Navigation – Plan du site

Wilhelm Dilthey, La vie historique. Manuscrits relatifs à une suite de L’édification du monde historique dans les sciences de l’esprit

Salih Dogan
La vie historique
Wilhelm Dilthey, La vie historique. Manuscrits relatifs à une suite de L'édification du monde historique dans les sciences de l'esprit, Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Opuscules », 2014, 139 p., traduction, présentation et notes : Christian Berner et Jean-Claude Gens, ISBN : 978-2-7574-0673-1.
Haut de page

Texte intégral

1Ce manuscrit relatif à L’Édification du monde historique dans les sciences de l’esprit, l’un des derniers ouvrages de l’auteur, est resté à l’état de projet. Il devait initialement constituer le second volume de son célèbre ouvrage de 1883, l’Introduction aux sciences de l’esprit. Cette œuvre reste de ce fait tout à la fois inachevée, très déséquilibrée et, par certains aspects, redondante. Ce court traité n’a donc pas les traits d’une contribution magistrale dans l’œuvre du penseur allemand mais, en raison de sa concision, de l’exposition d’une pensée claire et précise, le choix de cette présentation au public français répond pleinement aux critères de publication de la collection Opuscules φ des Presses universitaires du Septentrion.

  • 1 Retenir le sujet revient en effet à appréhender l’histoire à partir de la subjectivité des acteurs (...)
  • 2 Les sciences de l’esprit correspondent aux « sciences sociales ou humaines » actuelles. Notons égal (...)

2Dilthey cherche à jeter les bases d’une critique de la raison historique. Il reprend donc le problème de la connaissance à partir de la logique formelle de Kant, qu’il tente d’appliquer à l’histoire par la médiation de catégories et de concepts qu’il a préalablement définis. L’histoire est conçue à partir du sujet et de l’expérience vécue, ce qui rend problématique le processus d’objectivation1. La réponse à ce dilemme n’a de sens, selon lui, qu’à travers la clarification du choix épistémologique que l’on est amené à opérer lorsque l’on traite de l’objet historique. Dilthey milite ainsi tout d’abord pour l’autonomie des « sciences de l’esprit »2, qu’il faut distinguer des sciences de la nature. Il opte en second lieu en faveur de la méthode compréhensive. Ce choix est motivé par le postulat selon lequel l’homme est d’abord et avant tout un être historique doté d’un esprit objectif. Il convient donc de partir du primat de l’individu pour étudier l’histoire et de chercher à rendre compte des degrés de compréhension intimement liées à la focale d’analyse que l’on adopte lorsque l’on traite de l’individu au sein de sa société. Pour ce faire, Dilthey échafaude tout un appareil conceptuel autour de la notion de « configuration » en vue de permettre l’appréhension de l’objet historique par le sujet et sa subjectivité.

  • 3 Dilthey définit l’« expérience vécue » comme étant une « prise de conscience de l’effectivité » (p. (...)
  • 4 Dilthey ne manque pas d’éclaircir ce qu’il entend par catégorie. « Dans les prédicats que nous énon (...)
  • 5 Le souvenir est tout à fait fondamental dans la conceptualisation de la configuration car la mémoir (...)
  • 6 Ces catégories sont à mettre en relation avec l’idée de temporalité : « En jetant un regard rétrosp (...)
  • 7 Les catégories « concrètes » revêtent chez Dilthey une importance considérable comme en témoigne le (...)
  • 8 « J’entends ici par extériorisation vitale non seulement les expressions qui (veulent) dire ou sign (...)

3L’auteur consacre la première partie de l’ouvrage à définir son objet à partir de l’individu. Il entame la réflexion sur les catégories en partant de l’« expérience vécue »3. Les expériences vécues sont des parties qui, assemblées en un tout, forment une configuration dont la caractéristique principale est d’être une catégorie englobante4. Parmi les catégories formelles, la catégorie de signification, par exemple, permet une véritable « connexion » des parties avec le tout par le biais du souvenir5, qui est commun à la fois à l’histoire et à la signification6. La vie, le vécu et le revécu ne sont compréhensibles qu’à travers la signification que les parties prennent pour le tout. Le vécu est dès lors perçu comme une unité dont les parties sont liées par une signification commune7. Dilthey introduit ensuite l’idée d’« extériorisations vitales »8 lorsqu’il aborde la relation aux autres. Toute extériorisation vitale a une signification et c’est par la manifestation extérieure des faits et des événements que l’on perçoit l’esprit qui motive l’individu dans son interaction avec la société.

4Dans une seconde partie, très fragmentaire, Dilthey aborde l’objet historique en étendant ses considérations à la configuration historique universelle. Pour rendre possible l’histoire, il faut partir non pas de la raison mais de la vie, car la vie est historique dans la mesure où son déploiement temporel est appréhendé à partir d’une configuration. La refiguration de son cours repose dans un souvenir qui reproduit cette dernière. L’histoire agit de la même manière que le souvenir par la connexion qu’elle effectue au sein de ladite configuration par le biais des extériorisations vitales relevant de l’esprit objectif. Quant à la pertinence des concepts appliqués à l’histoire, l’auteur propose de les concevoir en tant que schèmes car les concepts butent sur deux écueils : d’un côté, l’effectivité historique est insaisissable ; de l’autre, la connaissance d’entendement fige ce qui est mouvant. Lorsque l’on brosse les traits d’une époque, par exemple, on mobilise des catégories historiques de manière intuitive, puisque l’on forge des concepts assez généraux se rapportant à l’essence qui lui est propre. Mais l’histoire est mouvement et les époques diffèrent selon leur structure. Des événements deviennent signifiants dans la mesure où ils sont rapportés à une configuration, de même que la signification des actions doit être appréhendée à partir des normes universelles, des valeurs, des fins qui se développent à une époque.

