Navigation – Plan du site

Gabriel Langouët, Les inégalités dans l’union européenne et ailleurs : et si on osait ?

Christian Baudelot et Roger Establet
Les inégalités dans l'Union européenne
Gabriel Langouët, Les inégalités dans l'Union européenne. Et si on osait ?, Paris, L'Harmattan, coll. « Education comparée », 2014, EAN : 9782336345086.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Langouët Gabriel, Les inégalités entre Etats et populations de la planète, Trop c’est trop, Paris, (...)
  • 2 Les versions françaises des différents rapports 2013 du Programme des Nations Unies pour le Dévelop (...)

1L’indignation et l’audace sont des moteurs efficaces pour analyser la réalité sociale. Et la sociologie un bon moyen de se défaire des idées toutes faites, surtout quand elles sont devenues des slogans politiques ouvrant la voie du pire. Après Trop, c’est trop1, publié en 2011, Gabriel Langouët récidive avec ce livre sous-titré Et si on osait ? Dans les deux cas, la question des inégalités est au centre de l’analyse : entre les États de la planète dans le premier, entre et au sein des États européens dans le second. Les deux ouvrages exploitent la même source, les données collectées par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). Ils mobilisent, l’un et l’autre, les principaux outils de mesure élaborés à partir de ces données par Amartya Sen et ses équipes, notamment l’Indice de Développement Humain (IDH). Ce dernier a le grand mérite, pour caractériser un pays, de ne pas prendre seulement en compte le niveau de sa richesse économique mesurée en dollars par le revenu national brut, mais aussi l’espérance de vie à la naissance et la durée moyenne de scolarisation. Cet indice composite repose sur l’idée que l’argent ne suffit pas à faire le bonheur des hommes : la santé et l’éducation y contribuent aussi fortement. Ils vont souvent de pair, mais pas toujours. Ces deux ouvrages de Gabriel Langouët démontrent à qui en douterait encore l’extraordinaire intérêt d’Internet et de la mise en ligne sous une forme gratuite et accessible à tous de données d’une très grande qualité, insuffisamment connues et largement sous-exploitées. Ces grands fichiers Excel téléchargeables en un clic fournissent des ressources inépuisables pour penser, réfléchir et méditer sur le cours du monde2. Elles incitent surtout à en modifier la trajectoire !

2Trop, c’est trop explorait les écarts abyssaux qui séparaient les pays riches des pays pauvres. L’ampleur de ces écarts permet aujourd’hui de relativiser les régimes d’inégalités qui caractérisent les pays européens, qu’ils aient adopté ou non l’Euro. C’est la leçon principale du livre. Vilipendée et critiquée par des masses croissantes d’Européens, comme le manifestent avec violence les dernières élections, notre continent demeure pourtant le coin de la planète où l’on vit le mieux, le plus longtemps et le plus instruit. L’étude procède en deux temps. Les valeurs de l’indice de développement humain et de ses trois composantes sont d’abord mobilisées pour comparer les différents pays européens avec un échantillon témoin constitué de 10 autres pays comparables de la planète, échelonnés selon leur niveau de richesse. Des plus riches (États-Unis, Japon, Canada) aux moins riches (Chine, Cuba, Inde), en passant par les stades intermédiaires (Corée du Sud, Russie, Brésil, Afrique du Sud). Le résultat est sans ambigüité : les 17 États de la zone Euro figurent parmi ceux qui regroupent les 20% des populations les plus riches ; l’espérance de vie est estimée à 80 ans pour 13 de ces pays et entre 74 et 79 ans pour les 4 autres. Quant au niveau d’instruction, ces États forment aussi de bons et de très bons élèves : 6 atteignent le niveau maximum, les autres se répartissant dans les niveaux immédiatement inférieurs. Mais ce n’est pas tout : les régimes d’inégalités entre les plus riches et les plus pauvres de chacun des pays européens ne sont pas nuls, mais beaucoup plus modérés que dans les autres pays du monde, qu’ils soient riches (États-Unis) ou surtout pauvres. Les statisticiens du Pnud ont calculé un indice original, un indice de développement humain ajusté aux inégalités (IDHI), permettant de mesurer les pertes en potentiel de développement humain (le « manque à gagner ») provoquées par les différents régimes d’inégalités. Son principe de calcul est simple. On mesure pour chacun des pays les inégalités associées à chacune des trois composantes de l’IDH (revenu, santé, éducation) et on les somme. On retranche ensuite cet IDHI ainsi obtenu de l’IDH qui mesure lui le potentiel global de développement humain d’un pays donné. Plus les inégalités sont fortes et plus il est retranché du potentiel initial. A titre indicatif, la valeur moyenne au niveau mondial de cet indice de perte de potentiel de développement humain s’élève à 23 %. Il atteint 44% en Namibie et 28% en Inde et au Brésil. Dans les pays européens, il oscille entre 5% (République Tchèque) et 12,6% (Roumanie). La France, l’Espagne et l’Italie tournent autour de 10%, l’Allemagne faisant comme toujours mieux que nous (6, 9%). Voilà de quoi tempérer sérieusement, sur la base des faits, les arguments qui alimentent l’europhobie d’aujourd’hui. On aurait souhaité que les résultats publiés dans ce livre alimentent davantage la campagne électorale.

