Navigation – Plan du site

Frédéric Gilli, Grand Paris, l’émergence d’une métropole

Anne-Marie Thirion
Grand Paris
Frédéric Gilli, Grand Paris. L'émergence d'une métropole, Les Presses de Sciences Po, coll. « Nouveaux débats », 2014, 316 p., ISBN : 978-2-7246-1516-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lascoumes Pierre et Le Galès Patrick (dir.), Gouverner par les instruments, Paris, Presses de Scien (...)
  • 2 Le projet de loi de Modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles (...)

1À la croisée des chemins entre la sociologie de l’action publique1 et la nouvelle économie géographique, cet ouvrage analyse le processus de construction de la « métropole du Grand Paris » entre 2000 et 2014 – ce projet d’intercommunalité dont la création est prévue début 2016 par la récente loi MAPAM2. Il part du constat que, à l’aube du nouveau millénaire, le modèle de gouvernement urbain à la fois jacobin, fonctionnaliste et polycentrique des Trente Glorieuses semble à bout de souffle.

2L’enjeu de cet ouvrage publié aux Presses de Sciences Po, donc à large vocation pédagogique, est d’expliquer comment un collectif de 12 millions d’habitants s’est transformé économiquement, socialement et politiquement depuis 2000. En quinze ans, l’État-aménageur de la région s’est mué en pilote à distance avec la décentralisation favorable aux collectivités territoriales, les grandes entreprises dominantes se sont mondialisées et ont coupé leurs attaches avec le territoire, et le modèle social classique a été fragilisé. L’ouvrage décrypte aussi comment les institutions, leurs élus, les citoyens et les décideurs économiques ont donné du sens et une perspective à ces évolutions, à partir de valeurs et d’atouts partagés : le métissage, la mixité sociale et la diversité des entreprises ne seraient ainsi pas incompatibles avec l’objectif d’attractivité d’une grande métropole.

  • 3 Depuis 2000, la loi Solidarité et renouvellement urbain (SRU) impose aux communes de disposer d’au (...)

3Docteur en économie, ancien élève de l’École nationale de la statistique et de l’administration économique, Frédéric Gilli est chercheur associé au Centre d’études européennes de Sciences Po, mais surtout codirecteur de la revue électronique Métropolitiques. Il nous livre donc ici le point de vue d’un acteur clairement situé de l’intérieur (plutôt qu’un observateur « scientifique »), puisqu’il a participé aux débats citoyens sur la gouvernance du Grand Paris organisés par le syndicat d’études Paris Métropole. Gilli dresse d’abord un état des lieux des territoires franciliens, puis pointe les paradoxes et mutations économiques et sociales, dans un contexte de mondialisation et de concurrence exacerbée avec d’autres métropoles. Il retrace, en seconde partie, l’évolution des politiques d’aménagement opérationnel en Île-de-France sur la décennie passée, et explique comment le projet du Grand Paris a d’abord été envisagé comme un moyen de pallier les problèmes récurrents en matière de saturation des transports, de pénurie de logements3 et de flambée des prix du foncier. La dernière partie décrypte, quant à elle, les rapports de force politiques entre l’État et les différentes collectivités territoriales.

4Si Paris a un statut particulier au regard de l’histoire mondiale depuis cinq siècles, sa place n’en est pourtant pas moins remise en cause au début du XXIe siècle par les grandes métropoles étrangères, mais aussi par sa banlieue qui absorbe l’essentiel des nouvelles populations et entreprises innovantes, pour une densité régionale déjà significative.

5Bien qu’étant la cinquième région urbaine de la planète avec un PIB passé de 410 à 542 milliards d’euros entre 2000 et 2007, bien qu’ayant réussi sa mutation industrielle et sa spécialisation dans des fonctions clés de l’économie contemporaine (conseil en stratégie, recherche), l’Île-de France est aussi la région qui accuse les inégalités de revenus les plus fortes entre communes, et entre départements. Le phénomène s’étant aggravé les années suivantes, il suscite un débat sur l’impact potentiellement négatif du décrochage de certains quartiers sur la dynamique globale de la région, et sur l’attractivité parisienne.

  • 4 L’auteur estime que, contrairement à celui de New York ou de Londres, le modèle urbain parisien mél (...)

6La crise économique depuis 2008 accentue davantage le chômage des territoires aux difficultés les plus aiguës et fragilise le modèle urbain parisien, qui est à la fois mixte, mélangé et ouvert4 : elle touche désormais directement les classes moyennes. Cette crise ne remet cependant pas en cause la puissance économique de la région parisienne, organisée autour des logiques économiques et financières de grands groupes globaux, dont de grands opérateurs urbains. Mais la dynamique régionale repose de plus en plus sur son tissu de PME, qui pourtant ont peu de lieux de rencontres et d’échange, ce qui explique la faiblesse des « coalitions de croissance » propres à d’autres territoires en Europe ou en province.

  • 5 Notamment la loi relative aux libertés et responsabilités locales, du 13 août 2004.

