Navigation – Plan du site

Anne Muxel (dir.), La Vie privée des convictions. Politique, affectivité, intimité

Félix Mazet
La vie privée des convictions
Anne Muxel (dir.), La vie privée des convictions. Politique, affectivité, intimité, Les Presses de Sciences Po, coll. « Fait politique », 2014, 185 p., ISBN : 978-2-7246-1465-7.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage dirigé par Anne Muxel prend pour objet les relations inter-individuelles de « couple » en cherchant à définir l’influence des opinions politiques personnelles sur les liens affectifs et amoureux que les individus sont susceptibles de développer avec leurs « semblables ». L’analyse des idées politiques proposée est traversée d’oppositions axiologiques entre le privé et le public, le sujet et l’institution, l’un et le multiple, tout en se fondant sur le postulat d’une société « post-moderne ». Une perspective qui se présente sous la forme d’une intrication cohérente entre la « désinstitutionnalisation des pratiques », la fin des idéologies au profit des valeurs fondamentales de la « morale libérale » et de l’« individualisation des identités politiques ».

2Les auteurs proposent une torsion du bâton du côté du privé, de l’individu et des idées, même si le coup – de bâton – est euphémisé et nuancé dans un second temps démonstratif qui vient renforcer la thèse initiale. L’hétérogénéité apparente des auteurs et de leurs approches, ne doit pas dissimuler une ligne de démarcation structurante entre la première partie, qui réunit les contributions des membres du Centre de recherches politiques de Sciences Po (chapitres 1 à 4), et la seconde, qui présente les contributions d’auteurs représentants différentes disciplines (chapitres 5 à 8). L’ouvrage se focalise d’abord sur la production des « convictions » au prisme de la philosophie des idées et d’enquêtes par sondages. Ensuite, le second temps laisse une place plus importante aux pratiques ordinaires d’acteurs engagés dans des espaces sociaux et des contextes historiques, ce qui permet de comprendre la production de leurs opinions.

3Les théories philosophiques habermassiennes sur l’espace public comme lieu de formation d’une « opinion » et comme lieu d’un consensus rationnel constituent la matière première du chapitre de Myriam Revault d’Allonnes. Il s’agit aussi de souligner que le « privé » influence la formation individuelle des convictions et des « valeurs publiques » évoquées au chapitre 2 par Janie Pélabay. Replacée dans un dialogue entre privatisations et publicisations « démocratiques », la subjectivation foucaldienne est envisagée comme un processus de différenciation critique et individuel qui résulte de négociations dans le for intérieur et le rapport à soi. Ainsi, la « critique » devient une « contre-conduite » permettant un choix des sujets pouvant mener à « l’élaboration d’un contre-gouvernement […] qui deviendra un gouvernement de soi et des autres », des « semblables », des « égaux ». Tout en assouplissant la frontière entre sphère publique et sphère privée, un paradoxe se renforcerait entre des valeurs ou normes juridico-politiques communes et des convictions éthiques privées constituant « le noyau dur de l’identité personnelle et intime de l’individu ».

4Pascal Perrineau propose de revenir sur une histoire des idées de la science politique dans son traitement des affects et des émotions. Cette analyse se fait au prisme du schème générateur passion/raison pour souligner l’hégémonie d’un « courant sociologiste », adepte de l’« objectivisme », de l’« utilitarisme » et du « rationalisme ». Ce courant se serait constitué au détriment d’une psychologie collective, notamment celle, « marginalisée », de Gustave Lebon ou de Gabriel Tarde. L’article se clôt sur une note plus enthousiaste qui fait référence au développement des neurosciences et à trois sociologues anglosaxons de l’action collective : Jeff Goodwin, James Jasper et Francesca Polletta. Ceux-ci ont démontré que l’« esprit fermé » que manifestent le fascisme de droite et le fanatisme religieux concernait aussi les personnalités autoritaires de gauche.

