Navigation – Plan du site

Tania Angeloff, Nicole Mosconi (dir.), « Enseigner le genre », Travail, Genre et Sociétés, n° 31, avril 2014

Cécilia Gutel
Enseigner le genre
Tania Angeloff, Nicole Mosconi (dir.), « Enseigner le genre », Travail, genre et sociétés, n° 31, avril 2014, 268 p., Paris, La Découverte.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 En guise d’approfondissement de la question du genre à l’école primaire, on trouvera des éléments d (...)
  • 2 L’« ABCD de l’égalité » est un programme d’enseignement français offrant des outils et des ressourc (...)
  • 3 À ce sujet, voir l’article « Désolante capitulation gouvernementale », Le Monde, 6 février 2014, ai (...)

1Ce dernier numéro de Travail, Genre et Sociétés paraît dans un contexte brûlant : à la rentrée 2013, l’annonce de l’entrée d’un « enseignement du genre » dans les écoles primaires1 et maternelles françaises a fait l’objet de nombreuses crispations et de nombreux fantasmes, largement relayés par les différents médias. Si le programme « ABCD de l’égalité »2 vise à transmettre « des valeurs d’égalité et de respect entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes » afin de remplir « l’une des missions essentielles de l’école », la terminologie utilisée autour de ce projet a eu pour effet de relancer les débats autour de l’existence d’une présupposée « théorie du genre »3.

2Constitué de vingt-neuf contributions de tailles variables, ce numéro de 275 pages est structuré en cinq rubriques : « Parcours », « Dossier », « Mutations », « Controverse » et « Critiques », elles aussi de tailles inégales. Dès leur introduction, Tania Angeloff et Nicole Mosconi observent que le concept de genre constitue un « champ de recherche », une « perspective » ou un « point de vue » commun à différentes disciplines des sciences humaines et sociales. L’objectif poursuivi est de démontrer l’existence d’un rapport social particulier entre les sexes : un « rapport de pouvoir » dont l’occultation suppose de repenser « la conception de la société et les modèles habituellement proposés pour sa connaissance » (p. 24). Pour ce faire, les recherches s’articulent autour d’objets hétérogènes tels que la sexualité, la famille, le travail, la culture etc. Cette entrée en matière est d’ailleurs suivie par un entretien, que l’on pourrait situer à la croisée d’une sociologie du travail et de l’histoire contemporaine des femmes, réalisé avec Jeanine Caillot, ancienne ouvrière, mécanicienne en confection chez Lejaby. Outre son caractère actuel, ce récit de « Parcours » a le mérite de s’inscrire d’emblée dans la problématique du genre c’est-à-dire celle de l’imbrication des rapports sociaux de sexe et des rapports sociaux de classe.

3Le dossier « Enseigner le genre » permet donc de revenir sur la question de la légitimité du concept de genre au sein du monde scientifique en considérant les enjeux politiques et idéologiques qui lui sont associés. En effet, l’irruption de la question de l’enseignement du genre sur la scène politique suffit aujourd’hui à prouver que la question de la légitimité de ce champ d’étude n’est pas résolue : le concept de genre n’en est donc pas vraiment un puisqu’il souffre encore de larges contestations. Les différentes contributions sont autant d’occasions de rappeler aux lecteurs des éléments de contextualisation expliquant à la fois les résistances qui émergent et qui persistent mais également les changements constatés. Quel bilan peut-on faire des places et des formes que prennent « l’enseignement du genre » ?

4Comme tout autre enseignement en sciences humaines et sociales, ce champ d’étude, relativement récent, est traversé par des théories et des analyses complexes, voire divergentes qui contribuent à la définition de ce dernier. Ainsi, l’approche « genrée » implique une mise à distance des représentations spontanées, souvent inconscientes et guidant notre vie de tous les jours. Ce prérequis révèle une première difficulté que connaissent bien les enseignants : renoncer à des croyances naturalisées suppose une disposition à une certaine « désillusion ». En ce sens, tout apprentissage comporte pour l’apprenant un caractère violent, qui plus est lorsqu’il remet en cause des convictions profondément ancrées et tenues pour « personnelles », ce qui est souvent le cas, par exemple, en sociologie. Cet exercice peut s’avérer particulièrement déstabilisant pour des apprenants à la critique non aguerrie : comment introduire une réflexion autour de l’épistémologie du savoir auprès d’élèves n’ayant jamais eu l’occasion de s’interroger sur le caractère « situé » de la connaissance ? Ce qui reste, en revanche, spécifique à l’enseignement du genre, c’est cette « épistémologie du discrédit » ou ce « stigmate féministe » qui lui vaut d’être régulièrement la cible de violentes réactions en raison du risque induit par ses enjeux politiques.