3Dernière avancée des statisticiens du Pnud, la mise au point d’un indice des inégalités de genre. Indice composite ici encore. Les dimensions prises en compte sont : le taux de mortalité maternelle, le taux de fécondité des adolescentes de 15 à 19 ans, la proportion de femmes élues au Parlement, les niveaux de scolarisation des filles dans les enseignements secondaire et supérieur, le taux d’accès au marché de l’emploi. L’indice synthétique est construit pour varier de 0 (hommes et femmes sont traités de manière parfaitement égale) à 1 (les femmes (ou les hommes !) sont traité-e-s de la façon la plus inégale sur l’ensemble des trois dimensions). Plus cet indice se rapprochera de 0 et plus l’égalité entre hommes et femmes sera respectée. Sans surprise, les valeurs de cet indice sont, dans les 17 États de l’UE ayant adopté l’Euro, très inférieures à la moyenne mondiale observée en 2011 (0,49) : 0.05 aux Pays Bas, 0.08 en Allemagne, 0.11 en France…

4Le livre foisonne de données dont le sens général aurait gagné à être mieux mis en valeur. Mais les faits sont là et il faut les faire connaître, les populariser, d’où l’intérêt de cet ouvrage. Les hommes et les femmes qui habitent dans un pays européen ayant adopté l’Euro bénéficient des conditions d’existence les meilleures du monde !

  • 3 François Bourguignon, La mondialisation de l’inégalité, La République des Idées, Le Seuil, 2012

5Encore est-il nécessaire d’introduire un peu d’histoire dans ce constat. Dans un ouvrage récent3, François Bourguignon montre que depuis les années 1990, le régime des inégalités connaît un « retournement historique » : l’écart entre pays riches et pays pauvres diminue tandis qu’au sein de chacun des pays et notamment des pays riches, les inégalités se creusent. Les nations européennes n’échappent pas à la tendance : depuis les années 1980, le coefficient de Gini appliqué aux revenus des ménages après impôts et transferts augmente sensiblement en Allemagne, en Angleterre, en Suède, en Finlande, aux Pays Bas. Thomas Piketty observe la même tendance, en matière de revenus et surtout de patrimoines. Une exception toutefois, la France, où, mesurée à partir de ce même indice synthétique, les écarts de revenus des ménages tendent à diminuer. Mais ce que ne dit pas l’indice très synthétique, trop synthétique, de Gini, c’est la façon dont les inégalités progressent dans tous ces pays. Des analyses mesurant plus finement la dynamique des inégalités et donc la façon dont évolue la distribution des richesses entre les différentes fractions de la population montrent que les écarts se creusent surtout par le haut. Dans les pays riches, les riches sont de plus en plus riches. C’est au sein des dix pour cent les plus nantis, en revenus et en patrimoines, que s’accroissent les distances. Les cinq pour cent, les 1 pour cent, les 1 pour mille les mieux pourvus accumulent des richesses qui atteignent des sommets. Les causes de cet enrichissement spectaculaire au sommet ont des causes multiples : fructification d’un capital déjà accumulé par les générations précédentes, mais aussi constitution de classes dominantes de plus en plus étoffées et de mieux en mieux rémunérées à la suite des progrès de la scolarisation. Les fractions les plus instruites de la population se sont accrues dans tous les pays. Or, ces aspects importants des transformations du monde, ni l’indice de Gini, ni non plus l’indice de développement humain (IDH) – qui est à la hausse dans tous les pays, qu’ils soient riches ou pauvres ! – ne peuvent les prendre en compte. Une chose est sûre : comparée aux États-Unis et à d’autres pays comme la Chine, le Brésil ou l’Inde, où les inégalités se sont considérablement accrues, à la fois par le haut et par le bas, - la misère où sont plongées des fractions importantes de la population étatsunienne n’ayant rien à envier à celle qui sévit dans les pays du Sud -, les différents pays européens ont mieux réussi à contrôler le développement des inégalités par le bas et à modérer celui des inégalités par le haut. Bref, la « mondialisation de l’inégalité » est un fait mais elle sévit moins en Europe que dans les autres parties du monde.

Haut de page

Notes

1 Langouët Gabriel, Les inégalités entre Etats et populations de la planète, Trop c’est trop, Paris, L’Harmattan, 2011. Lire la note critique de Christian Baudelot dans Lectures : http://lectures.revues.org/7575.

2 Les versions françaises des différents rapports 2013 du Programme des Nations Unies pour le Développement Humain (PNUD) sont téléchargeables gratuitement sur le site http://hdr.undp.org/fr/content/rapport-sur-le-developpement-humain-2013.

3 François Bourguignon, La mondialisation de l’inégalité, La République des Idées, Le Seuil, 2012

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Baudelot et Roger Establet, « Gabriel Langouët, Les inégalités dans l’union européenne et ailleurs : et si on osait ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 19 juin 2014, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14993

Haut de page

Rédacteurs

Christian Baudelot

Sociologue.

Articles du même rédacteur

Roger Establet

Professeur émérite de sociologie, membre du LAMES à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme d'Aix-en-Provence

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page