Navigation – Plan du site

Nicolas Harvey, Le Monde diplomatique : un concept éditorial hybride au confluent du journalisme, de l’université et du militantisme

Marie Peretti-Ndiaye
Le Monde diplomatique : un concept éditorial hybride au confluent du journalisme, de l'université et du militantisme
Nicolas Harvey, Le Monde diplomatique : un concept éditorial hybride au confluent du journalisme, de l'université et du militantisme, Paris, L'Harmattan, coll. « Logiques politiques », 2014, 341 p., ISBN : 978-2-343-02208-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nicolas Harvey a mené cette enquête lors d’un stage de six semaines effectué en 2006 au sein du jou (...)
  • 2 L’auteur précise, à ce propos, avoir analysé le contenu du journal ainsi que « ses autres publicati (...)
  • 3 Le concept de champ, emprunté à Pierre Bourdieu, permet à l’auteur de mettre l’accent sur les relat (...)

1Centré sur le caractère composite d’un « journal d’élite » à la posture critique, cet ouvrage explore comment cette hétérogénéité influe sur les identités professionnelles, les activités et l’organisation plus générale du Monde diplomatique. Issu d’une thèse en sciences politiques dirigée par Érik Neveu, l’ouvrage prend appui sur une enquête ethnographique1 ainsi que sur une analyse de contenu2 pour répondre à un double objectif : comprendre « les rapports de forces impliquant le Monde diplomatique à l’intérieur des champs universitaire, journalistique et militant » ainsi que les désaccords internes. La volonté d’expliquer les conflits éditoriaux observés au sein du journal apparaît de manière transversale et semble au cœur des interrogations. Au-delà des approches en termes de structures et de champ3 qui traversent l’ouvrage, ces explications englobent également la question post-coloniale, avec ses thématiques « post-matérialistes » et son rapport, compliqué, à l’altermondialisme et à l’Islam. Ces questions paraissent d’autant plus cruciales que le journal a vu le jour un an avant la conférence de Bandung et a, par la suite, largement traité des mouvements de « décolonisation ».

  • 4 Cette filialisation a eu lieu en 1996. Elle a été rendue possible par un « don d’environ cinq milli (...)
  • 5 Pierre Bourdieu, « L’emprise du journalisme », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 101-1 (...)
  • 6 L’auteur évoque, à ce propos, les débats qui entourent, au sein du journal, le recours à la publici (...)
  • 7 Lance W. Bennett, « Cracking the News Code: Some Rules That Journalists Live By », Do the Media Gov (...)

