Navigation – Plan du site

Peter Godfrey-Smith, Philosophy of biology

Romaric Jannel
Philosophy of Biology
Peter Godfrey-Smith, Philosophy of Biology, Princeton University Press, 2014, 200 p., EAN : 9780691140018.
Haut de page

Texte intégral

1Une introduction limpide à la philosophie de la biologie parvenant à présenter cette spécialité comme l’une des plus riches et innovantes de la philosophie contemporaine, telles sont les qualités qui feront, à n’en pas douter, la bonne fortune de cet ouvrage. Retraçant l’histoire des grands débats et idées ayant rythmé cette spécialité, Peter Godfrey-Smith en propose une introduction claire et accessible, qui se prolonge jusqu’à l’examen de ses principaux enjeux actuels. Ce livre intéressera bien sûr philosophes et biologistes, mais aussi sociologues et psychologues, tant les questions abordées sortent des cadres classiques de la biologie et de la philosophie. Au fil de cet essai, le lecteur trouvera aussi çà et là les positions de l’auteur1, professeur distingué à la City University of New York et spécialiste reconnu de philosophie des sciences.

2Si la philosophie et les sciences peuvent apparaître au néophyte comme des disciplines fortement éloignées, il n’en est rien en réalité. Ainsi que l’explique Godfrey-Smith, il est courant de voir des travaux de philosophie imprégner d’autres branches du savoir, et la philosophie fonctionne souvent comme une sorte d’incubateur pour des idées théoriques qui ne pourraient point encore faire l’objet d’expérience empirique. En dépit de cet argument de poids visant à défendre le bien fondé d’une philosophie de la biologie, pour Godfrey-Smith, ce n’est là qu’un argument secondaire. Ce qui avant tout implique une relation contiguë entre philosophie et biologie, c’est, comme l’eut dit Wilfrid Sellars en 1962, le fait que la philosophie s’intéresse à la manière dont les choses, dans leur acception large, ont à voir ensemble. La philosophie ne peut, par conséquent, faire fi des discours et explications de la biologie sur le vivant. Des idées issues de travaux en biologie, et a fortiori en science, viennent souvent inspirer, en philosophie, de nouveaux travaux ou de nouvelles méthodes, et finalement affiner notre compréhension du monde.

  • 2 Pour comparaison, Lalande définit ce terme ainsi : « Formule générale (constative, non impérative) (...)
  • 3 Pour comparaison, Lalande définit ce terme ainsi : « Métaphoriquement, tout processus dans lequel o (...)

3Après une rapide synthèse de l’histoire de la biologie, dont le propos sera en réalité complété tout au long de l’ouvrage au fil des thématiques abordées, Godfrey-Smith vient à s’intéresser à ce que sont pour la biologie les notions de « loi », de « mécanisme » et de « modèle ». Godfrey-Smith propose comme exemple de loi le principe d’Einstein posant qu’aucun signal ne peut voyager plus rapidement que la lumière. Il donne divers principes caractérisant ce qu’est une loi. Premièrement, elle est une généralisation exacte en tout lieu et en tout temps. Deuxièmement, elle ne consiste pas seulement à décrire les choses telles qu’elles sont, mais aussi telles qu’elles doivent être. Cette obligation de prédictibilité rend ainsi aisée la mise à l’épreuve d’une loi qui, logiquement, est à distinguer d’une simple régularité accidentelle2. Pour ce qui est du mécanisme, l’auteur en propose plusieurs exemples comme la photosynthèse ou la réplication de l’ADN. Il le définit comme une disposition de parties produisant, de manière régulière, un éventail plus complexe d’effets dans un système entier3. Il est impossible de bien comprendre le fonctionnement du cerveau sans comprendre le fonctionnement de ses constituants (neurones, cellules gliales, etc.). S’agissant de la notion de modèle, l’auteur rappelle que ce terme peut connaître, en science et en philosophie, différentes acceptions. Le terme modèle s’utilise pour décrire, selon l’auteur, soit des théories, soit des hypothèses, ou encore pour décrire une théorie connue pour être approximative ou simplifiée. Cette première définition du concept de modèle n’intéressant pas ici Godfrey-Smith, ce dernier n’en dit pas plus, passant rapidement à une seconde utilisation de ce terme. En effet, en biologie, le terme modèle peut également être utilisé pour désigner une stratégie particulière à un travail scientifique, selon laquelle un système est utilisé comme une sorte de substitut pour un autre. La justification habituellement donnée à cette stratégie est qu’un système cible peut parfois être trop complexe pour une approche directe. Dans d’autres cas de figure, un système peut être utilisé à la place d’un autre, car les meilleures méthodes disponibles peuvent être plus aisément appliquées au modèle qu’à la cible même. Un exemple de modèle en est l’utilisation faite de la théorie des jeux pour expliquer le comportement d’agents rationnels. La théorie des jeux évolutionnistes fait usage d’un modèle explicatif provenant des mathématiques pour décrire des comportements. L’expérience fut notamment conduite, s’agissant du comportement animal, par George Price et John Maynard Smith dans les années 1970.

