Navigation – Plan du site

Abdellali Hajjat, Marwan Mohammed (dir.), « Sociologie de l’islamophobie », Sociologie, vol. 5, n° 1, 2014

Béatrice Mabilon-Bonfils
Sociologie de l'islamophobie
Abdellali Hajjat, Marwan Mohammed (dir.), « Sociologie de l'islamophobie », Sociologie, vol. 5, n° 1, 2014, 120 p., Paris, PUF, ISBN : 978-2-13-062948-1.
Haut de page

Texte intégral

1Les systèmes de représentation remplissent des fonctions d’organisation des perceptions, des affects et des valeurs et assurent des fonctions de défense contre des menaces internes et externes à l’individu et au groupe, menaces réelles ou fantasmées. Décrypter les discours collectifs d’une époque et leurs effets sur la subjectivité de individus s’impose car, nous le savons avec Castoriadis, l’imaginaire ne joue pas un rôle du fait des problèmes réels rencontrés par les hommes mais parce que ces problèmes ne se constituent comme tels qu’en fonction d’un imaginaire central de l’époque ou de la société considérée. Aujourd’hui celui de la peur et de la menace, réactivées de manière récurrente lors de chaque période historique de crise et de tensions économiques fortes, prendrait-il la forme de l’islamophobie en France comme en Europe ?

  • 1 Abdellali Hajjat, Marwan Mohammed, Islamophobie. Comment les élites françaises construisent le « pr (...)

2La dernière livraison de la revue Sociologie questionne un concept autant qu’un phénomène qui, notamment en France, pour des raisons historiques et politiques, fait l’objet de résistances dans le champ politique mais aussi dans le champ scientifique. Ce numéro est coordonné par A. Hajjat et M. Mohammed qui, dans un récent ouvrage1 basé sur une synthèse de travaux internationaux, ont déjà analysé comment, dès les années 1980, l’élite intellectuelle, médiatique et politique contribue à construire une essentialisation du musulman.

3Après une introduction problématisée des coordonnateurs, un état de lieux de la recherche anglophone et francophone en sciences sociales ouvre le dossier. Deux points y sont soulevés : d’abord l’intérêt moindre de la recherche française pour ce questionnement ; ensuite l’ouverture aux débats terminologiques qui sont aussi des débats sociaux en ce que les taxonomies scientifiques ne sont pas indépendantes de taxinomies sociales. « Si la présence des populations musulmanes en Europe et en Amérique du Nord est ancienne, explique Houda Asal, sa visibilité dans l’espace public semble désormais constituer un enjeu majeur pour les sociétés occidentales » (p. 14).

  • 2 Raphaël Liogier, Le Mythe de l'islamisation. Essai sur une obsession collective, Le Seuil, 2012.

4Probablement qu’une des variables-clés de la construction sociale de l’islam comme menace tient, outre les tensions économiques du moment, aux transformations du « sentiment d’identité » qui se traduisent par un fait social majeur : une minorité passive, qui a subi jusque-là le regard discriminant de la majorité y devient une minorité active, notamment dans le cadre des collectifs militants, qui revendique maintenant positivement sa différence. R. Liogier a notamment montré2 que la population française a soudain réalisé que les minorités arabo-musulmanes ne sont plus en transit en France mais installées, sédentarisés, constituant des franges importantes de la population française. De fait, les nouvelles générations de Français, d’origine maghrébine en particulier, sont passées du statut de minorité passive à celui de minorité active au cours des années 1980 et 1990, se constituant en associations, revendiquant, au-delà des stigmatisations subies jusque-là en raison de la couleur de leur peau ou de leur mode de vie, de leur situation socio-économique, de l’appartenance à des quartiers défavorisés, des signes culturels particuliers, une réhabilitation de leur histoire et de leur culture particulières. Le politologue Bruno Etienne fut d’ailleurs un des précurseurs de la réflexion dès les années 1980 en France… La spécificité du contexte national est questionnée par ce bilan introductif très éclairant : « il s’agit d’étudier l’islamophobie comme champ de batailles médiatique, politique militant » (p. 23).

5La rubrique « Enquêtes » mobilise la sociologie de problèmes publics et, au travers de l’analyse empirique du rôle pivot du haut conseil à l’intégration de 1989 à 2012, questionne le processus social complexe éclairant les conditions de possibilité d’une croyance collective : « conditions de connaissance (sélection et interopération des faits problématiques), conditions de normes (norme à partir de laquelle le fait pose problème) et condition de mobilisation (action collective d’acteurs sociaux pour imposer l’idée qu’il existe un problème » (p. 32) et l’article de Julien Beaugé et Abdellali Hajjat d’interroger de manière féconde la redéfinition de la norme laïque objet d’intenses luttes symboliques.

6Le détour par l’exemple italien, grâce à l’article de Bruno Cousin et Tommaso Vidal, permet de travailler la réception des écrits islamophobes, en l’occurrence ceux d’une journaliste italienne, Oriana Fallaci, en étudiant à la fois les stratégies de l’auteur, les ressources de crédibilité et les logiques d’hétéronomie du champ dans un contexte intellectuel et médiatique mais aussi les formes d’attachement collectif, « d’émotion en partage » et de mobilisation de affects qui lui donnent sens.

7L’article de la rubrique « Débats », écrit par Valérie Amiraux, analyse les conditions de la mise en place et de la stabilisation de la matrice islamophobie de lecture des faits et gestes de certains musulmans à partir des lois prohibitives de mars 2004 et octobre 2010. Le concept de paniques morales est mobilisée par l’auteure : un compte–rendu d’ouvrage Global islamophobia: muslims et moral panic in the West de G. Morgan et S. Poyning est d’ailleurs proposé par Houda Asal en fin de revue.

8Ce numéro collectif, ambitieux tient ses promesses et arrive à point nommé pour interroger la « morale laïque » que l’Éducation nationale veut mettre en œuvre au début 2015 !

Haut de page

Notes

1 Abdellali Hajjat, Marwan Mohammed, Islamophobie. Comment les élites françaises construisent le « problème musulman », Paris, La Découverte, 2013.

2 Raphaël Liogier, Le Mythe de l'islamisation. Essai sur une obsession collective, Le Seuil, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Mabilon-Bonfils, « Abdellali Hajjat, Marwan Mohammed (dir.), « Sociologie de l’islamophobie », Sociologie, vol. 5, n° 1, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 15 juillet 2014, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15158

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page