Navigation – Plan du site

David Gouard, La banlieue rouge. Ceux qui restent et ce qui change

Thomas Le Guennic
La banlieue rouge
David Gouard, La banlieue rouge. Ceux qui restent et ce qui change, Le Bord de l'eau, coll. « Clair & Net », 2014, Préface de Bernard Pudal.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage propose une sociologie politique des métamorphoses du « communisme municipal » à partir d’une monographie d’Ivry-sur-Seine. Il s’agit de comprendre la « résilience politique » du Parti communiste français (PCF) à l’échelle communale, tandis que son audience nationale décline régulièrement. Pour ce faire, l’auteur analyse l’évolution des modes de structuration du communisme municipal. Quelles relations entretient-il avec son électorat potentiel que sont les classes populaires ? Comment (re)construit-t-il une identité communiste ? Comment gouverne-t-il un territoire à partir des sociabilités locales ?

2Nourri des apports de la sociologie politique critique et de l’ethnographie du politique, cet ouvrage propose une étude du communisme municipal « par le bas », au-travers d’une microsociologie du rapport ordinaire des individus à la chose publique. Les paroles d’élus sont marginales, au profit des représentations des individus. Cette dimension descriptive est utilement complétée par une analyse générationnelle, qui constitue l’originalité de cette étude. En effet, David Gouard explique les dynamiques du communisme ivryen à partir des générations d’individus qui l’animent en tant que militants, administrés ou élus. Cette analyse diachronique repose sur la comparaison de deux quartiers d’Ivry qui condensent les logiques à l’œuvre dans l’involution du communisme municipal : les cités Youri Gagarine et Maurice Thorez.

  • 1 Marie Cartier et al., La France des « petits-moyens ». Enquête sur la banlieue pavillonnaire, Paris (...)

3L’ouvrage débute par un historique de l’implantation du communisme ivryen, de son apogée à son déclin. Conquise en 1925 à partir des industries Ivry a été investie par le PCF comme un « laboratoire » où s’expérimentait localement une politique à vocation nationale. Son succès s’ancrait alors dans les sociabilités fortes des quartiers populaires que structuraient les relais militants du parti. La fin de cet « âge d’or » correspond à la dégradation de la conjoncture économique et à la dislocation des solidarités ouvrières. À partir de la fin des années 1960, l’arrivée de migrants issus de sociétés postcoloniales conduit le PCF ivryen à modifier son discours et ses pratiques. En effet, ceux-ci sont considérés comme une menace culturelle aux sociabilités traditionnelles mais aussi comme une menace politique gauchiste au PCF. Deux raisons qui conduisent les communistes ivryens à délaisser, voire stigmatiser, ces nouveaux migrants tandis qu’ils constituent l’essentiel des classes populaires en devenir, c’est-à-dire la base objective d’un potentiel électorat communiste. À ce clivage socio-ethnique des classes populaires s’ajoute la désindustrialisation de la commune sur fond de chocs pétroliers, de montée du chômage et de précarisation de l’emploi. Cette détérioration socio-économique affecte d’abord les foyers les plus modestes que constituent ces nouveaux migrants. Paupérisés, ils logent massivement dans les habitats sociaux de la cité Gagarine et représentent dès lors une population repoussoir. Corrélativement, de nombreux ménages ouvriers, parmi les plus intégrés professionnellement, opèrent une migration résidentielle à destination des quartiers pavillonnaires ou moins populaires, comme la cité Thorez par exemple, devenant ainsi des « petits moyens »1 qui nourrissent un rapport ambigu au communisme, empreint de nostalgie, de frustration et de défiance.

4Les cités Gagarine et Thorez reflètent spatialement la polarisation sociale de la population ivryenne, qui rejaillit sur les modes d’affiliation de leurs habitants au PCF. La cité Gagarine, en tant que territoire de relégation plus jeune et moins diplômé que la moyenne municipale, voit décliner le vote communiste à mesure qu’augmente l’apathie politique et l’abstention. En revanche, la cité Thorez, caractérisée par la désouvriérisation, une gentrification contrôlée et une population plus âgée et diplômée, connaît une revitalisation de l’identité communiste qui se manifeste notamment par une participation électorale dynamique nettement favorable au PCF.

  • 2 Jean-Noël Retière, « Autour de l’autochtonie. Réflexions sur la notion de capital social populaire  (...)

