Navigation – Plan du site

Lahouari Addi, Deux anthropologues au Maghreb : Ernest Gellner & Clifford Geertz

Ariel Planeix
Deux anthropologues au Maghreb : Ernest Gellner et Clifford Geertz
Lahouari Addi, Deux anthropologues au Maghreb : Ernest Gellner et Clifford Geertz, Paris, Archives Contemporaines, 2013, 295 p., ISBN : 9782813001115.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lahouari Addi (dir.), L’anthropologie du Maghreb. Les apports de Berque, Bourdieu, Geertz et Gellne (...)

1Lahouari Addi, professeur de sociologie politique à l’IEP de Lyon, poursuit là un cycle entamé il y a une dizaine d’années autour de quelques figures de l’anthropologie du Maghreb, aux premiers rangs desquels Pierre Bourdieu pour la Kabylie et Jacques Berque, Ernest Gellner et Clifford Geertz pour le Maroc1.

2Aborder l’anthropologie du Maghreb à travers le regard de ces deux derniers auteurs, peu traduits en français, c’est la sortir de son histoire coloniale. C’est aussi l’occasion d’explorer ou de revenir sur quelques topiques fondatrices de l’anthropologie anglo-saxonne, confrontée à l’héritage des philosophies politiques, analytiques et pragmatistes. Gellner, en effet, est surtout connu pour ses travaux sur le nationalisme, la société civile, la raison ou le langage, et Geertz pour ses considérations sur les rapports entre ethnographie et écriture, pour ses études culturelles ou ses travaux ethnographiques sur Bali et Java. Dans le champ anthropologique, Clifford Geertz (américain) et Ernest Gellner (tchèque né à Paris et écrivant en anglais) incarnent deux approches méthodologiques encore aujourd’hui surplombantes : un courant interprétatif, longtemps improprement résumé sous le terme de post-culturalisme, et l’objectivisme structuro-fonctionnaliste qui a caractérisé l’école d’anthropologie de la London School of Economics, dans la tradition de Radcliffe-Brown ou d’Evans-Pritchard. Ces deux pôles ont structuré l’anthropologie du Maghreb autour d’objets bien balisés (la berbérité, la segmentarité, l’islam ou les organisations socio-politiques) et ce sont ces deux conceptions que L. Addi explore minutieusement autour de ces mêmes objets caractéristiques de leurs discours et du terrain maghrébin.

3Après avoir présenté deux figures de l’ethnologie coloniale (Robert Montagne, pour le Maroc, et Jean Servier pour l’Algérie), puis deux figures en rupture avec cette ethnologie (Jacques Berque pour le Maroc, Pierre Bourdieu pour l’Algérie) – afin d’historiciser un peu les questions qu’il s’apprête à aborder –, L. Addi développe sur deux chapitres centraux la façon dont Gellner et Geertz construisent chacun leur pensée à l’épreuve d’un terrain commun, le Maroc.

  • 2 Ernest Gellner, Les saints de l’Atlas, Saint-Denis, Bouchene, 2003.

4Gellner, auteur des Saints de l’Atlas2, cherche la Nation et la genèse de la formation de l’État. Quand il rencontre les Berbères, il découvre un système d’organisation sociale fondé sur l’alliance de lignages (la segmentarité) autour d’un ancêtre commun – issu de l’histoire (parfois fantaisiste) de l’islamisation de ces groupes – dont le culte a formé un des visages majeurs de l’islam maghrébin. Les alliances locales entre lignages forment des tribus qui peuvent se fédérer entre elles et former des confédérations assez puissantes pour échapper aux pouvoirs centraux. Ces sociétés segmentaires ont donc été définies comme des sociétés antiétatiques par nature, et dont l’islam spécifique s’oppose à l’islam des villes, dit scripturaire, plus puritain, proche de la description que Max Weber propose du protestantisme.

5Gellner butte sur deux incohérences de son système explicatif : comment l’idéologie de l’islam, universaliste et intégrateur, permet-elle des expressions aussi éloignées les unes des autres, et comment se fait-il, alors que Gellner comprend la Nation comme la conséquence de l’apparition de l’individu et de la société civile sous l’influence de la modernité protestante, que l’islam scripturaire, si proche du protestantisme, n’ait pas suivi le même chemin ? La philosophie politique européenne qui forme le socle des références de Gellner (Kant, Hobbes, Ferguson, Hume, etc.) l’amène à conclure que ce qui fait des sociétés d’Afrique du Nord des États-nations aujourd’hui, tient exclusivement à l’apparition récente d’une classe élitaire formée aux institutions européennes. L. Addi conteste ce point de vue et lui oppose de nombreux éléments de l’histoire de la participation des Berbères aux mouvements de libération nationale, fort de son expérience algérienne. Les analyses de Gellner souffrent, paradoxalement, d’une lecture culturaliste de l’islam, qu’Addi comprend comme un « relativisme méthodologique non assumé » (p. 134).

