Navigation – Plan du site

Razmig Keucheyan, La nature est un champ de bataille. Essai d’écologie politique

Kimberley Mees
La nature est un champ de bataille
Razmig Keucheyan, La nature est un champ de bataille. Essai d'écologie politique, Paris, Zones, 2014, 176 p., ISBN : 978-2-35522-058-6.
Haut de page

Texte intégral

1« Les impacts du changement climatique n’épargneront personne sur cette planète » rappelait Rajendra Pachauri, président du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), au printemps 2014. Malgré ce discours, les États ne semblent pas pressés de réagir. Le consensus environnemental tant attendu ne paraît pas prêt de se concrétiser à la Conférence de Paris de 2015. Et il ne se concrétisera pas du tout, selon le sociologue Razmig Keucheyan. Ce dernier part de l’hypothèse qu’il y a un « racisme environnemental » qui s’applique autant au niveau local (emplacement des industries polluantes aux abords des quartiers où vivent les minorités raciales), qu’au niveau mondial (délocalisation de la pollution dans les pays non occidentaux). Au lieu de chercher à améliorer la situation, le système capitaliste s’en accommode en financiarisant les risques découlant de la détérioration de l’environnement. Parallèlement, cette détérioration va faire émerger de nouveaux conflits auxquels les stratèges des armées occidentales se préparent.

2En effet, la crise écologique, loin de diminuer les antagonismes, ne va que les accroître. « La nature est un champ de bataille » dont les affrontements, liés à des intérêts divergents, vont se faire de plus en plus nombreux au fur et à mesure que la crise écologique va devenir importante. Pour nous le prouver, l’auteur divise l’ouvrage en trois parties chacune consacrée à un phénomène caractérisant le capitalisme face à la crise écologique actuelle : le racisme environnemental, la financiarisation des risques climatiques et la géostratégie du climat, en retraçant leur évolution historique et la façon dont ils s’illustrent actuellement.

3Si les inégalités ne sont pas apparues du fait de la crise environnementale, cette dernière les a renforcées selon une logique qui manifeste une forme de « racisme environnemental ». Déjà lors du développement du processus industriel, les effets néfastes de la production n’étaient pas subis de la même manière par tous. Cette distinction dans l’exposition aux risques industriels se retrouve aujourd’hui dans l’exposition aux risques naturels. Pouvant trouver son origine dans les logiques économiques et/ou politiques, le « racisme environnemental » est systémique, multiscalaire (depuis les idéologies individuelles jusqu’aux relations internationales teintées d’impérialisme) et lié aux inégalités de classe. Malgré les revendications des mouvements politiques écologistes et syndicaux, on peut partout en observer les signes : saturnisme au sein de la main d’œuvre en France, enfouissement des déchets toxiques aux abords des quartiers où vivent des Noirs pauvres aux États-Unis, cristallisation des identités ethniques suite à des phénomènes climatiques extrêmes ayant entrainé le conflit au Darfour…

4Face aux inégalités écologiques, le capitalisme a développé deux « réactions». La première est la financiarisation de la nature. De nombreux produits financiers ont ainsi vu le jour : dérivés climatiques, obligations catastrophes, marchés carbone, hypothèques environnementales, mécanismes de compensation, assurances contre les risques climatiques. En dehors de sa valeur d’échange et de sa valeur d’usage, toute marchandise possède une valeur assurantielle. L’assurance permet ainsi de protéger les investissements des nouveaux risques liés au changement climatique et d’amortir l’augmentation des coûts de production qui résultent des conditions climatiques. Dans le contexte présent de crise fiscale aggravée par la crise économique, les États n’ont plus les moyens financiers de leur politiques car ils sont face à deux devoirs impossibles à concilier : consolider les finances publiques en baissant le déficit tout en prenant en charge les attentes sans cesse plus élevées de leurs citoyens. Le système capitaliste renforce encore cette position intenable en faisant prendre en charge aux États les coûts liés à la nature. Dans ce domaine encore, les bénéfices sont privatisés alors que les coûts sont socialisés, mettant par là-même la démocratie en péril, car l’État ne peut plus prendre en charge les prestations sociales. C’est le système capitalisme qui en sort gagnant. À partir d’une crise qui aurait pu menacer sa survie, il crée des opportunités de profits nouvelles en exploitant les ressources dans un contexte de crise économique majeure.

5La seconde réaction du capitalisme est la militarisation de la crise écologique. Selon l’auteur, l’étude de la stratégie militaire est cruciale pour mener une réflexion stratégique valable et comprendre la société. Les stratèges militaires, contrairement aux politiciens, ont une vision à long terme. Les changements climatiques ne sont pas à proprement parler une nouvelle menace mais renforcent les menaces existantes en raréfiant les ressources et en confrontant les populations à des catastrophes plus fréquentes. Les guerres vertes ont une dimension environnementale de plus en plus prégnante à mesure que les écosystèmes se dégradent. Le conflit israélo-palestinien en est un exemple. Ce conflit illustre par ailleurs la dimension identitaire que l’environnement peut avoir aux yeux d’une population. Ainsi, l’Inde a été jusqu’à mettre sur pied des unités militaires d’intervention écologiques en charge de la conservation de la « biodiversité de la nation ».

6La crise climatique requiert indéniablement une coopération internationale (encore loin d’être d’application, telles que l’illustrent les disputes territoriales au Pôle Nord). Mais les migrations climatiques, qui resteront des déplacements à l’intérieur des frontières nationales, nécessiteront également une coopération inter-régionale. Les mouvements de réfugiés déstabilisent la société, entrainent des conflits « interethniques », des crises sociales et politiques et renforcent à leur tour la crise écologique.

7Les actions à entreprendre par les décideurs dans le cadre de la crise écologique sont cependant plus difficiles à déterminer qu’elles l’étaient dans les situations passées, du fait de la difficulté à évaluer ses conséquences. La dissuasion nucléaire permet ici une bonne comparaison. La probabilité d’une attaque nucléaire était faible mais ses conséquences potentielles énormes. De plus, elle touchait un espace-temps déterminé (par exemple, l’Union soviétique et les États-Unis pendant la guerre froide) et relevait d’une intentionnalité de la part de l’État ennemis. Au contraire, les conséquences du changement climatique apparaissent graduellement, elles sont variables spatialement et ne relèvent pas d’une intentionnalité déterminée.

8En conclusion, l’auteur se positionne clairement à contre-courant des discours majoritaires en nous démontrant la « stupéfiante résilience » du capitalisme, qui a su tirer profit d’une crise que d’aucuns prédisaient être sa tombe, en parvenant à financiariser des pans de la société et de la nature qui lui échappaient autrefois. La crise environnementale aura résolu celle du capitalisme. Reste à savoir quelle attitude adopter face à un tel constat.

9Si les aspects financiers explicités par l’auteur ne sont pas toujours aisés à comprendre pour un novice, cet ouvrage est un éclairage intéressant et singulier sur des aspects de la crise écologique peu abordés d’habitude. Ainsi, toute personne qui veut saisir les enjeux de cette crise trouvera dans les propos de Razmig Keucheyan de quoi alimenter sa réflexion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kimberley Mees, « Razmig Keucheyan, La nature est un champ de bataille. Essai d’écologie politique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 23 juin 2014, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15003

Haut de page

Rédacteur

Kimberley Mees

Diplômée en sciences politiques et en sciences et gestion de l’environnement.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page