Navigation – Plan du site

Fabien Truong, Des capuches et des hommes. Trajectoires de « jeunes de banlieue »

Lionel Francou
Des capuches et des hommes
Fabien Truong, Des capuches et des hommes. Trajectoires de "jeunes de banlieue", Buchet-Chastel, coll. « Essais et Documents », 2013, 242 p., ISBN : 978-2283026960.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Daniel Bertaux, Le récit de vie, Paris, Armand Colin, 2010.

1Face à ce qu’il appelle une « pensée spaghetti » qui essentialise les rôles du bon, de la brute et du truand, « en soi et une fois pour toutes », le sociologue Fabien Truong cherche à rendre justice à la réalité des « jeunes de banlieue » ainsi qu’à mettre en avant une épaisseur des individus qui semble parfois oubliée. Pour ce faire, il insiste sur le fait qu’ils sont, avant tout, des jeunes au sens premier du terme, des adolescents, qui sont donc des « hommes en devenir ». Il convient dès lors de les considérer comme tels afin de favoriser une compréhension plus fine et de dépasser la dichotomie habituelle entre « racaille incivile » et « victime sociale ». L’auteur, ancien professeur de sciences économiques et sociales dans des lycées de Seine-Saint-Denis, a interrogé en profondeur trois de ses anciens étudiants. Cette entreprise, en donnant la parole à ces jeunes hommes, permet de lever un coin de la capuche. Bien que l’ouvrage soit présenté comme une enquête ethnographique, sans doute parce que l’auteur mobilise à la fois les trois entretiens réalisés et son expérience personnelle d’enseignant dans des lycées de banlieue, la méthodologie mise en œuvre nous évoque plutôt le récit de vie tel que le présente Daniel Bertaux1. L’auteur lui-même n’emploie pas ce terme et ne s’épanche pas outre mesure sur le plan méthodologique.

  • 2 Younes Amrani et Stéphane Beaud, Pays de malheur, Paris, La Découverte, 2004. Compte-rendu paru sur (...)

2À l’aide d’une écriture imagée et d’explications simples mais subtiles, Fabien Truong tente de dépasser le sens commun et la « pensée simpliste » dominants qui empêchent de comprendre et d’expliquer la vie des « jeunes de banlieue ». Les témoignages qu’il nous offre ici ne sont pas sans rappeler les quelques ouvrages qui se sont attelés, par le passé, à rendre audibles des jeunes s’exprimant sur leur vie dans et en dehors de la cité, le plus connu étant sans doute l’échange entre Younes Amrani et Stéphane Beaud2. Il s’agit ici de mettre en avant la normalité de ces jeunes, ce qui nécessite d’abandonner une pensée essentialiste au profit d’une étude fine de leur « trajectoire individuelle et sociale ». Comme le souligne Eliott (nom d’emprunt), un des jeunes interrogés : « On ne peut pas nous demander de rentrer tout de suite dans les normes. Après, on est obligé de se mettre dans les normes, parce que c’est la culture qui domine. Mais on ne peut pas être brimé parce qu’on est pas dans les mêmes normes » (p. 165). Parfois même, les jeunes semblent profiter de l’entretien pour analyser leur passé et leur trajectoire, comme lorsqu’Eliott, interrogé sur l’éventualité de se remettre un jour à voler, souligne qu’il était, à l’époque, « jeune », « petit » et que, désormais, « ce n’est pas le genre de vie que je veux » (p. 147).

  • 3 Les guillemets sont de l’auteur qui renvoie à Loïc Wacquant, « Territorial Stigmatization in the Ag (...)

3Après un court cadrage théorique et pratique, viennent cinq autres chapitres. Les chapitres deux à quatre mettent en avant les propos des jeunes : un voleur, un dealeur, ainsi qu’un casseur et brûleur. Sur plus de cent pages, on en apprend plus sur leurs parcours qui forment trois figures particulières de « jeunes de banlieue », au-delà de la singularité de leurs histoires personnelles. Le cinquième chapitre fait émerger plusieurs éléments qui ont marqué, et continuent de marquer, leurs cheminements. L’auteur y analyse les différents rapports particuliers qu’il a identifiés dans ces entretiens : au père ouvrier et immigré, à l’Islam et aux femmes qui peuvent s’avérer être deux « cadres stabilisateurs » efficaces, au 9-3 (le « quartier », la banlieue), à l’école et à l’argent. Si ces jeunes sont mis au ban de la société, conditionnés par « des contraintes et des dynamiques sociales qui les dépassent », ils n’en sont pas moins « normaux ». Ils souhaitent, entre autres, s’épanouir dans un travail stimulant, fonder une famille, acheter un pavillon dans une banlieue verte et gagner de l’argent, dans un « conformisme social » qui semble répondre au « stigmate territorial »3 dont ils furent et sont encore les victimes. Quant au dernier chapitre, intitulé « Devenirs », il développe brièvement l’état actuel de la vie de ces jeunes, ce qu’ils sont devenus plus récemment. Il met au jour l’équilibre incertain entre leurs aspirations et leurs rêves, d’un côté, et les contraintes extérieures et diverses difficultés qui compliquent leur tâche, de l’autre. De nombreuses embûches parsèment ce processus de construction d’une vie d’adulte qui leur plaise, réponde à leurs attentes et à leurs critères de réussite.

4Cet ouvrage, qui est une belle réussite, présente un travail empirique intéressant (bien qu’il se limite à la présentation de trois individus), doublé de références théoriques qui permettent de faire le tour de la question, ce qui en fait une lecture qui devrait intéresser un large public, bien au-delà des seuls chercheurs en sciences sociales. Fabien Truong réussit ici à rendre la sociologie accessible au public de la plus belle des façons. Si les témoignages sont mis en récit, ils le sont, semble-t-il, en respectant leur intégrité et sans sombrer dans un travers qui consisterait à faire primer une certaine esthétique des mots authentiques sur l’essentiel, la présentation de témoignages mis en valeur par un exercice interprétatif concluant.

Haut de page

Notes

1 Daniel Bertaux, Le récit de vie, Paris, Armand Colin, 2010.

2 Younes Amrani et Stéphane Beaud, Pays de malheur, Paris, La Découverte, 2004. Compte-rendu paru sur Lectures : http://lectures.revues.org/312.

3 Les guillemets sont de l’auteur qui renvoie à Loïc Wacquant, « Territorial Stigmatization in the Age of Advanced Marginality », Thesis Eleven, 2007, pp. 66-77.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Francou, « Fabien Truong, Des capuches et des hommes. Trajectoires de « jeunes de banlieue » », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 17 juin 2014, consulté le 18 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14976

Haut de page

Rédacteur

Lionel Francou

Étudiant en sociologie à l’Université catholique de Louvain et membre du comité de lecture de la revue Urbanités.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page