Navigation – Plan du site

Olivier Cayla, Rainer Maria Kiesow (dir.), Grief. Revue sur les mondes du droit, n° 1, 2014

Igor Moullier
Différend
Olivier Cayla, Rainer Maria Kiesow (dir.), « Différend », Grief, revue sur les mondes du droit, n° 1, 2014, 232 p., Paris, EHESS, Dalloz, ISBN : 978-2-247-13233-1.
Haut de page

Texte intégral

1La naissance de la revue Grief témoigne du renouvellement de la recherche sur le droit et sur sa constitution en objet pour les sciences sociales. Portée par deux directeurs d’études à l’EHESS, la revue entend développer une approche pragmatique et polémique du droit. Pour cela, elle s’organise en quatre rubriques : « Différend », à partir de questions d’actualités, « Exploration », visant à défricher de nouvelles perspectives de recherche, « Cas », autour de jugements récents, et « Lecture », à partir de recensions critiques.

  • 1 Christophe Jamin, La cuisine du droit. L’École de droit de Sciences Po : une expérimentation frança (...)

2Le premier dossier retenu pour la rubrique « Différend » est la création de l’école de droit de Sciences Po. S’il illustre bien la méthode de la revue, prendre un exemple d’actualité abondamment discuté dans le monde du droit, il tourne en certains points à la discussion entre initiés. En effet, le sujet du dossier est le livre écrit par C. Jamin1, directeur de l’école de droit de Sciences Po, et son contenu se présente comme une suite de recensions. La contribution qui nous semble la plus intéressante est celle de Liora Israel, qui souligne que la nouveauté revendiquée par l’école de droit relève encore de l’effet d’annonce et n’est pas encore confirmée par les premiers éléments empiriques : les enseignants de cette école sont tous docteurs en droit, les deux tiers sont titulaires de l’agrégation, et l’on ne compte qu’une seule femme dans leurs rangs.

3Le second « Différend » offre une opposition plus tranchée et instructive, à propos d’un jugement rendu par un tribunal de Cologne contre des pratiques de circoncision. Si la sociologue Dominique Schnapper défend une politique de conciliation et d’accommodement vis-à-vis de certaines pratiques religieuses, Rainer Maria Kiesow justifie au contraire la décision du tribunal de Cologne au nom de la protection de l’intégrité de la personne, mais salue aussi l’argumentation du tribunal, qui sait rester modeste et pragmatique, plutôt que d’invoquer de grands principes humanistes.

4Le troisième dossier, à propos du mariage pour tous, s’interroge sur les limites que l’expertise du droit, et des sciences sociales, peut apporter à une question sur laquelle s’affrontent, selon la cause mobilisée, logique positiviste et logique naturaliste. Comme dans tous les articles de la revue, les interventions sont courtes (7 à 8 pages), l’appareil de notes restreint, la pensée dense et concise. Toutefois, ce principe peut parfois apparaître déroutant, laissant le lecteur sur une vision kaléidoscopique du sujet.

5La rubrique « Exploration » offre une respiration en examinant le rôle des palais de justice, lieux indispensables pour affirmer la présence de la justice dans la cité. Les palais de justice sont passés de l’architecture néo-classique au fonctionnalisme moderne. S’ils sont pensés comme des lieux signifiants, représentant le pouvoir et la justice au sein de l’espace publique, la multiplication des contraintes techniques (accès des personnes, sécurité, extension des espaces de bureaux) peut les rendre moins hospitaliers. Or, comme le souligne Olivier Gahinet, la justice ne devrait pas seulement chercher à offrir une image de sévérité et de rigueur : elle est aussi l’instrument de la protection des libertés et de la paix sociale, impression qu’on retrouve peu dans les constructions récentes. La seconde « exploration » concerne la réforme fiscale et la manière dont les options techniques (seuil de prélèvement, lutte contre la fraude) peuvent cacher de vrais choix démocratiques.

6La rubrique « Cas » revient sur une affaire plus dramatique : l’acquittement des généraux croates Gotovina et Markac par le tribunal pénal de l’ex-Yougoslavie (TPIY), au motif que l’extension de la notion d’actes militaires légitimes annule en grande partie la jurisprudence précédente établie par ce même TPIY. Le contexte politique (volonté d’achever les travaux du TPIY après une vingtaine d’années de fonctionnement, entrée de la Croatie dans l’union européenne) peut expliquer en partie ce revirement, qui souligne que le droit n’est pas immuable et dépend de l’interprétation des juges.

  • 2 François Hartog, Croire en l’histoire, Paris, Flammarion, 2013 et Mireille Delmas-Marty, Résister, (...)

7Dans la rubrique « Lecture », enfin, on retiendra la critique croisée faite par R. M. Kiesow de Croire en l’histoire de François Hartog, et de Résister, responsabiliser, anticiper ou comment humaniser la mondialisation de Mireille Delmas-Marty2. Kiesow dresse une opposition entre une juriste qui croit à sa discipline et un historien saisi par le doute, pour en renverser le propos : les juristes ont trop tendance à verser dans l’auto-célébration de leur discipline, et devraient s’inspirer des pratiques réflexives d’autres disciplines. Contre le pessimisme de Hartog, il souligne à l’inverse que la faculté de « croire en l’histoire » n’a pas disparu, comme en témoignent les milliers de thèses académiques qui continuent à s’écrire mais aussi la persistance d’un marché grand public pour la littérature historique. Si Hartog pousse trop loin l’art de la remise en cause et du scepticisme, Delmas-Marty, au contraire – selon Kiesow – cède à une approche trop normative du droit. La fonction du droit n’est pas plus d’« humaniser » la mondialisation que de lui « résister ». On attend plutôt du droit qu’il tranche, qu’il décide, qu’il interprète, qu’il prenne parti. L’humanisme juridique court le risque de devenir « vide comme le discours d’un prêtre » (p. 230). La conclusion de Kiesow est provocante : la certitude échappe à l’historien, mais elle est également illusoire pour le juge : « s’il y avait un savoir, la décision ne serait justement plus nécessaire » (p. 230). Le droit comme l’histoire ne peuvent parvenir à un savoir définitif. L’historien apparaît cependant mieux armé que le juriste pour faire le deuil de ses illusions perdues.

8À l’image de cette dernière recension, Grief offre, avec ce premier numéro, une livraison tonique, servie par des perspectives éditoriales assumées et une mise en page élégante, qui permettent d’entrer dans les aspects concrets du droit et de rappeler que les sciences sociales peuvent difficilement faire l’économie de se confronter à cet objet parfois obscur mais pourtant essentiel à la mise en forme du social.

Haut de page

Notes

1 Christophe Jamin, La cuisine du droit. L’École de droit de Sciences Po : une expérimentation française, Paris, Lextenso éditions, 2012.

2 François Hartog, Croire en l’histoire, Paris, Flammarion, 2013 et Mireille Delmas-Marty, Résister, responsabiliser, anticiper ou comment humaniser la mondialisation, Paris, Seuil, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Moullier, « Olivier Cayla, Rainer Maria Kiesow (dir.), Grief. Revue sur les mondes du droit, n° 1, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 19 juin 2014, consulté le 19 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14995

Haut de page

Rédacteur

Igor Moullier

Maître de conférences en histoire, ENS Lyon / LARHRA UMR 5190.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page