Navigation – Plan du site

David Ridgen & Nicolas Rossier, American radical. Les procès de Norman Finkelstein

Éric David
American Radical
David Ridgen, Nicolas Rossier, American Radical. Les procès de Norman Finkelstein, Les Mutins de Pangée, 2012.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Norman Finkelstein (postface de Rony Brauman), L’Industrie de l’Holocauste. Réflexions sur l’exploi (...)

1« Juif antisémite » : l’expression ne va pas de soi et est même troublante tant elle est apparaît contradictoire dans ses termes. Pourtant, cette étiquette a souvent été accolée à l’universitaire américain Norman G. Finkelstein, professeur de sciences politiques et auteur, en 2000, d’un livre autant remarqué que controversé : L’Industrie de l’Holocauste1. De cette personnalité sulfureuse et contestée, D. Ridgen et N. Rossier ont tiré un film documentaire d’environ une heure et demi retraçant l’itinéraire d’un intellectuel engagé, devenu au fil du temps un véritable activiste.

  • 2 Historien et politologue juif américain de renommée mondiale, Raul Hilberg, grand spécialiste de la (...)

2Né en 1953 à New York dans une famille juive survivante des camps de concentration nazis, ce politologue a réellement fait parler de lui lors de la publication de cet opus en particulier. Traduit en trente langues, l’ouvrage – polémique – postulait que l’holocauste nazi n’était plus une source de réflexions morale et/ou historique mais était « devenu un racket systématique » organisé par « une poignée de juifs américains ayant pris en otage, de manière efficace, l’Holocauste pour faire du chantage à l’Europe » : un chantage d’ordre politique (soutenir la politique israélienne) et un chantage d’ordre financier (obtenir des réparations de la part de l’Allemagne et de la Suisse). Le documentaire revient donc sur cette thèse lourde et provocante2. Mais le film, qui se clôt par des entretiens avec l’essayiste et journaliste du Monde Diplomatique Dominique Vidal, ne se réduit pas qu’à dénoncer ces « camelots de l’Holocauste devenus les fomenteurs de l’antisémitisme en Europe et les pourvoyeurs du négationnisme » (Finkelstein) : il se consacre à présenter, dans sa globalité, l’itinéraire d’un personnage singulier, le parcours d’un esprit libre cultivant, quoiqu’il en dise, une certaine posture.

3Issu de la petite classe moyenne et bien que résidant dans des quartiers essentiellement composés de juifs orthodoxes (Borough Park, Mill Basin), Finkelstein a vécu dans un milieu athée. Alors qu’il décrit son père comme mutique, sa mère – pacifiste – est présentée comme extrêmement déterminée à tirer les leçons de son vécu : femme aux convictions fortes et à l’engagement moral intense, elle apparait comme obsédée par le souvenir des camps et de la guerre ; de ce point de vue, elle a exercé une grande influence sur son fils. Dès son adolescence, celui-ci est d’ailleurs très politisé : son engagement contre la guerre au Vietnam en témoigne. Et cette politisation ne le lâche plus. En juin 1982, lors de l’invasion du Liban par Israël, participant à sa première manifestation publique et politique, il s’illustre avec une pancarte dénonçant les « nazis israéliens ». Quelques années plus tard, en 1988, lors de la première Intifada, il entreprend de vivre avec plusieurs familles palestiniennes et tient une chronique qui sera publiée sous le titre : The Rise and Fall of Palestine.

4Si sa mère lui a transmis sans conteste la détermination, voire une certaine rage, cet engagement moral a toutefois été articulé, intellectuellement parlant, par une figure majeure du champ intellectuel américain : le linguiste et célèbre intellectuel de gauche Noam Chomsky qui, en retour, considérait Finkelstein comme « un universitaire érudit très appliqué ». Les deux hommes se sont rencontrés et sont devenus amis à Princeton, alors que Finkelstein était étudiant en maitrise au département « Moyen Orient ». Invité par Chomsky à poursuivre ses recherches – critiques – entamées sur l’histoire du sionisme, Finkelstein s’engagea alors, dans le cadre de sa thèse de doctorat, à démonter l’argumentaire de Joan Peters qui, en 1984, publia From Time Immemorial, un livre « pédagogique » très apprécié aux États-Unis destiné à démontrer que les premiers habitants de la Palestine étaient juifs et non arabes.

