Navigation – Plan du site

Annie Renonciat (dir.), Voir/Savoir, La pédagogie par l'image au temps de l'imprimé

Rémy Besson
Voir/Savoir
Annie Renonciat (dir.), Voir/Savoir. La pédagogie par l'image au temps de l'imprimé, du XVIe au XXe siècle, Canopé - CNDP, coll. « Patrimoine références », 2012, 254 p., ISBN : 978-2-240-03257-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il est ici étonnant que l’éducation tout au long de la vie ne soit pas mentionnée, l’image étant ég (...)
  • 2 Ainsi, Ralph Dekoninck présente-t-il une histoire de la pédagogie jésuite de et par l’image ; Chris (...)

1Portant sur une période de quatre siècles (XVIe - XXe), Voir/Savoir a pour objet l’évolution des usages de l’image dans les publications ayant pour but l’éducation des enfants et des jeunes adultes1. Il repose pour cela sur plus de deux cents figures issues des fonds du Musée national de l’Éducation, dont l’auteure, Annie Renonciat est l’une des responsables scientifiques. Publié dans la collection « Patrimoine références » (Scérén-CNDP), ce livre a lui-même une vocation pédagogique. Composé de deux parties d’inégales importances, il accorde d’abord une place centrale à une approche chronologique (partie 1, p. 9 à 170), puis à des études thématiques plus analytiques, qui sont menées par d’autres auteurs (partie 2, p. 173 à 2452). Ainsi, un parcours érudit et ludique menant le lecteur de l’approche des images développées par les jésuites, jusqu’à l’émergence de l’éducation à l’image (la présence de celle-ci est officialisée au sein de l’Éducation nationale à partir de 1995), est proposé. Ce parcours est pour le moins chaotique, puisque comme le rappelle Yves Galupeau, « à l’opposé des approches sensualistes prônées par les pédagogues anglo-saxons, les pédagogues français tiennent généralement l’image pour un élément parasite dans l’acquisition des savoirs » (p. 206), tout du moins jusqu’au milieu du vingtième siècle.

2La démonstration est, elle, menée en suivant un ordre rigoureux, la partie principale de l’ouvrage se composant de courtes sections thématiques (deux ou trois pages la plupart du temps), au modèle identique. Les thèmes choisis sont aussi bien liés à la discipline enseignée (littérature, histoire, géographie, etc.), qu’à une innovation d’ordre technique ou à une évolution d’ordre plus pédagogique ou sociétale. Par exemple, l’auteure souligne en quoi de la lithographie aux procédés de reproduction des couleurs, les avancées techniques du XIXe siècle ont participé à transformer le statut de l’image dans la pédagogie. Parallèlement, une plus grande prise en compte des sens à l’école est aussi un facteur explicatif de cette place progressivement acquise par le visuel. Dans tous les cas, une courte présentation générale propose une mise en contexte du thème abordé, ainsi que quelques références bibliographiques considérées comme essentielles. Si le sujet n’est jamais approfondi, l’évolution de l’usage de l’image est toujours liée aux changements dans le domaine de l’éducation de manière plus générale. Par exemple, le passage d’un enseignement individualisé pour le Prince à un rapport plus collectif au savoir est souligné. Par ailleurs, des indications relatives à des aspects économiques, politiques et culturels sont prises en compte. En somme, l’image n’est jamais considérée comme un élément isolé de son contexte. Ainsi, l’influence de l’Église, puis la place prise par l’École de la République sont des facteurs qui sont mis en valeur. Une attention particulière est aussi portée aux progrès des techniques de reproduction de l’image, ce qui permet de comprendre que si un mode de représentation se diffuse, cela est bien souvent lié à des questions de pérennité du support et de valeur économique.

3À la suite de ce texte introductif, chaque section intègre quatre ou cinq illustrations, rigoureusement légendées et accompagnées d’un commentaire relevant le plus souvent de l’ordre de la critique interne. L’auteure précise alors si le visuel a été choisi, car il est représentatif d’un usage pédagogique de l’image plus général ou, si, au contraire, il s’agit d’un cas exceptionnel qui a été choisi, car il détonne par rapport aux représentations habituellement acceptées. Par exemple, le recueil de maximes et de proverbes illustrés de gravures, Roti-cochon ou méthode très-facile pour bien apprendre les enfans à lire en latin et en français, publié à la fin du XVIIe siècle a destination d’un large public, est présenté comme étant pour le moins étonnant (p. 28). Ces notes, contenant parfois des jugements de valeur, laissent poindre l’impression d’une vision progressiste de l’histoire, passant d’une ignorance de l’intérêt des images au XVIe siècle, vers une prise en compte de toutes leurs dimensions au XXe siècle. Si ce modèle est globalement justifié par l’auteure, dans la mesure où l’image passe du statut de simple illustration utilisée en support du texte, à un objet d’étude, il aurait mérité d’être complexifié. En effet, certains cas, justement appréhendés par l’auteure, viennent rendre compte du fait que les choses sont moins simples que cela. Par exemple, la manière dont Annie Renonciat présente le Porte-feuille des enfans de Friedrich Justin Bertruch (1790), correspond en tout point aux décisions prises pour la rédaction et la mise en page de Voir/Savoir (2011). Il suffit pour s’en convaincre de lire ce qu’elle écrit au sujet du premier ouvrage : « Bertruch énumère les principes qui ont présidé aux illustrations : l’exactitude du dessin ; un nombre réduit de figures par planches ; une représentation de bonne dimension avec un souci de l’échelle ; des objets étrangers ou rares, instructifs et amusants car inconnus ; un texte court et peu savant » (p. 59). À deux siècles d’écart, il y a là des choix éditoriaux – consciemment ou non – similaires ; ce qui remet explicitement en cause l’idée d’une progression linéaire dans les usages pédagogiques de l’image.

