Navigation – Plan du site

Fabien Archambault (dir.), « L’autre continent du football », Cahiers des Amériques latines, n° 74, 2013

Igor Martinache
L'autre continent du football
Fabien Archambault (dir.), « L'autre continent du football », Cahiers des Amériques latines, n° 74, 2013, 200 p., Paris, IHEAL, ISBN : 3303332400744.
Haut de page

Texte intégral

1À la liste des mobilisations improbables, on peut désormais ajouter celle qui a conduit une partie de la population brésilienne à se lever depuis un an contre la coupe du monde de football de la FIFA organisée dans leur pays. Ce mouvement social peut apparaître doublement surprenant parce qu’il s’inscrit dans contexte socio-économique plutôt ascendant et surtout parce qu’il prend pour cible un objet que l’on pensait particulièrement sacralisé au pays de Pelé. Quoi qu’il en soit, cette mobilisation rappelle avec éclat que les événements sportifs géants constituent surtout une opération commerciale et politique sans égal. Rares sont les commerces résistent à la tentation de surfer sur l’occasion pour doper leurs ventes, et les entreprises éditoriales n’échappent pas à la règle. En témoigne ce dossier des Cahiers des Amériques latines qui s’applique à montrer les implications spécifiques de l’engouement pour le ballon rond dans le sous-continent. Son coordinateur, Fabien Archambault, explique ainsi dans sa longue introduction en quoi la revendication sud-américaine d’incarner « le continent du football » n’est pas usurpée, tant l’engouement pour ce sport s’y révèle aussi précoce qu’inégalé.

  • 1 Sur la création et diffusion du sport moderne dans les public schools britanniques, voir notamment (...)
  • 2 Sur l’invention du sentiment national, il est opportun de (re)lire en cette période d’effervescence (...)
  • 3 Auquel il faudrait ajouter l’influence de l’Église catholique, encore délaissé par les recherches c (...)

2Plus encore, Archambault montre que, loin d’être une simple réplication du « modèle » européen en la matière, le développement du football en Amérique du Sud « a obéi à une logique endogène et s’est effectué selon des modalités particulières » (p. 15). Il a ainsi en certains aspects devancé le Vieux continent – les associations nationales se sont regroupées dès 1916 pour organiser la Copa América, soit près de quatre décennies avant la création de l’UEFA (Union of European Football Associations) en 1954 –, et s’est construit dans une relation faite autant de rivalité que d’imitation vis-à-vis de l’autre côté de l’Atlantique. La diffusion initiale de ce sport s’est faite, à l’instar du reste du continent européen lui-même, par une collaborating elite composée de riches propriétaires terriens et d’oligarques urbains argentins, brésiliens ou uruguayens qui envoyaient leurs enfants étudier dans les public schools anglaises1, avant qu’au tournant du XXe siècle, le ballon rond ne s’inscrive dans la dynamique d’affirmation des identités nationales vis-à-vis du continent colonisateur2. Ceci explique peut-être en partie l’engouement particulier qu’ont suscité la pratique et le spectacle du ballon rond en Amérique du Sud, donnant lieu à une véritable culture de masse ; ceci explique sans doute aussi l’absence de ligues professionnelles autonomes telles qu’on les connaît en Europe. Ce dont il ne faut surtout pas déduire une faiblesse des clubs professionnels, bien au contraire. Ce paradoxe apparent s’explique en effet, selon l’auteur, par la conjonction de deux facteurs : la volonté des États de garder la main sur un enjeu sociopolitique majeur et l’influence du modèle sportif nord-américain qui envisage le sport essentiellement sous sa dimension marchande. C’est ainsi la manière spécifique dont s’articule ce duopole3 qui donne sa singularité à l’organisation du football en Amérique du Sud. Les clubs, engagés dans un entrelacs de compétitions surprenant pour un observateur extérieur, y jouent un rôle essentiel et contribuent à structurer au-delà l’espace urbain et métropolitain – une ville comme Buenos Aires comptant ainsi une quarantaine de clubs –, ainsi qu’une économie extravertie dont les comptes s’équilibrent par l’émigration de nombreux joueurs.