5La suite du documentaire nous invite, malgré la sédentarité affirmée de Finkelstein, à accompagner le protagoniste dans ses différents déplacements pour la promotion de son livre-phare : en Europe (Berlin, Rome, Oxford, Pays-Bas) mais aussi à Hébron, où on le voit être arrêté par les militaires israéliens ; au Japon, ou encore au Canada où il est invité à parler de ses positions dans plusieurs universités (Waterloo, Toronto). Durant ces conférences, parfois houleuses mais menées avec autorité, on découvre un public passionné et partisan, exultant parfois, mais aussi un Finkelstein visiblement dans son élément et ne cachant pas sa jubilation – un rien égotiste – d’être au centre de toutes les attentions. Personnage habité s’il en est, paraissant investi d’une mission, ce prêcheur qui s’ignore tient à évacuer tout malentendu quant aux accusations d’antisémitisme et d’antisionisme qui le poursuivent : trouvant « logique d’imaginer un État juif en Palestine pour le peuple Juif » (2001), c’est avec force et sincérité qu’il confirme n’avoir « aucun intérêt à dénigrer Israël ».

  • 3 John Mearsheimer et Stephen Walt, Le lobby pro-israélien et la politique étrangère américaine, Pari (...)

6Pourtant, selon l’un de ses pourfendeurs, Alan Dershowitz, avocat pénaliste et professeur de droit à Harvard, il ne fait pas de doute que Finkelstein est un « antisémite typique ». Cette accusation lui vaudra nombre de désagréments, à commencer par la perte de son travail à New York. En effet, après la sortie de son livre emblématique en avril 2001, le Hunter College qui l’employait depuis neuf ans avait réduit son salaire en lui proposant moins de cours. Finkelstein a alors préféré rejoindre l’Université DePaul à Chicago comme professeur invité. Mais au bout de six ans, en 2007, alors qu’il devenait éligible à un poste de titulaire et en dépit du soutien de la grande majorité des instances de l’université, le doyen et le président de DePaul rejettent sa demande de titularisation, sous la pression d’Alan Dershowitz. Celui-ci qualifiera Finkelstein de « propagandiste » capable de n’écrire que de longs brûlots, lui déniant au passage sa qualité de professeur alors même que l’Université DePaul le décrivait comme « un universitaire prolifique et un enseignant remarquable ». Pour reprendre John Mearsheimer3, politologue à l’Université de Chicago, sans doute les idées de Finkelstein sont-elles « exprimées parfois dans un langage trop provocateur ». Il est vrai que certains propos, ne pouvaient qu’alimenter cette optique. Ainsi, lors d’une visite des camps de réfugiés palestiniens au Liban en mars 2008, il déclare que « le Hezbollah représente l’espoir » ; la réaction ne se fait pas attendre et une interdiction de séjour en Israël d’une durée de dix ans lui est signifiée. Le film se conclut en précisant que Finkelstein n’a, à ce jour, toujours pas de poste d’enseignant et que des organisations juives américaines ont lancé des campagnes hostiles à son égard sur le mode « chassez le traître des Juifs ».

7Finkelstein est-il un « juif antisémite » ? Cette interrogation est un peu le fil conducteur sous-jacent de ce documentaire. En 1930, le philosophe juif allemand Theodor Lessing publiait La haine de soi ou le refus d’être juif : est-ce le cas en l’espèce ? Probablement pas. Mais il est bon de rappeler, comme le fait un intervenant dans le documentaire, que beaucoup de juifs ont des problèmes avec leur identité, et même des conflits d’identité profonds. Cette hypothèse du conflit identitaire peut s’appliquer à Finkelstein. Celui qui eut pour « héros d’enfance » l’artiste et militant noir américain de tendance communiste Paul Robeson offre assurément un visage original et courageux, mais aussi complexe et tourmenté qui laisse entrevoir des faiblesses et des erreurs, celles d’un homme victime de la passion. C’est sans doute l’un des intérêts et l’une des qualités majeures de ce film que de ne pas omettre cet aspect et que de laisser se confronter les différents points de vue. Sans cela, sa crédibilité en aurait été affectée pour virer au plaidoyer. Et l’équilibre informatif rompu.

Haut de page

Notes

1 Norman Finkelstein (postface de Rony Brauman), L’Industrie de l’Holocauste. Réflexions sur l’exploitation de la souffrance des Juifs, Paris, La Fabrique, 2001. La première publication en français fut toutefois l’œuvre d’un éditeur d’ultragauche (Pierre Guillaume) très versé dans le révisionnisme et l’agit-prop antisioniste : La Vieille Taupe. Organe de critique et d’orientation post-messianique, 6e année, n° 12, Paris, octobre 2000 (hors commerce).

2 Historien et politologue juif américain de renommée mondiale, Raul Hilberg, grand spécialiste de la Shoah (La destruction des juifs d’Europe, 1961) considère que les conclusions de ce livre sont finalement « modérées ».

3 John Mearsheimer et Stephen Walt, Le lobby pro-israélien et la politique étrangère américaine, Paris, La Découverte, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric David, « David Ridgen & Nicolas Rossier, American radical. Les procès de Norman Finkelstein », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 19 juin 2014, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14994

Haut de page

Rédacteur

Éric David

Docteur en sociologie politique (Université Paris Ouest Nanterre), ministère de l’Éducation nationale.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page