Navigation – Plan du site

Isabelle Bruno, Emmanuel Didier, Julien Prévieux (dir.), Statactivismes. Comment lutter avec les nombres

Eric Keslassy
Statactivisme
Isabelle Bruno, Emmanuel Didier, Julien Prévieux (dir.), Statactivisme. Comment lutter avec les nombres, Paris, Zones, 2014, 272 p., ISBN : 978-2-3-5522-054-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Par exemple dans son ouvrage posthume : Alain Desrosières, Prouver et gouverner. Une analyse politi (...)

1L’espace public est aujourd’hui saturé par les statistiques, les indicateurs économiques (comme le PIB) et les classements en tous genres – à commencer par le classement de Shanghai des universités, qui a tant d’effet sur la gestion de notre système universitaire. Si bien que les nombres « nous gouvernent », selon le constat déjà établi par Alain Desrosière1 et repris par les coordinateurs de cet ouvrage collectif. Rassemblées par deux chercheurs spécialistes de la sociologie de la quantification (Isabelle Bruno et Emmanuel Didier) et un artiste (Julien Préveux), les différentes contributions de ce livre visent à monter qu’il est possible de faire de ces statistiques une arme critique. Au fond, telle une prise de judo, il s’agirait de se servir de la force de son adversaire pour mieux la retourner contre lui. Cela revient à mettre en œuvre une stratégie « statactiviste », selon le néologisme inventé par les directeurs de l’ouvrage, à la fois pour servir de slogan à brandir dans les luttes (« un autre nombre est possible ») et pour décrire les expériences se donnant pour objectif de retrouver le pouvoir émancipateur des statistiques, particulièrement mal en point en ces temps de capitalisme néo-libéral.

2Les contributeurs appartiennent aux deux mêmes champs que les directeurs de l’ouvrage (universitaires spécialisés dans l’étude des statistiques et artistes qui trouvent leur inspiration dans la quantification et les techniques modernes du management par le nombre), mais on retrouve aussi des textes plus militants comme celui du président du CRAN, Louis-Georges Tin, qui démontre parfaitement que, contrairement à l’idée reçue, il est tout à fait possible d’établir des statistiques ethniques en France (sous réserve de respecter certaines conditions).

3Statactivisme part du constat désormais largement partagé que nous vivons une époque dominée par le néo-libéralisme. Les idées néo-libérales se sont imposées, charriant avec elles des pratiques néo-libérales, au premier rang desquelles on trouve l’utilisation des chiffres pour légitimer et renforcer la concurrence. « La réalité néo-libérale est aujourd’hui conformée et consolidée par les statistiques », expliquent les directeurs d’ouvrage dans leur introduction. Ainsi, par exemple, l’État néo-libéral fait-il aujourd’hui un grand usage des indicateurs économiques pour imposer ses politiques publiques restrictives ou d’austérité. Il se sert aussi toujours plus d’une évaluation quantitative et comparative (notamment de ses agents) pour que chacun des domaines de la vie sociale soit traversé par la compétition. Cette technologie nommée « benchmarking » participe directement à la formation de la concurrence comme une norme totalisante à laquelle chacun doit se soumettre s’il souhaite « exister » et/ou « réussir ». Les auteurs pensent tous qu’il est possible de remettre les statistiques au service de l’émancipation des hommes, et proposent quatre façons d’y parvenir – qui correspondent aux quatre parties de l’ouvrage. Tout d’abord, on peut procéder à la manière d’Alain Desrosières ou de Luc Boltanski, en proposant une critique (radicale ou réformiste) de l’appareillage statistique existant à partir d’exemples pris dans le passé (l’inégalité des chances des Héritiers de Pierre Bourdieu en offre une illustration saisissante ; les controverses liées au calcul de l’indice des prix en France sont également traitées). Ensuite, le « statactivisme » peut s’incarner dans une dimension plus contemporaine et démontrer qu’il est possible de ruser avec la règle, comme le prouve avec humour l’association Pénombre – qui vise à créer un espace de dialogue entre « producteurs de données » (chercheurs, journalistes, responsables associatifs et acteurs politiques), rendant compte de ces échanges sur un site internet2. La troisième partie indique combien il est possible de défendre de nouvelles catégories plutôt que de se laisser enfermer dans celles qui existent et qui reflètent nécessairement une certaine vision du monde. Enfin, une part importante du « statactivisme » consiste à créer et à opposer des indicateurs alternatifs aux indicateurs institutionnalisés : on peut ainsi imaginer et construire d’autres indicateurs de richesses – comme le BIP 403, dont l’histoire est rapportée par l’un de ses concepteurs – pour ne plus se laisser « dominer » par le PIB ; on peut montrer que les expulsions des sans-papiers ont un coût économique (indépendamment du coût moral) pour s’opposer à la politique du chiffre en vigueur actuellement ; indiquer qu’il est possible de quantifier la souffrance au travail est un autre exemple développé dans cet ouvrage.

  • 4 Alain Supiot, L’esprit de Philadelphie : la justice sociale face au marché total, Paris, Seuil, 201 (...)

4Comme dans tous les ouvrages collectifs, les contributions sont d’un inégal intérêt. Il ressort néanmoins de la lecture de Statactivisme qu’il est urgent de continuer à s’interroger sur la façon dont les nombres ont pris le pouvoir. Car le capitalisme néo-libéral se caractérise notamment par une impuissance du politique face aux forces économiques et financières. Comme l’écrit Alain Supiot : « Dans un tel monde, le gouvernement par les lois cède la place à la gouvernance par les nombres »4. Est-ce vraiment ce que nous voulons ?

Haut de page

Notes

1 Par exemple dans son ouvrage posthume : Alain Desrosières, Prouver et gouverner. Une analyse politique des statistiques publiques, Paris, La Découverte, 2014.

2 http://www.penombre.org.

3 http://www.toupie.org/Dictionnaire/Bip40.htm.

4 Alain Supiot, L’esprit de Philadelphie : la justice sociale face au marché total, Paris, Seuil, 2010, p. 77.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Isabelle Bruno, Emmanuel Didier, Julien Prévieux (dir.), Statactivismes. Comment lutter avec les nombres », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 27 juin 2014, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15043

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page