4Les chapitres suivants proposent une approche des principales thématiques de la biologie. Évolution et sélection naturelle, adaptation/construction/fonction, individu, gènes, espèces et arbre de vie, évolution et comportements sociaux, information, ces différentes notions sont soigneusement étudiées et explicitées par le philosophe. L’évolution, explique-t-il, est communément étudiée en termes soit de microévolution, soit de macroévolution. La microévolution est l’évolution qui s’opère au sein d’une espèce, alors que la macroévolution est celle qui intervient au sein d’ensembles plus grands – par exemple l’évolution qui affecte l’arbre de vie dans son entier.

  • 4 Comme exemple des débats et réflexions traversant la philosophie des sciences sur ces questions : B (...)

5Si l’évolution et l’ADN sont étudiés par l’auteur dans leurs implications philosophiques, la notion de gène n’est pas en reste. Il commence par dresser un aperçu historique de ce concept. Dans les années 1850 et 1860, le moine Gregor Mendel, contemporain de Darwin, mène une série d’expériences le conduisant à postuler l’existence de facteurs hérités issus de processus de reproduction. Ses travaux furent peu ou prou ignorés jusqu’au début du XXe siècle. À cette époque, fut alors établie une distinction entre génotype et phénotype. Le phénotype comprend l’ensemble des caractéristiques observables d’un individu, que ces caractéristiques soient ou non d’ordre génétique. Le génotype ne concerne, quant à lui, que la composition génétique de cet individu. Le rôle des gènes fait l’objet d’intenses débats. Entre déterminisme génétique et table rase d’une quelconque influence des gènes sur le développement, des positions se dessinent, proposant l’influence conjointe des gènes et de l’environnement. Certains expliquent en effet qu’un génotype montre une plasticité phénotypique lorsque le phénotype qui en résulte est grandement sensible à l’environnement. Ils postulent ainsi l’existence d’une sensibilité phénotypique, elle-même objet de recherche. S’agissant de travaux spécifiques portant sur le langage, l’intelligence ou la personnalité, l’importance du génotype et du phénotype dans leur développement spécifique varie. Sur ces questions, il semble tout de même évident qu’interviennent des facteurs environnementaux, non génétiques, comme le milieu naturel, culturel et social. Aussi, la biologie emprunte aux sciences de l’information quelques idées comme celles de code ou de programme (le génome en tant que programme génétique ; l’ADN en tant que code génétique). Pour Godfrey-Smith, l’ADN, susceptible de modifications à chacune de ses copies, serait à la fois la mémoire et une partie du système de contrôle des cellules. Pour lui, la prochaine décennie pourrait très bien changer encore notre vision des gènes et du génome4.

