Navigation – Plan du site

Dimitri Vezyroglou (dir.), Le cinéma : une affaire d’État. 1945-1970

Mariane Poulanges
Le cinéma : une affaire d'État
Dimitri Vezyroglou (dir.), Le cinéma : une affaire d'État. 1945-1970, Paris, La Documentation française, 2014, 288 p., ISBN : 978-2-11-009706-4.
Haut de page

Texte intégral

1À la faveur des débats qui surgissent régulièrement à propos du cinéma, il est souvent fait allusion au fait que la production et la diffusion des films reposent en France sur une politique de soutien volontariste unique au monde. Cette évocation demeure cependant généralement surdéterminée par le contexte polémique et immédiat du débat. Dans ce contexte, Le cinéma : une affaire d’État, 1945-1970, dirigé par D. Vezyroglou et publié à l’initiative du Comité d’histoire du ministère de la Culture, constitue une entreprise éclairante : l’analyse des politiques publiques qui est proposée dans l’ouvrage permet en effet d’appréhender le fait historique dans sa complexité. Selon les termes d’A. Auclaire, administrateur civil auprès du ministère à qui est confiée l’introduction de l’ouvrage, les travaux du Comité d’histoire entendent apporter « “la profondeur de champ” qui a rarement été présente dans le débat interprofessionnel ou dans la décision publique » (p. 22).

2L’ouvrage collectif, croisant diverses disciplines, apporte un éclairage inédit sur l’évolution des politiques publiques en faveur du cinéma entre 1945 et 1970. Il s’agit plus précisément d’opérer une coupe dans le temps pour interroger ce qui se joue autour de l’année 1959, soit au moment où le Centre national du cinéma (CNC) sort du giron du ministère du Commerce et de l’Industrie pour être rattaché à celui des Affaires culturelles. Cet événement, a priori déterminant pour l’avènement d’une représentation institutionnelle du cinéma en tant qu’enjeu culturel en France, est interrogé au regard de l’évolution de la politique du cinéma, mais aussi en fonction des enjeux qu’il représente pour l’ensemble des acteurs qui contribuent à l’économie du cinéma dans la France des Trente Glorieuses : les auteurs, les artistes, les producteurs et les diffuseurs et, au-delà, les publics eux-mêmes. Les articles sont structurés en quatre temps : la première partie se focalise sur la mise en place d’une politique du cinéma ; la deuxième sur les évolutions qui conduisent à la formalisation du système de soutien ; la troisième sur les relations entre culture et politique durant la période ; et la quatrième sur les pratiques de diffusion. Des annexes conséquentes, proposant un ensemble de documents permettant d’appréhender de manière concrète l’activité du CNC, complètent ce travail.

3L’ouvrage a d’abord le mérite de travailler à partir d’une exploration des archives, et plus particulièrement celles du CNC et des différents ministères impliqués dans la structuration d’une politique publique visant la réglementation du secteur cinématographique. Cette dimension de l’histoire du cinéma restait jusqu’alors l’apanage d’écrits déjà anciens, souvent produits par des acteurs institutionnels ayant été, pour certains, directement impliqués dans le processus décisionnel ; on pense ainsi aux travaux de P. Leglise. En conséquence s’est construite – puis figée – une représentation des politiques publiques et du rôle du CNC à partir de la fin des années cinquante, au sein de laquelle un rôle prépondérant est attribué au ministère des Affaires culturelles et à l’action de Malraux : le ministre est souvent envisagé comme instigateur du système de soutien au cinéma. On évoque alors le soutien automatique rendu définitif par le décret de juin 1959, la mise en place de l’avance sur recettes ou le modèle Art et essai à partir de 1961, ou encore, sur le plan des idées, la valorisation du « choc esthétique » envisagé par Malraux comme expérience décisive pour l’accès à la culture. De là découle une tendance à relier entre eux, selon un schéma de causalité mal assuré, l’action politique personnifiée du ministre et le renouvellement de la création cinématographique française, l’essor de la Nouvelle Vague étant interprété comme l’un de ses résultats ; mais de là découlent aussi quelques difficultés contre lesquelles butte cette vision doctrinale, difficultés qui témoignent de la nécessité d’une étude plus fine et d’un renouvellement du cadre d’analyse.