5Si, comme le rappellent Michelle Perrot et William Poulin-Deltour dans leurs articles, la reconnaissance de l’invisibilité historique des femmes au sein des recherches semble aujourd’hui faire consensus, la perspective du genre comme « critique féministe radicale » suscite encore un large rejet à l’intérieur comme à l’extérieur de l’université. À ce propos, l’article de Muriel Salle nous livre une description détaillée des résistances « passives » et « actives » qui freinent l’incorporation du genre à la formation des enseignants du primaire. Ne dressons pas pour autant un tableau trop pessimiste sur l’état de l’enseignement du genre, notamment pour ce qui concerne l’université. Les différentes expériences relatées (Universités de Paris-Dauphine, Paris VII et Toulouse-Le-Mirail) convergent dans le sens d’une institutionnalisation croissante de cet enseignement en France. Elles montrent également les ponts qui se tissent progressivement en dehors du monde universitaire et notamment vers les métiers du « travail social ». L’article de Nathalie Lapeyre qui revient sur la mise en place et les enjeux du master professionnel « politiques sociales et rapports sociaux de sexe » à l’Université de Toulouse-Le-Mirail illustre largement ce dernier aspect.

6La partie « Mutations » compte avec deux contributions invitant le lecteur à regarder le genre au prisme de l’emploi. Tandis que la première réflexion s’attache à définir les conditions de travail des salariées du monde associatif et amène à reconsidérer la question de la féminisation de l’économie sociale, la seconde réflexion s’articule autour de l’histoire du congé de maternité en agriculture et du détournement d’une politique sociale spécifiquement féminine au profit des chefs d’exploitation masculins.

  • 4 Sur cette articulation, voir Elsa Dorlin (dir.), Sexe, Race, Classe, pour une épistémologie de la d (...)

7La controverse intitulée « allez les garçons ? » s’initie quant à elle autour de la publication du livre Sauvons les garçons ! (Jean-Louis Auduc, 2009) et offre un débat parallèle et complémentaire au dossier. Entre critiques méthodologiques et critiques théoriques particulièrement instructives adressées à son auteur, les rédacteurs des comptes rendus de lecture parachèvent, s’il s’en fallait encore, la démonstration de l’intérêt épistémologique, scientifique et politique d’une analyse croisée permettant de poser ensemble la question du sexe, celle de la classe sociale et celle de la race4.

8Pour conclure, ce dernier numéro de Travail, Genre et Sociétés présente de nombreux intérêts : le dossier central et la controverse alimentent et enrichissent un débat d’actualité dans lequel domine un amalgame pour le moins problématique entre des arguments d’ordre scientifique et des arguments d’ordre politique. Même si l’on peut regretter une certaine redondance des contributions présentées, cette publication très accessible constitue à notre sens un excellent moyen de remédier au mélange des « genres » : elle se propose de réfléchir aux termes de ce débat tout en interrogeant à nouveau ses (réels) enjeux.

Haut de page

Notes

1 En guise d’approfondissement de la question du genre à l’école primaire, on trouvera des éléments de réflexion dans l’ouvrage :Christine Morin-Messabel, Filles/Garçons. Questions de genre, de la formation à l’enseignement, Lyon, PUL, 2013, Compte rendu de Kevin Diter pour Lectures : http://lectures.revues.org/11760.

2 L’« ABCD de l’égalité » est un programme d’enseignement français offrant des outils et des ressources aux enseignants pour aider à la prise de conscience des préjugés, dans et hors la classe, et transmettre une culture de l’égalité entre les sexes. Il a été lancé en 2013 par la ministre des Droits des femmes dans le cadre de de l’application des conventions interministérielles et du code de l’éducation.

3 À ce sujet, voir l’article « Désolante capitulation gouvernementale », Le Monde, 6 février 2014, ainsi que la réponse de João Gabriell aux journaux Le Figaro et Le Point, sur le site Les mots sont importants, 12 avril 2014

4 Sur cette articulation, voir Elsa Dorlin (dir.), Sexe, Race, Classe, pour une épistémologie de la domination, Paris, PUF, 2009, coll. « Actuel Marx ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécilia Gutel, « Tania Angeloff, Nicole Mosconi (dir.), « Enseigner le genre », Travail, Genre et Sociétés, n° 31, avril 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 17 juin 2014, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14972

Haut de page

Rédacteur

Cécilia Gutel

Doctorante allocataire de recherche en anthropologie à l'Université de Tours, équipe CoST, UMR 7324 laboratoire CITERES.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page