  • 3 Cela rend d’autant plus regrettable le fait que quelques illustrations soient au format timbre post (...)
  • 4 Le catalogue préalablement vendu est actuellement en ligne, Annie Renonciat, Petit journal de l’exp (...)

4Ces illustrations, reproduites en couleur et le plus souvent, en grand format (parfois en pleine page) constituent une des principales qualités de l’ouvrage. Non seulement car cela en fait un beau livre, agréable à consulter3, mais aussi car cela permet au lecteur de porter une attention particulière au contenu de l’image. Il est alors regrettable que le dos de l’image ne soit jamais montré, ce qui aurait permis d’insister sur la matérialité des objets présentés. Si cela constitue une limite de cet ouvrage, la très grande cohérence du corpus mobilisé (les illustrations sont issues des fonds du Musée national de l’Éducation), produit elle l’impression d’être face à un parcours en archives ou à un espace muséal (il est ici à noter que l’auteure a également consacré une exposition à ce sujet4). Le chercheur trouvera ainsi dans cet ouvrage à vocation pédagogique une série de cas qui l’inviteront à poursuivre des recherches plus approfondies au dit Musée. Il est également tout à fait remarquable que l’auteure ait choisi des objets d’une grande diversité. En effet, des imagiers, des planches d’élocutions, des bons points et autres jeux de société sont cités à plusieurs reprises tout au long du livre. L’usage d’illustrations, de cartes géographiques, de reproductions d’œuvres d’art accrochées aux murs des lieux d’enseignement est aussi rappelé. Cela permet de souligner que si l’image est présente depuis longtemps dans l’enseignement, elle ne s’est jamais limitée aux seuls ouvrages et manuels scolaires. Et que si l’image a d’abord été pensée comme un adjuvant pour l’enseignement de la lecture, elle a, par la suite, acquis une certaine légitimité, qui fait qu’elle est parfois un objet d’étude à part entière. La combinaison de ces différentes dimensions fait de cet ouvrage didactique une précieuse introduction tout aussi bien à une histoire de l’éducation (vue par le prisme de l’image), qu’à une histoire du visuel (vue par le prisme de la pédagogie).

Haut de page

Notes

1 Il est ici étonnant que l’éducation tout au long de la vie ne soit pas mentionnée, l’image étant également un support et un objet mobilisé à destination de ceux qui ne sont plus des enfants.

2 Ainsi, Ralph Dekoninck présente-t-il une histoire de la pédagogie jésuite de et par l’image ; Christine Mongenot, une analyse du rôle de l’image dans la formation des jeunes filles de la cours au tournant du XVIIe siècle ; Yves Galupeau une étude de la façon dont la peinture d’histoire a influencé l’enseignement de l’histoire à la fin du XIXe ; Maryline Coquidé s’intéresse quant à elle aux images créées pour un ouvrage de vulgarisation scientifique publié à la fin du XIXe ; Isabelle Nières-Chevrel aborde elle la question de la mise en image des manuels de savoir-vivre (fin XIXe) ; Cécile Boulaire montre comment l’esthétique des ouvrages documentaires pour jeunes enfants s’est transformée à la fin du XXe siècle.

3 Cela rend d’autant plus regrettable le fait que quelques illustrations soient au format timbre poste (et donc largement ininterprétable par le lecteur). Ainsi, quelques dizaines d’images auraient-elles pu être supprimées, afin de permettre une meilleure vision d’ensemble. L’ajout d’un support numérique en annexe ou l’existence d’un complément en ligne aurait également pu permettre de résoudre ce problème.

4 Le catalogue préalablement vendu est actuellement en ligne, Annie Renonciat, Petit journal de l’exposition : Voir/Savoir : la pédagogie par l’image aux temps de l’imprimé (du XVIe au XXe siècle), Paris, INRP/ Musée national de l’éducation, 2009, 17p., en ligne, URL : http://www.inrp.fr/images/musee/pdf/petit_journal.pdf

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Besson, « Annie Renonciat (dir.), Voir/Savoir, La pédagogie par l'image au temps de l'imprimé », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 19 juin 2014, consulté le 10 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14978

Haut de page

Rédacteur

Rémy Besson

Post-doctorant au LLA-CREATIS (Université de Toulouse Jean Jaurès), Rémy Besson a soutenu en 2012 un doctorat en histoire à l’EHESS (Paris), portant sur la mise en récit du film Shoah de Claude Lanzmann. Il a été post-doctorant au CRIalt (Université de Montréal, 2012-2014)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page