Navigation – Plan du site

Natalia Molina, How Race is Made in America: Immigration, Citizenship, and the Historical Power of Racial Scripts

Camille Desmarès
How Race is Made in America
Natalia Molina, How Race is Made in America. Immigration, Citizenship, and the Historical Power of Racial Scripts, University of California Press, coll. « American Crossroads », 2013, 232 p., EAN : 9780520280083.
Haut de page

Texte intégral

1Bien que le concept de race puisse être considéré comme désuet dans les démocraties occidentales ayant épousé le libéralisme politique, les catégories raciales qui ont longtemps façonné l'imaginaire collectif de certains pays s'avèrent toujours stigmatisantes. À ce titre, l'ouvrage de Natalia Molina examine comment la race et la citoyenneté des immigrants mexicains aux États-Unis ont été forgées et véhiculées par les élites américaines durant la période 1924-1965, et, de fait, ont influencé à long terme leur condition sociale. Ces deux dates représentent des points tournants de la législation migratoire du pays. En 1924, le « Johson-Reed Immigration Act » établissait un système strict de quotas visant à limiter l'immigration en provenance d'Asie et d'Europe du sud et de l'est, leur population étant jugée « inférieure » (p. 1). En 1965, « l'Immigration and Nationality Act » mit un terme à un système migratoire reposant sur la race des arrivants potentiels pour favoriser une sélection basée sur des critères économiques. Molina démontre comment, durant cette période, un "régime d'immigration" s'est institué, reléguant les Mexicains-Américains au statut de non-citoyens, de travailleurs non qualifiés, et de criminels.

  • 1 L’eugénisme est une théorie biologique basée sur la hiérarchie des races et visant l’amélioration g (...)

2L’auteure adopte une approche à la fois constructiviste, relationnelle, et historique. D'une part, elle perçoit le concept de race comme étant constitué par les élites, qui assoient leur argumentation en s’appuyant tantôt sur la théorie eugéniste1, tantôt sur la prétendue supériorité culturelle des blancs anglo-saxons. La construction de la race par ces élites influentes se traduit à travers des "scripts raciaux" (p. 6), que l'auteure définit comme les "représentations culturelles" ainsi que les "structures et les pratiques institutionnelles" (p. 7). Dans cette perspective, l’analyse vise à retracer l’évolution des constructions sociales liées à la race et à la citoyenneté. D'autre part, l'auteure conçoit le statut des Mexicains-Américains comme étant intrinsèquement lié au sort des autres groupes raciaux. De fait, leur histoire ne peut être rendue intelligible qu'en rendant compte de leurs relations constitutives. Enfin, l’auteure encre son analyse dans une perspective historique. La démonstration repose sur une investigation approfondie des archives nationales de « l’Immigration and Naturalization Service », des compte-rendu des séances tenues au Congrès américain et des débats législatifs, des lettres envoyés aux représentants locaux et nationaux et de la couverture médiatique des évènements marquants.

3L’ouvrage se compose de deux parties. En premier lieu, l’auteure examine comment, durant les années 1920 et 1930, les immigrants mexicains ainsi que les Mexicains-Américains (soit les Mexicains ayant obtenu la citoyenneté américaine) furent l’objet d’une classification raciale changeante, allant des « blancs » aux « Indiens » et visant à retarder voire à empêcher leur naturalisation. Suite au Traité de Guadeloupe Hidalgo établi en 1848 et mettant fin à la guerre mexicano-américaine, les autorités états-uniennes s’engagèrent à conférer la citoyenneté américaine à la population des territoires annexés. Plus de 80 000 Mexicains furent alors naturalisés. En 1924, l’établissement d’un système de quotas n’affecta pas les Mexicains, les travailleurs peu qualifiés continuant à affluer dans le Sud des États-Unis afin de satisfaire les besoins en main d’œuvre des agriculteurs. Malgré ces mesures législatives de prime abord inclusives, les Mexicains furent stigmatisés comme socialement autres et inférieurs.

4Les élites prônant la restriction de l’arrivée des Mexicains dans le Sud du pays s’appuyèrent sur leur composition raciale complexe, légalement considérés comme « blancs » (condition principale de l’obtention de la citoyenneté américaine), mais disposant de traits faciaux s’assimilant aux Indiens et d’un lignage ancestral remontant aux Africains, afin de contrôler leur immigration et de bloquer leur accès à la citoyenneté. Les oppositions entre les agriculteurs du Sud des États-Unis soutenant l’arrivée continue d’une main d’œuvre à faible coût et les élites défendant l’homogénéité raciale américaine inaugurèrent « l’ère du long débat sur l’immigration » des années 1920 (p. 28). Durant les années 1930, la politisation de la seconde génération d’immigrants mexicains renforça l’attitude répressive des autorités prenant peur des conséquences qu’une confrontation ouverte pourrait avoir. De fait, l’auteure montre comment les débats sur la législation migratoire, de concert avec la législation sur la naturalisation et le droit de naissance à la citoyenneté, participèrent à créer un climat social hostile et xénophobe envers les immigrants mexicains et leurs descendants. Loin d’être intégrés à la population américaine, ces derniers furent l’objet de discours et de pratiques exclusionnistes alimentés par les peurs nativistes de la population blanche.

