Navigation – Plan du site

Thérèse Perez-Roux, Fany Salane (dir.), « Identités professionnelles en crise(s) ? », Recherche & Formation, n° 74, 2013

Didier Bastide
Identités professionnelles en crise(s)?
Thérèse Perez-Roux, Fanny Salane (dir.), « Identités professionnelles en crise(s)? », Recherche & Formation, n° 74, 2013, Lyon, ENS Éditions, ISBN : 9782847885149.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 « L’identité enseignante : entre formation et activité professionnelle », Recherche et Formation, n (...)
  • 2 Mokhtar Kaddouri, « Éditorial », Recherche et Formation, n° 41, 2002.

1Recherche & Formation, dans ce numéro coordonné par Thérèse Perez-Roux et Fanny Salane, aborde de façon renouvelée la notion « d’identité professionnelle » questionnée périodiquement. Déjà en 1997, la revue avait rassemblé sous le titre « L’identité enseignante : entre formation et activité professionnelle » les contributions d’un séminaire de l’INRP consacré à l’analyse de l’activité enseignante1. Plus récemment un nouveau dossier intitulé « Les dynamiques identitaires », analysait l’identité dans ses aspects processuels et dynamiques, les auteurs insistant sur « le rôle des rapports sociaux, des contextes et des situations d’interactions sociales à l’œuvre dans les processus identitaires »2. Dans ce prolongement, les six articles de cette nouvelle livraison saisissent l’identité comme un « étant » soumis à reconstruction. Ceci du fait de tensions existantes « entre statut, fonctions, vécu subjectif de situations de travail souvent complexes et formes de légitimités (re)questionnées », comme le soulignent dans leur présentation les deux responsables du numéro.

  • 3 Pierre Périer cite par exemple Agnès van Zanten, « Les carrières enseignantes dans les collèges dif (...)

2Pierre Périer en même temps qu’il livre les résultats d’une enquête par entretiens menée entre 2005 et 2007 auprès de stagiaires, futurs professeurs certifiés et agrégés, pose quelques jalons concernant l’identité enseignante, qui éclairent également les deux contributions suivantes qui portent sur l’entrée dans le métier et la formation initiale. L’affaiblissement des supports historiques d’identification des enseignants constitue le postulat de départ, largement partagé dans de nombreux travaux3. Avec l’étiolement des dimensions anciennement pourvoyeuses d’identité (la vocation, le statut, la transmission des savoirs scolaires), les professeurs stagiaires ont, suivant les contextes interactionnels et pédagogiques d’exercice, à déployer « un travail d’ajustement, de révision et de négociation identitaire » dans différentes directions. À l’égard des élèves, par exemple, « des stratégies pédagogiques, des détours voire des ruses didactiques vécus… comme des adaptations nécessaires » s’imposent.

3À cette altération des cadres d’identification s’ajoute, pour les nouveaux professeurs recrutés à la rentrée 2010, la disparition de la formation professionnelle initiale. Thérèse Perez-Roux et Xavière Lanéelle cherchent à comprendre comment, deux mois après leur réussite aux concours, s’opère l’insertion des nouveaux enseignants dans les établissements scolaires du secondaire, comment se construit l’apprentissage du métier ? L’enquête par questionnaire met en relief les difficultés des professeurs stagiaires à évoluer dans un espace professionnel aux repères mal stabilisés, à se saisir tout à la fois des « prescriptions institutionnelles, des attentes des élèves, des regards croisés (tuteur, inspecteur, parents, etc.) ». L’enrôlement des élèves dans les apprentissages et leur mobilisation constituent les principales sources du « sentiment de réussite » qui émerge parfois.

4La formation professionnelle initiale, en tant qu’elle infléchit voire transforme les représentations du métier d’enseignant et donc influe sur la construction identitaire, est analysée dans la contribution suivante. Dans la société kenyane, si le choix du métier de professeur est majoritairement effectué par défaut, du fait d’une vision péjorative de ce groupe professionnel, les stagiaires déploient des stratégies variées afin de « construire une identité positive de soi ». Eunice Sanya Pelini s’intéresse dans cette (re)construction à l’impact du stage en établissement scolaire qui, comme la formation théorique, peine à amoindrir les représentations sociales négatives.

5Joséphine Mukamurera et André Balleux examinent, en suivant, la détérioration de la condition enseignante au Québec, d’une part du fait de la complexification et de l’alourdissement des tâches, d’autre part en raison de la précarisation du métier générée par le développement de statuts d’emplois temporaires. « L’état d’un malaise enseignant », issu d’une enquête auprès d’enseignants du primaire et du secondaire, répertorie une série de « frustrations professionnelles », parmi lesquelles les conditions d’enseignement (avec par exemple la gestion de la discipline dans le groupe-classe ou l’accueil d’élèves handicapés sans soutien, plus contraignants qu’auparavant) et les conditions d’emploi. En effet, plus de la moitié des professeurs québécois sont des « précaires » et ne peuvent, comme leurs collègues « réguliers », compter sur une carrière stable. Ceci « affecte non seulement le soi en tant qu’enseignant mais aussi l’identité collective ».