  • 9 « Une série de lettres assemblées en mots qui composent une phrase est l’expression d’un énoncé. Un (...)

5La compréhension d’extériorisations vitales passe par l’expérience vécue, par la compréhension de soi et par l’interaction des deux. Le processus de compréhension repose donc sur la relation fondamentale entre l’expression et ce qui est exprimé9. Ces extériorisations vitales couplées avec le spirituel forment une unité. Cependant, Dilthey distingue deux formes de compréhension : la « compréhension élémentaire » repose sur une adéquation entre l’expression et l’exprimé alors que, dans les formes « supérieures » de la compréhension, la distance entre l’extériorisation et celui qui comprend s’accroît, ce qui crée des incertitudes. La tâche des formes supérieures de la compréhension consiste à comprendre la configuration d’un tout à partir d’extériorisations, ce qui suppose un raisonnement inductif. La compréhension telle que l’entend Dilthey constitue donc une herméneutique puisque le mode opératoire consiste à « se transposer dans », à interpréter. D’un point de vue plus général Dilthey ambitionne, dans le cadre d’une théorie de la connaissance, d’esquisser une configuration du monde historique en remontant aux formes logiques de la compréhension susceptible d’atteindre l’universalité.

6En cherchant à édifier les « sciences de l’esprit » sur de nouvelles bases quand les systèmes philosophiques (Descartes, Kant) ont tenté pendant longtemps de dépasser l’antinomie entre les sciences de la nature et les sciences de la culture, Dilthey a jeté les jalons des sciences sociales actuelles. Notons également que Dilthey a su se prémunir des excès que n’ont pu éviter nombre de ses successeurs s’agissant du concept de structure. Ses analogies avec la structure des langues ne l’ont empêché ni d’« oublier » l’histoire, comme chez les structuralistes, ni, à l’inverse, de la réifier au point d’oublier les contingences historiques, comme dans les philosophies de l’histoire auxquelles il a eu le mérite de très fermement s’opposer. Il a été tour à tour historien, psychologue, philosophe mais son questionnement a surtout alimenté les débats qui, notamment à travers la « querelle des méthodes » et la distinction entre « compréhension » et « explication », ont jeté les bases de la sociologie en tant que science. Il est en somme un incontournable « classique » des sciences sociales.

Haut de page

Notes

1 Retenir le sujet revient en effet à appréhender l’histoire à partir de la subjectivité des acteurs ou de l’intersubjectivité, lorsqu’il y a interaction entre eux, ce qui rend problématique l’objet de la science que l’on se propose d’étudier de manière objective.

2 Les sciences de l’esprit correspondent aux « sciences sociales ou humaines » actuelles. Notons également que l’« esprit » ou le « spirituel » tels que l’entend Dilthey ne fait pas référence à une quelconque spiritualité mais renvoie à l’idéel.

3 Dilthey définit l’« expérience vécue » comme étant une « prise de conscience de l’effectivité » (p. 47).

4 Dilthey ne manque pas d’éclaircir ce qu’il entend par catégorie. « Dans les prédicats que nous énonçons à propos d’objets sont contenues des manières d’appréhender. J’appelle catégories les concepts qui désignent ces manières […] Les catégories formelles sont les formes d’énoncé relatives à l’ensemble de l’effectivité » (p. 18). Dilthey précise plus loin ce dernier point : « Nous avons vu les catégories formelles procéder des opérations élémentaires de la pensée. Ce sont des concepts qui représentent ce qui peut être appréhendé par ces opérations de la pensée. L’unité, la multiplicité, l’égalité, la différence, le degré, la relation sont de tels concepts. Ce sont des attributs de toute l’effectivité » (p. 23).

5 Le souvenir est tout à fait fondamental dans la conceptualisation de la configuration car la mémoire est sélective et, par conséquent, tranche, par l’oubli, l’essentiel du superflu. Quant aux illusions, l’avenir les révèle si bien que ne sont conservés que les souvenirs, puisés dans la multiplicité des expériences vécues, dignes d’exprimer une configuration.

6 Ces catégories sont à mettre en relation avec l’idée de temporalité : « En jetant un regard rétrospectif par le souvenir, nous saisissons la configuration des éléments passés du cours de la vie sous la catégorie de leur signification. Lorsque nous vivons dans le présent rempli de réalités, nous faisons l’expérience, dans notre sentiment, de sa valeur positive ou négative, et lorsque nous nous tournons vers l’avenir, ce comportement donne naissance à la catégorie de fin » (p. 29).

7 Les catégories « concrètes » revêtent chez Dilthey une importance considérable comme en témoigne le recours à l’autobiographie qui n’est, selon Dilthey, « que l’expression littéraire de l’autoréflexion de l’homme sur le cours de sa vie » (p. 28).

8 « J’entends ici par extériorisation vitale non seulement les expressions qui (veulent) dire ou signifier quelque chose, mais également celles qui, sans une telle intention, nous permettent de comprendre quelque chose de spirituel dont elles sont l’expression » (p. 33).

9 « Une série de lettres assemblées en mots qui composent une phrase est l’expression d’un énoncé. Une mimique désigne pour nous la joie ou la douleur. Les actes élémentaires qui composent des actions cohérentes, comme soulever un objet, laisser tomber un marteau, couper du bois à l’aide d’une scie, traduisent pour nous la présence de certaines fins » (p. 35).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Salih Dogan, « Wilhelm Dilthey, La vie historique. Manuscrits relatifs à une suite de L’édification du monde historique dans les sciences de l’esprit », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 26 juin 2014, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15042

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page