Navigation – Plan du site

Valentine van Gameren, Romain Weikmans, Edwin Zaccai, L’adaptation au changement climatique

Stéphanie Vincent-Geslin
L'adaptation au changement climatique
Valentine Van Gameren, Romain Weikmans, Edwin Zaccai, L'adaptation au changement climatique, Paris, La Découverte, coll. « Repères/Ecologie », 2014, 123 p., ISBN : 978-2-7071-7469-7.
Haut de page

Texte intégral

1Réchauffement de la planète, fonte des glaciers, élévation du niveau de la mer, augmentation de la fréquence et de l’intensité d’évènements climatiques extrêmes… Voici quelques-unes des manifestations du changement climatique, qui affectent — et affecteront — de manière plus ou moins forte, plus ou moins localisée, plus ou moins brutale, les sociétés humaines. Quelles réponses, quels ajustements ces dernières peuvent-elles ou doivent-elles mettre en place pour gérer le risque climatique ? Telle est la question que pose cet ouvrage de synthèse sur l’adaptation au changement climatique.

2Si « les discussions politiques menées autour du changement climatique à l’échelle internationale se sont pendant longtemps quasiment focalisées sur la seule atténuation » (p. 8), la question de l’adaptation a progressivement émergé dans les discussions. Elle interroge la manière dont les acteurs sociaux, individuels et collectifs, peuvent — ou doivent — s’adapter aux évolutions climatiques et ouvre, dans l’interaction entre processus sociaux et évènements physiques, un champ de recherche innovant pour les sciences sociales. Comme le relèvent les auteurs, si les populations humaines se sont toujours adaptées aux évolutions climatiques au cours de l’histoire, le changement climatique pose de nouveaux défis, d’une part parce que ses effets pourront se faire sentir de manière brutale et rapide, et d’autre part par son origine anthropique qui implique une responsabilité partagée au niveau mondial. De ce fait, l’adaptation constitue davantage un processus continu qu’un nouvel état du système et pose à l’échelle mondiale la question du financement de cette adaptation. Arrivée tardivement à l’agenda politique international, encore mal définie, l’adaptation s’avère pourtant aujourd'hui une stratégie indispensable pour « gérer l’inévitable ». Si sa mise en œuvre est avant tout locale, elle implique différentes échelles d’action et une grande coordination entre elles.

  • 1 Gaz à Effets de Serre.

3Après une courte introduction, l’ouvrage se divise en six chapitres. Le premier présente les aspects physiques du changement climatique, en récapitulant certains des effets déjà observés depuis la fin de la période préindustrielle. Il rend compte de plusieurs scenarii projectifs et de leurs effets sur le niveau de la mer, les vagues de chaleur, les écosystèmes terrestres et marins ou encore l’agriculture. Les auteurs soulignent à plusieurs reprises l’incertitude qui pèse sur ces projections, d’une part car elles sont liées aux « choix actuels et futurs en matière d’émissions de GES1 » (p. 13). D’autre part, les projections climatiques ne rendent que partiellement compte des impacts car les changements sont susceptibles d’apparaître par à-coups plutôt que progressivement et qu’il est difficile de prévoir leurs interactions entre eux et avec les sociétés humaines.

4Le second chapitre porte sur les aspects sociaux du changement climatique, en insistant sur l’idée que l’adaptation est une stratégie de gestion du risque qui vise à « agir sur les systèmes humains, en particulier en essayant de réduire leur exposition et leur vulnérabilité. » (p. 24). Bien évidemment, l’exposition et la vulnérabilité des populations au changement climatique s’avèrent très variables dans le temps et dans l’espace. Néanmoins, le changement climatique semble renforcer des inégalités sociales existantes. Telle est l’injustice fondamentale du réchauffement climatique : « Les pays les plus pauvres du monde, déjà sous le poids de multiples contraintes, paieront le plus lourd tribut des conséquences du changement climatique tout en étant paradoxalement les moins responsables de sa venue » (p. 35). Cet état de fait explique qu’une partie des aides financières à l’adaptation au changement climatique soit associée voire confondue avec l’aide au développement. De plus, la globalisation de l’économie répercute à l’échelle internationale certains des effets locaux d’évènements climatiques, par exemple au travers de l’augmentation du prix de certaines matières premières. Ainsi, l’analyse des aspects sociaux du changement climatique met en lumière la forte interdépendance entre les phénomènes physiques et les sociétés humaines, mais aussi les sociétés humaines entre elles, même si toutes n’ont pas le même degré de vulnérabilité au changement climatique. Prendre en compte cette diversité des vulnérabilités et des expositions suppose la mise en place d’actions d’adaptation, coordonnées et cohérentes afin de gérer le risque du changement climatique.

  • 2 Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat.