5Dans la continuité, Anne Muxel se veut plus empirique en synthétisant les réponses de sondages dont la problématique peut être ainsi résumée : dans quelle mesure l’amour que nous éprouvons pour une personne résiste-t-il ou nous rend-il plus tolérants à des divergences d’opinions politiques ? Traitées sous l’angle d’une « aventure démocratique », les conclusions cheminent sur la voie d’une évolution vers la convergence pluraliste et le compromis négocié ou, dans une moindre mesure, vers l’évitement des conflits. Toutefois, un contraste saisissant vient noircir le tableau quand il s’agit d’aborder les choix des extrêmes et leur radicalité au sein des « jeux de l’amour ». Quant au hasard, il tourne à l’avantage des « personnes de droite [qui] sont toujours plus allergiques à l’extrême droite que les personnes de gauche vis-à-vis de l’extrême gauche », mais qui sont aussi « plus tolérantes » à l’idée d’une possible relation avec un conjoint d’extrême gauche. La conclusion principale précise que, pour s’aimer, les individus n’ont pas besoin de partager les mêmes « convictions politiques », sauf lorsque celles-ci correspondent à des choix extrêmes ou radicaux.

  • 1 Wievorka Annette, Maurice et Jeannette. Biographie du couple Thorez, Paris, Fayard, 2010.
  • 2 Pour entrer dans sa bibliothèque : Pudal Bernard « La bibliothèque de Maurice Thorez, un intellectu (...)

6La « radicalité » est d’ailleurs un leitmotiv qui revient dans le chapitre de François Duret sur les « couples mixtes ». Elle se définit comme une adhésion idéologique aux oppositions binaires et aux raisonnements mono-causaux. La présentation des résultats de l’enquête fait apparaître que, dans des couples enquêtés, les « électeurs du FN » sont tous des hommes, situés dans les catégories professionnelles d’employés ou de commerçants (à l’exception d’un militaire, dont le grade n’est pas mentionné). Annette Wievorka dans son chapitre sur le couple Thorez accorde une attention plus importante aux trajectoires historiques et aux sources de premières mains. Les conclusions tirées de son ouvrage Maurice et Jeannette. La biographie du couple Thorez1, soulignent la particularité d’un engagement politique total. Ainsi, le « nous » familial se confondrait avec un « nous » métonymique du Parti communiste. Cette tension semble être un cas limite de l’idéal d’un « homme nouveau » en adéquation avec les cadres du modèle thorézien2.

7Les « révolutionnaires sans révolution » de la Ligue communiste révolutionnaire – LCR – des années 1960-1970 font l’objet d’un chapitre attentif aux contradictions possibles entre des engagements consubstantiellement collectifs et individuels. La LCR elle-même propose une objectivation et une négociation de ces formes de mal-être militants. Ludivine Bantigny les présente alors sous un jour contrasté et agonistique, qui n’occulte pas les aspérités des processus historiques. C’est dans une forme de continuité que la romancière Nathalie Azoulai montre comment les exigences littéraires de dévoilement et de transformation du réel peuvent être complémentaires d’une posture de recherche réflexive. En transcrivant l’histoire de ses relations personnelles, l’auteure insiste sur la dimension asymétrique de ses relations sociales, et ainsi met en lumière l’imbrication de violents décalages idéologiques, affectifs et socio-économiques.

  • 3 Gaxie Daniel, « Rétributions du militantisme et paradoxes de l’action », Swiss Political Science Re (...)
  • 4 Sur ce point, voir le programme de recherche en sciences sociales proposé par Elias Norbert, Au-del (...)