7Alors que le préfet Haussmann avait su moderniser la ville de Paris (égouts, eau, gaz) au XIXe siècle et que, dans les années 1960, le préfet Delouvrier avait révélé une vision d’aménageur à l’échelle de l’Île-de-France (villes nouvelles comme Evry, RER, grands équipements par grands pôles comme l’aéroport de Roissy ou le plateau de Saclay), le tournant du XXIe siècle semble frappé par l’arrêt des politiques d’aménagement, hormis quelques infrastructures comme le RER D en 1995 et la ligne 14 du métro en 1998, ou encore quelques grands équipements culturels intra-muros (comme le musée des Arts premiers). Une crise durable de la production urbaine s’installe ainsi, l’État perdant progressivement son pouvoir politique en matière d’aménagement avec la décentralisation5, puis ses compétences techniques, humaines et opérationnelles.

8Le processus de construction de la métropole du Grand Paris révèle une prise de conscience par toute une génération de décideurs politiques et économiques de ces défis à relever, et sera marqué par plusieurs temps forts. Tout d’abord, l’arrivée de Bertrand Delanoë à la mairie de Paris favorise, dès la fin 2001, une première rencontre entre les élus franciliens, en présence des présidents de Conseil général, du président du Conseil régional Jean-Paul Huchon et du préfet de région. Cette initiative se concrétise fin 2008 par la création du syndicat d’étude « Paris métropole », proposant 110 initiatives métropolitaines, et elle contribue fortement à nouer des contacts réguliers entre élus locaux et à faire évoluer les représentations collectives pendant cette décennie.

  • 6 Le schéma directeur pour la région Île-de-France.

9L’arrivée de Nicolas Sarkozy (un ancien élu francilien) à la présidence de la République en 2007, par la médiatisation qu’elle suscite, fait du Grand Paris un enjeu politique et un sujet grand public. Sarkozy lance alors une consultation internationale sur le « Grand Paris de l’agglomération parisienne » avec dix équipes internationales et pluridisciplinaires; puis il nomme début 2008 Christian Blanc à la tête d’un secrétariat d’État à la Région capitale, lequel critique d’emblée frontalement le modèle régional porté par le SDRIF6 ainsi que le projet de transport (Arc Express, lignes de tramway) du Conseil régional. Le secrétaire d’État propose un modèle de développement de la région basé plutôt sur le dynamisme de plusieurs pôles économiques spécialisés (neuf clusters), reliés par un métro. Son projet débouche sur la loi spécifique sur le Grand Paris de juin 2010, qui définit des objectifs et des outils opérationnels précis (dont les contrats de développement territoriaux) et prévoit, avec le financement par l’État, le développement des infrastructures. Cette loi manifeste une forme de retour de l’État planificateur qui est assez antinomique avec l’esprit de la décentralisation. Un compromis avec la région sur le projet de transport, Grand Paris Express, est néanmoins finalement trouvé.

10Après le changement à la présidence de la République, une loi nationale (la loi MAPAM) est votée fin 2013, dans laquelle la métropole du Grand Paris s’impose comme l’acteur central de la planification urbaine et remplace l’État comme interlocuteur des communes et des conseils de territoire.

11Présentant avec didactisme toute une palette de données économiques, démographiques, et d’instruments d’action publique, cet ouvrage de Frédéric Gilli est d’une lecture agréable et pourra capter un large public s’intéressant aux changements de régimes urbains. Sans doute à cause de la méthode employée (trois thèmes déclinés en plusieurs chapitres chronologiques), on lui reprochera quelques redondances, qui n’enlèvent pourtant rien à la clarté du propos. On aurait pu souhaiter aussi davantage d’éclairage sur l’influence de l’Union européenne dans la construction du Grand Paris, et une comparaison avec une métropole comme Berlin. Finalement, l’auteur considère que la loi MAPAM laisse ouverts plusieurs destins possibles pour la métropole du Grand Paris. Il se positionne clairement pour la conservation d’un modèle de société métropolitaine qui serait particulier à Paris, mais espère qu’il deviendra un jour plus démocratique et plus durable.

Haut de page

Notes

1 Lascoumes Pierre et Le Galès Patrick (dir.), Gouverner par les instruments, Paris, Presses de Sciences Po, 2005.

2 Le projet de loi de Modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles a été adopté par les deux chambres le 19 décembre 2013 et validé par le Conseil constitutionnel le 23 janvier 2014. La loi n° 2014-58 du 27 janvier 2014 est publiée au Journal officiel le 28 janvier 2014

3 Depuis 2000, la loi Solidarité et renouvellement urbain (SRU) impose aux communes de disposer d’au moins 20% de logements sociaux. L’imparfaite application de la loi SRU ne permet pas de résoudre les problèmes de mal logement et, malgré l’adoption du Plan de cohésion sociale en 2004, les élus et intervenants sociaux constatent que le nombre de personnes connaissant des difficultés de logement s’accroît.

4 L’auteur estime que, contrairement à celui de New York ou de Londres, le modèle urbain parisien mélange « les riches et les pauvres », « les noirs et les blancs », et qu’il continue d’accueillir les classes moyennes dans la ville-centre (p. 27, p. 69 et p. 312).

5 Notamment la loi relative aux libertés et responsabilités locales, du 13 août 2004.

6 Le schéma directeur pour la région Île-de-France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Marie Thirion, « Frédéric Gilli, Grand Paris, l’émergence d’une métropole », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 27 juin 2014, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15053

Haut de page

Rédacteur

Anne-Marie Thirion

Doctorante en science politique à l’université de Rennes 1 et membre du CRAPE, le Centre de recherches sur l’action politique en Europe, qui est une unité mixte de recherche (UMR 6051). Son sujet de thèse porte sur la gouvernance locale des écocités en perspective comparative.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page