2Dans une première partie, l’auteur s’intéresse « au Monde diplomatique comme organisation ». Il retrace l’histoire du journal et insiste sur la manière dont elle est marquée par une quête d’autonomie, d’abord face au journal Le Monde, puis face aux logiques économiques. Il nourrit, au fil de son récit, une réflexion sur les différents principes qui animent sa rédaction : le cosmopolitisme, la collégialité, mais aussi la cooptation et le militantisme. Il distingue quatre périodes qui correspondent à quatre structures rédactionnelles : la rédaction hiérarchique, la rédaction « concentrée », la rédaction « collégiale » et la rédaction « fragmentée ». La première prédomine de la naissance du journal en 1954 à l’arrivée, en 1973, de Claude Julien à sa tête. François Honti, alors unique journaliste de la rédaction, commande des articles, plus longs et moins assujettis à l’actualité que ceux du Monde, aux journalistes du service étranger de ce quotidien ainsi qu’à des diplomates et à des hommes politiques. La rédaction « concentrée » prévaut de 1973 au tout début des années quatre-vingt. Plus indépendante du journal Le Monde, elle est animée par deux journalistes. « La rédaction collégiale » prend, quant à elle, forme avec la venue de nouveaux collaborateurs, issus du monde universitaire, qui importent de nouvelles manières de travailler et privilégient la cooptation, tandis que la rédaction « fragmentée » débute en 1990 avec l’arrivée d’Ignacio Ramonet à la direction du mensuel. Ces deux dernières périodes sont marquées, respectivement, par l’augmentation des ventes du journal et par sa filialisation4. C’est en s’appuyant sur les indicateurs de dépendance des journalistes élaborés par Pierre Bourdieu5 que Nicolas Harvey identifie les racines de cette fragmentation : l’état du « marché du travail des journalistes », la « position du journal dans l’espace journalistique » et « la position du journaliste dans la rédaction » favorisent, au sein du Monde diplomatique, une grande autonomie individuelle et une division horizontale du travail, structurée autour des thématiques dont les journalistes sont « titulaires ». Ce dernier aspect serait à l’origine du morcellement de la rédaction. L’auteur aborde ensuite la manière dont les contraintes de rentabilité pèsent sur la vie du journal et, plus spécifiquement, placent les trois principaux actionnaires du journal – l’association Gunter-Holzmann, le groupe Le Monde et les Amis du Monde diplomatique – face à des dilemmes. Alors que la ligne éditoriale du journal se caractérise par une « critique radicale du libéralisme économique », la soumission à la rationalité économique différencie le Monde diplomatique des médias alternatifs et tend à le rapprocher des « entreprises de presse »6. Le Monde diplomatique est, comme elles, soumis aux trois logiques identifiées par Lance Bennett7 : l’ « idéal professionnel », qui invite à informer pour favoriser l’exercice démocratique, « les logiques managériales » qui poussent au développement de l’infotainment et la « logique culturelle » qui recentre le contenu informatif vers les sphères régionales ou nationales.

3La deuxième partie de l’ouvrage est consacrée à l’analyse de la politisation du journal. Si le qualificatif « tiers-mondiste », souvent utilisé pour caractériser le mensuel, indique l’importance donnée aux différents mouvements de décolonisation dans le journal, il ne rend toutefois pas compte de la pluralité des opinions politiques au sein du journal. Ces dernières semblent à l’origine de conflits que l’auteur cherche à expliciter, dans cette partie, sous un nouvel angle. Il s’intéresse aux tensions liées à la coexistence de journalistes provenant de « quatre grandes familles politiques : les chrétiens de gauche, les républicains de gauche, les néocommunistes et les libertaires ». Bien que ces différentes appellations renvoient plus à des trajectoires individuelles qu’à des opinions religieuses ou politiques, elles permettent toutefois à l’auteur d’identifier la source d’un certain nombre de clivages, qui atteindront leur paroxysme en 2005, notamment autour de la figure de Tariq Ramadan, avec de fortes oppositions entre républicains de gauche et néo-communistes. Auparavant, c’est l’implication au sein du mouvement altermondialiste ou les prises de positions relatives au Traité Constitutionnel Européen qui cristallisaient les oppositions. Comment sont réglés ces conflits ? L’auteur identifie quatre modalités de résolution : la prise de décision du rédacteur responsable de la rubrique, l’occultation, la prise de position mitigée ou l’institution d’un débat dans les pages du journal. Mais ces procédés n’ont, finalement, qu’un impact restreint dans un contexte marqué par l’hétérogénéité des univers professionnels.

4Universitaires, journalistes, militants et intellectuels constituent les quatre catégories centrales d’auteurs d’articles, autour desquelles s’organise l’analyse des clivages professionnels menée dans la troisième et dernière partie. Chaque catégorie est subdivisée de manière à caractériser, de manière fine, les logiques de légitimation qui prévalent et les récurrences dans les trajectoires. Quatre idéaux-types d’universitaires engagés, qui collaborent plus ou moins ponctuellement au journal, sont ainsi esquissés : le « vulgarisateur » qui a une position assise dans sa discipline, ne publie que peu d’articles dans le mensuel et est très vigilant à ce que la ré-écriture effectuée par les collaborateurs du journal ne pèse pas sur sa légitimité scientifique ; l’universitaire « journaliste » dont la principale préoccupation est d’accéder à une reconnaissance dont les sources sont rares dans le monde académique ; le « militant » qui a basculé vers une production purement militante suite à une « rupture biographique » liée à un « événement historique » ou à un « échec professionnel » et est le plus critique face au monde universitaire. Une démarche relativement proche prévaut dans la sous-partie consacrée à l’étude du positionnement du journal dans la presse française et basée sur l’analyse d’un champ journalistique en mutation. Là aussi « la stigmatisation due à la transgression de normes professionnelles » est au cœur de la catégorisation. Elle repose, dans le champ journalistique, sur un « présumé manque d’objectivité » mais semble cependant y porter moins à conséquence, ce champ étant « moins autonome et moins homogène que le champ universitaire ». L’ouvrage s’achève par une réflexion sur les mécanismes de reproduction et de maintien qui permettent au Monde diplomatique de garder son unité, au-delà des clivages et des évolutions abordées.

