Skip to navigation – Site map

Éric Marlière, Des « métallos » aux « jeunes des cités ». Sociohistoire d'une banlieue ouvrière en mutation

Ksenia Borisova
Des "métallos" aux "jeunes des cités"
Eric Marlière, Des "métallos" aux "jeunes des cités". Sociohistoire d'une banlieue ouvrière en mutation, Paris, Editions du Cygne, series: « Essai », 2014, 196 p., ISBN : 9782849243572.
Top of page

Full text

  • 1 Cf. par exemple la trilogie de Verret Michel, L’Espace ouvrier, Paris, L’Harmattan, 1995 ; La Cultu (...)
  • 2 Cf. par exemple Caceres Benigno, Le Mouvement ouvrier, Paris, Seuil, 1984. Bron Jean, Histoire du m (...)
  • 3 Cf. par exemple Mallet Serge, La Nouvelle classe ouvrière, Paris, Seuil, 1969. Lojkine Jean, La Cla (...)
  • 4 Beaud Stéphane, Pialoux Michel, Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de Soc (...)
  • 5 Cf. par exemple l’article de l’auteur qui propose un recensement de la littérature sociologique en (...)

1Tout semble avoir été déjà dit sur la « classe ouvrière » et la « banlieue », deux sujets centraux qui structurent les lignes de l'ouvrage recensé. Des milliers de pages ont été consacrés à l'histoire du monde ouvrier1, de ses luttes2 et mutations qui ont commencé dans les années 19603et qui ont finalement amené à un processus de « désouvriérisation »4. Les études portant sur la banlieue sont également nombreuses. Elles explorent principalement les problèmes de délinquance et de violence5 dans les banlieues dites « défavorisées ». Dans une perspective plus large, elles s'intéressent à la nature des liens que ces espaces urbains construisent avec leur environnement, et cela surtout en termes de ségrégation et ghettoïsation. Pour autant, la majorité des analyses sont des diagnostics, autrement dit, elles proposent des explications détaillées et nuancées de problèmes actuels, mais elles restent fortement ancrées dans le présent. De plus, aucun travail, à notre connaissance, n'a croisé la réflexion sur la banlieue avec la problématique ouvrière.

2C'est ce contexte qui explique l'intérêt et l'originalité de l'analyse réalisée par Éric Marlière. En adoptant une approche historico-ethnographique, il se propose de raconter l'histoire d'un monde ouvrier local, celui de la cité du 74 située dans la commune de Gennevilliers. Le principal avantage de ce travail est qu'il ne se contente pas d'une analyse purement sociologique focalisée sur le moment présent. Celui-ci va plus loin et fournit une étude soigneuse de quatre-vingts dix ans d'histoire locale, ce qui permet de comprendre les modes de vie des habitants de cette cité ouvrière, mais aussi de saisir le contexte économique et politique qui a contribué à l'émergence et puis à la disparition de cette communauté ouvrière.

3Cette approche sociohistorique « mêlant histoire, immersion totale et retour incessant sur le terrain » s'appuie sur une mobilisation importante de diverses sources. Pour restituer une image sociodémographique (sexe, âge, origine géographique, structure familiale, emploi...) de la population de la cité du 74, l'auteur se sert des résultats des recensements produits par les statistiques nationales aussi bien que de ses propres observations et calculs. Il recourt également aux données des registres de l'état civil et des listes électorales afin de confirmer ou compléter certains constats. Pour dresser l'image de la vie quotidienne et du climat social du quartier, il mobilise les informations issues de la presse locale et de mains courantes. Enfin, pour animer ces chiffres et enrichir l'analyse, Marlière utilise les résultats de deux séries d'entretiens et d'observations réalisées en 1998 et 2013.

4À travers une narration très sensible aux malheurs des hommes et des femmes qui ont vécu et habitent encore dans la cité du 74, Marlière nous présente une histoire de cinq générations, qui commence au milieu des années 1920 et continue jusqu'à nos jours. Tout en gardant son intérêt à ce qui fait les moments de joie mais aussi aux préoccupations de la vie quotidienne de ces habitants, il mène parallèlement une analyse attentive du développement du contexte économique, local et national, pour mettre en évidence « les enjeux historico-structurels qui amènent les habitants des quartiers populaires urbains à évoluer dans un contexte difficile aussi bien dans l'entre-deux-guerres que durant les années 2000 ».

