prolongement. L’auteur pointe, avec quelques exemples bien choisis, les absurdités et les risques totalitaires de ce modèle technoscientifique dont il retrace l’évolution : il débute avec l’industrialisation de l’agriculture, « la liquidation de toutes les formes de production, de coopération et d’échanges non monétaires » (p. 217), et débouche sur une guerre économique mondiale.

8Dans le dernier chapitre, l’auteur revient sur l’idée de production d’un savoir critique. Il félicite la diversité des associations qui luttent au quotidien contre la rationalisation à outrance, tout en nuançant leur portée, car de même qu’Ulrich Beck, il considère que ce n’est pas dans l’opposition au discours technoscientifique que la critique se situe, mais dans l’incapacité de la science et de la technique à répondre aux risques qu’elles génèrent. Cette critique reste cependant difficile en raison de la véritable stigmatisation des lanceurs d’alerte, stigmatisation qui a notamment touché les chercheurs du Laboratoire d’analyse socio-anthropologique du risque (LASAR), dont Yves Dupont fait partie. L’auteur nous livre des témoignages, d’un côté sur les difficultés pour trouver des financements lorsque les sujets sont délicats – le nucléaire et les OGM en particulier –, et de l’autre sur les problèmes concernant la valorisation de la recherche, car les recherches qui ne plaisent pas aux gestionnaires, industriels et autres experts, sont calomniées, si ce n’est vilipendées par les médias et par certains collègues universitaires. Ainsi, l’auteur estime que « les lanceurs d’alerte ont […] payé un tribut particulièrement lourd et été victimes de véritables procès en sorcellerie » (p. 243).

9Une question sous-jacente de cet essai, dont la lecture est profitable à tous ceux qui veulent dépasser les querelles législatives des réformes à répétition, concerne la place réservée au savoir mystique ou ésotérique – « dans les sorts, il faut y être pris pour y croire » (p. 85) –, dans une société de plus en plus dominée par la tyrannie technologique se légitimant par la science. Yves Dupont a le mérite de déplacer le débat à une autre échelle. Son essai, nourri de témoignages personnels et de références judicieuses, permet d’apporter une vision qui peut parfois sembler catastrophiste – risque dont il est conscient – mais qui semble nécessaire à la revitalisation du monde universitaire critique. Car il incombe à l’université de porter un regard critique sur le développement social global, et non de s’y soumettre aveuglément sous un quelconque prétexte de naturalité ou de poursuite des idéaux d’un « progrès » soit disant inéluctable.

Haut de page

Notes

1 Olivier Beaud, Alain Caillé, Pierre Encrenaz, Marcel Gauchet, François Vatin, Refonder l'université. Pourquoi l'enseignement supérieur reste à reconstruire, La Découverte, coll. « cahiers libres », 2010. Note critique de Matthieu Hély pour Lectures : http://lectures.revues.org/1361.

2 Alain Caillé, « Refonder l’université : une réponse à Matthieu Hély », Lectures, Les notes critiques, 2010, http://lectures.revues.org/5452.

3 Institut national de la recherche agronomique.

4 L’auteur en présente une liste exhaustive dans les notes présentes en fin d’ouvrage, avec une insistance particulière sur Jeanne Favret-Saada, Les Mots, la mort, les sorts. La sorcellerie dans le Bocage, Paris, Gallimard, 1977, compte rendu de Nicole Belmont pour L’Homme : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/hom_0439-4216_1978_num_18_3_367914.

5 La réforme LMD « License Master Doctorat » a mis en place une harmonisation des cursus universitaires au niveau européen, elle fait l’objet de nombreuses critiques, voir entre autres : Christophe Charle et Charles Soulié (dir.), Les ravages de la « modernisation » universitaire en Europe, Paris, Editions Syllepse, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Ridley, « Yves Dupont, L’université en miettes. Servitude volontaire, lutte des places et sorcellerie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 16 juin 2014, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14950

Haut de page

Rédacteur

Simon Ridley

Université Paris Ouest Nanterre La Défense, M2 socio-anthropologie urbaine

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page