5Les chapitres 2 et 3 sont consacrés à l’analyse approfondie des logiques d’implantation du communisme dans la cité Gagarine au regard du renouvellement des générations. David Gouard propose un enchaînement de phénomènes expliquant l’érosion du vote PCF dans ce quartier. D’abord, l’importante rotation des locataires de l’habitat social mine les sociabilités locales, renforçant ainsi la désaffiliation des ménages les plus précaires et affaiblissant de fait les relais militants du PCF au sein du quartier. Ensuite, l’identification sociale et politique des plus jeunes se construit désormais sur un mode ethnique, qui se substitue à un mode classiste, brouillant ainsi les repères habituels du discours communisme fondé sur la référence à la classe. Au regard de ces mutations et des problèmes socio-économiques que rencontre la population de la cité Gagarine, les édiles communistes font l’objet d’une vive défiance, qui s’exprime parfois violemment au détour du porte-à-porte des militants communistes. Finalement, le vote et l’identification communistes déclinent, l’abstention progresse et des concurrents politiques émergent. David Gouard dresse le portrait de l’un d’eux. Il s’agit d’un jeune entrepreneur politique qui fonde sa carrière à partir d’un capital d’autochtonie2 constitué dans le quartier Gagarine et qui affiche une action associative militante en marge des partis politiques classiques ainsi qu’un discours politique mobilisant l’identité des jeunes immigrés ou descendants d’immigrés maghrébins. Au terme de nombreuses années de marginalisation politique, il est élu sur la liste communiste aux élections municipales. La trajectoire de cet individu exprime avec une grande force les mécanismes de déclin du PCF et ce qui explique, paradoxalement, sa relative vivacité. En effet, l’auteur montre habilement comment le succès de cet entrepreneur politique se comprend à la fois par sa rupture avec le communisme : d’une part, via la mobilisation de nouvelles formes d’identités, la mise en lumière de problématiques socio-économiques spécifiques aux nouvelles générations d’ivryens ; d’autre part, grâce à la mobilisation, presque inconsciente, de la grammaire politique du communisme municipal, consistant essentiellement à construire sa légitimité politique à partir des sociabilités de quartier. En un sens, cet élu semble agi par un communisme « récessif » qui le conduit à en utiliser les structures tout en en renouvelant le discours.

6Le quatrième et dernier chapitre est consacré à l’étude du quartier Thorez. Situé au centre-ville, il fait l’objet d’une gentrification délibérée depuis les années 1990. David Gouard montre comment, en se modifiant, la sociologie du PCF conduit à l’émergence d’un nouveau mode d’identification communiste et de nouveaux objets de lutte politique. Désormais, l’électeur type du PCF est plutôt diplômé, plutôt issu d’anciennes générations ivryennes et plutôt un agent du secteur public. Les objets de lutte se déplacent de l’industrie vers la défense des services publics ; en témoigne par exemple la mobilisation des habitants contre la fermeture d’une maternité. Ces luttes s’adossent à une nouvelle identité communiste, construite avec et contre la gentrification du quartier. C’est ici qu’entrent en scène les « bocos », les « bourgeois communistes ». L’auteur montre que cette expression indigène exprime bien les enjeux de cette identité communiste renouvelée. D’une part, la situation objective de ces individus les éloigne de la classe ouvrière ; d’autre part, leur identification politique valorise la référence ouvrière, ses valeurs, sa mémoire et son ancrage local contre la menace des « bobos » parisiens. Cet « ouvriérisme » est relayé par divers canaux : manifestations artistiques informelles, cercles intellectuels et militants, auxquels l’auteur a participé en tant qu’observateur.

  • 3 Karl Marx, Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte, 1852.

7Quand les uns se détournent de la référence ouvrière, les autres la survalorisent dans une logique quasi patrimoniale. Marx montrait déjà qu’une réalité de classe ne débouche pas nécessairement sur une conscience de classe idoine3. À cet égard, la situation contemporaine nous renseigne sur le fait qu’une disjonction entre les conditions objectives d’existence et l’affiliation symbolique des individus peut déboucher sur des formes d’identification et de mobilisation politiques et, paradoxalement, sur la survivance du communisme à l’échelle municipale.

8Au-delà de sa portée informative et analytique certaine, notamment en ce qui concerne l’importance de l’autochtonie dans la structuration des identités et de la participation politiques, cette étude se distingue par ses qualités méthodologiques. Les données quantitatives et historiques encadrent efficacement l’enquête ethnographique et lui confèrent une épaisseur explicative. Enfin, la vigilance épistémologique de l’auteur le conduit à une remarquable lucidité quant aux conditions de production des discours et comportements des acteurs, évitant ainsi toute naïveté. La principale limite de cet ouvrage, sans doute explicable par sa relative concision, est l’usage de la comparaison des quartiers Gagarine et Thorez. Pourtant situés à quelques kilomètres l’un de l’autre, ils sont analysés de manière séparée, au risque de les présenter comme des univers clos. Dans ce sens, peut-on observer des phénomènes qui exprimeraient, au niveau des relations interpersonnelles, les logiques qui animent les mutations du communisme municipal, tels que des conflits ou solidarités ordinaires entre quartiers ?

Haut de page

Notes

1 Marie Cartier et al., La France des « petits-moyens ». Enquête sur la banlieue pavillonnaire, Paris, La Découverte, 2008.

2 Jean-Noël Retière, « Autour de l’autochtonie. Réflexions sur la notion de capital social populaire », Politix, vol. 16, n° 63, 2003.

3 Karl Marx, Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte, 1852.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Le Guennic, « David Gouard, La banlieue rouge. Ceux qui restent et ce qui change », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 15 juillet 2014, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15145

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page