5La deuxième partie de l’ouvrage montre comment l’attitude versatile des autorités américaines se perpétua durant les années 1940 et 1950, cette fois à travers le renforcement des pratiques de déportation des Mexicains jugés illégaux ainsi que les tentatives de faire de la main d’œuvre peu qualifiée une population de plus en plus transitoire. Les autorités s’appuyèrent fréquemment sur les diagnostics de maladies jugées dangereuses pour la population américaine et sur l’attribution du statut « Susceptible de devenir une charge publique » (p. 91) afin de justifier le renvoi à la frontière d’immigrants mexicains. Ces pratiques culminèrent avec « l’Opération Wetback », qui en 1954, mena à la déportation massive des immigrants dits illégaux, créant un climat social d’ostracisme, de ségrégation et de peur constante liée à un statut incertain. La racialisation continue des Mexicains par les autorités américaines, ainsi, perpétua l’image d’un groupe déviant, dangereux, et incapable de s’intégrer à la culture majoritaire.

6Cette analyse historique permet à Molina de montrer comment des forces contradictoires, les unes s’appuyant sur des critères économiques et soutenant l’arrivée continue des Mexicains, et les autres référant à des critères identitaires, culturels et pseudo-biologiques afin de condamner leur arrivée, ont façonné à long terme l’imaginaire et la symbolique sociale américaine. De fait, elle attribue la perception négative des immigrants mexicains et des Mexicains-Américains aux scripts raciaux institués, véhiculés, et perpétués par les élites influentes. Sa démonstration montre comment l’attribution d’une race à différents groupes sociaux a été, aux États-Unis, un processus non pas statique et linéaire, mais au contraire, fluctuant et discordant. L’ouvrage offre également une analyse fine de la manière dont le concept de race opère, de façon à la fois implicite et pernicieuse, pour catégoriser à long terme un groupe de population. De fait, bien que la législation américaine soit désormais jugée neutre et dénuée de toute connotation xénophobe, un racisme subreptice, fruit de l’histoire ségrégationniste du pays, continue à faire effet. Enfin, l’étude de Molina articule clairement la façon dont l’édiction de lois diffère de leur implémentation. En effet, loin de respecter à la lettre la législation portant sur l’immigration et la naturalisation des Mexicains, l’auteure montre comment chacun des acteurs majoritaires de la société américaine a interprété différemment les lois afin de satisfaire ses intérêts particuliers.

7Cela dit, cet ouvrage extrêmement bien documenté et faisant intervenir les forces sociales majeures de la société américaines (bureaucrates, citoyens, législateurs, agriculteurs, syndicalistes, scientifiques, lobbyistes et activistes), perd parfois en portée analytique ce qu’il gagne en détails contextuels, ce qui rend la démonstration plus descriptive qu’analytique. Bien que l’auteure soutienne l’adoption d’une approche « relationnelle » des groupes raciaux américains, elle n’offre pas de comparaison soutenue. De fait, elle ne va pas plus loin que de dresser occasionnellement un parallèle historique entre la situation des immigrants mexicains, et celles, par exemple, des Afro-Américains, des Japonais ou des Chinois. D’autre part, l’analyse aurait gagné à définir de façon substantive la notion de race. En effet, Molina, bien qu’elle réfère constamment aux scripts raciaux et aux processus de racialisation, n’explique jamais précisément quels critères précis le concept inclut. Enfin, l’auteure n’établit pas clairement les liens de causalité existant entre l’instrumentalisation de l’imaginaire collectif par les élites influentes et la perception négative des immigrants mexicains. En effet, bien qu’il semble que la première ait influencé la seconde, l’auteure semble parfois émettre l’idée que le lien de causalité est inversé.

8Malgré ces quelques entraves, l’ouvrage qu’offre Molina est une excellente incitation à s’interroger sur les raisons pouvant expliquer la stigmatisation continue des immigrants mexicains et des Mexicains-Américains aux États-Unis, surtout à l’aube d’un XXIe siècle marquée par la radicalisation des lois de certains États, comme l’Arizona ou l’Alabama, autorisant le profilage racial pour arrêter de façon arbitraire tout individu « semblant » être illégal (p. 146). Elle invite surtout à questionner notre responsabilité vis-à-vis de l’exclusion continue de certains groupes, à l’ère de la soi-disant « neutralité » raciale et ethnoculturelle, et de la primauté du libéralisme démocratique.

Haut de page

Notes

1 L’eugénisme est une théorie biologique basée sur la hiérarchie des races et visant l’amélioration génétique de l’espèce humaine. Inspirée de la pensée évolutionniste, l’eugénisme s’impose au début du XXe siècle sur le continent américain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Desmarès, « Natalia Molina, How Race is Made in America: Immigration, Citizenship, and the Historical Power of Racial Scripts », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 17 juin 2014, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14973

Haut de page

Rédacteur

Camille Desmarès

Doctorante en Science politique, University of British Columbia (UBC).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page