8Cette lecture a pu attirer notre attention sur quelques points méthodologiques importants. Les variables économiques et socio-professionnelles ne sont quasiment jamais prises en compte, ce qui tend à enregistrer l’opposition objectif/subjectif au principe de l’atomisation des enquêtés. Sur ce point, des auteurs de sciences sociales ont déjà beaucoup œuvré pour penser les processus de socialisations simultanées dans différents espaces sociaux (professionnel, domestique, scolaire, militant, etc.). Du reste, la science politique de ces dernières années a redoublé d’intérêt pour les modes d’engagement au sein de la « sphère privée »3. D’autre part, l’ouvrage aborde trop souvent la « politisation » sans égard pour les trajectoires socio-historiques. Une telle désincarnation des individus participe d’un déni de l’histoire des choses. Le travail psychanalytique historique ou clinique mentionné en introduction n’est jamais mobilisé dans les actes de recherche4. Enfin, on regrettera l’absence de terrain qualitatif dans la plupart des chapitres, ainsi que l’évitement d’une présentation des cuisines de l’enquête. Ces biais peuvent s’expliquer, et se comprendre, par la difficulté à pénétrer dans l’espace domestique. En cela, s’essayer à un travail sur l’ordinaire de la domus exigerait une mise en lumière des frontières symboliques puissantes que peuvent reproduire dans le réel les fantasmes sur le privé, le caché et le secret.

  • 5 La référence régulière à Anthony Giddens a pu être objectivée ici : Tournadre-Plancq Jérôme, « Un u (...)
  • 6 Bourdieu Pierre, La domination masculine, Paris, Seuil, « Liber », 1998, p. 7-10.

9En conclusion, le dernier chapitre de Janine Mossuz-Lavau illustre une ligne directrice importante de l’ouvrage. Intitulé « La marche vers l’indifférenciation », ce cheminement poursuit l’orientation d’« une nette progression vers la ressemblance des comportements ». L’histoire des acquis progressifs des femmes – droit de vote, professionnalisation et sécularisation – et un rappel de quelques pratiques misogynes en vigueur dans le monde politique montrent bien qu’il reste encore des luttes à mener sur ces terrains. De même, on peut rejoindre l’auteur dans l’affirmation d’une posture de combat face aux approches biologisantes, appelées ici « différentialistes ». En revanche, il est scientifiquement discutable d’insérer un tel point de vue politique dans un processus historique de convergence vers des « valeurs fondamentales » telles que « la démocratie » et « l’humanisme »5, qui sont – elles aussi – des enjeux de luttes politiques. Un tel discours qui ne dit pas son caractère normatif6, se laisse imposer des hiérarchies de valeurs et impose les termes du pensable. Cette « convergence » idéologique va dès lors à rebours d’une rupture scientifique sans doute plus exigeante, tant individuellement que collectivement.

Haut de page

Notes

1 Wievorka Annette, Maurice et Jeannette. Biographie du couple Thorez, Paris, Fayard, 2010.

2 Pour entrer dans sa bibliothèque : Pudal Bernard « La bibliothèque de Maurice Thorez, un intellectuel de type nouveau (premiers éléments d’enquête) », Cahiers du Centre d’histoire « Espaces et cultures », n° 29, 2011, p. 83-96.

3 Gaxie Daniel, « Rétributions du militantisme et paradoxes de l’action », Swiss Political Science Review, vol. 11, n° 1, 2005, p. 157-188, ou encore l’HDR d’Agrikoliansky Eric, soutenue le 20/02/2013 : « Politisation et engagements des classes supérieures dans la France contemporaine ».

4 Sur ce point, voir le programme de recherche en sciences sociales proposé par Elias Norbert, Au-delà de Freud, Paris, Éditions la découverte, 2010.

5 La référence régulière à Anthony Giddens a pu être objectivée ici : Tournadre-Plancq Jérôme, « Un universitaire “consacré” dans l’espace politique : le cas d’Anthony Giddens », Socio-logos , n° 3, 2008, [En ligne] : http://socio-logos.revues.org/document1723.html.

6 Bourdieu Pierre, La domination masculine, Paris, Seuil, « Liber », 1998, p. 7-10.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Félix Mazet, « Anne Muxel (dir.), La Vie privée des convictions. Politique, affectivité, intimité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 23 juin 2014, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15000

Haut de page

Rédacteur

Félix Mazet

Étudiant de master 2 recherche en science politique, Université de Paris Ouest Nanterre – La Défense.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page