4À cet égard, la première partie de l’ouvrage permet d’inscrire la politique du jeune ministère des Affaires culturelles dans une temporalité nouvelle et plus ample : les articles de D. Vezyroglou et G. Péton d’abord, celui de P. Legrand ensuite, dressent une ligne de partage plus claire entre ce qui relève, d’une part, d’une continuité par rapport à la politique du Comité d’organisation de l’industrie cinématographique (COIC) et celle du CNC à partir de 1946, et ce qui relève, d’autre part, de l’innovation singulière du nouveau ministère. Il s’agit de démontrer que cette période représente « un palier durant lequel se concentrent et se précipitent des évolutions qui courent en réalité sur un plus long terme » (p. 28). Forts de l’apport que représentent les archives institutionnelles et professionnelles de l’époque, les auteurs reviennent sur les relations et les débats qui s’engagent entre les acteurs au sein des organisations professionnelles et au sein des instances ministérielles. Sont en particulier analysées les tensions qui se jouent entre les ministères eux-mêmes (le ministère de l’Industrie et du Commerce, le ministère des Finances et le ministère de la Culture d’A. Malraux). Ces deux contributions permettent de dépasser une représentation de l’histoire qui se fonderait sur une bipolarisation supposée entre le volontarisme de l’Etat d’un côté et le repli corporatiste des professionnels de l’autre : qu’il s’agisse de l’affaiblissement du Comité paritaire au moment de la création du Conseil supérieur de la cinématographie en 1953 ou de l’affaiblissement de ce même Conseil supérieur au profit de la Commission consultative du cinéma en 1959 ; qu’il s’agisse de l’introduction du cinéma dans le Plan quinquennal ; qu’il s’agisse, enfin, de l’évolution de l’aide sélective en faveur de l’avance sur recettes. Dans tous les cas, le mérite de cette partie de l’ouvrage tient à ce que l’évolution du CNC vers un régime administratif d’établissement public est analysée au regard de la spécificité du cinéma « à la française » : son fonctionnement repose en effet sur une cogestion associant l’intervention publique et l’expertise des professionnels, selon un modèle inédit qui conjugue en permanence interaction et pratique de la négociation. Nous pouvons alors envisager la suite de l’ouvrage comme une tentative de déconstruction de la politique malrucienne, la contextualisation proposée de l’action politique offrant certains des outils nécessaires à la compréhension de l’originalité du statut et de l’activité du CNC depuis 1946.

5Le texte de G. Vernet propose ainsi une généalogie de la « prime à la qualité » en soulignant l’existence d’une telle revendication dans le contexte des années quarante. L’auteur établit ainsi une filiation entre le soutien sélectif à la production mis en place à partir de 1953 et ce qu’il désigne comme « un modèle refoulé » : le « dirigisme esthétique » tel qu’il est pensé par la Direction générale du cinéma en 1942. Le texte de F. Gimello-Mesplomb s’intéresse pour sa part à la genèse du régime d’aide à la production et aux résistances qu’une telle proposition provoque dans les milieux supposés la plébisciter. Dans les deux cas, nous sommes conviés à relativiser la place qui revient au geste politique, entendu comme action démiurgique. Il s’agit de pointer la continuité qui prévaut, par-delà les ruptures d’ordre idéologique, et de mettre au jour tant les blocages que les leviers qui interviennent dans le processus décisionnel relevant du politique. Notons ainsi l’analyse des prises de position parfois contradictoires de Malraux à propos de la censure (F. Hervé), celle des relations peu évidentes entre le ministère de la Défense et le CNC dans le contexte de la guerre d’Algérie (S. Denis), les hésitations qui pèsent sur le modèle de diffusion cinématographique adopté dans les Maisons de la Culture (G. Péton), les rapports compliqués entre Malraux, le CNC et la Cinémathèque française (S-E. Louis), ou encore l’écart entre les effets d’annonce de Malraux à propos des ciné-clubs et le vide juridique dans lequel est finalement laissé le secteur de la diffusion non commerciale (Leo Souillés-Debats). Chacune de ces contributions met en lumière les complications auxquelles se heurte l’exercice effectif du pouvoir, que ce soit en interne, en raison des enjeux politiques différents et parfois contradictoires que représente le cinéma pour les différents acteurs du gouvernement, ou en externe, en raison des enjeux sociaux qu’il recouvre pour les professionnels.

6Ce travail collectif nous engage également à reconnaître les postures équivoques des acteurs concernés : les membres du gouvernement et des différentes commissions, mais aussi les organisations politiques et sociales qui entendent alors peser sur la politique du cinéma – ainsi le PCF, qui passe d’une posture de parti de gouvernement à celle d’un parti d’opposition (P. Gallinari), l’Église et les critiques de cinéma d’obédience catholique (M. Leventopoulos) ou les diffuseurs des films d’essai réunis en association (A. Pinto).

7Certes, le prix à payer pour la diversité des contributions tient à ce que l’ouvrage pâtit parfois d’un manque d’unité, son organisation en quatre parties pouvant apparaître artificielle. Il reste que Le cinéma : une affaire d’État participe au renouvellement de l’histoire du cinéma, en proposant une analyse de l’action publique en lien avec les archives administratives. Comptons que d’autres travaux prolongent cette orientation de manière à pouvoir proposer bientôt une étude analogue du devenir de l’action publique en faveur du cinéma après 1970. L’action des collectivités territoriales mériterait notamment une étude approfondie. Mais c’est déjà une autre affaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mariane Poulanges, « Dimitri Vezyroglou (dir.), Le cinéma : une affaire d’État. 1945-1970 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 02 juillet 2014, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15079

Haut de page

Rédacteur

Mariane Poulanges

Professeure certifiée de philosophie ; enseignante en cinéma et audiovisuel à l’Université Paul Sabatier (Toulouse 3). Doctorante en sciences de l’information et de la communication (3° année) membre de l’équipe Mediapolis du LERASS. La thèse en cours porte sur les salles de cinéma Art et essai en Midi-Pyrénées.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page