  • 4 Concept lui aussi ambivalente et chargé de connotations. Sur ce sujet, voir notamment Annie Collova (...)

3Appréhender le football en Amérique du Sud implique, peut-être plus qu’ailleurs, d’en prendre en compte les dimensions politiques, culturelles, économiques et territoriales. Ce que proposent les différentes contributions du dossier : Julio Frydenberg s’attelle ainsi à montrer comment l’identité des quartiers (barrios) de Buenos Aires, peu différenciés pourtant dans leur tissu urbain, s’est principalement constituée depuis les années 1920 à partir des clubs de football qui s’y développaient, eux-mêmes nécessitant alors de nouveaux espaces. En d’autres termes, c’est bien à une coproduction de la ville et du spectacle footballistique que l’on a, selon lui, assisté, se jouant autant, sinon plus, sur le plan symbolique que sur le plan matériel. Toujours en Argentine, Lucie Hémeury s’emploie pour sa part à explorer les relations ambivalentes entre le régime de Juan Domingo Perón (1946-1955), incarnation pratiquement idéal-typique du populisme4, et le football, en particulier avec la puissante fédération argentine, l’Associatión del futból argentino (Afa), qui connaît alors de profondes transformations.

  • 5 Sur ce sujet, voir notamment Sébastien Fleuriel, Manuel Schotté, Sportifs en danger. La condition d (...)
  • 6 Au sens large donné à ce concept par Howard Becker dans son étude classique des fumeurs de marijuan (...)
  • 7 Équivalent approximatif des groupes d’Ultras que l’on connaît mieux de ce côté-ci de l’Atlantique. (...)

4À partir d’une base de données publique de témoignages d’anciens footballeurs brésiliens ayant exercé dans les années 1950 à 1970, Clément Astruc propose pour sa part de revenir sur les conditions d’accès et d’exercice du métier de joueur professionnel. Il pointe ainsi la diversité des origines sociales comme des niveaux de vie, qui peut contribuer à expliquer selon lui la faiblesse des mobilisations de ces travailleurs particuliers, en même temps que le déni de leur condition de travailleurs qui les expose à une double-domination particulière vis-à-vis des dirigeants institutionnels et du marché5. Si Guillaume Fleury propose également une analyse de carrières6, ce sont celles des supporters qu’il traite dans son article, à partir d’un exemple équatorien : celui de la barra brava7de la Sur Oscura qui supporte le Barcelona Sporting Club de Guyaquil depuis 1995.

  • 8 Les travaux sur les « bandes » de jeunes suggèrent d’ailleurs que leurs membres perçoivent souvent (...)
  • 9 Dont on commémore d’ailleurs actuellement le trentenaire de la disparition. Voir entre autres sur c (...)

5Fleury met en évidence la centralité de la violence dans l’activité de ce groupe de supporters à l’organisation quasi-militaire. Jouant le rôle d’un stigmate retourné, la violence est ainsi présente dans toutes les séquences qui composent la trajectoire biographique de ces supporters. D’origines sociales diversifiées, ces supporters ont en commun une socialisation familiale précoce comprenant le soutien du club de Barcelone ; cependant, leurs trajectoires sont loin de se réduire au stéréotype du jeune sous-prolétaire désocialisé. L’entrée et le maintien au sein d’une barra comme la Sur Oscura implique ensuite l’incorporation de valeurs et normes à la fois générales à ce type de groupes et particulières à chacune – comme le goût pour le style musical du heavy metal dans le cas présent, auquel renvoie le nom de la barra. Ces valeurs et normes, qui contiennent elles aussi un certain nombre de savoirs et savoir-faire, sont d’après l’auteur bien résumées par la notion d’aguante, qui renvoie elle-même à l’idée de résistance, physique notamment, dans deux de ses dimensions : festive et combative. Le « bon » membre de barra doit ainsi faire preuve de son soutien indéfectible à son équipe en chantant et sautant sans cesse durant les matches mais aussi en ne reculant jamais devant l’affrontement, que celui-ci le confronte à un groupe rival ou à la police8. Ainsi, rappelle l’auteur, loin de jouer ici un rôle désocialisant, l’usage maîtrisé de la violence par ces groupes de supporteurs n’amène pas la désocialisation de leurs membres, mais participe au contraire à les mettre en relation avec d’autres agents, non seulement à l’intérieur mais en dehors de leur sous-culture barrista, leurs savoir-faire tant festifs que combatifs pouvant en effet être sollicités par d’autres organisations politiques, pas toujours officielles. Ces dernières, non observées directement par l’auteur mais renseignées par d’autres travaux en Argentine, invitent en particulier à poursuivre l’exploration de l’articulation complexe entre les illégalismes populaires et ceux des élites (p. 113), dans la lignée des travaux de Michel Foucault9.