  • 3 Clifford Geertz, Le souk de Sefrou, sur l’économie de bazar, Saint-Denis, Bouchene, 2003.
  • 4 Clifford Geertz, Observer l’islam : changements religieux au Maroc et en Indonésie, Paris, La Décou (...)

6Geertz, auteur du Souk de Sefrou3 et d’Observer l’islam4, adopte une approche radicalement contraire à celle de Gellner. Là où Gellner cherche à comprendre les divisions et les contradictions formelles à partir d’une définition de l’État ou de l’islam, Geertz cherche à établir l’unité du système de l’islam par-delà ses divisions, fort de l’expérience de son terrain en Indonésie. L’anthropologie de l’islam de Geertz « indique comment l’ethos local impose des formes symboliques singulières à la foi, comme la baraka au Maghreb, […] qui permet de faire le lien entre réformisme musulman et islamisme contemporain » (p. 155). C’est l’analyse du mécanisme de la croyance qui prévaut chez Geertz. La société résulte, selon lui, d’opérations mentales en interaction « qu’il faut interpréter pour en saisir le sens » (p. 197). C’est en observant ces interactions – qui passent par le langage et l’expression symbolisée de la réalité, que l’on peut espérer accéder au sens réel de l’action. À l’appui de sa présentation de Geertz, L. Addi consacre presque toute sa partie sur Geertz à en expliquer la logique intellectuelle à travers l’explication de sa conception du langage, de la culture, du symbolisme ou de l’identité.

7L’anthropologie interprétative de Geertz constitue un anti-modèle au holisme déterministe de Gellner, source d’une querelle continue entre les deux hommes. Mais la posture positiviste de Gellner ou celle, subjectiviste, de Geertz, (Gellner se disait anti-relativiste et Geertz anti-anti-relativiste…) ont pour vertu d’éclairer deux approches reconnues et parfaitement inconciliables sur ce « même » terrain maghrébin. L. Addi pense trouver l’origine de cette dissension profonde dans deux lectures distinctes des fondateurs de la discipline sociologique. Gellner emprunterait à Durkheim son organicisme mécaniste et Geertz, lui, aurait mieux intégré la dimension compréhensive de la sociologie wéberienne. Pour Gellner, « la présence d’un modèle, quels que soient ses défauts, est préférable à son absence » (p. 151), cependant que Geertz part du principe d’une relativité consubstantielle à la démarche interprétative que constitue l’approche anthropologique : « le discours de l’anthropologue est une interprétation des créations imaginaires des autochtones qui interprètent leur nature pour se l’approprier » (p. 155). Si la description des formes de l’islam et la formation de l’identité berbère font généralement consensus, la façon dont chacun intègre ces éléments à son propre modèle anthropologique, au milieu d’autres objets de ces parcours de réflexion, joue considérablement sur l’architecture générale d’une description du Maghreb et de ses lignes de forces.

8Addi conclut son texte par une réflexion sur la Nation au Maghreb, soulignant sa fragilité au travers de son histoire récente et de sa fâcheuse tendance à renâcler devant la démocratisation, mais envisage la possibilité d’une construction propre à cet espace historique et culturel sous l’effet du renouvellement progressif de ses élites et de la capacité des populations à formuler des aspirations nouvelles.

9La dimension didactique et les informations complémentaires sur la situation des Berbères, des politiques de l’islam, des luttes de libération nationale, sur la Nahda, etc., sont appréciables dans ce texte dans lequel l’auteur prend voix régulièrement et offre, à qui s’intéresse à ces auteurs et/ou à l’anthropologie du Maghreb, une bonne revue des concepts et des sujets qui la bornent. Nous déplorons cependant le nombre important de coquilles et de variations ortho-typographiques qui émaillent continûment le texte.

Haut de page

Notes

1 Lahouari Addi (dir.), L’anthropologie du Maghreb. Les apports de Berque, Bourdieu, Geertz et Gellner, Paris, Awal/Ibis Press, 2003.

2 Ernest Gellner, Les saints de l’Atlas, Saint-Denis, Bouchene, 2003.

3 Clifford Geertz, Le souk de Sefrou, sur l’économie de bazar, Saint-Denis, Bouchene, 2003.

4 Clifford Geertz, Observer l’islam : changements religieux au Maroc et en Indonésie, Paris, La Découverte, 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ariel Planeix, « Lahouari Addi, Deux anthropologues au Maghreb : Ernest Gellner & Clifford Geertz », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 30 juin 2014, consulté le 25 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15064

Haut de page

Rédacteur

Ariel Planeix

Docteur en anthropologie, ATER à l’Institut d’étude du développement économique et social (IEDES) de l’Université Paris I-Panthéon Sorbonne.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page