Navigation – Plan du site

Michael Batty, The New Science of Cities

Gabriel Rompré
The New Science of Cities
Michael Batty, The New Science of Cities, MIT Press, 2013, 518 p., EAN : 9780262019521.
Haut de page

Texte intégral

1Contrairement à ce que peut laisser croire son titre, The New Science of Cities n’est pas un livre de synthèse des travaux récents en études urbaines, ni une tentative de systématisation des connaissances venant renouveler la compréhension du phénomène urbain. Cet ouvrage s’inscrit dans un champ assez précis des sciences sociales, la modélisation mathématique des comportements, auquel Michael Batty, apporte une contribution remarquable. En effet, peu de chercheurs sont en mesure de mobiliser, de maitriser et de synthétiser des domaines de la connaissance aussi diversifiés que les mathématiques (particulièrement les fractales), l’urbanisme, l’économie et la physique. L’ouvrage de Batty s’appuie un travail de recherche que l’auteur poursuit depuis cinq décennies.

2Batty se base sur la modélisation mathématique des comportements humains pour proposer l’introduction d’une nouvelle science de la ville, qu’il définit essentiellement comme un espace d’échanges, d’actions et d’interactions. Ces derniers sont représentés par des flots (flow) qui sont eux-mêmes contraints par la structure de réseaux. Il s’agit donc d’une théorie « bottom-up » de la ville puisque celle-ci est créée par une série d’actions individuelles. Cela implique d’ailleurs qu’il n’existe pas d’équilibre vers lequel tend la ville. La réorganisation constante des liens interpersonnels et des échanges amène un état de déséquilibre constant. Ce point est important puisqu’il fonde la critique de l’auteur quant aux modélisations de la ville créée par les géographes, les urbanistes et les économistes depuis le milieu du XXe siècle. Puisqu’il est illusoire de tendre vers un équilibre inexistant, les opérations de planification ou de rénovation de la ville qui sont imposées « d’en haut » ont toutes les chances d’échouer. On peut reconnaitre ici l’influence de Jane Jacobs, une auteure que Batty cite régulièrement.

3Précisons cependant que la critique que le professeur du University College de Londres adresse à l’égard des concepteurs de modèle du siècle dernier ne mène pas du tout chez lui à un rejet du positivisme. Son ambition affichée est au contraire de découvrir les lois universelles et intemporelles qui gouvernent le développement des espaces urbains. Pour lui, la planification devrait devenir une science prédictive. Ce n’est donc probablement pas un hasard si l’ouvrage s’ouvre sur une citation de Karl Popper.

4Le livre est divisé en trois sections. La première se veut une introduction générale qui présente les concepts de base qui doivent fonder, selon Batty, la nouvelle science de la ville qu’il propose. C’est au sein de cette section que le chercheur expose ses arguments en faveur d’une modélisation de la ville qui ne supposent pas un système en situation d'équilibre. Des chapitres sont aussi consacrés à la formalisation et à la conceptualisation de deux concepts qui fondent la science que Batty chercher à délimiter : les flots et les réseaux.

5L’auteur adopte une définition large du concept de flot, qu’il considère essentiellement comme un mouvement d’items quelconques d’un point A à un point A1. Ce mouvement est doté d’une direction et d’une force (ce qui en fait donc essentiellement un vecteur). Les parties constitutives du flot peuvent d’ailleurs être aussi bien matérielles qu’immatérielles. Le trafic automobile dans une ville constitue autant un flot que les échanges de messages texte.

6Une des innovations qu’apporte Batty est de ne pas traiter les flots et les réseaux de manière séparée, une pratique assez commune dans la littérature scientifique. Si les flots représentent les mouvements d’information et d’énergie à travers l’espace urbain, ceux-ci sont encastrés dans des réseaux qui sont en quelque sorte les canaux qui acheminent les flots de leur point d’origine à leur destination. Ces définitions peuvent paraître très réductrices, mais les possibilités de modélisations qui permettent le mieux d’illustrer ces concepts et les interactions qu’ils entretiennent sont développées en détail dans le corps de l’ouvrage.

7La seconde partie de The New Science of Cities présente plusieurs théories de la croissance, de la forme, de la grandeur et de l’échelle de la ville en tentant de les appliquer aux réseaux et aux flots. L’auteur fait particulièrement usage des fractales pour expliquer la croissance des villes et la section se conclut sur une discussion approfondie de la manière d’effectuer des modèles de prédiction traitant de différents phénomènes urbains. Il convient de noter que cette partie de l’ouvrage est plus technique que les deux autres et nécessite une certaine maîtrise des mathématiques. Les chercheurs qui s’interrogent sur la manière d’intégrer certaines variables comme la distance par exemple (chapitre 7) au sein de leurs modèles trouveront dans les chapitres médians une excellente somme des connaissances actuelles dans le domaine soutenue par une discussion pertinente basée sur une foule d’exemples et de représentations graphiques.

8Si la deuxième section se préoccupait surtout de construire des modèles permettant de comprendre la ville, la troisième et dernière section se penche sur les décisions de planification. En réalité, cette dernière ambition est l’extension logique de la précédente : les chercheurs qui veulent comprendre la structure d’un espace urbain cherchent souvent à l’améliorer et à contribuer à développer de meilleures politiques publiques. Il est à noter que la prise de position de l’auteur contre les modèles d’équilibre et des décisions appliquées sans consultation des citoyens concernés l’amène à laisser une certaine place à des théories plus qualitatives de l’action collective.

9Les chercheurs critiques des modèles des économistes basés sur les choix d’acteurs rationnels seront probablement moins à l’aise avec cette partie de l’ouvrage. L’auteur suppose en effet qu’il est possible pour un groupe d’arriver à un consensus sur la plupart des décisions de planification et que ce consensus prendra compte de l’intérêt de chacun des individus prenant part à la discussion. La notion de pouvoir, entre autres, est totalement évacuée du modèle. Il s’agit cependant d’une critique qui peut être adressée à une grande partie de la littérature qui vise à modéliser les processus décisionnels. On peut noter que Batty est conscient de ces critiques et qu’il défend ses choix méthodologiques vers la fin des chapitres substantifs.

10Finalement, le livre constitue une excellente somme théorique de l’évolution qu’a connue la modélisation mathématique des phénomènes urbains et il intéressera en premier chef les concepteurs des modèles de planification. La critique des représentations de la ville basées sur la notion d’équilibre est d’ailleurs particulièrement intéressante. Par contre, il convient de souligner que le titre de l’ouvrage ne livre pas toutes ses promesses. Des pans entiers de la somme des connaissances du phénomène urbain sont laissés pour compte par la science de la ville de Batty qui se préoccupe essentiellement de l’élaboration de modèles prédictifs.

11Les compétences en mathématique qui sont requises pour la compréhension de plusieurs des parties de l’ouvrage font de The New Science of Cities un ouvrage académique qui n’est pas nécessairement indiqué pour les lecteurs qui recherchent une introduction à la production de modèles de planification urbaine. Ceux-ci pourront tout de même trouver leur compte dans les chapitres introductifs qui offrent une perspective euristique et originale du phénomène urbain. Les experts, et notamment ceux qui seront amenés à faire usage des données provenant du « Big data », trouveront dans le dernier ouvrage de Michael Batty un travail rigoureux et colossal sur lequel ils pourront s’appuyer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriel Rompré, « Michael Batty, The New Science of Cities », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 20 juin 2014, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14999

Haut de page

Rédacteur

Gabriel Rompré

Étudiant au doctorat en études urbaines à l’Institut national de la recherche scientifique du Québec.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page