5Plus concrètement, l’auteur démontre comment l'industrialisation et, par la suite, la désindustrialisation de la banlieue parisienne définit les destins des habitants de la cité ouvrière située au 74 dans le quartier des Grésillons. Comment l'implantation des usines métallurgiques au début des années 1920 favorise l'arrivée à Gennevilliers d’une part importante de la population rurale issue de différentes régions de France. Comment, dans l'après-guerre et pendant les « Trente Glorieuses », un essor économique exceptionnel fait évoluer les conditions de vie de certains habitants du 74 et contribue ainsi à la production d'inégalités sociales au sein de cette communauté qui reste, pour autant, encore nouée par des liens de solidarité. Comment, dans le courant des années 1970, les besoins du développement économique en termes de main-d'œuvre attirent au 74 des travailleurs migrants, qui acceptent les conditions de vie et de travail les plus pénibles tant que ce « paradis » français leur permet de gagner leurs vies. Comment, à partir de la fin des années 1970, les mutations des modes de production (automatisation, délocalisation...) et donc une large destruction des emplois industriels (fermeture de nombreuses usines et vagues de licenciements) dans la banlieue parisienne poussent les enfants de ces primo-migrants à chercher un autre métier, la « galère » de la recherche amenant certains à une carrière délinquante. Enfin, comment « l'individualisme de masse », renforcé par le processus de désindustrialisation, met fin à la communauté ouvrière du 74 et comment alors ses descendants, ceux que l'on appelle des « jeunes des cités », font face aujourd'hui à la crise de l'emploi et s'investissent de plus en plus dans des pratiques marginales tout en espérant trouver un jour un emploi gratifiant et plus prestigieux que celui de leurs pères.

6Grâce à l'attention que l'auteur porte aux détails, cet ouvrage se lit plus comme un roman sensible aux destins humains que comme une analyse scientifique des transformations sociales majeures du XXe siècle. De plus, des rappels délicats des événements clés permettent de ne pas se perdre dans ce riche récit sociohistorique. Pourtant, deux remarques critiques s'imposent. La première porte sur la présentation de la méthodologie de l'étude et plus particulièrement des entretiens. Les sources des extraits cités ne sont pas toujours précisées. On se pose donc souvent les questions suivantes : l'entretien a-t-il été réalisé par l'auteur ou bien est-il emprunté à une autre étude ? Quand et à quelle occasion a-t-il été réalisé ? La deuxième remarque concerne l'interprétation des statistiques mobilisées. Les chiffres indiqués dans les tableaux sont parfois suivis d'explications incorrectes, ce qui complique la compréhension du raisonnement proposé.

7Cet ouvrage sera particulièrement captivant pour celles et ceux qui s'intéressent aux questions ouvrière et migratoire, aux problèmes des jeunes et de la délinquance juvénile, mais aussi pour les personnes qui apprécient ou souhaitent découvrir la méthode sociohistorique.

Top of page

Notes

1 Cf. par exemple la trilogie de Verret Michel, L’Espace ouvrier, Paris, L’Harmattan, 1995 ; La Culture ouvrière, Paris, L’Harmattan, 1996 ; Le Travail ouvrier, Paris, L’Harmattan, 1999. Noiriel Gérard, Les Ouvriers dans la société française, Paris, Seuil, 1986. Weil Simone, La condition ouvrière, Paris, Gallimard, 1951.

2 Cf. par exemple Caceres Benigno, Le Mouvement ouvrier, Paris, Seuil, 1984. Bron Jean, Histoire du mouvement ouvrier français : Le droit à l’existence du début du XIXe siècle. 1884, Tome 1, Paris, Les Éditions Ouvrières, 1968 ; Histoire du mouvement ouvrier français : La contestation du capitalisme par les travailleurs organisés (1884-1950), Tome 2, Paris, Les Éditions Ouvrières, 1970.

3 Cf. par exemple Mallet Serge, La Nouvelle classe ouvrière, Paris, Seuil, 1969. Lojkine Jean, La Classe ouvrière en mutations, Paris, Éditions sociales, 1986. Terrail Jean-Pierre, Destins ouvriers. La fin d’une classe ?, Paris, PUF, 1990. Weber Florence, « Nouvelles lectures du monde ouvrier : de la classe aux personnes », Genèses. Sciences sociales et histoire, no 6, 1991.

4 Beaud Stéphane, Pialoux Michel, Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de Sochaux-Montbéliard, Paris, La Découverte, coll. « La Découverte/Poche », 2012. Compte rendu de Patrick Cotelette pour Lectures : http://lectures.revues.org/8258.

5 Cf. par exemple l’article de l’auteur qui propose un recensement de la littérature sociologique en la matière : Marlière Éric, « Jeunes des banlieues et émeutes urbaines », in Bernard Roudet (dir.), Les jeunes en France, Paris, PUL, 2009, p. 127-145.

Top of page

References

Electronic reference

Ksenia Borisova, « Éric Marlière, Des « métallos » aux « jeunes des cités ». Sociohistoire d'une banlieue ouvrière en mutation », Lectures [Online], Reviews, 2014, Online since 01 July 2014, connection on 20 August 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15070

Top of page

About the author

Ksenia Borisova

Doctorante au Conservatoire national des arts et métiers depuis 2012. Ses recherches portent sur les pratiques contestataires dans le milieu ouvrier en France et en Russie et, plus récemment, sur les régulations sociales dans les petites entreprises françaises.

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page