  • 8 Érik Neveu, Sociologie du journalisme, Paris, La Découverte, 2001.

5Quels sont les apports de cet ouvrage à la sociologie du journalisme ? Si souvent cette sociologie fait la part belle aux questionnements portant sur les liens entre médias ou productions médiatiques et démocratie, parfois au détriment d’une approche en termes de professionnalité8, le livre de Nicolas Harvey s’inscrit à contre-courant de cette tendance et s’avère, à ce titre, précieux. C’est d’autant plus le cas qu’il éclaire le fonctionnement d’un journal peu étudié jusqu’ici.

Haut de page

Notes

1 Nicolas Harvey a mené cette enquête lors d’un stage de six semaines effectué en 2006 au sein du journal. Il a, en outre, réalisé, entre 2004 et 2008, 67 entretiens semi-directifs auprès de journalistes et de collaborateurs du mensuel

2 L’auteur précise, à ce propos, avoir analysé le contenu du journal ainsi que « ses autres publications, les lettres adressées aux lecteurs et les produits dérivés du Monde Diplomatique ». Peu de précisions méthodologiques sont apportées à ce propos.

3 Le concept de champ, emprunté à Pierre Bourdieu, permet à l’auteur de mettre l’accent sur les relations qui, dans l’espace médiatique, construisent un « réel social » structuré par des luttes de pouvoir pour l’obtention des différents capitaux (Gérard Mauger et Louis Pinto, Lire les sciences sociales 1989-1992, Paris, Belin, 1994). Comme le souligne Pierre Bourdieu, cette notion ne peut être définie qu’« à l’intérieur du système théorique » qu’elle constitue (Pierre Bourdieu, Réponses, Paris, Seuil, 1992, p. 71) ; elle invite à circonscrire ces effets de concurrence dans une sphère relativement autonome (Frédéric Lebaron, Gérard Mauger (dir.), Lectures de Bourdieu », Paris, Ellipses Marketing, coll. « Lectures de... », 2012 ; compte rendu de Jean-François Blanchard pour Lectures : http://lectures.revues.org/10135).

4 Cette filialisation a eu lieu en 1996. Elle a été rendue possible par un « don d’environ cinq millions de francs (762 185 €) de Gunter Holzmann, Juif polonais s’étant réfugié en Bolivie lors de la montée du nazisme, afin que le processus puisse commencer. Le don servit donc à fonder une association composée des employés du Monde diplomatique qui allait devenir actionnaire du journal ».

5 Pierre Bourdieu, « L’emprise du journalisme », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 101-102, 1994, p. 3-9.

6 L’auteur évoque, à ce propos, les débats qui entourent, au sein du journal, le recours à la publicité et au marketing, mais aussi la précarisation des salariés et la sous-traitance.

7 Lance W. Bennett, « Cracking the News Code: Some Rules That Journalists Live By », Do the Media Govern? Politicians, Voters, and Reporters in America, Thousand Oaks, Sage Publication, 1997, p. 103-117.

8 Érik Neveu, Sociologie du journalisme, Paris, La Découverte, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Peretti-Ndiaye, « Nicolas Harvey, Le Monde diplomatique : un concept éditorial hybride au confluent du journalisme, de l’université et du militantisme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 09 juillet 2014, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15137

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page