Navigation – Plan du site

Annie Ernaux, Regarde les lumières mon amour

Gérard Creux
Regarde les lumières mon amour
Annie Ernaux, Regarde les lumières mon amour, Paris, Seuil, Raconter la vie, 2014, 76 p., ISBN : 978-2-37021-037-1.
Haut de page

Texte intégral

1Le livre d’Annie Ernaux se présente sous forme d’un journal que l’auteure a tenu pendant un an, et dans lequel elle relate ses escapades dans un centre commercial (les Trois-Fontaines) de la région parisienne. Ce sont ses réflexions sur ce lieu dont elle propose de rendre compte dans son dernier ouvrage. L’hypermarché y est vu comme « grand rendez-vous humain, comme spectacle » et fait partie du quotidien des individus. L’écrivaine part ainsi du postulat qu’il est source d’émotions et de sensations. Cet espace commercial aurait, par ailleurs, « une […] importance sur notre relation aux autres, notre façon de “faire société” » (p. 11).

  • 1 Annie Ernaux, La honte, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1999.

2Pourquoi le supermarché est-il rarement présent dans les romans ? L’auteure avance deux hypothèses : l’une liée au fait que ce sont des lieux fréquentés surtout par des femmes et qu’ils relèvent du domaine de l’invisible (« ce qui n’a pas de valeur pour la vie, n’en a pas pour la littérature » p. 43) ; la seconde renvoie au fait que, jusque dans les années 1970, les écrivains d’origine bourgeoise vivaient à Paris, donc loin des grandes surfaces. L’auteure note que ces lieux sont désormais dignes de représentation dans la mesure où ils peuvent faire l’objet d’un livre. Cependant, nous émettrons une critique sur ce point. En effet, nous pouvons aussi avancer l’hypothèse que la légitimé de l’auteure dans le champ de la littérature participe pleinement à rendre les hypermarchés comme objets « valorisés », valorisables et légitimes, fait amplifié par ailleurs par les origines sociales d’Annie Ernaux qui sont modestes (nous renvoyons à son livre La honte1).

3Regarde les lumières mon amour ne s’inscrit pas dans une posture critique de la société de consommation, telle qu’a pu l’adopter Jean Baudrillard ou encore l’École de Francfort. Son point de vue n’est cependant pas sans rappeler les travaux de Michel de Certeau qui a davantage insisté sur la réappropriation de ce qui était imposé à l’individu, en termes d’espace comme en termes d’objet. Après un an d’observation, que nous pourrions appeler « consciente », l’auteure mesure combien ce système de distribution contrôle les personnes et pointe « son rôle dans l’accommodation des individus à la faiblesse des revenus, dans le maintien de la résignation sociale » (p. 71).

4À la lecture de l’ouvrage, nous pouvons considérer qu’Annie Ernaux s’inscrit implicitement dans une posture d’observation participante (elle y va de sa liste de course, de son chariot). Cependant, quand elle souligne que « tous ceux qui n’ont jamais mis les pieds dans un hypermarché ne connaissent pas la réalité sociale de la France d’aujourd’hui » (p. 12), nous émettons quelques réserves à ses propos, car la « réalité sociale », de notre point de vue, n’est pas seulement réductible à ces espaces. On notera par ailleurs quelques « raccourcis » quand l’auteure écrit par exemple que ces endroits sont fréquentés par tous et qu’au centre commercial des Trois-Fontaines, qui lui sert d’exemple, se retrouvent des classes moyennes et populaires. À défaut d’éléments objectifs, seule une enquête pourrait confirmer ou non son propos.

5Ainsi, après quelques jours d’absence, l’écrivaine ne cache pas l’« étrange satisfaction » qu’elle éprouve à retrouver le centre commercial. S’y rendre est vécu comme une récompense, une distraction pure, pour reprendre ses termes, après une journée de travail (en l’occurrence d’écriture). À l’inverse, l’auteure regrette la disparition des vendeuses ainsi que celle des cabines d’essayage, ces espaces étant désormais réduits au strict minimum et bardés de dispositifs antivols. Elle souligne également l’incitation que les grandes surfaces exercent sur les individus (ce qui en soi n’est pas nouveau), mais aussi sur la manière dont les marchandises sont écoulées, de l’entrée à la sortie du magasin. Ainsi, l’hypermarché opère un double contrôle : l’un sur les personnes, en les amenant à consommer davantage, l’autre sous forme de surveillance des biens mis en vente. En même temps s’opère une logique de déshumanisation des hypermarchés, notamment par l’introduction des scanners qui permettent d’enregistrer soi-même les courses. Cette nouvelle gestion participe à la disparition programmée des caissières. Déplorant cette nouvelle manière de réaliser ses courses, Annie Ernaux en déchire sa carte Auchan… Cependant, à la lecture, nous avons le sentiment d’une ambivalence à l’égard du centre commercial. Nous y percevons une forme d’éloge. En effet, l’auteure évoque les anciens supermarchés comme étant plus « humains » ce qui nous amène à penser à une certaine nostalgie, voire à de l’attachement.

6Le livre, relativement court, n’est cependant pas dépourvu d’intérêt quand bien même le propos n’engage que son auteure. C’est le quotidien ordinaire d’un hypermarché que décrit cette dernière. Ses observations, relativement riches et précises, portent sur les corps, les attitudes des individus qui fréquentent ces espaces commerciaux, mettant ainsi en avant la singularité des comportements. L’auteur se décrit également elle-même, notamment quant elle est reconnue, qu’elle se sent à son tour observée, que son caddie est regardé, et qu’il est rempli de champagne, de fromage bio, de vin, de confiture anglaise... car le chariot de courses traduit à la fois le style, mais aussi le niveau de vie.

7L’ouvrage ne s’inscrit pas dans le registre d’une enquête scientifique et ne fait pas œuvre de sociologie, il n’en a par ailleurs pas l’intention. Le livre est agréable à lire et particulièrement fluide. Les éléments décrits ne sont pas sans rappeler des choses vécues, pour peu que nous ayons fréquenté ces lieux (détritus laissés dans le caddie par le client précédent, chariots défaillants, etc.). Par ailleurs, ce journal invite à la réflexion et certaines propositions mériteraient d’être approfondies, notamment lorsqu’Annie Ernaux souligne que « les instances commerciales raccourcissent l’avenir et fond tomber le passé de la semaine dernière aux oubliettes » (p. 55). Enfin, l’ouvrage pourrait éventuellement servir d’appui de départ pour mener un travail de recherche en sciences humaines et sociales sur ce thème.

8Quant au titre, ce ne sont jamais que les propos relevés par l’auteure, d’une mère qui s’adresse à sa fille en l’invitant à regarder les illuminations de Noël du centre commercial : « Regarde les lumières mon amour »…

Haut de page

Notes

1 Annie Ernaux, La honte, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Creux, « Annie Ernaux, Regarde les lumières mon amour », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 15 juillet 2014, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15143

Haut de page

Rédacteur

Gérard Creux

Docteur en sociologie, attaché de recherche à l’IRTS de Franche-Comté.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page