  • 10 Voir sa page personnelle, qui propose un certain nombre de ses articles, malheureusement – pour les (...)
  • 11 Sur cette notion plurielle souvent source de confusion, voir notamment la généalogie qu’en dresse F (...)
  • 12 Voir entre autres Saskia Sassen, La ville globale, Paris, Descartes et Compagnie, 1996 [1991] ou Fr (...)
  • 13 Interdite en 2011 pour tenter d’enrayer certaines manifestations de violence dans les stades, la co (...)
  • 14 Contrairement à ce que semblent considérer les tenants de la critique radicale du sport – courant d (...)

6Un entretien avec João Sette Whitaker Ferreira, réalisé par Fabien Archambault, vient clore ce dossier. Architecte et urbaniste à l’Université de São Paolo, ayant également une formation de politiste10, Ferreira met en évidence les implications sociopolitiques de l’organisation d’un événement sportif de ce type, plus nombreuses et profondes qu’il n’y paraît. Elles s’inscrivent en effet dans une perspective politique néolibérale11 se traduisant notamment par la mise en compétition d’archipels métropolitains globalisés12 qui implique une urbanisation court-termiste et mercantile dédaignant -pour dire le moins- les besoins des classes populaires au profit de ceux des firmes et des ménages les plus riches, et induit une rhétorique appelant à faire converger intérêts et investissements privés et publics. Une telle politique d’aménagement du territoire inégalitaire, que vient en quelque sorte parachever l’organisation de gigantesques événements sportifs mondiaux comme la coupe du monde de la FIFA et les jeux olympiques, implique néanmoins d’atteindre un certain consensus politique. Ce qu’était parvenu à réaliser Lula, au pouvoir entre 2002 et 2011, en menant de véritables politiques sociales sans toutefois changer – et même en renforçant – des structures politico-administratives traditionnelles corrompues. Reste que ce consensus s’est largement fissuré depuis un an sous la poussée de quatre ensembles de facteurs pointés par l’auteur, ayant contribué à alimenter la protestation actuelle : la montée de l’« urbanisation de marché » ; l’ampleur des investissements publics consacrés à ces événements globaux en dépit de nombreux besoins primaires insatisfaits sur les mêmes territoires (accès à l’eau potable, électrification, etc.) ; les expropriations forcées pour la réalisation des chantiers et enfin le déploiement d’un véritable « régime d’exception » pour satisfaire aux exigences démesurées de la FIFA et du CIO, impliquant diverses dérogations aux lois régissant l’organisation des travaux publics, la circulation dans l’espace public ou encore la consommation d’alcool dans les stades13 ! Un tel tableau contraste amèrement avec l’image de cohésion et de fête gratuite promue par les grands argentiers du sport – justement pour faire oublier les conditions réelles de l’organisation de tels événements, à l’instar des coûts sociaux et écologiques des autres produits que nous consommons quotidiennement. Si, comme toute autre pratique ou tout autre spectacle, le football n’implique sans doute pas mécaniquement le sens qu’y investissent les agents impliqués14, ce dossier rappelle que le sport constitue décidément un analyseur d’enjeux politiques, sociaux et économiques que l’on a(urait) tort de négliger.

Haut de page

Notes

1 Sur la création et diffusion du sport moderne dans les public schools britanniques, voir notamment l’étude de Norbert Elias et Erich Dunning, qui l’intègrent plus largement dans la thèse du processus de civilisation du premier (Sport et civilisation, la violence maîtrisée, Paris, Fayard, 1986).