5Ces actions d’adaptation sont décrites à trois échelles d’analyse : le troisième chapitre présente le cadre international et le quatrième chapitre les politiques nationales et infranationales, tandis que le cinquième s’intéresse plus particulièrement aux initiatives privées — entreprises, ménages, acteurs de la société civile. L’adaptation fait ainsi son apparition en 2001 dans le troisième rapport d’évaluation du GIEC2 qui met en avant l’idée selon laquelle les efforts d’atténuation, tels que la limitation des gaz à effets de serre, ne seront pas suffisants. L’adaptation s’impose alors comme un domaine d’action important, en particulier dans les pays en développement, et impose la mise en place de structures de financement internationales.

6À l’échelle nationale et infranationale, que ce soit dans les pays pauvres comme dans les pays riches, les décideurs politiques ont à leur disposition une diversité d’outils et de stratégies d’adaptation. La première d’entre elle est l’intégration, c'est-à-dire l’intégration verticale et horizontale de l’adaptation au sein des différentes politiques sectorielles. Cette intégration de l’adaptation a plutôt émergé dans les secteurs de l’eau et de l’aménagement du territoire, mais reste par ailleurs limitée. Des stratégies nationales de réduction de la vulnérabilité et des plans d’adaptation sont également mis en place, parfois sous la houlette de l’Union Européenne. Enfin, modification des normes, système de taxation, révision des outils assurantiels, communication et information sont autant d’outils mobilisables à l’échelle nationale ou locale dans le cadre d’une adaptation au changement climatique. Malgré la mise en œuvre d’un certain nombre d’actions, ces dernières restent, selon les auteurs, trop limitées face à l’ampleur que représente le risque climatique.

7Enfin, les acteurs privés s’impliquent également dans l’adaptation au changement climatique, que ce soit les entreprises — car le changement climatique entraine différents risques sur l’activité économique — ou les populations elles-mêmes. L’adaptation peut être coûteuse, mais elle représente aussi une manne pour l’innovation : innovation technologique par exemple pour les entreprises, mais innovation aussi chez les populations par exemple au travers d’une diversification des cultures, de changements dans l’habitat, etc. Les initiatives privées soulèvent principalement le problème de la coordination avec les pouvoirs publics car elles restent bien souvent isolées voire confidentielles.

8Enfin, le sixième et dernier chapitre récapitule les différents aspects de la mesure et de l’évaluation de l’adaptation. Cette dernière peut porter sur les objectifs de l’adaptation, les processus ou trajectoires de changement eux-mêmes et enfin sur les résultats. Chacun de ces objets de l’évaluation pose des problèmes de mesure. En particulier, l’évaluation sur les objectifs se heurte à la question de la définition de la vulnérabilité : « les indicateurs élaborés jusqu’ici ont eu tendance à se focaliser sur les dimensions économiques et technologiques […] alors que d’autres dimensions — sociales, institutionnelles, politiques et culturelles notamment — sont tout aussi cruciales » (p. 97). En outre, l’évaluation des résultats pose des problèmes d’échelles temporelles et spatiales : à quels moments réaliser cette évaluation, sur les effets à court terme ou bien à long terme ? Sur quels espaces focaliser l’évaluation pour prendre en compte d’éventuels effets pervers des actions d’adaptation dans les territoires connexes à ceux sur lesquels portent les actions ? Ne déplacent-ils pas le problème d’un territoire à un autre ? Enfin, l’évaluation de l’adaptation évolue selon les systèmes de valeurs des institutions, des communautés et des individus selon la priorisation de leurs objectifs. L’enjeu de l’harmonisation et de la coordination des outils d’action et d’évaluation apparaît alors fondamental. Enfin, l’ouvrage s’achève sur un chapitre conclusif et programmatique sur les défis à relever pour l’action, où l’agir dans un monde incertain prend tout son sens.

9Avec cet ouvrage, V. van Gameren, R. Weikmans et E. Zaccai proposent une synthèse des connaissances et des enjeux autour de la question de l’adaptation au changement climatique, qui dénote d’une très bonne connaissance de la littérature sur le sujet. Cette synthèse donne parfois l’impression d’un catalogue — mais peut-être est-ce là toujours une limite de l’exercice de synthèse. On pourra néanmoins regretter l’absence d’éléments de controverses scientifiques sur l’adaptation elle-même, ses outils et ses effets ainsi que la dimension normative voire péremptoire de certains passages, notamment en conclusion. Malgré cela, L’adaptation au changement climatique ouvre la voie à une grande diversité de recherches et donne envie d’explorer plus avant cette thématique, en particulier au travers de travaux empiriques.

Haut de page

Notes

1 Gaz à Effets de Serre.

2 Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Vincent-Geslin, « Valentine van Gameren, Romain Weikmans, Edwin Zaccai, L’adaptation au changement climatique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15074

Haut de page

Rédacteur

Stéphanie Vincent-Geslin

Stéphanie Vincent-Geslin est docteure en sociologie, chargée de recherche au Laboratoire d’Economie des Transports (Lyon) et chercheure associée au Laboratoire de Sociologie Urbaine (Lausanne, Suisse). Spécialiste des questions de mobilités spatiales, ses travaux portent en particulier sur des pratiques émergentes de mobilité et questionne le rôle des enjeux environnementaux dans l’émergence de ces nouvelles manières de se déplacer.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page