6La mastérisation de la formation des enseignants est l’occasion pour Nassira Hedjerassi et Jean-Michel Bazin d’opérer un retour sur « le dilemme identitaire » dans lequel sont pris les professeurs documentalistes, entre leurs missions d’enseignement et de documentation. Les principales scansions statutaires de ce groupe professionnel sont restituées, avec la création du CAPES de documentation en 1989 notamment. D’abord sans programme, les épreuves mettent l’accent par la suite sur les sciences de l’information et de la communication (SIC). Pour autant, les travaux sociohistoriques analysés par les auteurs montrent que perdure un malaise identitaire, d’où l’étude de différents marqueurs propres à spécifier et à différencier les professeurs documentalistes des autres enseignants. Aussi les auteurs mobilisent-ils la question de la discipline de référence dans l’offre de formationet celle de la composition des jurys dans le concours de recrutement.

7Les difficultés à recruter des directeurs d’école primaire, le peu d’attrait pour ce type de poste de la part des professeurs des écoles sont au cœur de la dernière contribution thématique. Hervé Duchauffour, à partir de récits de vie, interroge la trajectoire professionnelle des directeurs, leurs représentations de la fonction, mais aussi leur exercice au quotidien. Sur ce dernier point, l’analyse des récits fait ressortir la difficulté « à assurer la bivalence du rôle directeur/enseignant ». Le directeur doit en effet, presque quotidiennement, « investir un grand nombre de rôles et être tour à tour : garde champêtre, cafetier, concierge, standardiste, femme de ménage, infirmier, agent de maintenance ou croquemitaine pour n’en citer que quelques-uns ». L’auteur met en lumière « une transition identitaire mal accompagnée », avec une formation centrée sur la gestion administrative, organisée par les DASEN (directions académiques des services de l’Éducation nationale), qui souvent laisse un « sentiment d’insatisfaction, de manque » en n’accordant qu’une faible place à la communication, « au rôle relationnel » par exemple. Ceci conduit nombre de directeurs à mobiliser des compétences acquises à l’extérieur de l’institution scolaire et à privilégier l’autoformation.

  • 4 De ce point de vue, l’entretien n’est pas sans rappeler certains « Itinéraires de recherche » que p (...)

8Le dossier se clôt – comme il est d’usage dans le sommaire de la revue –par un entretien, réalisé ici avec Lise Demailly. L’auteure revient sur les concepts de « profession » et de « crise de la professionnalité » mobilisés dès ses premiers travaux. Ce faisant, elle donne à lire les façons dont s’opèrent les glissements d’une préoccupation scientifique à une autre ainsi que celles dont se construisent de nouveaux objets de recherche et, au final, une trajectoire de chercheur4.

  • 5 Recherche et Formation, n° 42, 2003, rubrique Notes critiques.
  • 6 Jean-Claude Kaufmann, L’invention de soi, Paris, Armand Colin, 2004, p. 65.

9En 2003, Raymond Bourdoncle faisait état « d’une avalanche de travaux » concernant l’identité dans le champ de l’éducation, en raison du phénomène d’individualisation qui transforme l’identité de chacun « d’un donné fixé, hérité de sa famille et de son milieu social, en une tâche personnelle », longtemps allégée par la fourniture de « cadres d’identification correspondant à un espace de vie géographique et social »5. Aussi ce nouveau numéro de Recherche & Formation livre-t-il un bilan des approches et des travaux de cette période en même temps qu’il renouvelle les objets de recherche dans le contexte de la mastérisation et de la mise en place des ESPE (écoles supérieures du professorat et de l’éducation). L’écueil consistant à user du concept d’identité comme d’un englobant laissant de côté d’autres questionnements (l’activité par exemple) est évité. Enfin, certains articles comme celui de Duchauffour n’hésitent pas à se saisir de la notion de « rôles » qui, comme l’indique Jean-Claude Kaufmann, sont « souples, changeants, auto-définis collectivement, ne socialisant l’individu que pour des durées brèves... La clé de compréhension de l’essor de la subjectivité (et par conséquent de la quête identitaire) ne me semble donc pas se trouver du côté des individus eux-mêmes et de leurs “quant-à-soi”… Il est bien dommage que le concept de rôle (à l’inverse de celui d’identité) soit actuellement si peu attirant. Sa mise à l’écart (et sa confusion avec l’identité), j’en suis persuadé, se paie scientifiquement très cher »6.

Haut de page

Notes

1 « L’identité enseignante : entre formation et activité professionnelle », Recherche et Formation, n° 25, 1997.

2 Mokhtar Kaddouri, « Éditorial », Recherche et Formation, n° 41, 2002.

3 Pierre Périer cite par exemple Agnès van Zanten, « Les carrières enseignantes dans les collèges difficiles », in Jacques Bourdon, Claude Thélot (dir.), Éducation et formation. L’apport de la recherche aux politiques éducatives, Paris, CNRS éditions, 1999. Voir également, Agnès van Zanten, Marie-France Grospiron, Martine Kherroubi, André D. Robert, Quand l’école se mobilise, Paris, La Dispute, 2002.

4 De ce point de vue, l’entretien n’est pas sans rappeler certains « Itinéraires de recherche » que publiait la revue Perspectives documentaires en éducation, dont certains sont rassemblés par Jean Hassenforder dans l’ouvrage Chercheurs en éducation, Paris, INRP/L’Harmattan, 1992.

5 Recherche et Formation, n° 42, 2003, rubrique Notes critiques.

6 Jean-Claude Kaufmann, L’invention de soi, Paris, Armand Colin, 2004, p. 65.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Bastide, « Thérèse Perez-Roux, Fany Salane (dir.), « Identités professionnelles en crise(s) ? », Recherche & Formation, n° 74, 2013 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 16 juillet 2014, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15170

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page