2 Sur l’invention du sentiment national, il est opportun de (re)lire en cette période d’effervescence chauvine, entre autres, les travaux de Benedict Anderson (L’imaginaire national, Paris, La Découverte, 2006 [1983]) et d’Anne-Marie Thiesse (La création des identités nationales, Paris, Seuil, 1999).

3 Auquel il faudrait ajouter l’influence de l’Église catholique, encore délaissé par les recherches comme l’indique Fabien Archambault (p. 27).

4 Concept lui aussi ambivalente et chargé de connotations. Sur ce sujet, voir notamment Annie Collovald, Le « populisme du FN », un dangereux contresens, Bellecombe-en-Bauges, éditions du Croquant, 2004 : http://www.liens-socio.org/Le-populisme-du-FN-un-dangereux.

5 Sur ce sujet, voir notamment Sébastien Fleuriel, Manuel Schotté, Sportifs en danger. La condition des travailleurs sportifs, Bellecombe-en-Bauges, éditions du Croquant, 2008. Notre ciompte rendu pour Lectures : http://lectures.revues.org/553.

6 Au sens large donné à ce concept par Howard Becker dans son étude classique des fumeurs de marijuana, reprise depuis par de nombreux travaux portant sur l’engagement militant – comportement devenu pratiquement déviant au stade actuel de la société de consommation ! Voir Howard Becker, Outsiders, Paris, Métaillié, 1985 [1963].

7 Équivalent approximatif des groupes d’Ultras que l’on connaît mieux de ce côté-ci de l’Atlantique. Sur les caractéristiques et la différence entre Ultras et hooligans, voir notamment Nicolas Hourcade, « L’engagement politique des supporters ‘ultras’ français. Retour sur des idées reçues », Politix, 2000, n° 50, p. 107-125.

8 Les travaux sur les « bandes » de jeunes suggèrent d’ailleurs que leurs membres perçoivent souvent les comme des adversaires parmi d’autres. Voir par exemple : Thomas Sauvadet, Le capital guerrier, Paris, Armand Colin, 2006. Notre compte rendu pour Lectures : http://lectures.revues.org/362.

9 Dont on commémore d’ailleurs actuellement le trentenaire de la disparition. Voir entre autres sur cette question le dossier de Politix (n° 87, 2009) sur la « gestion différentielle des illégalismes ». Notre compte rendu pour Lectures : http://lectures.revues.org/876.

10 Voir sa page personnelle, qui propose un certain nombre de ses articles, malheureusement – pour les non-lusophones – seulement en portugais : http://www.usp.br/fau/depprojeto/labhab/equipe/do03.html.

11 Sur cette notion plurielle souvent source de confusion, voir notamment la généalogie qu’en dresse François Denord dans ses travaux sur le cas français (par exemple : Néo-libéralisme version française, Paris, Demopolis, 2007) et européen (avec Antoine Schwartz, L’Europe sociale n’aura pas lieu, Paris, Liber-Raisons d’Agir, 2009).

12 Voir entre autres Saskia Sassen, La ville globale, Paris, Descartes et Compagnie, 1996 [1991] ou François Ascher, L’âge des métapoles, Paris, Éditions de l’Aube, 2009.

13 Interdite en 2011 pour tenter d’enrayer certaines manifestations de violence dans les stades, la consommation d’alcool dans les stades a été autorisée pour le temps de la coupe du monde pour satisfaire les sponsors concernés...

14 Contrairement à ce que semblent considérer les tenants de la critique radicale du sport – courant d’analyse théorique se réclamant de Freud et de Marx et lui-même désormais logiquement clivé ! – qui tiennent par exemple le football comme une « peste émotionnelle » (voir Jean-Marie Brohm et Marc Perelman, Le football, une peste émotionnelle, Paris, Gallimard, 2006).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Fabien Archambault (dir.), « L’autre continent du football », Cahiers des Amériques latines, n° 74, 2013 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 20 juin 2014, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14996

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page