6Les travaux portant sur la relation entre, d’une part, l’évolution et, d’autre part, les comportements sociaux intéressent aussi la philosophie de la biologie – la coopération et l’altruisme en sont deux exemples typiques. Si l’évolution est une compétition reproductive, comment les organismes évoluent-ils vers, par exemple, le sacrifice pour autrui ? Pour expliquer ces phénomènes, d’âpres débats ont traversé le XXe siècle, notamment autour des concepts de sélection de groupe, de sélection de parentèle et de réciprocité. Pour les tenants de la sélection de groupe, l’altruisme et les comportements apparentés tiennent leur survivance dans l’intérêt du groupe. Pour les défenseurs de la sélection de parentèle, un individu peut présenter des comportements individuels altruistes si ceux-ci bénéficient à la survivance de gènes similaires – pour porter assistance à un individu qui aurait les mêmes gènes. Troisième hypothèse, la réciprocité s’expliquerait par l’intérêt qu’aurait un individu à faire un sacrifice à court terme en vue d’un bénéfice à long terme. La théorie des jeux évolutionnistes est un autre modèle visant à expliquer ces comportements, mais tous ces modèles partent du principe, courant en économie comme dans bien des disciplines qu’un individu ne s’intéresse qu’à lui-même. D’autres explications à l’altruisme ont été données, explique Godfrey-Smith, comme en psychologie à travers le jeu de l’ultimatum. Dans cette expérience, un joueur se voit attribuer une certaine somme d’argent. Il doit proposer un partage de cette somme à un second joueur. Si ce dernier accepte le partage, tous deux conservent les sommes partagées. S’il refuse, aucun des deux joueurs n’a d’argent. Les résultats de ces expériences tendent à montrer qu’en de semblables circonstances, le joueur proposant le partage se montre, la plupart du temps, généreux en offrant le tiers ou la moitié de la somme. Lorsque la somme est inférieure à ces niveaux, le partage est souvent refusé, occasionnant un échec pour les deux participants. Si seul l’intérêt personnel entre en jeu, difficile d’expliquer de tels comportements.

7Peter Godfrey-Smith propose ici un essai bien plus intéressant que ces quelques lignes ne le donnent à comprendre. A priori destiné aux biologistes et aux philosophes, le contenu de cet essai intéressera les spécialistes des sciences humaines, mais aussi ceux des autres sciences. Chaque chapitre est suivi de conseils de lecture dont les références complètes sont disponibles en fin d’ouvrage. Le lecteur y trouvera matière à poursuivre ses réflexions.

Haut de page

Notes

1 Voir le site internet et le blog de cet auteur : http://petergodfreysmith.com/ et http://metazoan.net/.

2 Pour comparaison, Lalande définit ce terme ainsi : « Formule générale (constative, non impérative) telle qu’on puisse en déduire d’avance les faits d’un certain ordre, ou plus exactement ce que seraient ces faits s’ils se produisaient à l’état d’isolement ». Lalande André, Vocabulaire technique et critique de la philosophie, 3e éd. « Quadrige » revu et corrigé par les membres et correspondants de la Société française de philosophie, Paris, PUF, 2010 (1926), p. 582.

3 Pour comparaison, Lalande définit ce terme ainsi : « Métaphoriquement, tout processus dans lequel on peut déterminer, par l’analyse, une série de phases subordonnées et dépendantes l’une de l’autre ». Ibid., p. 603.

4 Comme exemple des débats et réflexions traversant la philosophie des sciences sur ces questions : Boi Luciano, Forme fluens. Notes sur la plasticité et la complexité des formations vivantes, Paris, Mesologiques.fr, 2012 : http://ecoumene.blogspot.fr/2012/02/forme-fluens-l-boi.html.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romaric Jannel, « Peter Godfrey-Smith, Philosophy of biology », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 27 juin 2014, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15056

Haut de page

Rédacteur

Romaric Jannel

Étudiant en master Sciences historiques, philologiques et religieuses, mention études asiatiques, à l’École pratique des hautes études. Conduit des travaux sous la direction de Frédéric Girard (EFEO) sur le philosophe japonais Yamauchi Tokuryū (1890-1982).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page